Arrêté du 11 décembre 2001 relatif au contrôle des connaissances et des aptitudes des étudiants sages-femmes et à l'organisation des examens

Dernière mise à jour des données de ce texte : 01 septembre 2012

NOR : SANP0124323A

JORF n°303 du 30 décembre 2001

Version abrogée depuis le 01 septembre 2012

Le ministre de l'éducation nationale et le ministre délégué à la santé,

Vu le code de l'éducation ;

Vu la loi n° 84-391 du 25 mai 1984 abrogeant la loi n° 263 du 17 mai 1943 et modifiant certaines dispositions du code de la santé publique relatives aux professions médicales et aux auxiliaires médicaux et l'article L. 283 du code de la sécurité sociale, notamment son article 1er ;

Vu le décret n° 84-177 du 2 mars 1984 modifié relatif à l'obtention des diplômes de docteur en médecine et de docteur en chirurgie dentaire par les étudiants de nationalité étrangère ou les personnes titulaires de diplômes étrangers de médecine, de chirurgien-dentiste, ou ayant accompli des études en vue de ces diplômes, et à l'obtention par les titulaires d'un diplôme étranger de sage-femme du diplôme français d'Etat correspondant, et notamment son article 9 ;

Vu le décret n° 85-1046 du 27 septembre 1985 modifié relatif à l'organisation des études de sage-femme et à l'agrément et au fonctionnement des écoles de sage-femme, et notamment son article 3 ;

Vu l'arrêté du 5 février 1987 modifié relatif au concours d'entrée aux écoles de sages-femmes ;

Vu l'arrêté du 18 mars 1992 modifié relatif à l'organisation du premier cycle et de la première année du deuxième cycle des études médicales ;

Vu l'avis du conseil de perfectionnement des écoles de sages-femmes en date du 17 octobre 2001 ;

Vu l'avis du Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche en date du 19 novembre 2001,

Arrêtent :

    • Article 1 (abrogé)

      Les études de sage-femme sont organisées en deux phases. Chacune des phases se déroule sur deux années.

      Nul ne peut être autorisé à effectuer une phase en plus de trois ans, sauf dérogation accordée par le directeur technique et d'enseignement et la sage-femme directrice de l'école après avis du conseil technique.

    • Article 2 (abrogé)

      L'enseignement comprend des unités d'enseignement théorique et clinique et des stages. Les unités d'enseignement théorique sont réparties en deux groupes tels que définis aux articles 11 et 12 ci-après.

      Tout au long de la formation, les aptitudes et acquisitions des connaissances des étudiants sont évaluées par un contrôle continu portant sur chaque unité d'enseignement théorique et clinique.

      De plus, un examen prenant en compte les résultats du contrôle continu est organisé à la fin de chaque phase d'études.

    • Article 3 (abrogé)

      L'admission de l'étudiant en deuxième année de chaque phase est subordonnée aux résultats de l'évaluation continue de l'année écoulée.

      Nul ne peut être admis en deuxième phase s'il n'a pas validé les unités d'enseignement de la première phase dans les conditions fixées à l'article 11-2 ainsi que les stages afférents à cette phase.

      Le diplôme d'Etat est délivré à l'issue de la formation de sage-femme aux étudiants qui ont validé :

      - les unités d'enseignement des deux phases ;

      - les stages ;

      - le mémoire.

    • Article 4 (abrogé)

      Lorsque la validation des unités d'enseignement repose uniquement sur les notes obtenues lors des contrôles continus, soit en fin de première année de chaque phase, soit en fin de phase pour les unités d'enseignement du groupe II, une épreuve de rattrapage est organisée pour chaque unité d'enseignement à l'intention des étudiants n'ayant pas obtenu les notes minimales exigées.

      Les notes obtenues à ces épreuves se substituent à celles du contrôle continu.

    • Article 5 (abrogé)

      Les examens de fin de phase font l'objet de deux sessions annuelles, organisées sous le contrôle de l'unité de formation et de recherche en médecine à laquelle est rattachée l'école de sages-femmes.

      Les étudiants qui échouent à la première session d'examen sont autorisés à se présenter à la deuxième.

      L'absence à une épreuve ou à l'ensemble des épreuves d'une session d'examen est comptée comme un échec à cette session.

    • Article 7 (abrogé)

      Les étudiants qui n'ont pas validé une année sont autorisés à redoubler dans les limites prévues à l'article 1er. Dans ce cas, ils peuvent conserver tout ou partie des unités d'enseignement acquises, sur proposition de la commission d'attribution des crédits.

