Circulaire du 1er décembre 2000 relative à la cession gratuite par l'Etat de matériels informatiques sur le fondement des troisième et quatrième alinéas de l'article L. 69-1 du code du domaine de l'Etat

NOR : ECOL0000180C
JORF n°17 du 20 janvier 2001
Texte n° 9
Version initiale
  • Paris, le 1er décembre 2000.

    La secrétaire d'Etat au budget

    à Mesdames et Messieurs les préfets

    Afin d'associer le plus grand nombre à l'avènement de la société de l'information, le Gouvernement s'est engagé à céder gratuitement des matériels informatiques dont les services de l'Etat n'ont plus l'usage à des associations caritatives dont les ressources sont affectées à des oeuvres d'assistance, et notamment à la redistribution gratuite de tels biens aux personnes les plus défavorisées ainsi qu'à des associations de parents d'élèves et des associations de soutien scolaire.

    Au plan juridique, cette démarche s'inscrit dans le cadre des dispositions des troisième et quatrième alinéas de l'article L. 69-1 du code du domaine de l'Etat (CDE), complété par l'article A. 115-1 du même code.

    La présente circulaire a pour objet de préciser les modalités d'un dispositif propre à favoriser ces cessions de matériels informatiques et à en accélérer la réalisation. Elle se substitue, en ce qui concerne ces matériels, à la circulaire du 18 février 1997.

  • I. - Champ d'application

    1. Les associations susceptibles de bénéficier de cessions gratuites

    Il s'agit, d'une part, des organismes mentionnés dans la loi du 1er juillet 1901 relative au contrat d'association qui, visés au 2 de l'article 238 bis du code général des impôts, sont reconnus d'utilité publique ou sont autorisés à recevoir des dons et legs. Leurs ressources doivent être affectées à des oeuvres d'assistance, notamment à la redistribution gratuite de biens meubles aux personnes les plus défavorisées.

    Il s'agit, d'autre part, des associations de parents d'élèves et des associations de soutien scolaire.

    En aucun cas, les associations concernées ne seront autorisées à procéder à la rétrocession, à titre onéreux, des biens alloués, à peine d'être exclues du bénéfice des présentes mesures.

  • 2. Les services concernés

    L'article L. 69-1 du CDE fait référence aux ventes mentionnées à l'article L. 68 du même code. Or ce dernier article est relatif aux seuls biens mobiliers appartenant à l'Etat. Il en résulte que les matériels informatiques appartenant à des services dotés de la personnalité civile (établissements publics) et vendus par le domaine sur le fondement de l'article L. 70 du CDE ne sont pas concernés par la mesure de gratuité.

  • 3. La nature des matériels cessibles

    Le dispositif vise les matériels informatiques en état de fonctionnement mais dont les services de l'Etat n'ont plus l'emploi. Il s'agit des micro-ordinateurs ainsi que leurs périphériques (imprimantes, scanners, lecteurs de cédérom...), le système d'exploitation et, éventuellement, le navigateur et les logiciels bureautiques (tableur, traitement de texte, système de gestion de base de données), à l'exclusion de tout fichier de données et des matériels bureautiques et télématiques (photocopieurs, télécopieurs, télex,...).

    A cet égard, il importera d'appeler l'attention des services cédants sur la nécessité d'effacer des disques durs des matériels transmis l'ensemble des données et logiciels qui ne correspondent pas à la description qui précède. Ces services devront de surcroît s'assurer que les conditions de cession de la licence d'utilisation des logiciels et systèmes d'exploitation sont réunies.

    En outre, la valeur unitaire des biens concernés ne doit pas excéder 2 000 F, conformément aux dispositions de l'article A. 115-1 précité, ou 1 000 F pour les associations de parents d'élèves et de soutien scolaire lorsque celles-ci ne remplissent pas les conditions posées au troisième alinéa de l'article L. 69-1 précité.

    Pour l'appréciation de ces limites, le bien dont la cession gratuite est envisagée doit être considéré dans sa configuration complète. Ainsi pour l'estimation de la valeur d'un micro-ordinateur, il conviendra de prendre en compte la valeur de l'ensemble que constituent l'unité centrale, l'écran, le clavier et la souris.

    A titre de règle pratique, il a été décidé que les cessions porteraient sur des matériels dont la date d'acquisition à neuf par les services de l'Etat remonte à 4 ans au moins.

  • II. - Mise en oeuvre du dispositif

    A. - Au niveau des services déconcentrés de l'Etat

    1. Une démarche initiée par les services de l'Etat

    sous l'impulsion des préfets

    Vous vous prononcerez tant sur l'opportunité de consentir des cessions gratuites de matériels informatiques que sur l'éligibilité au dispositif des associations susceptibles de bénéficier de cette mesure. Vous examinerez également les projets d'utilisation des matériels dont la cession est envisagée et sur lesquels les associations s'engageront.

    Compte tenu de ces éléments d'appréciation, vous veillerez personnellement à ce que les cessions gratuites soient réparties de façon harmonieuse entre les organismes éligibles au dispositif.

