Accord du 21 janvier 2020 relatif aux certifications éligibles à la Pro-A dans diverses branches du secteur alimentaire

Etendu par arrêté du 6 novembre 2020 JORF 14 novembre 2020, modifié par arrêté du 20 nov. 2020 JORF 16 décembre 2020

Signataires

  • Fait à :
    Fait à Paris, le 21 janvier 2020. (Suivent les signatures.)
  • Organisations d'employeurs :
    FEDEV ; USNEF ; ANMF, Alliance 7 ; SNFS ; FEB ; CNTF ; FIA ; CSFL ; FNIL ; SIFPAF ; SNIPO ; ANEEFEL ; FNEAP ; CFSI ; SNIA ; FNECE ; BRF ; ABF ; FNA ; CNADEV, FPTLG ; SYNAFAVIA ; ADEPALE ; FICT ; CFC ; CNRCF ; Culture viande ; COOP France ; France conseil FCE ; UNMFREO ; FELCOOP ; SNCIA ; FESTAL ; FND,
  • Organisations syndicales des salariés :
    FGTA FO ; CSFV CFTC ; FGA CFDT ; CFTC-agri ; UNSA 2A ; SNCOA CFE-CGC,

Condition de vigueur

  • Le présent accord entrera en vigueur le lendemain de la publication de son arrêté d'extension au Journal officiel de la République, et pour une durée déterminée de 5 ans.

Numéro du BO

  • 2020-18
 

Liste des conventions auxquelles ce texte est rattaché

    • Article

      En vigueur étendu

      Les parties signataires soutiennent le développement de la formation continue par les dispositifs de formation par l'alternance tels que le contrat de professionnalisation et la reconversion ou la promotion par l'alternance (Pro-A). Leur ambition est d'accompagner les salariés concernés dans leur parcours professionnel et de faciliter l'accès à tous les dispositifs de formation dont la Pro-A.

      Conformément à l'article L. 6324-3 du code du travail, les partenaires sociaux souhaitent, à travers la Pro-A, encourager l'évolution professionnelle et la montée en compétences des salariés du secteur alimentaire.

      Ce dispositif constitue un levier incontournable de sécurisation des parcours professionnels favorisant le développement des compétences, la promotion sociale des salariés touchés par le risque d'obsolescence de leurs compétences face aux évolutions technologiques.

      Le présent accord définit en annexe la liste des certifications professionnelles éligibles à la Pro-A ainsi que les éléments justifiant le choix des certifications retenues.

      Il s'applique à toutes les entreprises quelle que soit leur taille et il ne prévoit pas de disposition spécifique aux entreprises de moins de 50 salariés.

  • Article 1er

    En vigueur étendu

    Champ d'application

    Le champ d'application du présent accord est multibranche. Il est applicable à toutes les entreprises visées ci-après, relevant du champ d'application des conventions collectives nationales suivantes :

    Au titre des industries alimentaires :
    CCN 3026 – sucrerie, sucreries – distilleries et raffineries de sucre (IDCC 2728).
    CCN 3060 – métiers de la transformation des grains (IDCC 1930).
    CCN 3092 – industrie des produits exotiques (IDCC 506).
    CCN 3102 – boulangerie pâtisserie industrielle (IDCC 1747).
    CCN 3111 – industries de la transformation des volailles (IDCC 1938).
    CCN 3124 – industries laitières (IDCC 112).
    CCN 3125 – industries charcutières (IDCC 1586).
    CCN 3127 – industries de produits alimentaires élaborés (IDCC 1396).
    CCN 3178 – exploitations frigorifiques (IDCC 200).
    CCN 3179 – entreprises de l'industrie et des commerces de gros des viandes (IDCC 1534).
    CCN 3184 – centres immatriculés de conditionnement, de commercialisation et de transformation des œufs et des industries en produits d'œufs (IDCC 2075).
    CCN 3247 – activités de production des eaux embouteillées, boissons rafraîchissantes sans alcool et de bières (IDCC 1513).
    CCN 3294 – industrie des pâtes alimentaires sèches et du couscous non préparé (IDCC 1987).
    CCN 3384 – 5 branches des industries alimentaires diverses (IDCC 3109).

    Au titre du commerce agricole :
    CCN 3165 – entreprises du négoce et de l'industrie des produits du sol, engrais et produits connexes (IDCC 1077).
    CCN 3233 – expédition et exportation de fruits et légumes (IDCC 1405).

