Cour de cassation, civile, Chambre civile 2, 6 mai 2021, 19-22.244, Inédit

Texte intégral

RÉPUBLIQUE FRANCAISE
AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l'arrêt suivant :

CIV. 2

LM



COUR DE CASSATION
______________________


Audience publique du 6 mai 2021




Rejet


M. PIREYRE, président



Arrêt n° 390 F-D

Pourvoi n° W 19-22.244




R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E

_________________________

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS
_________________________


ARRÊT DE LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, DU 6 MAI 2021

1°/ M. [A] [T], domicilié [Adresse 1],

2°/ la société AGEC, société à responsabilité limitée, dont le siège est [Adresse 2],

3°/ M. [O] [H], domicilié [Adresse 3],

4°/ Mme [C] [A], veuve [J], domiciliée [Adresse 4], agissant en son nom personnel et en qualité d'ayant droit de [T] [J],

5°/ M. [V] [O], domicilié [Adresse 5],

6°/ Mme [M] [U], domiciliée [Adresse 6],

7°/ M. [U] [S], domicilié [Adresse 7],

8°/ Mme [N] [B], domiciliée [Adresse 8],

9°/ Mme [K] [R],

10°/ M. [S] [R],

domiciliés tous deux [Adresse 9],

11°/ Mme [B] [X], domiciliée [Adresse 10],

12°/ M. [H] [D], domicilié [Adresse 11],

13°/ Mme [F] [M], domiciliée [Adresse 12],

14°/ Mme [Q] [Z],

15°/ M. [E] [Z],

domiciliés tous deux [Adresse 13],

16°/ M. [O] [N], domicilié [Adresse 14],

17°/ Mme [G] [G],

18°/ M. [I] [G],

domiciliés tous deux [Adresse 15],

19°/ M. [J] [K], domicilié [Adresse 16],

20°/ M. [W] [I], domicilié [Adresse 17] (Suisse),

21°/ Mme [Z] [C],

22°/ M. [U] [C],

domiciliés tous deux [Adresse 18],

23°/ Mme [D] [W], domiciliée [Adresse 19],

24°/ M. [R] [E], domicilié [Adresse 20],

25°/ M. [O] [P], domicilié [Adresse 21],

26°/ M. [P] [Y], domicilié [Adresse 22],

27°/ M. [X] [Q], domicilié [Adresse 23],

28°/ M. [L] [L], domicilié [Adresse 24],

29°/ Mme [Y] [V],

30°/ M. [V] [V],

domiciliés tous deux [Adresse 25],

31°/ Mme [Z] [F], domiciliée [Adresse 26],

32°/ Mme [Z] [Q], domiciliée [Adresse 27], agissant en qualité de représentante légale de son enfant [L] [Q],

33°/ M. [A] [V], domicilié [Adresse 28],

34°/ M. [A] [Z], domicilié [Adresse 29],

35°/ Mme [B] [L],

36°/ M. [D] [L],

domiciliés tous deux [Adresse 30],

37°/ M. [V] [B], domicilié [Adresse 31],

38°/ M. [B] [D], domicilié [Adresse 32],

39°/ Mme [A] [P], domiciliée [Adresse 33],

40°/ M. [L] [M], domicilié [Adresse 34],

41°/ M. [T] [C], domicilié [Adresse 35],

42°/ M. [U] [N], domicilié [Adresse 36],

43°/ M. [K] [X], domicilié [Adresse 37],

44°/ M. [K] [U], domicilié [Adresse 38],

45°/ Mme [E] [F], épouse [J], domiciliée [Adresse 39],

46°/ M. [E] [T], domicilié [Adresse 40],

47°/ Mme [J] [I],

48°/ M. [B] [I],

domiciliés tous deux [Adresse 41],

49°/ Mme [R] [G], domiciliée [Adresse 42],

50°/ la société Chezy 31, société civile immobilière, dont le siège est [Adresse 43],