    • Article 8 (abrogé)

      La validation de l'examen sanctionnant chacune des deux phases est prononcée après délibération d'un jury. Ce jury est désigné par le président de l'université sur proposition conjointe du médecin directeur technique et d'enseignement et de la sage-femme directrice de l'école de sages-femmes. Le président désigne le vice-président parmi les membres du jury.

      Le jury comprend :

      Un professeur des universités, praticien hospitalier, spécialiste en gynécologie-obstétrique, président ;

      La sage-femme directrice de l'école de sages-femmes ;

      Deux membres choisis parmi les enseignants de l'UFR de médecine ;

      Quatre membres choisis parmi les enseignants de l'école, dont au moins trois sages-femmes enseignantes ;

      Une sage-femme enseignante d'une autre école ;

      Une sage-femme en activité ayant participé aux épreuves cliniques organisées par l'école mais n'exerçant aucune autre fonction au sein de cette dernière ;

      Une personnalité extérieure à l'école.

      Pour les écoles des départements d'outre-mer et de Polynésie française, les examens se déroulent sous la présidence d'un professeur des universités, praticien hospitalier, spécialiste en gynécologie-obstétrique, désigné par l'UFR de médecine de rattachement. Les autres membres du jury sont choisis parmi les enseignants de l'école et des sages-femmes en exercice.

    • Article 9 (abrogé)

      Les stages accomplis au cours des deux phases d'études sont validés par les responsables de stage.

      Tout stage non validé ou non effectué avant le début de l'année universitaire suivante entraîne le redoublement de l'année afférente, sauf dérogation motivée accordée par le directeur technique et d'enseignement et la sage-femme directrice de l'école. A la suite d'un redoublement, la conservation du bénéfice des stages est soumise à la validation de la commission d'attribution des crédits.

    • Article 10 (abrogé)

      L'admission en deuxième phase ainsi que l'obtention du diplôme d'Etat ne peuvent être prononcées avant que la totalité des stages de chacune des phases ait été validée.

    • Article 11 (abrogé)

      Au cours des deux années de cette phase, les unités d'enseignement théorique sont réparties de la façon suivante :

      Groupe I :

      Première unité : obstétrique, gynécologie ;

      Deuxième unité : pédiatrie, embryologie ;

      Troisième unité : sciences humaines et sociales, droit et législation.

      Groupe II :

      Première unité : anatomie, physiologie, histologie, cytologie, génétique ;

      Deuxième unité : santé publique, démarche de recherche ;

      Troisième unité : pathologie et démarche clinique, microbiologie et pharmacologie.

      L'unité d'enseignement clinique est rattachée aux unités d'enseignement du groupe I.

      1. Première année de la première phase

      La validation des unités d'enseignement est prononcée au vu des résultats des contrôles continus effectués au long de l'année.

      Le contrôle continu des unités d'enseignement théoriques fait l'objet d'épreuves dont certaines peuvent être orales.

      Le contrôle continu de l'unité d'enseignement clinique est constitué d'épreuves réalisées au sein des services hospitaliers par une sage-femme enseignante qui peut, en tant que de besoin, s'adjoindre un professionnel de santé diplômé d'Etat.

      L'obtention de la moyenne, soit 10 sur 20, est obligatoire pour valider chaque unité d'enseignement du groupe I.

      Une note au moins égale à 8 sur 20 est requise pour la validation de chacune des unités d'enseignement du groupe II.

      A l'issue des épreuves de rattrapage organisées conformément aux dispositions de l'article 4, le redoublement est prononcé dans les cas suivants :

      Pour les unités d'enseignement du groupe I : lorsque la note d'une seule des unités d'enseignement de ce groupe est inférieure à 10 sur 20 ;

      Pour les unités d'enseignement du groupe II : lorsque l'étudiant n'a pas obtenu une note au moins égale à 8 sur 20 à au moins deux unités d'enseignement sur trois.

      2. Deuxième année de la première phase

      2.1. Unités d'enseignement du groupe I

      La validation des unités de ce groupe est prononcée au vu des résultats du contrôle continu de la première et de la deuxième année combinés à ceux d'un examen organisé en fin de première phase.

      Les sujets des épreuves de l'examen portent sur le programme de la phase écoulée.