    Au titre de la coopération agricole :

    Les coopératives agricoles, les SICA et les filiales de droit commun des organismes précités dès lors qu'elles relèvent de l'article L. 722-20-6°, 6° bis, 6° ter, 6° quater, du code rural, les organismes conseil élevage et les associations de gestion comptable fédérées par le réseau CER France, à l'exception des coopératives d'utilisation de matériel agricole (CUMA) et leurs unions.

    Soit en particulier, les entreprises relevant du champ d'application des conventions collectives nationales suivantes :
    CCN 3264 – teillage du lin, coopératives agricoles et SICA (IDCC 7007).
    CCN 3604 – caves coopératives vinicoles (IDCC 7005).
    CCN 3607 – conserveries coopératives et SICA (IDCC 7003).
    CCN 3608 – coopératives agricoles et laitières (IDCC 7004).
    CCN 3611 – contrôle laitier (IDCC 7008).
    CCN 3612 – coopératives et sociétés d'intérêt collectif agricole bétail et viande (IDCC 7001).
    CCN 3614 – fleurs, fruits et légumes, pommes de terre : coopératives agricoles, unions de coopératives agricoles et SICA de fleurs, de fruits et légumes et de pommes de terre (IDCC 7006).
    CCN 3616 – coopératives agricoles et de céréales, de meunerie, d'approvisionnement, d'alimentation du bétail et d'oléagineux (IDCC 7002).
    CCN – centres de gestion agréés et habilités agricoles (IDCC 7020).
    CCN – sélection et reproduction animale (IDCC 7021).
    CCN – distilleries viticoles (coopératives et unions) et distillation (SICA) (IDCC 7503).
    CCN – entreprises agricoles de déshydratation (IDCC 7023).
    CCN – coopératives fruitières fromagères des départements de l'Ain, du Doubs et du Jura (IDCC 8435).

  • Article 2

    En vigueur étendu

    Reconversion ou promotion par l'alternance (Pro-A)

    La reconversion ou la promotion par alternance a pour objet de permettre au salarié de changer de métier ou de profession, ou de bénéficier d'une promotion sociale ou professionnelle par des actions de formation ou par des actions permettant de faire valider les acquis de l'expérience.

    Confortées par les travaux des observatoires paritaires et des branches du secteur alimentaire, les parties signataires ont identifié les évolutions des métiers et les compétences attachées aux activités du secteur alimentaire. Elles constatent que certaines activités sont en tension et que parallèlement de nouvelles compétences émergent rendant nécessaire un accompagnement du changement par la formation.

    La Pro-A peut permettre l'acquisition du socle de connaissances et de compétences mentionné aux articles L. 6121-2, L. 6324-1 et L. 6323-6 du code du travail.

    Elle vise les salariés en contrat à durée indéterminée, et les salariés bénéficiaires d'un contrat à durée indéterminée conclu en application de l'article L. 5134-19-1 du code du travail, notamment les salariés dont la qualification est insuffisante au regard de l'évolution des technologies ou de l'organisation du travail.

    La reconversion ou promotion par l'alternance concerne les salariés placés en position d'activité partielle, ou ceux dont la qualification est inférieure ou égale à un niveau de qualification sanctionné par une certification professionnelle enregistrée au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP  ), conformément aux évolutions législatives et réglementaires. (1)

    Les actions de formation éligibles à la Pro-A sont :
    – celles qui visent à l'acquisition du socle de compétences (CléA) ;
    – celles identifiées comme étant prioritaires par le présent accord multibranches et enregistrées au RNCP  . Dans ce cadre, la VAE est éligible.

    Les actions de reconversion ou de promotion par alternance sont effectuées pendant le temps de travail. Elles donnent lieu au maintien par l'employeur de la rémunération du salarié.

    L'annexe I au présent accord identifie, conformément à l'article L. 6324-3 du code du travail, les formations certifiantes éligibles à la Pro-A par grandes fonctions (production, maintenance, logistique, innovation R & D, qualité hygiène sécurité sûreté environnement, commercialisation, support) pour le secteur alimentaire. L'annexe II développe les arguments ayant conduit à l'identification des métiers en tension ou en mutation, et à l'obsolescence de leurs compétences.