51°/ Mme [S] [Y], domiciliée [Adresse 44],

52°/ M. [I] [S], domicilié [Adresse 45],

53°/ Mme [R] [E],

54°/ M. [P] [E],

domiciliés tous deux [Adresse 46],

55°/ M. [K] [W], domicilié [Adresse 47],

56°/ Mme [S] [K], domiciliée [Adresse 48],

57°/ M. [O] [O], domicilié [Adresse 49],

58°/ Mme [K] [H], domiciliée [Adresse 50],

59°/ Mme [N] [A],

60°/ M. [V] [A],

domiciliés tous deux [Adresse 51],

61°/ Mme [X] [R], domiciliée [Adresse 52],

62°/ Mme [D] [T],

63°/ M. [S] [T],

domiciliés tous deux [Adresse 53],

64°/ M. [Z] [C], domicilié [Adresse 54],

65°/ M. [E] [C], domicilié [Adresse 55],

66°/ M. [L] [C], domicilié [Adresse 56],

67°/ M. [W] [J], domicilié [Adresse 57],

68°/ Mme [D] [F],

69°/ M. [E] [F],

domiciliés tous deux [Adresse 58],

70°/ Mme [G] [V], domiciliée [Adresse 59],

71°/ M. [L] [H], domicilié [Adresse 60],

72°/ Mme [M] [Y],

73°/ M. [V] [Y],

domiciliés tous deux [Adresse 61],

74°/ Mme [F] [D], domiciliée [Adresse 62],

75°/ M. [K] [A], domicilié [Adresse 63],

76°/ M. [H] [W], domicilié [Adresse 64],

77°/ M. [K] [X], domicilié [Adresse 65],

78°/ la société du Triangle, société civile immobilière, dont le siège est [Adresse 66],

79°/ M. [B] [E], domicilié [Adresse 67],

80°/ M. [R] [P], domicilié [Adresse 68],

81°/ Mme [W] [G], domiciliée [Adresse 69],

82°/ Mme [Y] [K], domiciliée [Adresse 70],

83°/ M. [H] [K], domicilié [Adresse 71],

84°/ M. [C] [M], domicilié [Adresse 72],

85°/ M. [V] [S], domicilié [Adresse 73],

86°/ M. [O] [U], domicilié [Adresse 74],

87°/ M. [Q] [L], domicilié [Adresse 75],

88°/ Mme [B] [B], domiciliée [Adresse 76],

89°/ M. [D] [N], domicilié [Adresse 77],

90°/ M. [R] [Z], domicilié [Adresse 78],

91°/ Mme [Q] [Q], domiciliée [Adresse 79],

92°/ M. [C] [O], domicilié [Adresse 80],

93°/ M. [S] [I],

94°/ M. [P] [I],

domiciliés tous deux [Adresse 81],

95°/ Mme [L] [I], domiciliée [Adresse 82],

96°/ Mme [V] [R], domiciliée [Adresse 83],

97°/ M. [O] [K], domicilié [Adresse 84],

98°/ M. [E] [W], domicilié [Adresse 85],

99°/ Mme [J] [U],

100°/ M. [W] [U],

domiciliés tous deux [Adresse 86],

101°/ M. [G] [O], domicilié [Adresse 87],

102°/ M. [T] [E], domicilié [Adresse 88],

103°/ M. [M] [M], domicilié [Adresse 89],

104°/ M. [W] [A], domicilié [Adresse 90],

105°/ M. [U] [P], domicilié [Adresse 91],

106°/ Mme [D] [R], domiciliée [Adresse 92],

107°/ Mme [X] [F], domiciliée [Adresse 88],

108°/ Mme [M] [T],

109°/ M. [A] [T],

domiciliés tous deux [Adresse 93],

110°/ M. [Z] [H], domicilié [Adresse 94],

111°/ M. [K] [D], domicilié [Adresse 95],

112°/ Mme [J] [G], domiciliée [Adresse 96],

113°/ Mme [Q] [N], domiciliée [Adresse 97],

114°/ M. [C] [I], domicilié [Adresse 98],

115°/ Mme [N] [J], domiciliée [Adresse 99],

116°/ Mme [F] [Y], domiciliée [Adresse 100],

117°/ M. [U] [Y], domicilié [Adresse 101],

118°/ Mme [O] [Q],

119°/ M. [D] [Q],

domiciliés tous deux [Adresse 102],

120°/ M. [P] [L], domicilié [Adresse 103],

121°/ Mme [T] [X], domiciliée [Adresse 104],

122°/ Mme [D] [V],

123°/ M. [I] [V],

domiciliés tous deux [Adresse 105],

124°/ Mme [W] [S],

125°/ M. [I] [S],

domiciliés tous deux [Adresse 106],

126°/ M. [R] [A], domicilié [Adresse 107],

127°/ Mme [N] [C], domiciliée [Adresse 108],

128°/ la société Jo Le Roy, société par actions simplifiée, dont le siège est [Adresse 109],