    En vue de déclencher la mise en oeuvre de la mesure, vous voudrez bien inviter les services de l'Etat dans le département :

    1. A recenser les matériels informatiques dont ils n'ont plus l'emploi et qui répondent aux critères de la cession à titre gratuit ;

    2. A prendre contact avec les associations éligibles au dispositif et susceptibles d'être intéressées par la cession gratuite à leur profit des matériels recensés à cet effet ;

    3. A s'appuyer en tant que de besoin sur le réseau associatif de l'économie solidaire spécialisé dans la rénovation des équipements micro-informatiques et dans l'offre de services liés aux technologies de l'information.

    Afin de permettre aux services déconcentrés de l'Etat de mener à bien ces démarches, vous veillerez à mettre à leur disposition la liste des associations éligibles au dispositif et ayant leur siège dans votre circonscription. Un exemplaire de cette liste sera adressé au directeur des services fiscaux (service des domaines) placé sous votre autorité et, pour la région d'Ile-de-France, au directeur de la direction nationale d'interventions domaniales.

    Vous vous assurerez également auprès de ces services, une fois les cessions intervenues, que les organismes bénéficiaires respectent les conditions posées dans la convention de cession (cf. ci-après).

  • 2. Un cadre conventionnel tripartite

    simplifiant les formalités de cession

    Les cessions à titre gratuit de matériels informatiques entrant dans le champ d'application de la présente circulaire seront réalisées par voie conventionnelle.

    Après recensement des biens tel que mentionné au II (A, 1) ci-avant et sur la base d'un accord conclu avec l'une des associations figurant sur la liste précitée, le service déconcentré de l'Etat établira un projet de convention conforme au modèle annexé à la présente circulaire et qui comportera en particulier les éléments suivants :

    - nombre, nature, date d'acquisition et valeur estimée des biens dont la cession gratuite est envisagée ;

    - identité et adresse du service de l'Etat et de l'association bénéficiaire ;

    - lieu de dépôt des matériels informatiques ;

    - date limite d'enlèvement des biens cédés ;

    - engagement de l'association de ne pas procéder à la rétrocession à titre onéreux des biens alloués.

    Le service de l'Etat invitera alors l'association à signer la convention, à charge pour la personne signataire du document, qui vaudra acceptation de la cession gratuite, de justifier de sa qualité à agir au regard des statuts de l'association.

    Après réception du projet de convention signé par le représentant qualifié de l'association, le service déconcentré de l'Etat signera à son tour le document et l'adressera au directeur des services fiscaux ou, pour la région d'Ile-de-France, au directeur chargé de la direction nationale d'interventions domaniales.

  • 3. Une procédure domaniale allégée

    Le contreseing du directeur des services fiscaux agissant en qualité de délégué du préfet ou, pour la région d'Ile-de-France, du directeur chargé de la direction nationale d'interventions domaniales permettra de donner effet à la convention qui vaudra ainsi à la fois :

    - procès-verbal de remise au domaine par le service de l'Etat des matériels informatiques dont il n'a plus l'emploi ;

    - acte de cession gratuite au profit de l'association ;

    - autorisation d'enlèvement des biens par l'association sur leur lieu de dépôt.

    Le directeur des services fiscaux agit en matière de cession de gré à gré, en vertu de la délégation qui lui est consentie par le préfet sur le fondement de l'article 17 du décret no 82-389 du 10 mai 1982 relatif aux pouvoirs du préfet et à l'action des services et organismes publics de l'Etat dans le département (1).

    Il conviendra donc de vous assurer que la délégation de signature donnée au directeur des services fiscaux de votre département fait expressément référence à l'article L. 69-1 du CDE, sur le fondement duquel est mis en oeuvre le présent dispositif.

    Dans l'hypothèse où un projet de convention lui serait soumis au profit d'une association ne figurant pas sur la liste établie dans les conditions prévues au paragraphe II (A, 1) ci-avant, le directeur des services fiscaux (service des domaines) vous le transmettra afin que vous puissiez juger de l'opportunité de procéder à la cession gratuite envisagée.

    Dans tous les cas, le directeur des services fiscaux s'assurera que :

    - les biens appartiennent à l'Etat ;

    - leur valeur unitaire n'excède pas 2 000 F ou 1 000 F selon le cas ;

    - l'association bénéficiaire n'a pas failli à ses obligations résultant des cessions antérieures.

  • B. - Au niveau des administrations centrales

    Une circulaire adressée à Mesdames et Messieurs les ministres et secrétaires d'Etat précise les modalités d'application du dispositif au niveau des administrations centrales.

    Afin de faciliter les prises de contact entre ces administrations et les associations éligibles au dispositif, vous voudrez bien transmettre au ministre de l'intérieur la liste de celles ayant leur siège dans votre circonscription. Un exemplaire de cette liste sera adressé par le ministère de l'intérieur à l'ensemble des ministères ainsi qu'à la direction nationale d'interventions domaniales.

    Mesdames et Messieurs les préfets sont invités à assurer la diffusion de la présente circulaire à l'ensemble des chefs de service placés sous leur autorité.

