Arrêté du 17 octobre 2012 modifiant la méthode de calcul 3CL-DPE introduite par l'arrêté du 9 novembre 2006 portant approbation de diverses méthodes de calcul pour le diagnostic de performance énergétique en France métropolitaine

Chemin :




Article
ELI: https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2012/10/17/ETLL1234842A/jo/article_snum2



5.2. Plancher bas lourd


Face supérieure de plancher intermédiaire avec un revêtement non isolant :
― béton plein de plus de 15 cm sans isolant ;
― chape ou dalle de béton de 4 cm ou plus sur entrevous lourds (béton, terre cuite), sur béton cellulaire armé ou sur dalles alvéolées en béton.
Plancher bas non isolé ou avec un isolant thermique en sous-face et un revêtement non isolant :
― béton plein de plus de 10 cm d'épaisseur ;
― chape ou dalle de béton de 4 cm ou plus sur entrevous lourds (béton, terre cuite), béton cellulaire armé ou dalles alvéolées en béton ;
― dalle de béton de 5 cm ou plus sur entrevous en matériau isolant ;
― autres planchers dans un matériau lourd (pierre, brique ancienne, terre...) et sans revêtement isolant.


5.3. Paroi verticale lourde


Une paroi verticale est dite lourde si elle remplit l'une des conditions suivantes :
― lorsque les murs de façade, de pignon et de refend mitoyen sont non isolés ou isolés par l'extérieur avec en matériau constitutif de :
― béton plein (banche, bloc, préfabriqué) de 7 cm ou plus ;
― bloc agglo béton 11 cm ou plus ;
― bloc perforé en béton (ou autres matériaux lourds) 10 cm ou plus ;
― bloc creux béton 11 cm ou plus ;
― brique pleine ou perforée 10,5 cm ou plus ;
― tout matériau ancien lourd (pierre, brique ancienne, terre, pisé...) ;
― murs extérieurs à isolation répartie de 30 cm minimum, avec un cloisonnement réalisé en bloc de béton, en brique plâtrière enduite ou en carreau de plâtre de 5 cm minimum ou en béton cellulaire de 7 cm minimum ;
― environ les trois quarts (en surface) des doublages intérieurs des murs extérieurs et des murs de cloisonnements (parois intérieures) font 5 cm minimum et sont réalisés en bloc de béton, brique enduite ou carreau de plâtre ;
― lorsque la taille moyenne des locaux est inférieure à 30 m² :
― environ les trois quarts des murs de cloisonnement intérieur lourds sont réalisés en :
― ― béton plein de 7 cm minimum ;
― ― bloc de béton creux ou perforé (ou autres matériaux lourds) de 10 cm minimum ;
― ― brique pleine ou perforée de 10,5 cm minimum ;
― ― autre brique de 15 cm minimum avec un enduit plâtre sur chaque face.



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



En présence de plusieurs types de murs, de planchers hauts ou de planchers bas, l'inertie de la paroi à considérer dans le tableau ci-dessus est donnée par le type de surface majoritaire.


6. Calcul du facteur d'intermittence INT


Le facteur d'intermittence traduit les baisses temporaires de température réalisées pour différentes raisons (absence, ralenti de nuit) et, éventuellement, de façon inégale dans les pièces.
Il est égal au rapport entre les besoins réels, compte tenu d'un comportement moyen des occupants, et les besoins théoriques.
Données d'entrée :
Type de bâtiment.
Type de chauffage (divisé, central).
Type de régulation (par pièce ou non).
Equipement d'intermittence (absent, central sans minimum de température...).
Type d'émetteur (air soufflé, convecteurs...).
Hauteur moyenne sous plafond : hsp (m).
Présence d'un comptage.


INT = 1 + 0,1 × (G―1)
I0


INT =


1 + 0,1 × (G ― 1)



G = hsp × Sh
GV


G =


hsp × Sh


hsp est la hauteur moyenne sous plafond. En présence de plusieurs surfaces habitables avec des hauteurs sous plafond différentes, une pondération peut être faite par les surfaces habitables affectées à chaque hauteur sous plafond.



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Dans la prise en compte de l'intermittence, en maison individuelle comme en appartement en immeuble collectif, c'est le système principal couvrant la plus importante surface habitable qui est considéré.
Une maison individuelle branchée sur un réseau collectif de fourniture d'énergie pour le chauffage sera traitée comme une maison individuelle avec un chauffage individuel central.



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Dans le cas d'un immeuble collectif avec chauffage individuel, on associe à chaque type d'installation une intermittence.



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Seule l'intermittence de l'appoint est prise en compte sur les installations base + appoint.
Une régulation zonale peut être considérée comme une régulation pièce par pièce.
L'équipement d'intermittence peut être :
En chauffage individuel :
― absent : pas d'équipement permettant de programmer des réduits de température ;
― central sans minimum de température : équipement permettant une programmation seulement de la fonction marche/arrêt et donc ne garantissant pas un minimum de température ;
― central avec un minimum de température : équipement pouvant assurer :
― centralement un ralenti ou un abaissement de température fixe, non modifiable par l'occupant, ainsi que la fonction hors gel ;
― centralement un ralenti ou un abaissement de température au choix de l'occupant ;
― pièce par pièce avec minimum de température : équipement permettant d'obtenir par pièce un ralenti ou un abaissement de température fixe, non modifiable par l'occupant.
En chauffage collectif :
― absent : pas de réduit de nuit ;
― central collectif : possibilité de ralenti de nuit.
Un système de chauffage divisé est un système pour lequel la génération et l'émission sont confondues. C'est le cas des convecteurs électriques, planchers chauffants électriques, etc.
Un système de chauffage central comporte un générateur central, individuel ou collectif, et une distribution par fluide chauffant : air ou eau.


7. Calcul de la consommation de chauffage (Cch)


Données d'entrée :
Rendements de génération, d'émission, de distribution et de régulation : Rg, Re, Rd, Rr (sans dimension).
Coefficient de performance des pompes à chaleur (PAC) : COP (sans dimension).
Type d'installation de chauffage : avec ou sans solaire ; base + appoint...
Puissance nominale de tous les générateurs : Pn (W).
Zone climatique.
Type d'installation d'ECS.
Type de production d'ECS (instantanée, accumulation).
Type de générateur d'ECS (chauffe-bain, chaudière mixte...).
Inertie du bâtiment.
Facteur de couverture solaire pour le chauffage Fch.


Bch = BV × DHcor ― Pr × Rrp
BV × DHcor


Bch =


― Pr × Rrp


1 000


Bch : besoin de chauffage (kWh PCI).
DHcor : degrés heures corrigés de chauffage (°Ch).
Pr : pertes récupérables des systèmes (kWh), avec Pr = Pr1+ Pr2 = Sh*(Prs1 + Prs2).
Rrp : rendement de récupération des pertes.
Prs1 : pertes récupérées des auxiliaires des systèmes de chauffage à eau chaude individuelle par mètre carré de surface habitable quand le générateur est en volume habitable.
Prs2 : pertes récupérées du système d'eau chaude par mètre carré de surface habitable.



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9




Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Les pertes sont d'autant plus difficilement récupérées que les autres apports sont élevés.



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Cch = Bch × Ich × INT


Avec :
Cch : consommation de chauffage (kWh PCI).
Ich : inverse du rendement de l'installation.
INT : facteur d'intermittence.


Ich = Rg × Re × Rd × Rr
1


Ich =


Rg × Re × Rd × Rr


Rg ; Re ; Rd et Rr sont respectivement le rendement conventionnel du générateur ou le coefficient de performance des pompes à chaleur (COP), le rendement d'émission, le rendement de distribution et le rendement de régulation.
Dans la suite Bch' = Bch × INT


7.1. Installation de chauffage
Cch = Bch' × Ich
7.2. Installation de chauffage avec chauffage solaire


Cette installation est valable seulement pour les maisons individuelles. Une partie du chauffage est apportée par une installation solaire avec des panneaux solaires thermiques.


Cch = Bch' × (1 ― Fch) × Ich Prodchauff_sol = Bch' × Fch × Ich


Fch : facteur de couverture solaire pour le chauffage (voir annexes).
Cch : consommation de chauffage liée au système principal de chauffage (kWh PCI).
Prodchauff_sol : production de chauffage solaire (kWh PCI).


7.3. Installation de chauffage avec insert
ou poêle bois en appoint


Configuration correspondant à un insert ou à un poêle en appoint dans le logement en plus d'un système principal chauffant tout le logement. Cela signifie que le chauffage principal peut assurer 100 % du besoin mais qu'il y a un poêle ou un insert à la place du système principal qui est de temps en temps utilisé dans l'habitation (en mi-saison par exemple).