    La liste des certifications éligibles est susceptible d'évoluer sur propositions des CPNEFP des branches signataires et, le cas échéant, de l'instance de coordination des CPNEFP du secteur alimentaire. (2)

    (1) Alinéa exclu de l'extension en tant qu'il contrevient aux dispositions prévues par l'article D. 6324-1-1 du code du travail.
    (Arrêté du 6 novembre 2020 - art. 1)

    (2) Alinéa étendu sous réserve du respect des dispositions de l'article L. 6324-3 du code du travail.
    (Arrêté du 6 novembre 2020 - art. 1)

  • Article 3

    En vigueur étendu

    Entrée en vigueur et durée

    Le présent accord entrera en vigueur le lendemain de la publication de son arrêté d'extension au Journal officiel de la République, et pour une durée déterminée de 5 ans.

    À l'issue de cette période, l'accord cessera de produire effet.

  • Article 4

    En vigueur étendu

    Dépôt et extension


    Le présent accord fera l'objet des formalités légales de dépôt. Son extension sera demandée conformément à l'article L. 2261-15 et aux articles D. 2231-2 et suivants du code du travail.

    • Article

      En vigueur étendu

      Annexe I
      Cartographie des certifications (1) du secteur alimentaire éligibles à la Pro-A par fonctions

      Le niveau de qualification dans le cadre européen des certifications (CEC) est entre les parenthèses.