      La note globale prise en compte pour la validation de chaque unité est ainsi calculée :

      Obstétrique, gynécologie :

      Durée de l'épreuve : deux heures ;

      Notation de l'épreuve : 60 points ;

      Moyenne des notes du contrôle continu des deux années : 40 points ;

      Total : 100 points.

      La validation de l'unité est prononcée lorsque le total des points est au moins égal à 50 sur 100 points.

      Pédiatrie, embryologie :

      Durée de l'épreuve : une heure trente minutes ;

      Notation de l'épreuve : 60 points ;

      Moyenne des notes du contrôle continu des deux années : 40 points ;

      Total : 100 points.

      La validation de l'unité est prononcée lorsque le total des points est au moins égal à 50 sur 100 points.

      Sciences humaines et sociales, droit et législation :

      Durée de l'épreuve : trois heures ;

      Notation de l'épreuve : 40 points ;

      Moyenne des notes du contrôle continu des deux années : 40 points ;

      Total : 80 points.

      La validation de l'unité est prononcée lorsque le total des points est au moins égal à 40 sur 80 points.

      Unité d'enseignement clinique : l'épreuve de l'examen est réalisée dans le cadre de l'obstétrique physiologique (femme enceinte, accouchée et/ou nouveau-né). Elle est évaluée par deux sages-femmes dont une sage-femme enseignante.

      Notation de l'épreuve : 60 points ;

      Moyenne des notes du contrôle continu des deux années : 40 points ;

      Total : 100 points.

      La validation de l'unité est prononcée lorsque le total des points est au moins égal à 50 sur 100.

      A l'issue de la deuxième session d'examen organisée conformément aux dispositions de l'article 5, tout total de points inférieur au minimum exigé pour la validation de chaque unité d'enseignement entraîne le redoublement de la deuxième année.

      2.2. Unités d'enseignement du groupe II

      Elles sont validées dès lors que, pour chacune d'entre elle, la moyenne des notes obtenues au contrôle continu au cours des deux années de la phase est au moins égale à 16 sur 40 et le total général du contrôle continu des unités d'enseignement de ce groupe au moins égale à 60 sur 120.

      Toute note inférieure à 16 sur 40 obtenue dans une unité d'enseignement à l'issue des épreuves de rattrapage organisées conformément à l'article 4 entraîne le redoublement.

      L'étudiant dont la moyenne générale est inférieure à 60 sur 120 peut choisir les unités d'enseignement qu'il souhaite présenter aux épreuves de rattrapage. Si la moyenne générale reste inférieure à 60 sur 120 à l'issue de ces épreuves, les unités d'enseignement ne peuvent être validées et l'étudiant doit redoubler la deuxième année de la première phase.

    • Article 12 (abrogé)

      Au cours des deux années de cette phase, les unités d'enseignement théorique sont réparties de la façon suivante :

      Groupe I :

      Première unité : obstétrique ;

      Deuxième unité : gynécologie ;

      Troisième unité : pédiatrie ;

      Quatrième unité : sciences humaines et sociales, droit et législation.

      Groupe II :

      Première unité : santé publique, démarche de recherche ;

      Deuxième unité : anesthésie, réanimation, pharmacologie.

      L'unité d'enseignement clinique est rattachée aux unités d'enseignement du groupe I.

      1. Première année de la seconde phase

      La validation des unités d'enseignement est prononcée au vu des résultats des contrôles continus effectués tout au long de l'année.

      Le contrôle continu des unités d'enseignement théorique fait l'objet d'épreuves dont certaines peuvent être orales.

      Le contrôle continu de l'unité d'enseignement clinique est constitué d'épreuves réalisées dans des services de gynécologie-obstétrique, évaluées par deux sages-femmes dont au moins une sage-femme enseignante. Ces épreuves ont pour but de vérifier les capacités de l'étudiant à établir le diagnostic d'une pathologie éventuelle et à indiquer la conduite à tenir adaptée chez une femme enceinte, une accouchée et/ou un nouveau-né.

      L'obtention de la moyenne, soit 10 sur 20, est obligatoire pour valider chaque unité d'enseignement du groupe I.

      Une note au moins égale à 8 sur 20 est requise pour la validation de chacune des unités d'enseignement du groupe II.

      A l'issue des épreuves de rattrapage, le redoublement est prononcé dans les cas suivants :

      - pour les unités d'enseignement du groupe I : lorsque la note d'une seule des unités d'enseignement de ce groupe est inférieure à 10 sur 20 ;

      - pour les unités d'enseignement du groupe II : lorsque l'étudiant n'a pas obtenu, à au moins une de ces deux unités d'enseignement, une note égale ou supérieure à 8 sur 20.