  • (1) Pour les départements de la région d'Ile-de-France, le directeur chargé de la direction nationale d'interventions domaniales agit en application de l'article A. 116-1 du code du domaine de l'Etat.

    A N N E X E

    CONVENTION DE CESSION GRATUITE DE MATERIELS INFORMATIQUES PAR L'ETAT EN APPLICATION DES TROISIEME ET QUATRIEME ALINEAS DE L'ARTICLE L. 69-1 DU CODE DU DOMAINE DE L'ETAT

    Entre les soussignés :

    M. .................... (nom, prénom, fonctions),

    représentant le ....................

    (désignation et adresse du ministère et du service détenteur des biens cédés),

    ci-après dénommé le service livrancier,

    M. .................... (nom, prénom), directeur des services fiscaux de .................... ,

    stipulant au nom de l'Etat et agissant en vertu de la délégation permanente de signature qui lui a été conférée par arrêté préfectoral en date du.................... ,

    D'une part,

    Et M. .................... (nom, prénom, fonction),

    président de l'association (dénomination, adresse), reconnue d'utilité publique (1) par décret du ....................

    (date de référence de publication au Journal officiel), pour le compte de laquelle il agit en vertu (de l'article no ....................

    des statuts/de la délibération du conseil d'administration de l'association en date du .................... ),

    ci-après dénommée l'association cessionnaire,

    D'autre part,

    il a été convenu et arrêté ce qui suit :

    Les articles L. 69-1, A. 115-1 du code du domaine de l'Etat et la circulaire de la secrétaire d'Etat au budget en date du 1er décembre 2000 permettent de consentir des cessions gratuites de matériels informatiques dont les services de l'Etat n'ont plus l'usage au profit des associations caritatives dont les ressources sont affectées à des oeuvres d'assistance et notamment à la redistribution gratuite de biens aux personnes les plus défavorisées ainsi qu'aux associations de parents d'élèves et de soutien scolaire.

    La présente convention, établie en application de ces dispositions, a pour objet à la fois de constater la remise au service des domaines des biens désignés ci-après, de procéder à leur cession gratuite au profit de l'association cessionnaire et d'autoriser cette dernière à les enlever sur leur lieu de dépôt.

    Cette cession est consentie et acceptée sous les conditions suivantes :

    1. Description des biens cédés

    Les biens désignés ci-après demeureront sous la garde et la responsabilité du service livrancier jusqu'à leur enlèvement :

    =============================================

    Vous pouvez consulter le tableau dans le JO

    n° 17 du 20/01/20 1 page 1054 à 1056

    =============================================

    2. Conditions relatives à la destination des biens cédés

    L'association cessionnaire s'engage à n'utiliser les biens cédés que conformément à l'objet prévu par ses statuts et au cas particulier (à compléter).

    Elle s'interdit de procéder à la rétrocession, à titre onéreux, des biens cédés, à peine d'être exclue du bénéfice du dispositif ci-avant exposé.

    3. Etat des matériels. - Absence de garantie

    Conditions d'utilisation

    L'association prend les biens cédés dans l'état où ils se trouvent et s'engage expressément, tant pour son compte que celui de ses ayants cause, à n'exercer aucun recours en garantie contre l'Etat, notamment en cas de dysfonctionnement et, plus généralement, de tout vice, apparent ou caché, défaut de comportement ou de structure que pourraient comporter les matériels ou logiciels alloués.

    Pour ce qui concerne les systèmes d'exploitation et logiciels éventuellement transférés, l'association cessionnaire déclare faire son affaire personnelle de la régularité juridique du transfert de ces programmes au profit des personnes défavorisées destinataires des biens cédés et de l'utilisation qui en sera faite par ces derniers. A ce titre, l'association cessionnaire s'engage à vérifier que ces transferts gratuits et utilisations sont autorisés par les auteurs des logiciels et systèmes d'exploitation concernés.

    4. Transfert de propriété. - Enlèvement des biens

    La présente convention emporte transfert de propriété des biens cédés au profit de l'association cessionnaire et vaut autorisation d'enlèvement par celle-ci sur leur lieu de dépôt tel qu'il est précisé au 1 des présentes.

    L'enlèvement de la totalité des biens cédés a lieu sur présentation d'un exemplaire original des présentes au service détenteur et doit être effectué avant le .................... (date d'enlèvement).

    5. Condition résolutoire

    Tout manquement aux conditions stipulées dans la présente convention et, notamment, celle relative à l'interdiction de rétrocession à titre onéreux, entraînera sa résolution de plein droit, avec obligation de restitution à l'Etat des biens cédés.

    Fait en quatre exemplaires originaux, le ....................

    Le représentant

    de l'association cessionnaire

    Le représentant

    du service livrancier

    Le directeur des services fiscaux

    L'enlèvement a été effectué le ....................

    Le représentant

    de l'association cessionnaire

    Le représentant

    du service livrancier

    (1) Le cas échéant.

Florence Parly

Télécharger le Journal officiel de la République française. Lois et décrets (version papier numérisée) PDF - 34,6 Mo
Retourner en haut de la page