      Fonction production
      Métier CQP de branches, titres et diplômes professionnels et le niveau de qualification dans le cadre européen des certifications (CEC) Code RNCP
      1. Responsable de production (fabrication/ conditionnement) de produits alimentairesCQP responsable de secteur/ d'atelier du secteur alimentaire (5)RNCP   28787
      CQP responsable d'équipe de production du secteur alimentaire (5)RNCP   28789
      1. Responsable de production (fabrication/ conditionnement) de produits alimentairesLicence professionnelle Industrie agroalimentaire, alimentation spécialité Industries des céréales (6)RNCP   5979
      2. Superviseur (se) de production (fabrication/ conditionnement)CQP encadrant opérationnel laitier (5)RNCP   24892
      CQP animateur de technicien conseil en reproduction animalière (6)En cours
      CQP animateur (trice) d'équipe domaine industriel (CQPI) (4)En cours
      2. Superviseur (se) de production (fabrication/ conditionnement)DUT qualité, logistique industrielle et organisation (5)RNCP   20643
      DUT génie biologique option industries agroalimentaires et biologiques (5)RNCP   2921
      DUT génie biologique option agronomie (5)RNCP   2922
      BTSA sciences et technologies des aliments (5)RNCP   15614
      BTSA agronomie : productions végétales (5)RNCP   15611
      Licence professionnelle industrie agroalimentaire, alimentation spécialité Industries des céréales (6)RNCP   5979
      Licence professionnelle maintenance des systèmes industriels, de production et d'énergie (6)RNCP   30088
      Licence professionnelle industries agroalimentaires : gestion, production et valorisation (6)RNCP   30074
      Licence professionnelle productions végétales (6)RNCP   30160
      3. Spécialiste planning/ ordonnancementBTS assistance technique d'ingénieur (5)RNCP   1029
      Gestionnaire en organisation et performance industrielle (5)RNCP   13346
      DUT génie mécanique et productique (5)RNCP   2508
      DUT qualité, logistique industrielle et organisation (5)RNCP   20643
      TP technicien (ne) supérieur (e) des transports de personnes (5)RNCP   4033
      Licence professionnelle – Métiers de l'industrie : gestion de la production industrielle (6)RNCP   30128
      Licence professionnelle Industries agroalimentaires : gestion, production et valorisation (6)RNCP   30074
      4. Opérateur (trice) de production (fabrication/ conditionnement)CQP opérateur (trice) chargé (e) de la stabulation des animaux de boucherie (3)RNCP   28783
      CQP conducteur (trice) d'installation de transformation des grains (4)RNCP   28782
      CQP agent de silo (4)RNCP   28779
      CQP opérateur de production dans la transformation laitière (3)RNCP   24886
      CQP préparateur (trice) du secteur alimentaire (3)RNCP   29210
      CQP ouvrier qualifié de fabrication en boulangerie, viennoiserie, pâtisserie (3)RNCP   26599
      CQP caviste en cave coopérative (4)RNCP   9054
      4. Opérateur (trice) de production (fabrication/ conditionnement)CAP conducteur d'installations de production (3)RNCP   14868
      CAP agricole Opérateur en industries agroalimentaires (3)RNCP   25092
      CAP glacier fabricant (3)RNCP   588
      BPA transformations alimentaires (3)RNCP   7580
      Bac pro bio-industries de transformation (4)RNCP   7586
      5. Opérateur (trice) de transformation des viandesCQP opérateur (trice) en première transformation des viandes (3)RNCP   28785
      CQP opérateur (trice) en deuxième transformation des viandes (3)RNCP   28784
      CQP opérateur (trice) en troisième transformation des viandes (3)RNCP   28786
      CQP opérateur (trice) en traitement des cuirs et peaux d'animaux de boucherie (3)RNCP   28802
      5.   Opérateur (trice) de transformation des viandesCAP agricole opérateur en industries agroalimentaires (3)RNCP   25092
      CAP conducteur d'installations de production (3)RNCP   14868
      BPA transformations alimentaires (3)RNCP   7580
      Opérateur de transformation en industrie alimentaire (3)RNCP   26759
      Opérateur de transformation industrielle des viandes (3)RNCP   24799
      6.   Opérateur (trice) hygiène/ sanitationCQP agent de nettoyage dans la transformation laitière (3)RNCP   24887
      CQP ouvrier (ère) qualifié (e) en nettoyage industriel du secteur alimentaire (3)RNCP   28801
      7.   Analyste process de production alimentaire/ spécialiste processBTSA sciences et technologies des aliments (5)RNCP   15614
      BTSA agronomie : productions végétales (5)RNCP   15611
      DUT génie biologique option agronomie (5)RNCP   2922
      DUT génie biologique option industries agroalimentaires et biologiques (5)RNCP   2921
      DUT qualité, logistique industrielle et organisation (5)RNCP   20643
      Licence professionnelle industries agroalimentaires : gestion, production et valorisation (6)RNCP   30074
      Licence professionnelle maintenance des systèmes industriels, de production et d'énergie (6)RNCP   30088
      Licence professionnelle productions végétales (6)RNCP   30160
      8. Conducteur (trice) de process de production alimentaireCQP conducteur (trice) de process (4)RNCP   28781
      CQP technicien de process brassicole-production de boissons (4)RNCP   32113