Cch1 = 0,75 × Bch' × Ich1 Cch2 = 0,25 × Bch' × Ich2


Cch1 : consommation de chauffage liée au système principal de chauffage (kWh PCI).
Cch2 : consommation de chauffage liée à l'insert ou au poêle (kWh PCI).


7.4. Installation de chauffage par insert, poêle bois
(ou biomasse) avec un chauffage électrique dans la salle de bains


Dans cette configuration, valable que pour les maisons individuelles, tout le bâtiment est chauffé par un poêle bois. Seule la salle de bains est chauffée par un système électrique.


Cch1 = 0,9 × Bch' × Ich1 Cch2 = 0,1 × Bch' × Ich2


Cch1 : consommation de chauffage liée au poêle bois (kWh PCI).
Cch2 : consommation de chauffage liée au chauffage électrique de la salle de bains (kWh PCI).
7.5. Installation de chauffage avec en appoint un insert ou poêle bois et un chauffage électrique dans la salle de bains (différent du chauffage principal)
Configuration, valable que pour les maisons individuelles, correspond à un insert ou à un poêle en appoint dans le logement en plus d'un système principal qui chauffe presque tout le logement. La salle de bains est chauffée uniquement par un équipement électrique.


Cch1 = 0,75 × 0,9 × Bch' × Ich1
Cch2 = 0,25 × 0,9 × Bch' × Ich2
Cch3 = 0,1 × Bch' × Ich3


Cch1 : consommation de chauffage liée au système principal de chauffage (kWh PCI).
Cch2 : consommation de chauffage liée à l'insert ou au poêle bois (kWh PCI).
Cch3 : consommation de chauffage liée au chauffage électrique de la salle de bains (kWh PCI).


7.6. Installation de chauffage avec chaudière gaz
ou fioul en relève d'une chaudière bois


Cette installation correspond à une chaudière bois assurant principalement le chauffage sauf par temps doux ou en mi-saison où la chaudière gaz ou fioul prend le relais à la chaudière bois.


Cch1 = 0,75 × Bch' × Ich1 Cch2 = 0,25 × Bch' × Ich2


Cch1 : consommation de chauffage liée à la chaudière bois (kWh PCI).
Cch2 : consommation de chauffage liée à la chaudière gaz ou fioul (kWh PCI).


7.7. Installation de chauffage avec chauffage solaire
et insert ou poêle bois en appoint


Cette configuration, valable seulement pour les maisons individuelles, correspond à un insert ou à un poêle en appoint dans le logement en plus d'un système général composé d'un équipement principal accompagné par du chauffage solaire chauffant presque tout le logement.


Cch1 = 0,75 × Bch' × (1 ― Fch) × Ich1
Cch2 = 0,1 × Bch' × (1 ― Fch) × Ich2
Prodchauff_sol = Bch' × Fch × (0,75 × Ich1 + 0,25 × Ich2)


Cch1 : consommation de chauffage liée au système principal de chauffage (kWh PCI).
Cch2 : consommation de chauffage liée à l'insert ou au poêle bois (kWh PCI).
Prodchauff_sol : production de chauffage solaire (kWh PCI).


7.8. Installation de chauffage avec chaudière en relève de PAC


Cette installation correspond à une PAC assurant principalement le chauffage sauf par temps de grand froid où la PAC s'arrête pour laisser le relais à la chaudière.


Cch1 = 0,8 × Bch' × Ich1 Cch2 = 0,2 × Bch' × Ich2


Cch1 : consommation de chauffage liée à la PAC (kWh PCI).
Cch2 : consommation de chauffage liée à la chaudière (kWh PCI).


7.9. Installation de chauffage avec chaudière en relève de PAC
avec insert ou poêle bois en appoint


Cette installation correspond à une PAC assurant principalement le chauffage sauf par temps de grand froid où la PAC s'arrête pour laisser le relais à la chaudière. Dans le bâtiment, il y a un poêle bois ou un insert qui est utilisé de temps en temps en remplacement du système principal.


Cch1 = 0,8 × 0,75 × Bch' × Ich1
Cch2 = 0,2 × 0,75 × Bch' × Ich2
Cch3 = 0,25 × Bch' × Ich3


Cch1 : consommation de chauffage liée à la PAC (kWh PCI).
Cch2 : consommation de chauffage liée à la chaudière (kWh PCI).
Cch3 : consommation de chauffage lié à l'insert ou au poêle en appoint (kWh PCI).


7.10. Installation de chauffage collectif avec base + appoint
7.10.1. Cas général


La base fonctionne seule tant que la température extérieure est supérieure à une température de dimensionnement T. A cette température T, le besoin instantané du bâtiment est égal à la puissance utile du générateur en base.



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Pe : puissance émise utile par le générateur en base (kW).
Pe = Pn × Rd × Rr × Re.
Pn : puissance nominale du générateur en base (kW).
Rd, Rr et Re sont respectivement les rendements de distribution, de régulation et d'émission de l'installation de chauffage de base.
DH14 : degrés heures de base 14 (°C).
Le besoin de chauffage assuré par la base est :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



DHT = N × (Tmoy) ― Tmin) × X5 × (14 ― 28 × X + 20 × X² ― 5 × X³)


Avec :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



N : degrés heure affectés au département.
Tmin : température extérieure de base pour chaque département.
Tmoy est donnée par zone climatique :
Zone H1 : Tmoy = 6,58 °C ; DH14 = 42030
Zone H2 : Tmoy = 8,08 °C ; DH14 = 33300
Zone H3 : Tmoy = 9,65 °C ; DH14 = 22200


Cch1 = Bchbase × Ich1 Cch2 = (Bch' ― Bchbase) × Ich2


Cch1 : consommation de chauffage liée à la base (kWh PCI).
Cch2 : consommation de chauffage liée à l'appoint (kWh PCI).


7.10.2. Convecteurs bi-jonction


La base et l'appoint sont assurés par un même convecteur disposant d'un circuit collectif alimentant la base et un circuit individuel pour l'appoint.


Cch1 = 0,6 × Bch × Ich Cch2 = 0,4 × Bch' × Ich


Cch1 : consommation de chauffage liée au circuit collectif assurant la base (kWh PCI).
Cch2 : consommation de chauffage liée au circuit individuel assurant l'appoint (kWh PCI).
7.11. Chauffage avec plusieurs installations différentes et indépendantes et/ou plusieurs installations différentes et indépendantes couplées
Deux installations de chauffage doivent être distinguées à chaque fois que le rendement change. Par exemple, dans le cas d'une même chaudière chauffant un rez-de-chaussée avec un plancher chauffant et un étage avec des radiateurs, il faut considérer deux installations car les rendements des émetteurs sont différents et entraînent une variation du rendement global de l'installation.
Surface chauffée par l'installation 1 : Sh1 (m²).
Surface chauffée par l'installation 2 : Sh2 (m²).
Surface chauffée par l'installation 3 : Sh3 (m²).
Surface chauffée par l'installation 4 : Sh4 (m²).
Surface chauffée par l'installation 5 : Sh5 (m²).
Surface chauffée par l'installation 6 : Sh6 (m²).
Surface chauffée par l'installation i : Shi (m²) (plus de 6 installations peuvent être renseignées).



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Pour une partie i du bâtiment, sa consommation de chauffage sera traitée de façon indépendante en considérant pour son besoin de départ :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Dans ce cas, toutes les installations précédentes peuvent être traitées. C'est-à-dire que si l'installation indépendante i des autres est une :
Installation de chauffage sans chauffage solaire :


Cchi = Bchi' × Ichi


Installation de chauffage avec chauffage solaire :


Cchi = Bchi' × (1 ― Fch) × Ichi Prodchauff_soli = Bchi' × Fch × Ichi


Fch : facteur de couverture solaire pour le chauffage (voir annexes).
Cchi : consommation de chauffage liée au système principal de chauffage de l'installation i (kWh PCI).
Prodchauff_soli : production de chauffage liée à l'installation solaire i (kWh PCI).
Installation de chauffage avec insert ou poêle bois en appoint :
Configuration correspondant à un insert ou poêle en appoint dans le logement en plus d'un système principal chauffant tout le logement.


