Convention collective nationale de la radiodiffusion du 11 avril 1996 (accord d'étape). Etendue par arrêté du 22 octobre 1996 JORF 1er novembre 1996. - Textes Salaires - Accord du 11 mars 2020 relatif aux salaires minimum conventionnels pour l'année 2020

Etendu par arrêté du 14 décembre 2020 JORF 6 janvier 2021

IDCC

  • 1922

Signataires

  • Fait à :
    Fait à Paris, le 11 mars 2020. (Suivent les signatures.)
  • Organisations d'employeurs :
    SIRTI ; CNRA ; SNRC ; SNRL,
  • Organisations syndicales des salariés :
    SNRT CGT audiovisuel ; F3C CFDT ; FO médias,

Numéro du BO

  • 2020-39
 
Naviguer dans le sommaire
  • Article

    En vigueur étendu


    Le présent accord de branche a été négocié par les partenaires sociaux en commission mixte paritaire de la radiodiffusion.
    Il est applicable dans le champ de la convention collective nationale de la radiodiffusion (brochure n° 3285), tel qu'il a été défini en son article 1.1 à date du présent accord.
    Les valeurs de points qui sont définies par le présent accord s'appliquent à l'ensemble des personnels employés par les entreprises de ce champ, y compris les journalistes, conformément aux dispositions étendues des accords du 5 décembre 2008 qui fixent notamment les classifications, les types de services et les dispositions d'ancienneté.

  • Article 1er

    En vigueur étendu

    Rappel des valeurs de points résultant de l'accord du 6 mars 2019


    Il est rappelé que l'accord du 6 mars 2019, étendu par arrêté du 17 février 2020 publié au Journal officiel du 26 février 2020 a fixé les valeurs de points applicables à compter des effets de son extension, et est applicable par conséquent pour les salaires depuis le 1er mars 2020 :
    – pour tous les salariés, jusqu'à l'indice 120, une valeur de point A de 12,80 € ;
    – pour chaque point supplémentaire, à partir de 121, une valeur de point B de 9,95 €.

  • Article 2

    En vigueur étendu

    Négociation sur les salaires


    Les partenaires sociaux de la radiodiffusion ont mené la négociation annuelle obligatoire sur les salaires au titre de l'année 2020.
    En vertu de quoi, les partenaires sociaux réunis en commission mixte paritaire le 26 février 2020 ont trouvé le présent accord qui a ensuite été mis à la signature.
    Cet accord prévoit une revalorisation des valeurs de points.
    Les partenaires sociaux ont convenu :
    – d'augmenter le point A de 1,6 % ;
    – d'augmenter le point B de 0,9 %.
    Afin d'éviter des décimales de centimes, les valeurs de points en résultant sont arrondies au centime le plus proche.
    Ainsi :
    a) Chaque point d'indice jusqu'au niveau 120 prendra la valeur de 13,01 € ; cette valeur étant désignée ci-après valeur de point A.
    b) Chaque point supplémentaire à partir de 121 prendra la valeur de 10,04 € ; cette valeur étant désignée ci-après valeur de point B.
    Les valeurs de points A et B sont définies ci-dessus s'appliqueront sur les salaires dus pour toute la période de travail à compter du 1er jour du mois suivant la publication au Journal officiel de la république française de l'arrêté d'extension du présent accord par le ministère en charge du travail et de l'emploi.

  • Article 3

    En vigueur étendu

    Rappel du mode de calcul des salaires minimums conventionnels


    Pour favoriser une bonne application du présent accord, les partenaires sociaux rappellent au présent article la formule permettant le calcul des salaires minimums conventionnels.
    Les salaires minimums conventionnels (SC) se calculent selon la formule suivante :
    SC = (120 × valeur du point A) + (Z × valeur du point B).
    La somme (120 + Z) est égale au nombre de points de l'indice appliqué au salarié considéré.
    La variable Z se détermine comme suit :
    – si l'indice du salarié est de 120, alors Z = 0 ;
    – si l'indice du salarié est > ou = 121, alors Z = indice du salarié − 120.
    Ce mode de calcul, comme l'ensemble des dispositions du présent accord, s'applique sous réserve de dispositions plus favorables résultant de l'application du Smic légal en vigueur.

  • Article 4

    En vigueur étendu

    Mesures visant à supprimer les écarts de rémunération entre les femmes et les hommes au sein de la branche de la radiodiffusion


    Les écarts de rémunération entre les femmes et les hommes font l'objet d'une attention toute particulière de la part des partenaires sociaux de la branche de la radiodiffusion.
    En 2019, les partenaires sociaux ont décidé de réaliser un rapport complémentaire relatif à l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et d'en faire un axe de travail sur le second semestre de l'année 2020.
    Sur la base des observations constatées à l'occasion de chacun des rapports de branche, un accord intervenu sur l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes le 8 juin 2017, étendu par arrêté du 29 juin 2018 par le ministère en charge du travail et de l'emploi.
    Cet accord prévoit plusieurs mesures concrètes agissant au niveau du recrutement, des parcours et évolutions professionnelles, de la formation professionnelle, de l'égalité salariale et de la promotion, de la maternité, de la paternité et de la parentalité ainsi que pour faciliter l'articulation entre l'activité professionnelle et l'exercice de la responsabilité familiale.

  • Article 5

    En vigueur étendu

    Disposition pour les entreprises de moins de 50 salariés


    Considérant que la branche professionnelle de la radiodiffusion (IDCC 1922) comporte majoritairement des TPE et PME, les signataires conviennent ainsi que le contenu du présent accord prend pleinement en compte les spécificités des entreprises de moins de 50 salariés visées aux articles L. 2232-10-1 et L. 2261-23-1 du code du travail.

  • Article 6

    En vigueur étendu

    Extension de l'accord


    Le présent accord, mis à la signature au siège de l'association patronale de la radiodiffusion, fera l'objet d'une demande d'extension, qui sera présentée dans les meilleurs délais après la phase de signature.
    Il est précisé que les parties signataires ont déterminé une prise d'effets de l'accord postérieure à son extension, afin qu'il implique des obligations identiques pour tous les employeurs de son champ d'application.
    Le présent accord entre en vigueur le 1er jour du premier mois qui suit son extension.

Retourner en haut de la page