      9. Conducteur (trice) de machine(s) de production (fabrication/ conditionnement)CQP technicien conseil dans la transformation laitière (5)RNCP   24893
      CQP conducteur de machines du secteur alimentaire (3)RNCP   26293
      CQP conducteur de machine dans la transformation laitière (3)RNCP   24891
      CQP technicien conseil en gestion de la reproduction animale (5)RNCP   32078
      CQP conducteur d'équipements industriels (CQPI) (3)En cours
      9. Conducteur (trice) de machine(s) de production (fabrication/ conditionnement)Bac pro pilote de ligne de production (4)RNCP   14689
      Bac pro bio-industries de transformation (4)RNCP   7586
      BP industries alimentaires (4)RNCP   14923
      CS technicien spécialisé en transformation laitière (4)RNCP   2306
      DUT packaging, emballage et conditionnement (5)RNCP   20660
      BTSA sciences et technologies des aliments (5)RNCP   15614
      10. Conducteur (trice) de ligne(s) de production (fabrication/ conditionnement)CQP conducteur de ligne dans la transformation laitière (4)RNCP   24889
      CQP pilote d'installation automatisée dans la transformation laitière (4)RNCP   24894
      CQP conducteur (trice) de ligne du secteur alimentaire (4)RNCP   29213
      10. Conducteur (trice) de ligne(s) de production (fabrication/ conditionnement)Bac pro pilote de ligne de production (4)RNCP   14689
      Bac pro bio-industries de transformation (4)RNCP   7586
      BP industries alimentaires (4)RNCP   14923
      CS technicien spécialisé en transformation laitière (4)RNCP   2306
      CS option production, transformation et commercialisation des produits fermiers (4)RNCP   2281
      DUT packaging, emballage et conditionnement (5)RNCP   20660
      BTSA sciences et technologies des aliments (5)RNCP   15614
      Fonction maintenance
      Métier CQP de branches, titres et diplômes professionnels et niveau de qualification dans le cadre européen des certifications (CEC) Code RNCP  
      1. Technicien(ne) de maintenance industrielleCQP technicien de maintenance (4)RNCP   28792
      CQP conducteur mécanicien maintenance niveau 2 (3)RNCP   29850
      1. Technicien(ne) de maintenance industrielleBac pro maintenance des équipements industriels (4)RNCP   3632
      Bac pro métiers de l'électricité et de ses environnements connectés (4)RNCP   25353
      MC maintenance des installations oléohydrauliques et pneumatiques (4)RNCP   880
      TP technicien (ne) de maintenance industrielle (4)RNCP   211
      BTS conception et réalisation de systèmes automatiques (5)RNCP   12808
      BTS contrôle industriel et régulation automatique (5)RNCP   1044
      BTS électrotechnique (5)RNCP   4497
      BTS maintenance des systèmes option A systèmes de production (5)RNCP   20684
      DUT génie chimique, génie des procédés option bio procédés (5)RNCP   2467
      DUT génie chimique, génie des procédés option procédés (5)RNCP   2476
      DUT génie électrique et informatique industrielle (5)RNCP   4379
      DUT génie industriel et maintenance (5)RNCP   2926
      TP technicien (ne) supérieur (e) de maintenance industrielle (5)RNCP   2469
      Licence pro maintenance des systèmes industriels, de production et d'énergie (6)RNCP   30088
      Licence pro maintenance et technologie : contrôle industriel (6)RNCP   30089
      Licence pro maintenance et technologie : électronique, instrumentation (6)RNCP   30090
      Licence pro maintenance et technologie : organisation de la maintenance (6)RNCP   30091
      Licence pro maintenance et technologie : systèmes pluritechniques (6)RNCP   30092
      3. Chaudronnier (ère)/ tuyauteur (se)/ soudeur (se)Bac pro maintenance des équipements industriels (4)RNCP   3632
      Bac pro Pilote de ligne de production (4)RNCP   14689
      BTS conception et réalisation de systèmes automatiques (5)RNCP   12808
      BTS contrôle industriel et régulation automatique (5)RNCP   1044
      DUT génie électrique et informatique industrielle (5)RNCP   4379
      DUT génie industriel et maintenance (5)RNCP   2926
      DUT génie mécanique et productique (5)RNCP   2508
      Licence pro systèmes automatisés, réseaux et informatique industrielle (6)RNCP   29972
      4. Chargé(e) de méthodesBac pro maintenance des équipements industriels (4)RNCP   3632
      Bac pro pilote de ligne de production (4)RNCP   14689
      BTS maintenance des systèmes option A systèmes de production (5)RNCP   20684
      BTS conception et réalisation de systèmes automatiques (5)RNCP   12808
      BTS contrôle industriel et régulation automatique (5)RNCP   1044
      DUT génie électrique et informatique industrielle (5)RNCP   4379
      DUT génie industriel et maintenance (5)RNCP   2926
      DUT génie mécanique et productique (5)RNCP   2508
      Licence électronique, énergie électrique, automatique (6)RNCP   24533
      Licence pro systèmes automatisés, réseaux et informatique industrielle (6)RNCP   29972
      5. Responsable de maintenanceBac pro maintenance des équipements industriels (4)RNCP   3632
      Bac pro pilote de ligne de production (4)RNCP   1468
      MC maintenance des installations oléohydrauliques et pneumatiques (4)RNCP   880