Cchi1 = 0,75 × Bchi' × Ichi1 Cchi2 = 0,25 × Bchi' × Ichi2


Cchi1 : consommation de chauffage liée au système principal de chauffage de l'installation i (kWh PCI).
Cchi2 : consommation de chauffage liée à l'insert ou au poêle de l'installation i (kWh PCI).
Installation de chauffage par insert, poêle bois (ou biomasse) avec un chauffage électrique dans la salle de bains :


Cchi1 = 0,9 × Bchi' × Ichi1 Cchi2 = 0,1 × Bchi' × Ichi2


Cchi1 : consommation de chauffage liée au poêle bois de l'installation i (kWh PCI).
Cchi2 : consommation de chauffage liée au chauffage électrique de la salle de bains de l'installation i (kWh PCI).
Installation de chauffage avec en appoint un insert ou poêle bois (ou biomasse) et un chauffage électrique dans la salle de bains (différent du chauffage principal) :


Cchi1 = 0,75 × 0,9 × Bchi' × Ichi1
Cchi2 = 0,25 × 0,9 × Bchi' × Ichi2
Cchi3 = 0,1 × Bchi' × Ichi3


Cchi1 : consommation de chauffage liée au système principal de chauffage de l'installation i (kWh PCI).
Cchi2 : consommation de chauffage liée à l'insert ou au poêle de l'installation i (kWh PCI).
Cchi3 : consommation de chauffage liée au chauffage électrique de la salle de bains de l'installation i (kWh PCI).
Installation de chauffage avec chaudière gaz ou fioul en relève d'une chaudière bois :


Cchi1 = 0,75 × Bchi' × Ichi1
Cchi2 = 0,25 × Bchi' × Ichi2


Cchi1 : consommation de chauffage liée à la chaudière bois de l'installation i (kWh PCI).
Cchi2 : consommation de chauffage liée à la chaudière gaz ou fioul de l'installation i (kWh PCI).
Installation de chauffage avec chauffage solaire et insert ou poêle bois en appoint :


Cchi1 = 0,75 × Bchi' × (1 ― Fch) × Ichi1
Cchi2 = 0,25 × Bchi' × (1 ― Fch) × Ichi2
Prodchauff_soli = Bchi' × Fch × (0,75 × Ichi1 + 0,25 × Ichi2)


Cchi1 : consommation de chauffage liée au système principal de chauffage de l'installation i (kWh PCI).
Cchi2 : consommation de chauffage liée à l'insert ou au poêle de l'installation i (kWh PCI).
Prodchauff_soli : production de chauffage liée à l'installation solaire i (kWh PCI).
Installation de chauffage avec chaudière en relève de PAC :


Cchi1 = 0,8 × Bchi' × Ichi1
Cchi2 = 0,2 × Bchi' × Ichi2


Cchi1 : consommation de chauffage liée à la PAC de l'installation i (kWh PCI).
Cchi2 : consommation de chauffage liée à la chaudière de l'installation i (kWh PCI).
Installation de chauffage avec chaudière en relève de PAC avec insert ou poêle bois en appoint :


Cchi1 = 0,8 × 0,75 × Bchi' × Ichi1
Cchi2 = 0,1 × 0,75 × Bchi' × Ichi2
Cchi3 = 0,25 × Bchi' × Ichi3


Cchi1 : consommation de chauffage liée à la PAC de l'installation i (kWh PCI).
Cchi2 : consommation de chauffage liée à la chaudière de l'installation i (kWh PCI).
Cchi3 Consommation de chauffage liée à l'insert ou au poêle en appoint de l'installation i (kWh PCI).
Installation de chauffage collectif avec base + appoint (autre que convecteur bi-jonction) :


Cchi1 = Bchbasei × Ichi1
Cchi2 = (Bchi' ― Bchbasei) × Ichi2


Avec conformément au paragraphe 7.10.1 :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Cchi1 : consommation de chauffage liée à la base de l'installation i (kWh PCI).
Cchi2 : consommation de chauffage liée à l'appoint de l'installation i (kWh PCI).
Installation de chauffage collectif avec convecteur bi-jonction :


Cchi1 = 0,6 × Bchi' × Ichi1
Cchi2 = 0,4 × Bchi' × Ichi1


Cchi1 : consommation de chauffage liée à la base de l'installation i (kWh PCI).
Cchi2 : consommation de chauffage liée à l'appoint de l'installation i (kWh PCI).


8. Rendement de distribution, d'émission
et de régulation de chauffage


Données d'entrée :
Type d'émetteur
Type de distribution
Installation collective ou individuelle
Type d'installation (convecteur, panneaux rayonnants, chaudières...)
Re, Rd et Rr sont respectivement les rendements d'émission, de distribution et de régulation.


8.1. Rendement d'émission



TYPE D'ÉMETTEUR

Re

Convecteur électrique NFC

0,95

Panneau rayonnant électrique NFC

0,97

Radiateur électrique NFC

0,97

Autres émetteurs à effet joule

0,95

Soufflage d'air chaud

0,95

Plancher chauffant

1

Plafond rayonnant

0,98

Autres équipements

0,95


8.2. Rendement de distribution



TYPE DE DISTRIBUTION

Rd


Non isolé

Isolé

Pas de réseau de distribution

1

1

Réseau aéraulique

0,8

0,85

Réseau collectif eau chaude haute température (≥ 65 °C)

0,85

0,87

Réseau collectif eau chaude moyenne ou basse température (< 65 °C)

0,87

0,9

Réseau individuel eau chaude moyenne ou basse température (< 65 °C)

0,91

0,95

Réseau individuel eau chaude haute température (≥ 65 °C)

0,88

0,92


8.3. Rendement de régulation



TYPE D'INSTALLATION

Rr

Convecteur électrique NFC

0,99

Panneau rayonnant électrique NFC

0,99

Radiateur électrique NFC

0,99

Plancher ou plafond rayonnant électrique avec régulation terminale

0,98

Plancher ou plafond rayonnant électrique sans régulation

0,96

Radiateur électrique à accumulation

0,95

Autres émetteurs à effet joule

0,96

Plancher ou plafond chauffant à eau en individuel

0,95

Radiateur gaz à ventouse ou sur conduit de fumées

0,96

Poêle charbon/bois/fioul/GPL

0,80

Chaudière électrique

0,90

Radiateur eau chaude sans robinet thermostatique

0,90

Radiateur eau chaude avec robinet thermostatique

0,95

Convecteur bi-jonction

0,90

Plancher ou plafond chauffant à eau en collectif

0,90

Air soufflé

0,96


Pour tous les cas non listés : Rr = 0,90.


9. Rendement de génération
des générateurs autres qu'à combustion


Données d'entrée :
Type de générateur
Type de régulation des PAC


9.1. Rendement des générateurs à effet joule direct
et des réseaux de chaleur



TYPE DE GÉNÉRATEUR

Rg

Générateur à effet joule direct

1

Chaudières électriques

0,77

Réseau de chaleur

0,97


9.2. COP des PAC installées



TYPE DE GÉNÉRATEUR

COP

PAC air/air installée

2,2

PAC air/eau installée

2,6

PAC eau/eau installée

3,2

PAC géothermique installée

4


9.3. COP des PAC neuves recommandées
COP = COPnom × Cregul


COP : coefficient de performance annuel de la PAC.
COPnom : coefficient de performance nominal.
Cregul : coefficient de correction pour la régulation.
Le COP nominal des PAC recommandées peut être issu des caractéristiques des PAC fournies sur le site http://www.certita.org/. Pour les PAC recommandées, en plus des COP des PAC installées, il est possible d'utiliser des COP de produits réels. Les puissances doivent correspondre à celles des équipements existants.
Si ce sont des valeurs déclarées par le fabricant (COPdecl), alors COPnom = 0,9 × COPdecl.



PLANCHERS

AUTRES ÉMETTEURS

Cregul

0,95

0,85


10. Rendement de génération des générateurs à combustion


Données d'entrée :
Type de générateur
Type de cascade
Présence d'une régulation
Type d'émetteur
Type d'énergie
Puissance nominale générateur (W)
Rendement à pleine charge
Rendement à charge intermédiaire
Type de brûleur


TYPE DE GÉNÉRATEUR

Rg

Poêle ou insert bois/charbon installé avant 2001 ou sans label flamme verte

0,66

Poêle ou insert bois/charbon installé à partir de 2001 avec label flamme verte

0,78

Poêle fioul ou GPL

0,72


Pour les recommandations d'installations neuves, les caractéristiques réelles des chaudières présentées sur le site http://www.rt2012-chauffage.com/ peuvent être saisies.
Pour les générateurs à combustion, le calcul du rendement conventionnel annuel moyen pour un générateur donné est basé sur la prise en compte de valeurs conventionnelles de profils de charge.
Attention : les systèmes remplacés dans le cadre des recommandations doivent l'être par des équipements de même puissance si aucune étude de dimensionnement des installations n'est réalisée.


