Cour de Cassation, Chambre civile 1, du 10 juin 1981, 80-11.600, Publié au bulletin

Texte intégral

RÉPUBLIQUE FRANCAISE
AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SUR LE MOYEN UNIQUE :

VU L'ARTICLE PREMIER DE LA LOI DU II GERMINAL AN XI; ATTENDU QUE, D'APRES CE TEXTE, PEUVENT NOTAMMENT ETRE RECUS, COMME PRENONS, << LES NOMS EN USAGE DANS LES DIFFERENTS CALENDRIERS >>; ATTENDU, SELON LES ENONCIATIONS DES JUGES DU FOND, QUE MME Y... SAILLANT, EPOUSE DE M JEAN-PIERRE A..., A MIS AU MONDE, LE 3 JUIN 1978, UN ENFANT DU SEXE FEMININ; QUE LES EPOUX X... CHOISI DE PRENOMMER LEUR FILLE CERISE, CAMILLE, VALENTINE, MAIS QUE L'OFFICIER DE Z... CIVIL, APRES EN AVOIR REFERE AU PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE, A REFUSE DE RECEVOIR LE PREMIER DE SES TROIS VOCABLES, DE SORTE QUE SEULS LES PRENOMS CAMILLE ET VALENTINE ONT ETE PORTES DANS L'ACTE DE NAISSANCE; QUE M JEAN-PIERRE A..., AGISSANT EN SA QUALITE D'ADMINISTRATEUR LEGAL, A PRESENTE UNE REQUETE AU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE, EN VUE DE FAIRE ADMETTRE, COMME PRENOM, LE VOCABLE QU'AVAIT REFUSE L'OFFICIER DE Z... CIVIL; ATTENDU QUE, POUR REJETER CETTE REQUETE, L'ARRET ATTAQUE RETIENT QU'IL N'EST PAS ETABLI QUE LE << CALENDRIER REPUBLICAIN DE L'ANNEE 1794 >> , INVOQUE PAR LE PERE DE L'ENFANT, EMANE << D'UNE AUTORITE OFFICIELLE >>; ATTENDU QU'EN FONDANT SA DECISION SUR UN TEL MOTIF, ALORS QUE LES PARENTS PEUVENT NOTAMMENT CHOISIR COMME PRENOMS - SOUS LA RESERVE GENERALE QUE, DANS L'INTERET DE L'ENFANT, ILS NE SOIENT JUGES RIDICULES - LES NOMS EN USAGE DANS LES << DIFFERENTS CALENDRIERS >> , ET ALORS QU'IL N'EXISTE AUCUNE LISTE OFFICIELLE DES PRENOMS AUTORISES, LA COUR D'APPEL A AJOUTE A LA LOI UNE CONDITION NON PREVUE PAR CELLE-CI, ET, PAR SUITE, A VIOLE LE TEXTE SUSVISE;

PAR CES MOTIFS :

CASSE ET ANNULE L'ARRET RENDU ENTRE LES PARTIES LE 17 JANVIER 1980 PAR LA COUR D'APPEL D'ORLEANS; REMET, EN CONSEQUENCE, LA CAUSE ET LES PARTIES AU MEME ET SEMBLABLE ETAT OU ELLES ETAIENT AVANT LEDIT ARRET ET, POUR ETRE FAIT DROIT, LES RENVOIE DEVANT LA COUR D'APPEL DE BOURGES.

Retourner en haut de la page