Loi du 15 novembre 1887 sur la liberté des funérailles.

Dernière mise à jour des données de ce texte : 23 février 2007

ChronoLégi
ou du
Version en vigueur au 18 décembre 2020

Le Sénat et la Chambre des députés ont adopté,

Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

  • Tout majeur ou mineur émancipé, en état de tester, peut régler les conditions de ses funérailles, notamment en ce qui concerne le caractère civil ou religieux à leur donner et le mode de sa sépulture.

    Il peut charger une ou plusieurs personnes de veiller à l'exécution de ses dispositions.

    Sa volonté, exprimée dans un testament ou dans une déclaration faite en forme testamentaire, soit par devant notaire, soit sous signature privée, a la même force qu'une disposition testamentaire relative aux biens, elle est soumise aux mêmes règles quant aux conditions de la révocation.

  • En cas de contestation sur les conditions des funérailles, il est statué, dans le jour, sur la citation de la partie la plus diligente, par le juge de paix du lieu du décès, sauf appel devant le président du tribunal civil de l'arrondissement qui devra statuer dans les vingt-quatre heures.

    La décision est notifiée au maire, qui est chargé d'en assurer l'exécution.

    Il n'est apporté par la présente loi aucune restriction aux attributions des maires en ce qui concerne les mesures à prendre dans l'intérêt de la salubrité publique.

  • Sera punie des peines portées aux articles 199 et 200 du code pénal, sauf application de l'article 463 dudit code, toute personne qui aura donné aux funérailles un caractère contraire à la volonté du défunt ou à la décision judiciaire, lorsque l'acte constatant la volonté du défunt ou la décision du juge lui aura été dûment notifié.


    Les articles cités du code pénal sont abrogés.

Fait à Paris, le 15 novembre 1887

Par le Président de la République :

JULES GREVY.

Le garde des sceaux, ministre de la justice, C. MAZEAU.

Le ministre de l'intérieur, FALLIERES.

Retourner en haut de la page