10.1. Profil de charge des générateurs


Le profil de charge conventionnel donne pour chaque intervalle de taux de charge le coefficient de pondération correspondant.


10.1.1. Profil de charge conventionnel


Pour les bâtiments d'habitation, un profil de charge long est considéré (correspond au type d'horaire d'occupation longue).


TAUX DE CHANGE
Tchx

DE 0 %
à 10 %

DE 10 %
à 20 %

DE 20 %
à 30 %

DE 30 %
à 40 %

DE 40 %
à 50 %

DE 50 %
à 60 %

DE 60 %
à 70 %

DE 70 %
à 80 %

DE 80 %
à 90 %

DE 90 %
à 100 %

Coefficient de pondération
Coeff_pond x

0,1

0,25

0,2

0,15

0,1

0,1

0,05

0,025

0,025

0


Pour les calculs les taux de charge sont pris en milieu de classe (5 % ; 15 % ; 25 % ; ... ; 85 % ; 95 %).
Le coefficient de pondération Coeffpond x est associé au taux de charge Tchx qui correspond à l'intervalle [Tchx ― 5 % ; Tchx + 5 %[.


10.1.2. Présence de un ou plusieurs générateurs à combustion indépendants


On considère la présence au maximum de N générateurs à combustion indépendants.
Les taux de charge doivent être pondérés par un coefficient Cdimref qui permet de prendre en compte les charges partielles.
Pour un seul générateur à combustion de puissance installée Pngen :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Pour N générateurs à combustion :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Pngen i : puissance installée du générateur à combustion i (kW).
GV : déperditions totales du bâtiment (W/K).
Tbaseext : température extérieure de base (°C).
Les profils de charge conventionnels sont modifiés pour prendre en compte Cdimref : le coefficient Coeffpond x dim est alors affecté au taux de charge Tchx dim.



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Sauf pour le taux de charge Tch95 (correspondant à une charge entre 90 % et 100 %) :


Tch95 dim = Tch95


En présence d'un ou de N générateurs indépendants :
― le taux de charge final de chaque générateur est : Tchx final = Tchx dim ;
― le coefficient de pondération final est : Coeffpond x final = Coeffpond x dim.


10.1.3. Cascade de deux générateurs à combustion


En présence d'une cascade de plus de deux générateurs, il ne faut prendre en compte que les deux premiers générateurs activés dans la cascade. Si l'ordre d'activation n'est pas connu, seuls les deux générateurs les plus performants ou les plus puissants seront conservés. La puissance totale des générateurs non pris en compte sera affectée au deuxième générateur activé par la cascade, au générateur le moins performant ou au générateur le moins puissant.
Une donnée d'entrée est la puissance relative du générateur i : Prel(geni).
Pn(geni) : puissance nominale du générateur i (W).
Dans notre cas avec 2 générateurs :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



On détermine pour chaque point de fonctionnement x et pour chaque générateur i sa contribution CTchx dim(gen1) au taux de charge du système Tchx dim.


10.1.3.1. Cascade avec priorité


Dans notre cas avec 2 générateurs en cascade, le générateur 1 sera le plus performant ou à défaut le plus puissant. Il sera considéré comme prioritaire si aucune information complémentaire n'est disponible.
La contribution CTchx dim de chaque générateur au taux de charge Tchx dim est :


CTchx dim(gen1) = min(Prel(gen1);Tchx dim)
CTchx dim(gen2) = min(Prel(gen2);Tchx dim ― CTchx dim(gen1))


Avec le taux de charge final suivant :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Coeffpond x dim (gen1) = Coeffpond x (gen1)
Coeffpond x dim (gen2) = Coeffpond x (gen2)


Dans le cas où l'installation générerait aussi l'ECS, celle-ci sera considérée assurée par la chaudière prioritaire.


10.1.3.2. Cascade sans priorité
(même contribution au taux de charge)




Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Avec le taux de charge final suivant :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Coeffpond x dim (gen1) = Coeffpond x (gen1)
Coeffpond x dim (gen2) = Coeffpond x (gen2)


Dans le cas où l'installation générerait aussi l'ECS, celle-ci sera considérée assurée par les deux chaudières à part égale.


10.1.3.3. Pondération et contribution de chaque générateur


Pour les chaudières en cascade, le coefficient de pondération final est :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



La part d'énergie fournie par chaque générateur i pour le chauffage est :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



10.2. Pertes au point de fonctionnement


QPx : pertes au point de fonctionnement x (taux de charge à x %) (kW).
QPo : pertes à l'arrêt (kW).
RPn et RPint : respectivement les rendements à pleine charge et à charge intermédiaire.
Pn : puissance nominale du générateur (kW).


10.2.1. Chaudières basse température et à condensation


Pour les chaudières basse température et à condensation, le point de fonctionnement w correspond à un fonctionnement à 15 % de charge.
Entre 0 et 15 % de charge :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Entre 15 et 30 % de charge :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Entre 30 et 100 % de charge :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9




QP15 = QP30
2

Pour les chaudières basse température :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Pour les chaudières à condensation :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Tfonc100 (°C) est la température de fonctionnement de la chaudière à 100 % de charge. Elle est donnée dans le tableau suivant en fonction du type d'émetteur et des différentes périodes de leur installation :


Température de fonctionnement des chaudières à 100 % de charge




PÉRIODE

Température de distribution/Type d'émetteur

Avant 1981

Entre 1981 et 2000

Après 2000

Basse/plancher basse température

60

35

35

Moyenne/radiateur à chaleur douce

80

70

60

Haute/autres émetteurs

80

70

70


Tfonc30 (°C) est la température de fonctionnement de la chaudière à 30 % de charge. Elle est donnée dans les tableaux suivants selon le type d'installation :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Si un système de génération alimente des réseaux de distribution de températures différentes, la température de fonctionnement est prise égale à la température maximale.
Pour les recommandations d'installations neuves, les caractéristiques réelles des chaudières présentées sur le site http://www.rt2012-chauffage.com/ peuvent être saisies.


10.2.2. Chaudières standard ou classiques


Pour les chaudières standard ou classiques, le point de fonctionnement w correspond à un fonctionnement à 30 % de charge.
Entre 0 et 30 % de charge :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Entre 30 et 100 % de charge :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9




Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Tfonc100 (°C) : température de fonctionnement de la chaudière à 100 % de charge. Elle est donnée dans le paragraphe précédent « chaudières basse température et à condensation ».
Tfonc30 (°C) : température de fonctionnement de la chaudière à 30 % de charge. Elle est donnée selon le type d'installation dans les tableaux suivants :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Si un système de génération alimente des réseaux de distribution de températures différentes, la température de fonctionnement est prise égale à la température maximale.
Pour les recommandations d'installations neuves, les caractéristiques réelles des chaudières présentées sur le site http://www.rt2012-chauffage.com/ peuvent être saisies.


10.2.3. Générateurs d'air chaud


Pour les générateurs d'air chaud standard, le point de fonctionnement w correspond à un fonctionnement à 50 % de charge.
Entre 0 et 50 % de charge :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Entre 50 et 100 % de charge :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9




Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



L'expression de QP0 est valable pour Pn ≤ 300 kW. On prendra la valeur Pn = 300 kW si Pn > 300 kW.
Si les équipements sont anciens (avant 2006) :


RPn = 77 % RPint = 74 %


Si les équipements sont neufs (à partir 2006) :
Pour un générateur standard :


RPn = 84 % RPint = 77 %


Pour un générateur à condensation :


RPn = 90 % RPint = 83 %


Pour les installations neuves recommandées, les caractéristiques réelles des générateurs à air chaud présentées sur le site http://www.rt2012-chauffage.com/ peuvent être saisies.


10.2.4. Radiateurs à gaz




Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Pour les radiateurs à gaz anciens (avant 2006) :


Si Pn < 5 kW : RPn = 70 %
Si Pn ≥ 5 kW : RPn = 73 %


Pour les radiateurs à gaz neufs (à partir de 2006) :


Si Pn < 5 kW : RPn = 80 + logPn
Si Pn ≥ 5 kW : RPn = 82 + logPn
10.2.5. Chaudières bois


Les chaudières au charbon sont traitées comme des chaudières bois de classe 1.
Le point de fonctionnement w des chaudières bois correspond à 50 % de charge.
Entre 0 et 50 % de charge :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Entre 50 et 100 % de charge :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9




Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Pour les chaudières classe 5 :


RPn = 87 + logPn RPint = 88 + logPn


Pour les chaudières classe 4 :


RPn = 80 + 2 × logPn RPint = 81 + 2 × logPn


Pour les chaudières classe 3 :


RPn = 67 + 6 × logPn RPint = 68 + 6 × logPn


Pour les chaudières classe 2 :


RPn = 57 + 6 × logPn RPint = 58 + 6 × logPn


Pour les chaudières classe 1 :


RPn = 47 + 6 × logPn RPint = 48 + 6 × logPn


Les expressions de RPn et RPint sont valables pour Pn ≤ 70 kW. On prendra la valeur Pn = 70 kW si Pn > 70 kW.
Les pertes à l'arrêt QP0 dépendent de l'âge de la chaudière et du type de brûleur :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Pour les installations neuves recommandées, les caractéristiques réelles des chaudières bois présentées sur le site http://www.rt2012-chauffage.com/ peuvent être saisies.