129°/ M. [S] [B], domicilié [Adresse 110],

130°/ M. [W] [Z], domicilié [Adresse 111],

131°/ Mme [K] [F],

132°/ M. [Z] [F],

domiciliés tous deux [Adresse 112],

133°/ M. [O] [L], domicilié [Adresse 113],

134°/ Mme [Z] [M] [L], domiciliée [Adresse 114],

135°/ Mme [F] [P],

136°/ M. [F] [P],

domiciliés tous deux [Adresse 115],

137°/ M. [H] [D], domicilié [Adresse 116],

138°/ M. [R] [Q], domicilié [Adresse 117],

139°/ M. [R] [H], domicilié [Adresse 118],

140°/ Mme [D] [N], domiciliée [Adresse 119],

141°/ M. [N] [N], domicilié [Adresse 120],

142°/ M. [Y] [J], domicilié [Adresse 121],

143°/ Mme [L] [T], domiciliée [Adresse 122],

144°/ Mme [R] [M],

145°/ M. [I] [M],

domiciliés tous deux [Adresse 123],

146°/ Mme [C] [X],

147°/ M. [I] [X],

domiciliés tous deux [Adresse 124],

148°/ Mme [M] [U], veuve [O], domiciliée [Adresse 125],

149°/ M. [K] [A], domicilié [Adresse 126],

150°/ M. [C] [B], domicilié [Adresse 127],

151°/ Mme [Z] [E],

152°/ M. [R] [E],

153°/ M. [D] [E],

domiciliés tous trois [Adresse 128],

154°/ Mme [Z] [C], domiciliée [Adresse 129],

155°/ Mme [S] [Y], domiciliée [Adresse 130],

156°/ M. [K] [S], domicilié [Adresse 131],

157°/ M. [J] [V], domicilié [Adresse 132],

158°/ Mme [A] [K], domiciliée [Adresse 133],

159°/ M. [C] [R], domicilié [Adresse 134],

160°/ Mme [W] [G],

161°/ M. [A] [G],

domiciliés tous deux [Adresse 135],

162°/ M. [O] [W], domicilié [Adresse 136],

163°/ Mme [L] [Z],

164°/ M. [Y] [Z],

domiciliés tous deux [Adresse 137],

165°/ M. [Z] [I], domicilié [Adresse 138],

166°/ M. [A] [I], domicilié [Adresse 139],

167°/ Mme [B] [S], domiciliée [Adresse 140], agissant en qualité de tutrice de M. [O] [U],