      BTS conception et réalisation de systèmes automatiques (5)RNCP   12808
      BTS contrôle industriel et régulation automatique (5)RNCP   1044
      BTS électrotechnique (5)RNCP   4497
      BTS maintenance des systèmes option A systèmes de production (5)RNCP   20684
      DUT génie électrique et informatique industrielle (5)RNCP   4379
      DUT génie industriel et maintenance (5)RNCP   2926
      Licence pro maintenance et technologie : contrôle industriel (6)RNCP   30089
      Licence pro maintenance des systèmes industriels, de production et d'énergie (6)RNCP   30088
      Licence pro gestion et maintenance des installations énergétiques (6)RNCP   30073
      Licence pro maintenance et technologie : électronique, instrumentation (6)RNCP   30090
      Licence pro maintenance et technologie : organisation de la maintenance (6)RNCP   30091
      6. Opérateur (trice) de maintenanceCQP agent de maintenance (3)RNCP   28791
      CQP opérateur de maintenance industrielle – régleur (3)En cours
      CQP opérateur (trice) en maintenance industrielle (CQPI) (3)RNCP   1815
      6. Opérateur (trice) de maintenanceBac pro maintenance des équipements industriels (4)RNCP   3632
      Bac pro métiers de l'électricité et de ses environnements connectés (4)RNCP   25353
      MC maintenance des installations oléohydrauliques et pneumatiques (4)RNCP   880
      BTS conception et réalisation de systèmes automatiques (5)RNCP   12808
      BTS contrôle industriel et régulation automatique (5)RNCP   1044
      BTS électrotechnique (5)RNCP   4497
      BTS maintenance des systèmes option A systèmes de production (5)RNCP   20684
      DUT génie chimique, génie des procédés option bio procédés (5)RNCP   2467
      DUT génie chimique, génie des procédés option procédés (5)RNCP   2476
      DUT génie électrique et informatique industrielle (5)RNCP   4379
      DUT génie industriel et maintenance (5)RNCP   2926
      Licence professionnelle gestion et maintenance des installations énergétiques (6)RNCP   30073
      Licence professionnelle maintenance des systèmes industriels, de production et d'énergie (6)RNCP   30088
      Licence professionnelle maintenance et technologie : contrôle industriel (6)RNCP   30089
      Licence professionnelle maintenance et technologie : électronique, instrumentation (6)RNCP   30090
      Licence professionnelle maintenance et technologie : organisation de la maintenance (6)RNCP   30091
      Licence professionnelle maintenance et technologie : systèmes pluritechniques (6)RNCP   30092
      7. Chef de projets en installations et évolutions des équipementsBac pro maintenance des équipements industriels (4)RNCP   3632
      Bac pro métiers de l'électricité et de ses environnements connectés (4)RNCP   25353
      MC maintenance des installations oléohydrauliques et pneumatiques (4)RNCP   880
      BTS conception et réalisation de systèmes automatiques (5)RNCP   12808
      BTS contrôle industriel et régulation automatique (5)RNCP   1044
      BTS électrotechnique (5)RNCP   4497
      BTS maintenance des systèmes option A systèmes de production (5)RNCP   20684
      DUT génie chimique, génie des procédés option bio procédés (5)RNCP   2467
      DUT génie chimique, génie des procédés option procédés (5)RNCP   2476
      DUT génie électrique et informatique industrielle (5)RNCP   4379
      Licence pro gestion et maintenance des installations énergétiques (6)RNCP   30073
      Licence professionnelle maintenance des systèmes industriels, de production et d'énergie (6)RNCP   30088
      Licence professionnelle maintenance et technologie : contrôle industriel (6)RNCP   30089
      Licence professionnelle maintenance et technologie : électronique, instrumentation (6)RNCP   30090
      Licence professionnelle maintenance et technologie : organisation de la maintenance (6)RNCP   30091
      Licence professionnelle maintenance et technologie : systèmes pluritechniques (6)RNCP   30092
      8. Conducteur (trice)/ coordinateur (trice) de travauxBac pro gestion des pollutions et protection de l'environnement (4)RNCP   14899
      BTS études et économie de la construction (5)RNCP   1053
      9. Dessinateur (trice)/ projeteur ­ (trice)BTS constructions métalliques (5)RNCP   1043
      DUT génie civil – construction durable (5)RNCP   20701
      Fonction logistique
      Métier CQP de branches, titres et diplômes professionnels et niveau de qualification dans le cadre européen des certifications (CEC) Code RNCP  
      1. Responsable plate-forme/ exploitation d'unité   logistique/ entrepôtBTS transport et prestations logistiques (5)RNCP   12798
      DUT gestion logistique et transport (5)RNCP   2463
      DUT packaging, emballage et conditionnement (PEC) (5)RNCP   20662
      DUT qualité, logistique industrielle et organisation (5)RNCP   20643
      Licence professionnelle logistique et pilotage des flux w (6)RNCP   29988
      Licence professionnelle logistique et transports internationaux (6)RNCP   29990
      Licence professionnelle management des processus logistiques (6)RNCP   29992
      2. Superviseur (se) logistiqueCQP responsable d'équipe logistique du secteur alimentaire (5)RNCP   28794