10.3. Valeurs par défaut des caractéristiques des chaudières
10.3.1. Chaudières gaz
Chaudières gaz ― valeurs par défaut RPn, RPint et QP0




TYPE

ANCIENNETÉ

PUISSANCE NOMINALE
Pn (kW)

RENDEMENT
(PCI) RPn (%)

RENDEMENT
(PCI) RPint (%)

QP0 EN %
puissance
nominale Pn

PUISSANCE
veilleuse en W
(si veilleuse)

Classique

Avant 1980

Pn

79+2logPn

73+3logPn

4 %

240

 

1981 ― 1985

Pn

82+2logPn

76+3logPn

2 %

150

 

1986 ― 1990

Pn

83+2logPn

79+3logPn

1,5 %

150

Standard

1991 ― 2000

Pn

84+2logPn

80+3logPn

1,2 %

120

 

Après 2000 (*)

Pn

84+2logPn

80+3logPn

1 %

NA

BT

1991 ― 2000

Pn

87,5+1,5logPn

87,5+1,5logPn

1,2 %

120

 

Après 2000 (*)

Pn

87,5+1,5logPn

87,5+1,5logPn

1 %

NA

Condensation

1981 ― 1985

Pn

91+1logPn

97+1logPn

1 %

150

 

1986 ― 2000

Pn

91+1logPn

97+1logPn

1 %

120

 

Après 2000 (*)

Pn

91+1logPn

97+1logPn

1 %

NA

(*) Les valeurs de la base http://www.rt2012-chauffage.com/ peuvent aussi être utilisées pour les chaudières recommandées.


10.3.2. Chaudières fioul



TYPE

ANCIENNETÉ

PUISSANCE NOMINALE
Pn (kW)

RENDEMENT
(PCI) RPn (%)

RENDEMENT
(PCI) RPint (%)

QP0 EN %
puissance nominale Pn

Classique

Avant 1970

Pn

74+2logPn

63+3logPn

4 %

 

1970 ― 1975

Pn

77+2logPn

71+3logPn

3 %

 

1976 ― 1980

Pn

78+2logPn

76+3logPn

2 %

 

1981 ― 1990

Pn

80+2logPn

78+3logPn

1 %

Standard

Depuis 1991

Pn

84+2logPn

80+3logPn

1 %

BT

Depuis 1991

Pn

87,5+1,5logPn

87,5+1,5logPn

1 %

Condensation

Depuis 1996

Pn

91+1logPn

97+1logPn

1 %


10.3.3. Calcul des puissances Pn des générateurs à combustion individuels


Dans le cas de maisons individuelles ou d'appartements équipés de chaudières individuelles, la puissance de dimensionnement du chauffage Pch (kW) est :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Avec :
GV : déperditions du bâtiment (W/K).
Tbase : température extérieure de base (°C).
Rr : rendement de régulation de l'installation.
Rd : rendement de distribution de l'installation.
Re : rendement d'émission de l'installation.
La puissance nécessaire pour la production d'eau chaude sanitaire (ECS) dépend du type de production et donc du volume de stockage :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



La puissance de dimensionnement Pdim (kW) de la chaudière est :


Pdim = max (Pch ; Pecs)


La puissance nominale Pn (kW) des chaudières est déterminée à partir de Pdim :



CHAUDIÈRES MURALES INSTALLÉES
avant 2005 ou chaudières sur sol

CHAUDIÈRES MURALES INSTALLÉES
à partir de 2006

Pdim (kW)

Pn (kW)

Pn (kW)

≤ 5

 

5

5 < ≤ 10

 

10

10 < ≤ 13

 

13

13 < ≤ 18

18

18

18 < ≤ 24

24

24

24 < ≤ 28

28

28

28 < ≤ 32

32

32

32 < ≤ 40

40

40

40 <

(Partie entière (Pdim/5) + 1) × 5

 


Dans le cas d'un logement chauffé avec n radiateurs gaz : Pn = Pch.
Dans le cas d'un logement chauffé avec n radiateurs gaz : Pn = n


10.4. Puissances moyennes fournies et consommées


On calcule les puissances fournies et consommées (en kW) par un générateur au point de fonctionnement × :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9





Avec : Px = Pn × Tchxfinal
Puissances moyennes fournies et consommées par un générateur :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9




Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9




Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9




Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



10.5. Rendement conventionnel annuel moyen de génération de chauffage



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Pveil : puissance de la veilleuse (kW)
Une chaudière standard avec un condenseur sur ses fumées est traitée comme une chaudière à condensation de même ancienneté.


11. Expression du besoin d'ECS (Becs)


Données d'entrée :
cw : température de l'eau froide entrant dans le système de préparation d'eau chaude.
Sh : surface habitable des maisons et appartements (m²).
Shmoy : surface habitable moyenne d'un appartement dans un immeuble collectif (m²).
N : nombre d'appartements dans un immeuble collectif d'habitation.
Détermination de cw en fonction de la zone climatique :


ZONE CLIMATIQUE

cw

H1

10,5

H2

12

H3

14,5


Le besoin d'ECS est calculé de façon conventionnelle sur la base d'un profil d'occupation standard du bâtiment.


11.1. Surface habitable ≤ 27 m²
11.1.1. Maison ou appartement
Becs = 0,988 × (40 ― cw) × Sh (kWh)
11.1.2. Immeuble de N appartements
Becs = N × 0,988 × (40 ― cw) × Shmoy (kWh)



11.2. Surface habitable > 27 m²
11.2.1. Maison ou appartement
Becs = 0,0558 × (470,9 × ln(Sh) ― 1 075) × (40 ― cw) (kWh)



11.2.2. Immeuble de N appartements
Becs = N × 0,0558 × (470,9 × ln(Shmoy) ― 1 075) × (40 ― cw) (kWh)



12. Calcul de la consommation d'ECS


Données d'entrée :
Rendement de génération : Rg (sans dimension)
Rendement de distribution : Rd (sans dimension)
Rendement de stockage : Rs (sans dimension)
Type d'installation d'ECS : avec ou sans solaire
Type d'installation



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9





Cecs : consommation liée au système de production d'ECS (kWh PCI).
Becs : besoin d'ECS (kWh).


12.1. Un seul système d'ECS avec solaire
Cecs = Becs × (1 ― Fecs) × Iecs Prodecs―sol = Becs × Fecs × Iecs


Fecs : facteur de couverture solaire (voir annexe).
Cecs : consommation liée au système principal de production d'ECS (kWh PCI).
Prodchauf-sol : production d'ECS solaire (kWh PCI).


12.2. Deux systèmes d'ECS dans une maison ou un appartement
Cecsl = 0,5 × Becs × Iecsl Cecs2 = 0,5 × Becs × Iecs2
13. Rendement de distribution de l'ECS


Données d'entrée :
Type d'installation
Localisation de la production
Configuration des logements
Isolation du réseau collectif


13.1. Installation individuelle




PRODUCTION EN VOLUME HABITABLE


RENDEMENT DE DISTRIBUTION Rd

Pièces alimentées contiguës

Pièces alimentées non contiguës

PRODUCTION
hors volume habitable

Electrique classique

0,9

0,85

0,8

Electrique thermodynamique

0,95

0,9

0,85

Autre type de chauffe-eau

0,92

0,87

0,82


Les pièces considérées sont les salles de bains et les cuisines. S'il existe plusieurs salles de bains en plus de la cuisine, il faut vérifier leur contiguïté verticale ou horizontale.


13.2. Installation collective





MAJORITÉ DES LOGEMENTS

Rendement de distribution Rd

Pièces alimentées contiguës

Pièces alimentées non contiguës

Réseau collectif non isolé

0,276

0,261

Réseau collectif isolé

0,552

0,522


14. Rendement de stockage de l'ECS


Données d'entrée :
Volume des ballons
Type de ballon
Le scénario conventionnel considère une semaine de vacances en hiver et deux semaines en été, soit un total de 21 jours d'absence.
La température de stockage de l'ECS dans les ballons est prise à 60 °C.


