Loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse

Dernière mise à jour des données de ce texte : 27 décembre 2020

Version en vigueur depuis le 29 janvier 2017
Naviguer dans le sommaire

Lorsque les faits visés par les articles 24 et 24 bis, par les deuxième et troisième alinéas de l'article 32 et par les troisième et quatrième alinéas de l'article 33 résultent de messages ou informations mis à disposition du public par un service de communication au public en ligne et qu'ils constituent un trouble manifestement illicite, l'arrêt de ce service peut être prononcé par le juge des référés, à la demande du ministère public et de toute personne physique ou morale ayant intérêt à agir.

Retourner en haut de la page