168°/ Mme [F] [L], domiciliée [Adresse 141],

169°/ Mme [I] [J], épouse [V], domiciliée [Adresse 142],

170°/ M. [L] [Y], domicilié [Adresse 143],

171°/ Mme [T] [D],

172°/ M. [R] [D],

domiciliés tous deux [Adresse 144],

173°/ la société Milletours, société anonyme, dont le siège est [Adresse 145],

174°/ Mme [P] [O], domiciliée [Adresse 146],

175°/ Mme [U] [W],

176°/ M. [A] [W],

domiciliés tous deux [Adresse 147],

177°/ M. [Z] [X], domicilié [Adresse 148],

178°/ M. [T] [X], domicilié [Adresse 149],

179°/ M. [L] [E], domicilié [Adresse 150],

180°/ Mme [K] [A], domiciliée [Adresse 151],

181°/ M. [A] [N], domicilié [Adresse 152],

182°/ Mme [B] [Q], domiciliée [Adresse 153],

183°/ M. [V] [K], domicilié [Adresse 154],

184°/ Mme [V] [M],

185°/ M. [X] [M],

domiciliés tous deux [Adresse 155],

186°/ Mme [G] [C], domiciliée [Adresse 156],

187°/ Mme [T] [G], domiciliée [Adresse 157],

188°/ M. [B] [T], domicilié [Adresse 158],

189°/ M. [E] [Z], domicilié [Adresse 159],

190°/ M. [C] [R], domicilié [Adresse 160],

191°/ Mme [G] [F], domiciliée [Adresse 161],

192°/ Mme [Z] [B], domiciliée [Adresse 162],

193°/ Mme [D] [U], domiciliée [Adresse 163],

194°/ Mme [H] [H],

195°/ M. [R] [H],

domiciliés tous deux [Adresse 164],

196°/ M. [Q] [P], domicilié [Adresse 165],

197°/ Mme [K] [X], domiciliée [Adresse 166],

198°/ M. [I] [T], domicilié [Adresse 167],

199°/ Mme [E] [B],

200°/ M. [W] [B],

domiciliés tous deux [Adresse 168],

201°/ Mme [K] [G],

202°/ M. [K] [G],

domiciliés tous deux [Adresse 169],

203°/ M. [N] [Q], domicilié [Adresse 170],

204°/ Mme [U] [Y], domiciliée [Adresse 171],

205°/ Mme [J] [P], domiciliée [Adresse 172],

206°/ M. [U] [A], domicilié [Adresse 169],

207°/ M. [S] [O], domicilié [Adresse 173],

208°/ Mme [L] [V], domiciliée [Adresse 174],

209°/ Mme [D] [M], épouse [F], domiciliée [Adresse 175],

210°/ Mme [Y] [W], domiciliée [Adresse 130],

211°/ M. [P] [S], domicilié [Adresse 176],

212°/ M. [N] [H], domicilié [Adresse 177],

213°/ M. [U] [L], domicilié [Adresse 178],

214°/ M. [I] [Z], domicilié [Adresse 179],

215°/ M. [H] [C], domicilié [Adresse 180],

216°/ M. [K] [I], domicilié [Adresse 181],

217°/ Mme [G] [U], domiciliée [Adresse 182],

218°/ M. [R] [E], domicilié [Adresse 183],

219°/ M. [V] [K], domicilié [Adresse 184],

220°/ M. [Z] [N], domicilié [Adresse 185],

221°/ M. [L] [D], domicilié [Adresse 186],

222°/ M. [O] [E], domicilié [Adresse 187],

223°/ M. [U] [J], domicilié [Adresse 188],

224°/ M. [I] [R], domicilié [Adresse 189],

225°/ Mme [B] [G], domiciliée [Adresse 190],

226°/ Mme [U] [G], domiciliée [Adresse 191],

227°/ M. [D] [X], domicilié [Adresse 192],

228°/ M. [V] [H], domicilié [Adresse 193],

229°/ M. [W] [P], domicilié [Adresse 194],

230°/ Mme [D] [B], domiciliée [Adresse 195],

231°/ M. [S] [B], domicilié [Adresse 196], agissant en qualité d'ayant droit de [Y] [B],

232°/ M. [Q] [B], domicilié [Adresse 195], agissant en son nom personnel et en qualité d'ayant droit de [Y] [B],

233°/ M. [B] [Y], domicilié [Adresse 197],

234°/ M. [F] [E],

235°/ M. [L] [E],

domiciliés tous deux [Adresse 198],

236°/ Mme [D] [K], domiciliée [Adresse 199],

237°/ Mme [N] [N],

238°/ M. [A] [N],

domiciliés tous deux [Adresse 200],

239°/ M. [M] [S], domicilié [Adresse 201],

240°/ M. [J] [Z], domicilié [Adresse 202],

241°/ Mme [X] [F], domiciliée [Adresse 203], agissant en qualité d'ayant droit de [K] [F],

242°/ Mme [P] [I], domiciliée [Adresse 204],

243°/ M. [O] [J], domicilié [Adresse 205], agissant en qualité d'ayant droit de [T] [J],

244°/ M. [I] [B], domicilié [Adresse 206],

245°/ M. [I] [D], domicilié [Adresse 207],

246°/ Mme [B] [Q], domiciliée [Adresse 208],

ont formé le pourvoi n° W 19-22.244 contre l'arrêt rendu le 26 novembre 2018 par la cour d'appel de Paris (pôle 5, chambre 10), dans le litige les opposant :

1°/ à la société MMA IARD, société anonyme,

2°/ à la société MMA IARD assurances mutuelles, société d'assurance mutuelle à cotisations fixes,

ayant toutes deux leur siège [Adresse 209],

défenderesses à la cassation.

Les demandeurs invoquent, à l'appui de leur pourvoi, les deux moyens de cassation annexés au présent arrêt.

Le dossier a été communiqué au procureur général.