14.1. Pertes de stockage des ballons d'accumulation


La présence d'un ballon de préparation de l'ECS est responsable de pertes de stockage :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Vs : le volume du ballon de stockage (L).
S'il n'y a pas de stockage Qg,w = 0.


14.2. Pertes des ballons électriques



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Qg,w = 13,76 × Vs × Cr


Qg,w : pertes de stockage (kWh).
Vs : Volume de stockage d'ECS (L).
Cr : Constante de refroidissement (Wh/L.K.J).


14.3. Rendement de stockage


En cas de production instantanée (sans accumulation) : Rs = 1.



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Pour les ballons électriques recommandés :


Rsballon_recommandé = 1,08 × RSballon_existant



15. Rendement de génération d'ECS


Données d'entrée :
Type de production
Puissance nominale
Rendements à pleine charge et à charge intermédiaire
Pertes à l'arrêt
Volume de stockage
Isolation de la distribution
Type de distribution
Température de distribution
Type d'alimentation
Lorsqu'un système de production d'ECS est électrique, son rendement de génération Rg est pris égal à 1.


15.1. Générateurs à combustion


Le scénario conventionnel pour la production d'ECS suppose une absence de consommation pendant 1 semaine en hiver et pendant 2 semaines en été.
Il est donc considéré dans la suite de façon conventionnelle :
― nombre annuel d'heures de fonctionnement de l'ECS : 1 720 h (5 heures par jour) ;
― nombre d'heures de vacances : 504 h ;
― les générateurs de production d'ECS ne sont pas maintenus en température.


15.1.1. Production d'ECS seule par chaudière gaz, fioul ou chauffe-eau gaz


Le rendement conventionnel annuel moyen de génération d'ECS a pour expression :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Becs : énergie annuelle à fournir par le générateur pour l'ECS (kWh).
Pveil : puissance de la veilleuse (kW).
QP0 : pertes à l'arrêt du générateur (kW).
RPn : rendement à pleine charge du générateur.
Pour un chauffe-eau gaz, les valeurs de Pveil, QP0 et RPn sont données dans le tableau suivant :



Pn ≤ 10 kW

Pn > 10 kW

Ancienneté

Rendement (PCI)
RPn (%)

QP0 en %
de la puissance
nominale Pn

Rendement (PCI)
RPn (%)

QP0 en %
de la puissance
nominale Pn

Puissance veilleuse
en W (si veilleuse)

Avant 1981

70 %

4 %

70 %

4 %

150

1981 ― 1989

75 %

2 %

75 %

2 %

120

1990 ― 2000

81 %

1,2 %

82 %

1,2 %

120

Après 2000 (*)

82 %

1 %

84 %

1 %

100

(*) Pour les recommandations, les valeurs de la base http://www.rt2012-chauffage.com/ peuvent aussi être utilisées.


Pour les caractéristiques des autres générateurs, voir le paragraphe sur le rendement des générateurs à combustion.


15.1.2. Production par chaudière gaz, fioul ou bois



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



QP0 : pertes à l'arrêt de la chaudière (kW).
RPn : rendement à 100 % de charge de la chaudière à récupérer au chapitre 10 « Rendement de génération des générateurs à combustion ».
Becs : besoin de chauffage (kWh).


15.1.3. Accumulateur gaz



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Avec : Qg,w = 11 × Vs²/³ + 0,015 × Pn (kWh)
Les caractéristiques par défaut peuvent être retrouvées dans les tableaux suivants :


ANCIENNETÉ

TYPE DE CHAUDIÈRE

Qp0 EN % DE Pn

Avant 1990

 

2 %

1990-2000

Classique

1,2 %

Après 2000

 

1 %

1996-2000

 

1 %

Après 2000

Condensation

1 %




ANCIENNETÉ

TYPE

RPn (RENDEMENT PCI
à 100 % de charge

Pveil
(puissance de la veilleuse) W

Avant 1990

 

81 %

200

1990 ― 2000

Classique

84 %

150

Après 2000

 

84 %

150

1996 ― 2000

 

 

 

Après 2000 (*)

A condensation

98 %

NA


15.1.4. Chauffe-bain au gaz à production instantanée


Le rendement de stockage est égal à 1.
Pour un chauffe-bain sans veilleuse :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Pour un chauffe-bain avec veilleuse :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



15.2. Chauffe-eau thermodynamique à accumulation


En présence d'un appoint électrique :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Sans appoint électrique :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



COP : coefficient de performance du chauffe-eau :
― chauffe-eau sur air extrait : COP = 2,4 ;
― chauffe-eau sur air extérieur : COP = 2,1.
Cr : coefficient de refroidissement (Wh/L °C.jour) à calculer à partir du tableau présenté au paragraphe 14.2 « Pertes des ballons électriques ».
Vs : volume de stockage du chauffe-eau (L).
Rd : rendement de distribution.
Pn : puissance nominale du chauffe-eau (W).
Becs : besoin d'ECS (kWh).
Cef : coefficient d'emplacement et de fonctionnement.


CEF

BALLON EN VOLUME HABITABLE

BALLON HORS VOLUME HABITABLE

Alimentation heure creuse

0,6

0,75

Alimentation permanente

0,9

1,1


Calcul de la puissance Pn des chauffe-eau thermodynamiques :


Pn = Pecs
COP


Avec :
COP : coefficient de performance du chauffe-eau thermodynamique (COP = 2,1 sur air extérieur et 2,4 sur air extrait).
Pecs : puissance calorifique du chauffe-eau (kW).



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



15.3. Réseau de chaleur


Les rendements de stockage et de génération sont remplacés par le rendement d'échange de la sous-station :
― si l'installation est isolée : Rs*Rg = 0.9 ;
― sinon : Rs*Rg = 0.75.


16. Expression des consommations de refroidissement
16.1. Cas des maisons
Cclim = Rclim × Sclim


Données d'entrée :
Surface habitable (m²) : Sh
Pourcentage de surface habitable climatisée :
Zone climatique été
Calcul de Sclim : (Sclim = × Sh (0 ≤ ≤ 1)
Calcul de Rclim :


Rclim


Sclim < 150 m²

Sclim ≥ 150 m²

Zone

Ea

2

4

 

Eb

3

5

 

Ec

4

6

 

Ed

5

7


16.2. Cas des immeubles


Données d'entrée :
Surface habitable (m²) : Sh
Pourcentage de surface habitable climatisée :
Zone climatique été
Type de climatisation
Etage


Cclim = Rclim × Sclim × CORclim (kWh PCS)


Calcul de Sclim : (Sclim = × Sh (0 ≤ ≤ 1)
Calcul de Rclim :


Rclim


AUTRE

DERNIER ÉTAGE

Zone

Ea

1,5

2

 

Eb

2

3

 

Ec

3

4

 

Ed

4

5



Calcul de CORclim :
Si refroidissement au gaz naturel : CORclim = 2.8 ; sinon CORclim = 1.
Gaz naturel : Consommation PCS = 1.11*Consommation PCI.


17. Prise en compte de la production d'énergie


Production d'électricité par des capteurs photovoltaïques (Ppv) : Ppv = 100 × Scapteurs (kWh/an).
Production d'électricité par une micro-éolienne (Peo) :
Peo = 2 000 (kWh/an).
Production de chauffage et d'électricité par cogénération :
― pour le chauffage, assimiler les rendements à une chaudière à condensation ;
― pour l'électricité : Pco = Cch
― pour l'électricité : Pco = 8
Ces productions d'électricité spécifique peuvent être saisies directement si une étude plus précise a été effectuée.


18. Traitement de configurations particulières
18.1. DPE à l'immeuble équipé de plusieurs systèmes
de chauffage ou d'ECS


Pour un DPE réalisé sur un immeuble de surface habitable Sh et de N appartements pourvu de plusieurs types d'équipements individuels pour la production de chauffage ou d'ECS, il est possible de généraliser à l'immeuble la proportion que représente chaque type d'équipement dans un échantillon d'appartements représentatifs. La démarche est la suivante :
Un échantillon représentatif d'appartements de l'immeuble est composé de :
Appartements avec l'équipement Ei de production de chauffage ou d'ECS alimentant une surface Si.
La proportion de chaque équipement Ei dans l'échantillon permet de déterminer après généralisation à l'immeuble la répartition des équipements sur tout le bâtiment, c'est-à-dire déterminer pour chaque équipement Ei le nombre Nj d'appartements qui sont alimentés. Ce nombre Nj est arrondi à l'entier le plus proche :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Avec :
Ne : nombre d'appartements de l'échantillon.
De même, les surfaces Shi associées à l'équipement Ei dans l'échantillon peuvent être généralisées à l'immeuble en appliquant leur proportion de surface à la surface totale de l'immeuble. La surface Shj obtenue est :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Avec :
She : surface habitable de l'échantillon (m²).
La répartition des équipements Ei sur l'immeuble est donc :
Nj appartements avec l'équipement Ei de production de chauffage ou d'ECS alimentant une surface Sj.
Pour chaque surface Sj le besoin d'ECS est calculé selon la méthode présentée au paragraphe 11 « Expression du besoin d'ECS » à la section relative à l'immeuble.