      2. Deuxième année de la seconde phase

      2.1. Unités d'enseignement du groupe I

      La validation des unités de ce groupe est prononcée au vu des résultats du contrôle continu de la première et de la deuxième année de la phase combinés à ceux d'un examen organisé en fin de deuxième année.

      Cet examen comprend des épreuves écrites et orales qui portent sur le programme de la phase, dans chaque unité d'enseignement.

      La note globale prise en compte pour la validation de chaque unité d'enseignement est ainsi calculée :

      Epreuves écrites

      Gynécologie :

      Durée de l'épreuve : une heure ;

      Notation de l'épreuve : 40 points ;

      Moyenne des notes du contrôle continu des deux années : 40 points ;

      Total : 80 points.

      Minimum de points exigés : 40 sur 80.

      Pédiatrie :

      Durée de l'épreuve : une heure trente minutes ;

      Notation de l'épreuve : 60 points ;

      Moyenne des notes du contrôle continu des deux années : 40 points ;

      Total : 100 points.

      Minimum de points exigés : 50 sur 100.

      Sciences humaines et sociales - droit et législation :

      Durée de l'épreuve : trois heures ;

      Notation de l'épreuve : 40 points ;

      Moyenne des notes du contrôle continu des deux années : 40 points ;

      Total : 80 points.

      Minimum de points exigés : 40 sur 80.

      Epreuves orales

      Obstétrique : évaluée par un gynécologue-obstétricien et une sage-femme enseignante :

      Notation de l'épreuve : 60 points ;

      Moyenne des notes du contrôle continu des deux années : 40 points ;

      Total : 100 points.

      Minimum de points exigés : 50 sur 100.

      Législation professionnelle : évaluée par deux sages-femmes dont une sage-femme enseignante :

      Notation de l'épreuve : 20 points.

      Les notes du contrôle continu ne sont pas prises en compte.

      Minimum de points exigés : 10 sur 20.

      Epreuve clinique

      Elle conduit à la détermination d'un diagnostic, d'un pronostic et à la conduite à tenir chez une femme enceinte, accouchée et/ou un nouveau-né. Elle est évaluée par une sage-femme enseignante et un gynécologue-obstétricien ou un pédiatre.

      Notation de l'épreuve : 60 points ;

      Moyenne des notes du contrôle continu des deux années : 40 points ;

      Total : 100 points.

      Minimum de points exigés : 50 sur 100.

      A l'issue de la deuxième session d'examen, tout total inférieur au minimum de points exigés pour la validation de chacune des unités d'enseignement entraîne le redoublement de la deuxième année de la deuxième phase.

      2.2. Les unités d'enseignement du groupe II

      Elles sont validées dès lors que la note afférente au contrôle continu des deux années de la phase est au moins égale à 16 sur 40 pour chaque unité et la note moyenne générale des deux unités au moins égale à 40 sur 80.

      Toute note inférieure à 16 sur 40 obtenue dans une unité d'enseignement à l'issue des épreuves de rattrapage entraîne le redoublement.

      L'étudiant dont la moyenne générale est inférieure à 40 sur 80 peut choisir les unités d'enseignement qu'il souhaite présenter aux épreuves de rattrapage. Si la moyenne générale reste inférieure à 40 sur 80 à l'issue de ces épreuves, les unités d'enseignement ne peuvent être validées et l'étudiant doit redoubler la deuxième année de la deuxième phase.

    • Article 13 (abrogé)

      Le mémoire est individuel. Il consiste en un travail de recherche en lien avec la profession. Il est rédigé en français, dactylographié et se compose de 40 pages minimum et de 60 pages maximum (bibliographie et annexes non comptabilisées).

      Le thème est choisi par l'étudiant qui le présente à l'équipe pédagogique pour approbation.

      Le mémoire est préparé sous la conduite d'un directeur de mémoire.

      Le mémoire est présenté obligatoirement à la première session de l'examen de fin de deuxième phase.

      En cas de non-validation, le candidat le représente à la deuxième session.

    • Article 14 (abrogé)

      La soutenance du mémoire est publique. Le jury comprend le directeur technique et d'enseignement de l'école ou son représentant, la sage-femme directeur ou son représentant, deux sages-femmes dont une sage-femme enseignante et un expert dans le domaine en rapport avec le sujet du mémoire.