Sur le rapport de Mme [Z], conseiller, les observations de Me Laurent Goldman, avocat de M. [T], la société AGEC, M. [H], Mme [A] veuve [J], en son nom personnel et en qualité d'ayant droit de [T] [J], M. [O], Mme [U], M. [S], Mme [B], M. et Mme [R], Mme [X], M. [D], Mme [M], M. et Mme [Z], M. [N], M. et Mme [G], MM. [K], [I], M. et Mme [C], Mme [W], MM. [E], [P], [Y], [Q], [L], M. et Mme [V], Mmes [F], [Q], en qualité de représentante légale de son enfant [L] [Q], MM. [V], [Z], M. et Mme [L], MM. [B], [D], Mme [P], MM. [M], [C], [N], [X], [U], Mme [F] épouse [J], M. [T], M. et Mme [I], Mme [G], la SCI Chezy 31, Mme [Y], M. [S], M. et Mme [E], M. [W], Mme [K], M. [O], Mme [H], M. et Mme [A], Mme [R], M. et Mme [T], MM. [C], [E] et [L] [C], [J], M. et Mme [F], Mme [V], M. [H], M. et Mme [Y], Mme [D], MM. [A], [W], [X], la SCI du Triangle, MM. [E], [P], Mme [G], M. et Mme [K], MM. [M], [S], [U], [L], [B], [N], [Z], Mme [Q], MM. [O], [S] et [P] [I], Mmes [I], [R], MM. [K], [W], M. et Mme [U], MM. [O], [E], [M], [A], [P], Mmes [R], [F], M. et Mme [T], MM. [H], [D], Mmes [G], [N], M. [I], Mme [J], M. et Mme [Y], M. et Mme [Q], M. [L], Mme [X], M. et Mme [V], M. et Mme [S], M. [A], Mme [C], la société Jo Le Roy, MM. [B], [Z], M. et Mme [F], M. et Mme [L], M. et Mme [P], MM. [D], [Q], [H], M. et Mme [N], M. [J], Mme [T], M. et Mme [M], M. et Mme [X], Mme [U] veuve [O], MM. [A], [B], Mme [E], MM. [R] et [D] [E], Mmes [C], [Y], MM. [S], [V], Mme [K], M. [R], M. et Mme [G], M. [W], M. et Mme [Z], MM. [I], [I], Mme [S], en qualité de tutrice de M. [O] [U], Mme [L], Mme [J] épouse [V], M. [Y], M. et Mme [D], la société Milletours, Mme [O], M. et Mme [W], MM. [Z] et [T] [X], M. [E], Mme [A], M. [N], Mme [Q], M. [K], M. et Mme [M], Mmes [C], [G], MM. [T], [Z], [R], Mmes [F], [B], [U], M. et Mme [H], M. [P], Mme [X], M. [T], M. et Mme [B], M. et Mme [G], M. [Q], Mmes [Y], [P], MM. [A], [O], Mmes [V], [M] épouse [F], [W], MM. [S], [H], [L], [Z], [C], [I], Mme [U], MM. [E], [K], [N], [D], [E], [J], [R], Mmes [B] et [U] [G], MM. [X], [H], [P], Mme [B], M. [S] [B], en qualité d'ayant droit de [Y] [B], M. [Q] [B], en son nom personnel et en qualité d'ayant droit de [Y] [B], MM. [Y], [F] et [L] [E], Mme [K], M. et Mme [N], MM. [S], [Z], Mme [F], en qualité d'ayant droit de [K] [F], Mme [I], M. [J], en qualité d'ayant droit de [T] [J], MM. [B], [D] et Mme [Q], de la SCP Boré, Salve de Bruneton et Mégret, avocat des sociétés MMA IARD et MMA IARD assurances mutuelles, et l'avis de M. Grignon Dumoulin, avocat général, après débats en l'audience publique du 17 mars 2021 où étaient présents M. Pireyre, président, Mme [Z], conseiller rapporteur, Mme Leroy-Gissinger, conseiller doyen, et M. Carrasco, greffier de chambre,

la deuxième chambre civile de la Cour de cassation, composée des président et conseillers précités, après en avoir délibéré conformément à la loi, a rendu le présent arrêt.

Faits et procédure

1. Selon l'arrêt attaqué (Paris, 26 novembre 2018) et les productions, les coopératives de croissance (CC) et les coopératives des petites entreprises (CPE), créées à l'initiative de M. [C], qui en assurait la gérance, avaient pour objet de mettre en relation, moyennant des avantages fiscaux et la perception d'intérêts, des investisseurs avec des petites et moyennes entreprises en recherche de biens et de prestations de services nécessaires à leur évolution.

2. La plupart des coopératives ont souscrit, par l'intermédiaire de la société [Personne physico-morale 1] (le courtier), des contrats, identiques, d'assurance « responsabilité civile professionnelle et responsabilité civile d'exploitation » avec la société Covea Risks, aux droits de laquelle viennent les sociétés MMA IARD et MMA IARD assurances mutuelles (les assureurs).

3. M. [C], soupçonné d'avoir détourné une grande partie des sommes remises par les investisseurs, a été mis en examen le 24 novembre 2010 pour escroqueries, abus de confiance, abus de biens sociaux et association de malfaiteurs. Les coopératives ont été placées en liquidation judiciaire et les contrats d'assurance résiliés.

4. Des conseillers en investissements financiers ont assigné devant un tribunal de commerce, en qualité d'investisseurs, aux fins d'indemnisation, les liquidateurs judiciaires des coopératives, les assureurs et, en intervention forcée, le courtier.

5. M. [T] et 625 autres investisseurs sont intervenus volontairement à l'instance aux fins de condamnation des assureurs, solidairement avec le courtier, à les indemniser de leurs préjudices.

6. Statuant sur la demande reconventionnelle des assureurs, le tribunal a annulé, pour fausse déclaration intentionnelle, les contrats d'assurance souscrits par les CC et les CPE.

7. Les investisseurs ont fait appel du jugement en invoquant, notamment, la responsabilité délictuelle de l'assureur et du courtier, en qualité de mandataire apparent de l'assureur, en soutenant notamment que le courtier les auraient induits dans la croyance légitime que l'assurance garantissait le préjudice financier quelles que soient les erreurs commises par les coopératives.

Examen des moyens

Sur le premier moyen, pris en sa seconde branche, ci-après annexé

8. En application de l'article 1014, alinéa 2, du code de procédure civile, il n'y a pas lieu de statuer par une décision spécialement motivée sur ce moyen qui n'est manifestement pas de nature à entraîner la cassation.

