Arrêté du 15 avril 2002 fixant la composition du jury, la nature des épreuves et les modalités d'organisation du concours interne sur épreuves pour l'accès au corps des adjoints des cadres techniques prévu à l'article 4 du décret n° 2002-516 du 15 avril 2002 modifiant le décret n° 93-145 du 3 février 1993 portant statuts particuliers des personnels techniques de l'Assistance publique-hôpitaux de Paris

Dernière mise à jour des données de ce texte : 31 octobre 2001

NOR : MESH0220941A

JORF n°90 du 17 avril 2002

ChronoLégi
Version en vigueur au 18 janvier 2021


La ministre de l'emploi et de la solidarité,
Vu la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires ;
Vu la loi n° 86-33 du 9 janvier 1986 modifiée portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique hospitalière, et notamment son article 103 ;
Vu le décret n° 93-145 du 3 février 1993 modifié portant statuts particuliers des personnels techniques de l'Assistance publique-hôpitaux de Paris,
Arrête :


  • Le concours interne sur épreuves prévu à l'article 2 du décret du 3 février 1993 susvisé est ouvert par arrêté du directeur général de l'Assistance publique-hôpitaux de Paris.
    Le concours est ouvert pour une ou plusieurs des branches suivantes :
    -services techniques généraux ;
    -travaux et maintenance ;
    -techniques spécialisées d'application.
    La décision d'ouverture du concours doit préciser le nombre de postes offerts pour chacune des branches concernées.


  • Le concours mentionné à l'article 1er ci-dessus est annoncé au moins deux mois à l'avance par insertion au Bulletin municipal officiel de la ville de Paris et par affichage au sein de l'Assistance publique-hôpitaux de Paris.


  • Les demandes d'admission à concourir doivent parvenir au moins un mois avant la date des épreuves au directeur général de l'Assistance publique-hôpitaux de Paris, qui arrête la liste des candidats autorisés à prendre part au concours.
    Les candidats doivent faire connaître, dans leur demande d'admission, la branche pour laquelle ils désirent concourir ainsi que la spécialité choisie, en fonction de la nature des postes à pourvoir.


  • Le jury du concours est composé comme suit :
    1° Le directeur général de l'Assistance publique-hôpitaux de Paris ou son représentant, président ;
    2° Deux cadres appartenant au corps des personnels de direction relevant de la fonction publique hospitalière ;
    3° Un ingénieur, ou un expert hospitalier pour les spécialités dans lesquelles il n'existe pas d'ingénieurs, relevant de l'une des branches au titre desquelles le concours est ouvert ;
    4° Un adjoint des cadres techniques, de classe supérieure au moins, en fonctions dans un hôpital ou un service autre que celui auquel appartient l'ingénieur ou l'expert hospitalier mentionné au 3° du présent article et relevant de l'une des branches au titre desquelles est ouvert le concours ;
    5° Un professeur en fonctions dans une école d'ingénieurs ou dans un établissement d'enseignement délivrant l'un des titres requis pour le recrutement par voie de concours sur titres des adjoints des cadres techniques, désigné par le directeur général de l'Assistance publique-hôpitaux de Paris ;
    6° Des correcteurs et examinateurs spéciaux désignés par le président du jury peuvent être adjoints au jury en fonction de la nature particulière des épreuves. Ils peuvent délibérer avec le jury avec voix consultative.
    Les membres du jury désignés au titre des 2°, 3°, 4° et 5° ne peuvent siéger à plus de cinq jurys consécutifs.
    En cas de partage égal des voix, la voix du président est prépondérante.

  • Le concours mentionné à l'article 1er ci-dessus comporte les épreuves énumérées ci-après :




    I. - Epreuves anonymes d'admissibilité

    1° Résumé, suivi d'un commentaire d'un texte d'ordre professionnel relatif à la branche choisie (durée : trois heures ; coefficient 2).
    2° Epreuve écrite permettant d'apprécier les connaissances techniques et scientifiques du candidat selon la nature de la spécialité. Une épreuve pratique pourra être substituée à l'épreuve écrite selon la nature de la spécialité (durée : quatre heures ; coefficient 10).
    Cette épreuve comporte, dans la branche techniques spécialisées d'application », une option à caractère biomédical dont le programme est annexé au présent arrêté.