18.2. Comptage sur les installations collectives
en l'absence de DPE à l'immeuble


Pour les générateurs autres qu'à combustion, le calcul à l'appartement est réalisé avec le générateur de l'immeuble.
Pour les générateurs à combustion utilisés pour la production de chauffage ou d'ECS, le rendement étant dépendant de la puissance du générateur, la méthode consiste à affecter à l'appartement un générateur identique au générateur du bâtiment mais avec une puissance Pi telle que :



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Avec :
Shi : surface de l'appartement (m²).
Sh : surface de l'immeuble (m²).
Pi : puissance du générateur virtuel alimentant l'appartement (kW).
P : puissance du générateur alimentant l'immeuble (kW).
Avec ce générateur virtuel, un calcul classique à l'appartement est réalisé. Dans ce cas, pour le chauffage Rd = 0,87 et pour l'ECS Rd = 0,522.


19. Détermination des abonnements d'électricité
19.1. Evaluation de la puissance souscrite Ps
Ps = 2 + 0,025 × Sh + Pch


Sh : surface habitable (m²).
Ps : puissance souscrite (kVA).
Pch : puissance électrique pour le chauffage (kW).



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



Avec :
GV : déperditions du bâtiment (W/K).
Rg : rendement de génération ou Cop du générateur électrique.
Re : rendement d'émission des émetteurs.
Rr : rendement de régulation de l'installation.
Rd : rendement de distribution de l'installation.


19.2. Tarif des énergies


L'abonnement double tarif sera retenu en présence d'un équipement électrique à accumulation pour le chauffage et/ou pour l'ECS. Dans ce cas, la consommation de cet équipement sera prise uniquement en heure creuse.



Vous pouvez consulter le tableau dans le
JOn° 262 du 10/11/2012 texte numéro 9



20. Annexes
20.1. Fecs pour une maison avec ECS solaire seule


Une installation ancienne est une installation de plus de 5 ans.


DÉPARTEMENT

ANCIENNE

RÉCENTE

01 - Ain

51,2

65,3

02 - Aisne

48

61,8

03 - Allier

51,8

66,4

04 - Alpes-de-Haute-Provence

63

78,9

05 - Hautes-Alpes

57,7

74,4

06 - Alpes-Maritimes

65,7

82,2

07 - Ardèche

60,4

75,6

08 - Ardennes

48

61,8

09 - Ariège

60

74,6

10 - Aube

50

64,2

11 - Aude

60

74,6

12 - Aveyron

57,1

73,1

13 - Bouches-du-Rhône

64,6

80,4

14 - Calvados

50

65

15 - Cantal

53,7

69,2

16 - Charente

58,7

74,3

17 - Charente-Maritime

58,7

74,3

18 - Cher

51,7

66,2

19 - Corrèze

53,9

69,5

2A - Corse-du-Sud

65,9

81,8

2B - Haute-Corse

65,5

81,8

21 - Côte-d'Or

50,8

65

22 - Côtes-d'Armor

50,9

66

23 - Creuse

53,9

69,5

24 - Dordogne

58,8

73,5

25 - Doubs

50,9

65,2

26 - Drôme

60,4

75,6

27 - Eure

48,6

62,7

28 - Eure-et-Loir

50,5

64,9

29 - Finistère

50,4

65,5

30 - Gard

63,1

78,8

31 - Haute-Garonne

58,1

73,7

32 - Gers

58,1

73,7

33 - Gironde

58,8

73,5

34 - Hérault

63,4

79,5

35 - Ille-et-Vilaine

51,8

66,9

36 - Indre

51,7

66,2

37 - Indre-et-Loire

52

66,5

38 - Isère

54,5

68,9

39 - Jura

50,9

65,2

40 - Landes

57,1

72,9

41 - Loir-et-Cher

52

66,5

42 - Loire

53,5

67,8

43 - Haute-Loire

53,7

69,2

44 - Loire-Atlantique

53,4

68,7

45 - Loiret

50,5

64,9

46 - Lot

56

71,1

47 - Lot-et-Garonne

57,3

72,5

48 - Lozère

57,1

73,1

49 - Maine-et-Loire

53,4

68,7

50 - Manche

50

65

51 - Marne

49,7

64,1

52 - Haute-Marne

50

64,2

53 - Mayenne

51,8

66,9

54 - Meurthe-et-Moselle

48,9

62,9

55 - Meuse

49,7

64,1

56 - Morbihan

51,8

66,9

57 - Moselle

48,8

62,4

58 - Nièvre

51

65,6

59 - Nord

45,7

59,1

60 - Oise

48,5

62,7

61 - Orne

50

65

62 - Pas-de-Calais

45,7

59,1

63 - Puy-de-Dôme

53

68,2

64 - Pyrénées-Atlantiques

58

73,7

65 - Hautes-Pyrénées

58,1

73,7

66 - Pyrénées-Orientales

61,9

80,6

67 - Bas-Rhin

49,1

62,8

68 - Haut-Rhin

50

64,2

69 - Rhône

53,5

67,8

70 - Haute-Saône

50,9

65,2

71 - Saône-et-Loire

52,8

67

72 - Sarthe

51,8

66,5

73 - Savoie

54,5

68,9

74 - Haute-Savoie

51,2

65,3

75 - Paris

49,5

63,9

76 - Seine-Maritime

48,6

62,7

77 - Seine-et-Marne

49,5

63,9

78 - Yvelines

49,5

63,9

79 - Deux-Sèvres

58,7

74,3

80 - Somme

48,5

62,7

81 - Tarn

58,1

73,7

82 - Tarn-et-Garonne

58,1

73,7

83 - Var

67,2

83,4

84 - Vaucluse

63

78,9

85 - Vendée

53,4

68,7

86 - Vienne

54,7

69,9

87 - Haute-Vienne

53,9

69,5

88 - Vosges

50

64,2

89 - Yonne

50,3

64,6

90 - Territoire de Belfort

50

64,2

91 - Essonne

49,5

63,9

92 - Hauts-de-Seine

49,5

63,9

93 - Seine-Saint-Denis

49,5

63,9

94 - Val-de-Marne

49,5

63,9

95 - Val-d'Oise

49,5

63,9


Fecs peut être inséré directement si un calcul plus précis a été fait.


20.2. Fecs pour une maison avec chauffage et ECS solaires



DÉPARTEMENT

Fecs (%)