Sur le premier moyen, pris en sa première branche

Enoncé du moyen

9. M. [T] et 245 autres demandeurs font grief à l'arrêt de dire que le courtier n'a commis ni manquement ni erreur qui pourrait engager sa responsabilité et que son mandataire, la société Covea Risks, ne peut être recherchée de ce chef et de les débouter en leur intervention volontaire de leur demande au titre de l'action directe à l'encontre des assureurs et du courtier, en raison de la nullité des contrats d'assurance responsabilité civile des coopératives, alors « que l'obligation d'information du courtier interrogé sur l'étendue des garanties, dont l'accomplissement s'apprécie au regard des questions formulées, ne se limite pas au rappel des seules mentions du contrat ; qu'en se bornant à relever, pour dire que le courtier n'avait pas commis de faute dans la réponse apportée à la question qui lui avait été posée sur l'étendue de la garantie de l'assureur, que cette réponse était conforme aux assurances souscrites par les coopératives, qui portaient sur une garantie civile professionnelle dont la mise en oeuvre supposait une faute, un préjudice et un lien de causalité, sans constater que le courtier avait répondu à la question posée autrement que par un simple rappel des mentions du contrat, la cour d'appel a privé sa décision de base légale au regard de l'article 1384, devenu 1242, du code civil. »

Réponse de la Cour

10. Pour rejeter les demandes d'indemnisation soutenues par les investisseurs contre les assureurs et le courtier, l'arrêt, par motifs propres et adoptés, constate qu'en réponse à une question posée par un conseil en investissements financiers, le courtier a répondu, par message électronique du 16 décembre 2009 : « Si les clients perdent tout ou partie des capitaux qu'ils ont investis en raison de la mauvaise gestion des dirigeants des entreprises, ces derniers peuvent être mis en cause au titre de leur responsabilité civile de mandataires sociaux pour autant que :
- cette mauvaise gestion soit prouvée et résulte de fautes, erreurs ou omissions de ces dirigeants,
- qu'il y ait un lien direct entre le préjudice subi par les investisseurs et les fautes, erreurs ou omissions des dirigeants.
Nous ajoutons ceci :
- l'assurance de RC Professionnelle des coopératives garantit les préjudices financiers causés aux tiers (les clients) du fait d'une faute, omission, erreur des coopératives.
- que cette assurance couvre une obligation de moyens et non pas une obligation de résultats. En raison des critères de fonctionnement de ces assurances, il ne nous semble pas possible de vous apporter une autre réponse que celles ci-dessus. »

11. La décision retient que cette information, au demeurant non destinée aux investisseurs mais à un conseil en investissements financiers, dont la qualité de mandataire des appelants n'est pas justifiée, rappelle les conditions de la garantie souscrite par les coopératives et ne comporte aucune mention pouvant faire croire à une garantie de représentation de fonds, l'existence de cette dernière n'étant, au demeurant, plus invoquée par les investisseurs.

12. De ces constatations et énonciations dont il résulte que la réponse du courtier à un professionnel des investissements financiers était explicite et n'avait pu induire en erreur les investisseurs quant à l'étendue de la garantie souscrite, la cour d'appel a pu déduire, alors qu'aucune obligation d'information ne pesait sur le courtier ou l'assureur à l'égard des tiers qui envisageaient d'investir dans les coopératives, que le courtier n'avait commis aucune faute.

13. Le moyen n'est, dès lors, pas fondé.

Et sur le second moyen

Enoncé du moyen

14. M. [T] et 245 autres demandeurs font grief à l'arrêt de dire que le courtier n'a commis ni manquement ni erreur qui pourrait engager sa responsabilité et que son mandataire, la société Covea Risks, ne peut être recherchée de ce chef et de les débouter de leur demande, au titre de l'action directe, à l'encontre des assureurs et du courtier, en raison de la nullité des contrats d'assurance responsabilité civile des coopératives, alors :

« 1°/ que les investisseurs se prévalaient de la violation par l'assureur de son obligation de conseil à l'égard de son assuré, qui leur avait causé un préjudice ; qu'en s'abstenant de répondre à ce moyen, de nature à établir la faute de l'assureur à l'égard des investisseurs, la cour d'appel a violé l'article 455 du code de procédure civile ;

2°/ que l'assureur est tenu, au titre de son obligation de conseil à l'égard de l'assuré, de proposer à ce dernier des garanties adaptées aux risques déclarés, en particulier dans le formulaire de déclaration du risque ; qu'en se fondant, pour écarter la faute de l'assureur à l'égard des investisseurs, tiers victimes du manquement de l'assureur à son obligation de conseil à l'égard de l'assuré, sur la circonstance inopérante que le premier n'était pas tenu de vérifier l'exactitude des déclarations faite par l'assuré, ce qui était sans incidence sur la vérification de l'adéquation de la garantie proposée aux réponses faites, la cour d'appel a privé sa décision de base légale au regard de l'article 1382, devenu 1240, du code civil. »

Réponse de la cour

Recevabilité du moyen, pris en sa seconde branche

15. Les assureurs et le courtier contestent la recevabilité de ce moyen, tiré du défaut de vérification par l'assureur de l'adéquation de la garantie proposée aux risques déclarés. Ils soutiennent qu'il est nouveau, mélangé de fait et de droit.