      La validation du mémoire s'accompagne d'une mention : passable, honorable, très honorable, très honorable avec félicitations du jury.

    • Article 15 (abrogé)

      En cas de redoublement, l'étudiant garde, le cas échéant, le bénéfice de la validation de son mémoire.

      La non-validation isolée du mémoire n'entraîne pas le redoublement de la deuxième année de la deuxième phase d'études et, dans ce cas, les unités d'enseignement validées restent acquises pour les deux sessions de l'année universitaire suivante.

    • Article 16 (abrogé)

      Une commission d'attribution des crédits est mise en place dans les écoles de sages-femmes relevant de l'article L. 4151-7 du code de la santé publique.

      Elle est compétente pour se prononcer sur l'attribution des crédits au-delà de la première année commune aux études de santé aux étudiants admis à poursuivre des études de sage-femme et aux étudiants qui redoublent une formation suivie selon le programme défini par l'arrêté du 11 décembre 2001 fixant le programme des études de sage-femme.

      Cette commission a pour missions de :

      1° Se prononcer sur l'attribution des crédits européens aux étudiants ;

      2° Proposer à la direction de l'école de sages-femmes la conservation de tout ou partie des unités d'enseignement acquises par un étudiant, en cas de redoublement ;

      3° Proposer les stages dont le bénéfice reste conservé par l'étudiant en cas de non-validation d'un semestre ;

      4° Déterminer le nombre d'unités d'enseignement théorique et clinique nécessaire pour passer en année supérieure.

    • Article 17 (abrogé)

      La commission est présidée par le président de l'université ou son représentant. Elle se réunit à l'initiative de son président au moins trois fois par an.

      Elle comprend en outre :

      1° Le directeur de l'école de sages-femmes ;

      2° Le directeur de l'unité de formation et de recherche de médecine à laquelle est rattachée l'école de sages-femmes ou son représentant ;

      3° Le directeur technique des enseignements de l'école de sages-femmes ;

      4° Deux représentants des sages-femmes enseignantes ;

      5° Deux représentants de l'enseignement universitaire ;

      6° Un représentant des responsables de stage.

    • Article 18 (abrogé)

      Pour les candidats qui bénéficient d'une dispense de scolarité, en application des dispositions de l'article 9 du décret du 2 mars 1984 susvisé, l'admission en troisième année d'études est prononcée, dans la limite des places disponibles, après réussite au concours d'entrée et validation des connaissances dans les conditions fixées aux articles 4 et 5 du présent arrêté.

    • Article 19 (abrogé)

      L'admission en quatrième année est de plein droit pour les personnes qui, admises au plus tard à la rentrée universitaire de 1984 dans une école de sages-femmes, ont obtenu, à titre étranger, et antérieurement au régime d'études institué par le décret du 27 septembre 1985 susvisé, le certificat de fin de scolarité de sage-femme ainsi que la dispense du concours d'entrée aux écoles de sages-femmes lorque ces personnes remplissent les conditions énoncées à l'alinéa 2 a de l'article 1er de l'arrêté du 5 février 1987 susvisé.

    • Article 20 (abrogé)

      La dispense de l'ensemble de la scolarité en vue de l'obtention du diplôme d'Etat de sage-femme est accordée, sous réserve de la réussite aux épreuves du concours d'entrée aux écoles de sages-femmes, aux détenteurs du certificat de fin de scolarité de sage-femme régi par le décret du 27 septembre 1985 susvisé et délivré à titre étranger.

    • Article 23 (abrogé)

      Le directeur général de la santé et la directrice de l'enseignement supérieur sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 11 décembre 2001.

Le ministre délégué à la santé,

Pour le ministre et par délégation :

Le directeur général de la santé,

L. Abenhaïm

Le ministre de l'éducation nationale,

Pour le ministre et par délégation :

La directrice de l'enseignement supérieur,

F. Demichel

Les dispositions de l'arrêté du 19 juillet 2011 se substituent à celles de l'arrêté du 11 décembre 2001 relatif au contrôle des connaissances et des aptitudes des étudiants sages-femmes et à l'organisation des examens et fixant le programme des études de sages-femmes, lors de l'année universitaire 2011-2012 en ce qui concerne la première année de première phase et lors de l'année universitaire 2012-2013 en ce qui concerne la deuxième année de première phase des études de sages-femmes.

Retourner en haut de la page