01 - Ain

89

02 - Aisne

86

03 - Allier

90

04 - Alpes-de-Haute-Provence

96

05 - Hautes-Alpes

95

06 - Alpes-Maritimes

98

07 - Ardèche

96

08 - Ardennes

86

09 - Ariège

96

10 - Aube

88

11 - Aude

96

12 - Aveyron

94

13 - Bouches-du-Rhône

96

14 - Calvados

89

15 - Cantal

91

16 - Charente

94

17 - Charente-Maritime

94

18 - Cher

89

19 - Corrèze

91

2A - Corse-du-Sud

98

2B - Haute-Corse

98

21 - Côte-d'Or

88

22 - Côtes-d'Armor

89

23 - Creuse

91

24 - Dordogne

94

25 - Doubs

89

26 - Drôme

96

27 - Eure

87

28 - Eure-et-Loir

89

29 - Finistère

90

30 - Gard

97

31 - Haute-Garonne

94

32 - Gers

94

33 - Gironde

94

34 - Hérault

97

35 - Ille-et-Vilaine

90

36 - Indre

89

37 - Indre-et-Loire

89

38 - Isère

92

39 - Jura

89

40 - Landes

96

41 - Loir-et-Cher

89

42 - Loire

90

43 - Haute-Loire

91

44 - Loire-Atlantique

92

45 - Loiret

89

46 - Lot

93

47 - Lot-et-Garonne

94

48 - Lozère

94

49 - Maine-et-Loire

92

50 - Manche

89

51 - Marne

86

52 - Haute-Marne

88

53 - Mayenne

90

54 - Meurthe-et-Moselle

87

55 - Meuse

86

56 - Morbihan

90

57 - Moselle

86

58 - Nièvre

89

59 - Nord

86

60 - Oise

87

61 - Orne

89

62 - Pas-de-Calais

86

63 - Puy-de-Dôme

91

64 - Pyrénées-Atlantiques

98

65 - Hautes-Pyrénées

94

66 - Pyrénées-Orientales

99

67 - Bas-Rhin

86

68 - Haut-Rhin

88

69 - Rhône

90

70 - Haute-Saône

89

71 - Saône-et-Loire

89

72 - Sarthe

89

73 - Savoie

92

74 - Haute-Savoie

89

75 - Paris

87

76 - Seine-Maritime

87

77 - Seine-et-Marne

87

78 - Yvelines

87

79 - Deux-Sèvres

99

80 - Somme

87

81 - Tarn

94

82 - Tarn-et-Garonne

94

83 - Var

100

84 - Vaucluse

96

85 - Vendée

92

86 - Vienne

91

87 - Haute-Vienne

91

88 - Vosges

88

89 - Yonne

89

90 - Territoire de Belfort

88

91 - Essonne

87

92 - Hauts-de-Seine

87

93 - Seine-Saint-Denis

87

94 - Val-de-Marne

87

95 - Val-d'Oise

87


Fecs peut être inséré directement si un calcul plus précis a été fait.


20.3. Fch pour une maison avec chauffage solaire seul



DÉPARTEMENT

Fch (%)

01 - Ain

26

02 - Aisne

24,3

03 - Allier

29

04 - Alpes-de-Haute-Provence

42,4

05 - Hautes-Alpes

41,5

06 - Alpes-Maritimes

67

07 - Ardèche

36,9

08 - Ardennes

24,3

09 - Ariège

40

10 - Aube

22,4

11 - Aude

40

12 - Aveyron

36

13 - Bouches-du-Rhône

44,7

14 - Calvados

33,4

15 - Cantal

29,2

16 - Charente

44

17 - Charente-Maritime

44

18 - Cher

25,5

19 - Corrèze

29,8

2A - Corse-du-Sud

52

2B - Haute-Corse

52

21 - Côte-d'Or

22,4

22 - Côtes-d'Armor

35

23 - Creuse

29,8

24 - Dordogne

37,8

25 - Doubs

23,8

26 - Drôme

36,9

27 - Eure

27

28 - Eure-et-Loir

25,1

29 - Finistère

36,3

30 - Gard

51

31 - Haute-Garonne

33,3

32 - Gers

33,3

33 - Gironde

37,8

34 - Hérault

48,3

35 - Ille-et-Vilaine

32,9

36 - Indre

25,5

37 - Indre-et-Loire

26,1

38 - Isère

26,1

39 - Jura

23,8

40 - Landes

39,1

41 - Loir-et-Cher

26,1

42 - Loire

25,2

43 - Haute-Loire

29,2

44 - Loire-Atlantique

35

45 - Loiret

25,1

46 - Lot

33

47 - Lot-et-Garonne

33,7

48 - Lozère

36

49 - Maine-et-Loire

35

50 - Manche

33,4

51 - Marne

21,5

52 - Haute-Marne

22,4

53 - Mayenne

32,9

54 - Meurthe-et-Moselle

20,8

55 - Meuse

21,5

56 - Morbihan

32,9

57 - Moselle

18,6

58 - Nièvre

26

59 - Nord

22,5

60 - Oise

23,4

61 - Orne

33,4

62 - Pas-de-Calais

22,5

63 - Puy-de-Dôme

29,2

64 - Pyrénées-Atlantiques

67,7

65 - Hautes-Pyrénées

33,3

66 - Pyrénées-Orientales

48,3

67 - Bas-Rhin

18,6

68 - Haut-Rhin

21,4

69 - Rhône

25,2

70 - Haute-Saône

23,8

71 - Saône-et-Loire

24,4

72 - Sarthe

27,9

73 - Savoie

29,7

74 - Haute-Savoie

26

75 - Paris

24

76 - Seine-Maritime

27

77 - Seine-et-Marne

24

78 - Yvelines

24

79 - Deux-Sèvres

44

80 - Somme

23

81 - Tarn

33,3

82 - Tarn-et-Garonne

33,3

83 - Var

68,4

84 - Vaucluse

42,4

85 - Vendée

35

86 - Vienne

29,5

87 - Haute-Vienne

29,8

88 - Vosges

22,4

89 - Yonne

24,3

90 - Territoire de Belfort

21,4

91 - Essonne

24

92 - Hauts-de-Seine

24

93 - Seine-Saint-Denis

24

94 - Val-de-Marne

24

95 - Val-d'Oise

24


Fch peut être inséré directement si un calcul plus précis a été fait.


20.4. Fecs pour un immeuble avec ECS solaire seule


Une installation ancienne est une installation de plus de 5 ans.


DÉPARTEMENT

ANCIENNE

RÉCENTE

01 - Ain

30

42

02 - Aisne

26

38

03 - Allier

32

45

04 - Alpes-de-Haute-Provence

39

58

05 - Hautes-Alpes

43

60

06 - Alpes-Maritimes

41

59

07 - Ardèche

39

58

08 - Ardennes

26

38

09 - Ariège

34

50

10 - Aube

28

40

11 - Aude

34

50

12 - Aveyron

35

49

13 - Bouches-du-Rhône

43

62

14 - Calvados

28

40

15 - Cantal

32

47

16 - Charente

35

51

17 - Charente-Maritime

35

51

18 - Cher

29

42

19 - Corrèze

31

46

2A - Corse-du-Sud

42

60

2B - Haute-Corse

42

60

21 - Côte-d'Or

30

42

22 - Côtes-d'Armor

28

41

23 - Creuse

31

46

24 - Dordogne

34

49

25 - Doubs

28

41

26 - Drôme

39

58

27 - Eure

26

38

28 - Eure-et-Loir

28

42

29 - Finistère

27

40

30 - Gard

40

58

31 - Haute-Garonne

35

51

32 - Gers

35

51

33 - Gironde

34

49

34 - Hérault

38

57

35 - Ille-et-Vilaine

28

41

36 - Indre

29

42

37 - Indre-et-Loire

32

47

38 - Isère

31

44

39 - Jura

28

41

40 - Landes

33

49

41 - Loir-et-Cher

32

47

42 - Loire

29

43

43 - Haute-Loire

32

47

44 - Loire-Atlantique

30

45

45 - Loiret

28

42

46 - Lot

33

48

47 - Lot-et-Garonne

34

49

48 - Lozère

35

49

49 - Maine-et-Loire

30

45

50 - Manche

28

40

51 - Marne

28

40

52 - Haute-Marne

28

40

53 - Mayenne

28

41

54 - Meurthe-et-Moselle

26

39

55 - Meuse

28

40

56 - Morbihan

28

41

57 - Moselle

26

38

58 - Nièvre

28

42

59 - Nord

24

36

60 - Oise

26

38

61 - Orne

28

40

62 - Pas-de-Calais

24

36

63 - Puy-de-Dôme

32

45

64 - Pyrénées-Atlantiques

33

49

65 - Hautes-Pyrénées

35

51

66 - Pyrénées-Orientales

40

58

67 - Bas-Rhin

26

38

68 - Haut-Rhin

27

38

69 - Rhône

29

43

70 - Haute-Saône

28

41

71 - Saône-et-Loire

29

43

72 - Sarthe

32

46

73 - Savoie

29

43

74 - Haute-Savoie

30

42

75 - Paris

26

38

76 - Seine-Maritime

26

38

77 - Seine-et-Marne

26

38

78 - Yvelines

26

38

79 - Deux-Sèvres

35

51

80 - Somme

25

37

81 - Tarn

35

51

82 - Tarn-et-Garonne

35

51

83 - Var

42

62

84 - Vaucluse

39

58

85 - Vendée

30

45

86 - Vienne

33

48

87 - Haute-Vienne

31

46

88 - Vosges

28

40

89 - Yonne

29

43

90 - Territoire de Belfort

27

38

91 - Essonne

26

38

92 - Hauts-de-Seine

26

38

93 - Seine-Saint-Denis

26

38

94 - Val-de-Marne

26

38

95 - Val-d'Oise

26

38


Fecs peut être inséré directement si un calcul plus précis a été fait.
Le cas des immeubles avec chauffage et ECS solaires n'est pas traité.


Liens relatifs à cet article