16. Cependant, le grief allégué n'est pas nouveau dès lors qu'il ressort des conclusions d'appel des investisseurs qu'ils ont soutenu que l'absence de production du questionnaire de déclaration de risques soumis aux coopératives ne permettait pas de vérifier si l'assureur les avait conseillées sur l'adéquation de la garantie proposée aux risques encourus.

17. Ce moyen est, dès lors, recevable.

Bien-fondé du moyen

18. En premier lieu, la cour d'appel n'avait pas à répondre à un moyen inopérant dès lors que le préjudice subi par les investisseurs n'est pas né d'une inadéquation des garanties aux besoins de l'assuré mais des fausses déclarations de celui-ci quant aux activités qu'il entendait poursuivre, lequelles ont été à l'origine de l'annulation des contrats.

19. En second lieu, la cour d'appel a exactement retenu que l'assureur n'est pas tenu de contrôler la véracité des déclarations faites par l'assuré dans le formulaire de déclaration du risque.

20. Le moyen n'est, dès lors, pas fondé.

PAR CES MOTIFS, la Cour :

REJETTE le pourvoi ;

Condamne M. [T] et les 245 autres demandeurs au pourvoi aux dépens ;

En application de l'article 700 du code de procédure civile, rejette les demandes ;

Ainsi fait et jugé par la Cour de cassation, deuxième chambre civile, et prononcé par le président en son audience publique du six mai deux mille vingt et un. MOYENS ANNEXES au présent arrêt


Moyens produits par Me Laurent Goldman, avocat aux Conseils, pour M. [T] et les 245 autres demandeurs au pourvoi


PREMIER MOYEN DE CASSATION

Les exposants font grief à l'arrêt attaqué d'avoir dit que la société [Personne physico-morale 1] n'a commis ni manquement ni erreur qui pourrait engager sa responsabilité et que son mandataire, la compagnie Covéa Risks, ne peut être recherchée de ce chef et d'avoir débouté les exposants en leur intervention volontaire de leur demande au titre de l'action directe à l'encontre des sociétés MMA Iard et MMA Iard assurances mutuelles et du cabinet [Personne physico-morale 1], en raison de la nullité des contrats d'assurance responsabilité civile des coopératives ;

AUX MOTIFS QUE :

Considérant en effet que, sur demande d'une société de conseil en investissements financiers, la société BDJ a répondu par courrier électronique du 16 décembre 2009 que : « (...) Si les clients perdent tout ou partie des capitaux qu'ils ont investis en raison de la mauvaise gestion des dirigeants des entreprises, ces derniers peuvent être mis en cause au titre de leur responsabilité civile de mandataires sociaux pour autant que :
- cette mauvaise gestion soit prouvée et résulte de fautes, erreurs ou omissions de ces dirigeants,
- qu'il y ait un lien direct entre le préjudice subi par les investisseurs et les fautes, erreurs ou omissions des dirigeants.
Nous ajoutons ceci :
- L'assurance de RC Professionnelle des coopératives garantit les préjudices financiers causés aux tiers (les clients) du fait d'une faute, omission, erreur des coopératives.
- Cette assurance couvre une obligation de moyens et non pas une obligation de résultats. En raison des critères de fonctionnement de ces assurances, il ne nous semble pas possible de vous apporter une autre réponse que celles-ci-dessus ».
Considérant que cette information, au demeurant non destinée aux investisseurs de la présente instance mais à un conseil en investissement financier dont la qualité de mandataire des appelants n'est pas justifiée, rappelle les conditions de la garantie souscrite par les coopératives et ne comporte aucune mention pouvant faire croire à une garantie de représentation de fonds, l'existence de cette dernière garantie n'étant au demeurant plus invoquée par les investisseurs ; que cette réponse du cabinet [Personne physico-morale 1] est conforme aux assurances souscrites les coopératives qui portent sur une garantie civile professionnelle dont la mise en oeuvre suppose une faute, un préjudice et un lien de causalité ; qu'en rappelant ces conditions le cabinet BDJ n'a pas commis de faute puisque la condition préalable de la faute des coopératives a été précisée ;
Considérant que le second courrier électronique daté du 27 novembre 2009 par lequel M. [D] [M] informe M. [T] du montant de la garantie porté à 1 000 000 euros par sinistre comporte une simple information objective ; que les investisseurs sont infondés à soutenir qu'ils auraient ainsi été confortés et trompés sur la garantie susceptible de leur être consentie par la société Covéa Risks ;
Considérant que le jugement doit être confirmé en ce qu'il a débouté les investisseurs de leurs demandes présentées sur ce fondement ;

