Arrêté du 1er juin 2018 relatif à la fonction de référent déontologue au sein du ministère de l'intérieur

JORF n°0127 du 5 juin 2018
texte n° 11




Arrêté du 1er juin 2018 relatif à la fonction de référent déontologue au sein du ministère de l'intérieur

NOR: INTA1814601A
ELI: https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2018/6/1/INTA1814601A/jo/texte


Le ministre d'Etat, ministre de l'intérieur,
Vu le code de la défense, notamment ses articles L. 3225-1 et L. 4122-10 ;
Vu la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires, notamment son article 28 bis ;
Vu le décret n° 2013-728 du 12 août 2013 modifié portant organisation de l'administration centrale du ministère de l'intérieur ;
Vu le décret n° 2017-519 du 10 avril 2017 relatif au référent déontologue dans la fonction publique ;
Vu le décret n° 2017-564 du 19 avril 2017 relatif aux procédures de recueil des signalements émis par les lanceurs d'alerte ;
Vu l'avis du comité technique ministériel en date du 24 mai 2018,
Arrête :


Au sein du ministère de l'intérieur, la fonction de référent déontologue est assurée par un référent déontologue ministériel placé auprès du ministre et des référents déontologues placés auprès du secrétaire général, du chef de l'inspection générale de l'administration, du directeur général de la police nationale, du directeur général de la sécurité intérieure et du directeur général de la gendarmerie nationale.


Les référents déontologues s'appuient sur des correspondants déontologues, désignés à des niveaux adaptés à l'organisation de chacun des services du ministère de l'intérieur.


Les référents et correspondants déontologues mentionnés aux articles 1er et 2 sont désignés par décision du chef de service compétent. Ces décisions sont publiées au Bulletin officiel du ministère de l'intérieur ou au recueil des actes administratifs départemental.


Le référent déontologue ministériel est notamment chargé :


- d'animer et coordonner l'action des référents déontologues mentionnés à l'article 1er ;
- de conduire des réflexions sur l'éthique et la déontologie au ministère de l'intérieur et formuler toute proposition de nature à en assurer la promotion ;
- de rendre des recommandations sur des questions communes à l'ensemble du ministère en matière de déontologie ;
- d'émettre des avis sur des dossiers complexes relevant d'un périmètre sectoriel ou en cas de conflits d'intérêts ;
- d'établir un rapport annuel sur les activités du ministère de l'intérieur en matière déontologique.


Le référent déontologue ministériel peut être saisi par le ministre, le chef du service de l'inspection générale de l'administration, les directeurs généraux, les directeurs d'administration centrale, ainsi que par l'ensemble des référents déontologues mentionnés à l'article 1er.


Les référents et correspondants déontologues sont chargés d'apporter aux agents tout conseil utile au respect des obligations et des principes déontologiques inhérents à leur statut et leur fonction.
Ils peuvent être saisis par tout agent exerçant ses fonctions au sein du service auquel ils sont rattachés, en application du principe de subsidiarité, concernant une situation individuelle ou des faits susceptibles d'être qualifiés de conflits d'intérêts.


Dans le cadre de leurs missions de consultations et conseils, les référents et correspondants déontologues sont tenus au secret et à la discrétion professionnels et soumis à une obligation de confidentialité.


Un comité de déontologie ministériel se réunit au moins un fois par an en formation plénière.
Présidé par le référent déontologue ministériel, il est composé :


- des référents déontologues mentionnés à l'article 1er ;
- du chef du service de l'inspection générale de l'administration ou de son représentant ;
- du directeur de la modernisation et de l'action territoriale ou son représentant ;
- du directeur des ressources humaines ou son représentant ;
- du directeur des ressources et des compétences de la police nationale ou son représentant ;
- du directeur des personnels militaires de la gendarmerie nationale ou son représentant.


Le référent déontologue ministériel peut décider de réunir en formation restreinte le comité de déontologie ministériel, notamment à la suite d'une demande du chef de service de l'inspection générale de l'administration, des directeurs généraux et des référents déontologues, pour traiter d'une situation individuelle d'un agent ou pour tout autre sujet déontologique.


Le référent déontologue ministériel ainsi que les référents déontologues mentionnés à l'article 1er se voient confier les missions de référents alertes au sens du décret du 19 avril 2017 susvisé.


Le présent arrêté sera publié au Journal officiel de la République française.


Fait le 1er juin 2018.


Gérard Collomb