    II. - Epreuves d'admission

    Entretien avec le jury permettant d'apprécier les qualités de réflexion du candidat ainsi que ses connaissances professionnelles et sa capacité d'expertise ou son aptitude à l'encadrement (durée maximale : quinze minutes ; coefficient 4).


  • Les épreuves d'admissibilité font l'objet d'une double correction.


  • Il est attribué pour chacune des épreuves du concours une note comprise entre 0 et 20 inclusivement. Chaque note est multipliée par le coefficient afférent à l'épreuve à laquelle elle se rapporte.


  • Les candidats ayant obtenu pour l'ensemble des épreuves écrites un total de points fixé par le jury et qui ne pourra être inférieur à 120 participent à l'épreuve d'admission.
    Les candidats ayant obtenu pour l'ensemble des épreuves du concours un total de points fixé par le jury et qui ne pourra être inférieur à 160 pourront seuls être déclarés admis.
    En cas de candidats ex aequo, ces derniers sont départagés à partir de la note obtenue à l'épreuve visée au 2° de l'article 5.


  • Au vu des délibérations du jury, le directeur général de l'Assistance publique-hôpitaux de Paris arrête la liste définitive d'admission et, le cas échéant, la liste complémentaire dans les conditions prévues à l'article 24-VI du décret du 3 février 1993 susvisé.
    Les candidats reçus choisissent leur affectation dans l'ordre de leur classement.


  • Les dispositions du présent arrêté prennent effet au 31 octobre 2001.


  • Le directeur de l'hospitalisation et de l'organisation des soins au ministère de l'emploi et de la solidarité est chargé de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française,


  • PROGRAMME DE L'ÉPREUVE À CARACTÈRE BIOMÉDICAL
    1. Appareillage de radiodiagnostic

    Description d'un ensemble : générateur, caractéristiques, gaines et tube, différents montages de statifs, tables :
    Principe du scanner, angiographie ;
    Numérisation de l'image radiologique ;
    Accessoires :
    Grilles, film, cassette développement :
    1. Classique » ;
    2. Laser (numérique) ;
    Plaques photosensibles (numérique).

    2. Radioprotection, radiothérapie

    Notions sur la réglementation de la radioprotection. Doses et unités. Accélérateurs linéaires.

    3. Saisies des données biologiques

    Signaux biologiques utilisés en diagnostic et en monitorage : ECG, EEG, EMG, potentiels évoqués, température, pression, gaz expirés, SPO2 ; capteurs : électrodes, capteurs de pression, de températures, de pH.
    Traitement des signaux. Bruit de fond. Amplificateurs. Filtres.

    4. Auxiliaires de visualisation et d'enregistrement

    Numérisation et stockage des données.
    Amplificateur de brillance.

    5. Appareils de suppléance fonctionnelle

    Notions sur les :
    - défibrillateurs ;
    - stimulateurs cardiaques ;
    - respirateurs (différents types) ;
    - dialyseurs ; notions sur la dialyse rénale ;
    - notions sur la circulation extracorporelle.

    6. Appareillage de laboratoire

    Principales méthodes de mesure ; pHmétrie. Conductivimétrie.
    Electrophorèse. Colorimétrie. Photométrie de flamme.
    Spectrophotométrie. Chromatographie en phase liquide, en phase gazeuse.
    Traçage radioactif. Comptage de radioactivité.
    Notions sur les analyseurs automatiques : biochimie, hématologie, immunologie.
    Biologie moléculaire.
    Principaux constituants : marquage de l'échantillon, passeur automatique, analyseur.

    7. Notions sur certaines techniques particulières

    Lasers à impulsion, à émission continue, application à l'ophtalmologie, à la chirurgie :
    Ultrasons : définition.
    Echographie.
    Méthode Doppler : imagerie couleur.
    Imagerie à résonance magnétique (IRM).
    Lithotripteur.
    Tomodensitomètre : scanner.
    Médecine nucléaire : gamma-caméras.
    Endoscopie : souple ; rigide (bloc).
    Perfusion : pompes, pousse-seringues, PCA, etc.
    Bloc : bistouris électriques.
    Réglementation :
    Marquage CE.
    Matériovigilance.


Fait à Paris, le 15 avril 2002.


Élisabeth Guigou

Retourner en haut de la page