1°) ALORS QUE l'obligation d'information du courtier interrogé sur l'étendue des garanties, dont l'accomplissement s'apprécie au regard des questions formulées, ne se limite pas au rappel des seules mentions du contrat ; qu'en se bornant à relever, pour dire que le courtier n'avait pas commis de faute dans la réponse apportée à la question qui lui avait été posée sur l'étendue de la garantie de l'assureur, que cette réponse était conforme aux assurances souscrites par les coopératives, qui portaient sur une garantie civile professionnelle dont la mise en oeuvre supposait une faute, un préjudice et un lien de causalité, sans constater que le courtier avait répondu à la question posée autrement que par un simple rappel des mentions du contrat, la cour d'appel a privé sa décision de base légale au regard de l'article 1384, devenu 1242, du code civil ;

2°) ALORS QUE dans le cadre du devoir d'information qu'il a à l'égard de son client, tout professionnel peut, sans avoir à justifier pour cela d'un mandat de ce dernier, avoir à se renseigner auprès d'un autre professionnel ; qu'en se fondant, pour écarter la responsabilité de l'assureur du fait du courtier, sur la circonstance inopérante que la réponse apportée par ce dernier n'était pas destinée aux investisseurs mais à un conseil en investissement financier dont la qualité de mandataire des exposants n'est pas justifiée, la cour d'appel a violé l'article 1384, devenu 1242, du code civil.


SECOND MOYEN DE CASSATION

Les exposants font grief à l'arrêt attaqué d'avoir dit que la société [Personne physico-morale 1] n'a commis ni manquement ni erreur qui pourrait engager sa responsabilité et que son mandataire, la compagnie Covéa Risks, ne peut être recherchée de ce chef et d'avoir débouté les exposants en leur intervention volontaire de leur demande au titre de l'action directe à l'encontre des sociétés MMA Iard et MMA Iard assurances mutuelles et du cabinet [Personne physico-morale 1], en raison de la nullité des contrats d'assurance responsabilité civile des coopératives ;

AUX MOTIFS QUE :

Mais considérant que les sociétés Mma Iard et Mma Iard Assurances Mutuelles sont bien fondées à soutenir que l'assureur n'est pas tenu de vérifier l'exactitude des déclarations faites par l'assuré en l'espèce les coopératives ; que la contestation relative à l'absence de remise des dites déclarations est donc sans portée ; qu'est versé aux débats un courrier daté du 9 juin 2008 adressé à la société Covea Risks par la société Coopérative de Croissance qui décrit les activités des coopératives CC et CPE, donne les références du site permettant de prendre connaissance de leurs statuts et immatriculations comportant leur objet social ;
Considérant ensuite que les activités proposées par les coopératives n'ont pas été remises en cause lors de l'enquête pénale engagée contre M. [C] ni par l'autorité des marchés financiers (AMF) ; qu'enfin, la société Covea Risks ne disposant d'aucun moyen de s'apercevoir de la fraude opérée par Monsieur [C], le moyen portant sur l'aggravation des risques est inopérant ;
Considérant que les demandes des investisseurs présentées sur le fondement délictuel doivent également être rejetées ;

1°) ALORS QUE les investisseurs se prévalaient de la violation par l'assureur de son obligation de conseil à l'égard de son assuré, qui leur avait causé un préjudice ; qu'en s'abstenant de répondre à ce moyen, de nature à établir la faute de l'assureur à l'égard des investisseurs, la cour d'appel a violé l'article 455 du code de procédure civile ;

2°) ALORS QUE l'assureur est tenu, au titre de son obligation de conseil à l'égard de l'assuré, de proposer à ce dernier des garanties adaptées aux risques déclarés, en particulier dans le formulaire de déclaration du risque ; qu'en se fondant, pour écarter la faute de l'assureur à l'égard des investisseurs, tiers victimes du manquement de l'assureur à son obligation de conseil à l'égard de l'assuré, sur la circonstance inopérante que le premier n'était pas tenu de vérifier l'exactitude des déclarations faite par l'assuré, ce qui était sans incidence sur la vérification de l'adéquation de la garantie proposée aux réponses faites, la cour d'appel a privé sa décision de base légale au regard de l'article 1382, devenu 1240, du code civil.ECLI:FR:CCASS:2021:C200390
Retourner en haut de la page