      2. Superviseur (se) logistiqueBTS transport et prestations logistiques (5)RNCP   12798
      DUT gestion logistique et transport (5)RNCP   2462
      DUT packaging, emballage et conditionnement (PEC) (5)RNCP   20660
      DUT qualité, logistique industrielle et organisation (5)RNCP   20643
      Licence professionnelle logistique et pilotage des flux (6)RNCP   29988
      Licence professionnelle logistique et transports internationaux (6)RNCP   29990
      Licence professionnelle management des processus logistiques (6)RNCP   29992
      4. Opérateur (trice) logistiqueCQP agent logistique du secteur alimentaire, option réception ou option expédition (3)RNCP   28793
      CQP opérateur (trice) en préparation de commandes (3)RNCP   28805
      CQP agent logistique dans la transformation laitière (3)RNCP   24888
      4. Opérateur (trice) logistiqueCAP opérateur/ opératrice logistique (3)RNCP   22689
      Bac pro logistique (4)RNCP   1120
      5. Logisticien (ne)BTS transport et prestations logistiques (5)RNCP   12798
      DUT gestion logistique et transport (5)RNCP   2464
      DUT packaging, emballage et conditionnement (PEC) (5)RNCP   20661
      DUT qualité, logistique industrielle et organisation (5)RNCP   20643
      Licence professionnelle management des processus logistiques (6)RNCP   29992
      Licence professionnelle logistique et pilotage des flux (6)RNCP   29988
      Licence professionnelle logistique et transports internationaux (6)RNCP   29990
      6. Gestionnaire logistiqueBac pro logistique (4)RNCP   1120
      Bac pro transports (4)RNCP   22694
      BTS transport et prestations logistiques (5)RNCP   12798
      DUT gestion logistique et transport (5)RNCP   2465
      Licence professionnelle logistique et transports internationaux (6)RNCP   29990
      7. Chauffeur (se)/ conducteur ­ (trice)/ livreur (se)CQP chauffeur ramasseur dans la transformation laitière (3)RNCP   24890
      7. Chauffeur (se)/ conducteur ­ (trice)/ livreur (se)CAP conducteur routier marchandises (3)RNCP   5377
      Bac pro transports (4)RNCP   22694
      Fonction innovation R & D
      Métier CQP de branches, titres et diplômes professionnels et niveau de qualification dans le cadre européen des certifications (CEC) Code RNCP  
      1. Responsable innovation/ recherche et développementTitre ingénieur – titre ingénieur de l'École nationale supérieure d'agronomie et des industries alimentaires de l'université de Lorraine spécialité Industries alimentaires (7)RNCP   22478
      Titre ingénieur –-ingénieur diplômé de l'École polytechnique universitaire de Montpellier de l'Université Montpellier II (Polytech'Montpellier), spécialité Sciences et technologies des industries alimentaires (7)RNCP   4796
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'École Polytechnique Universitaire de Marseille, de l'Université d'Aix-Marseille-Spécialité Génie biologique (7)RNCP   19881
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'École polytechnique universitaire Pierre et Marie Curie de l'Université Paris VI (Polytech'Paris), spécialité Agroalimentaire (7)RNCP   4814
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'École supérieure d'ingénieurs en agroalimentaire de Bretagne atlantique de l'université de Brest, spécialité microbiologie et qualité (7)RNCP   26580
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'École supérieure d'ingénieurs en agroalimentaire de Bretagne atlantique de l'université de Brest, spécialité procédés industriels, en partenariat avec l'IFRIA (7)RNCP   26595
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'Institut national d'études supérieures agronomiques de Montpellier, spécialité systèmes agricoles et agroalimentaires durables au Sud (7)RNCP   1998
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'Institut national supérieur des sciences agronomiques, de l'alimentation et de l'environnement, spécialité agroalimentaire (7)RNCP   17090
      Titre ingénieur diplômé de l'Institut polytechnique La Salle Beauvais, spécialité alimentation et Santé (7)RNCP   4180
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'Institut supérieur des sciences agronomiques, agroalimentaires, horticoles et du paysage (AGROCAMPUS Ouest) spécialité agroalimentaire (7)RNCP   17037
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'Institut supérieur des sciences agronomiques, agroalimentaires, horticoles et du paysage (AGROCAMPUS OUEST) spécialité agroalimentaire par l'apprentissage en partenariat avec l'IFRIA de Bretagne (7)RNCP   17090
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'université de technologie de Compiègne (UTC), spécialité Génie biologique (7)RNCP   10191
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'Université de technologie de Compiègne (UTC), spécialité Génie des procédés (7)RNCP   10190
      Titre ingénieur diplômé de l'Institut des sciences et industries du vivant et de l'environnement (AgroParisTech) (7)RNCP   9888
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé du Centre universitaire des sciences et techniques de l'université Clermont-Ferrand II (Polytech'Clermont-Ferrand), spécialité génie biologique (7)RNCP   4341
      2. Spécialiste nutrition/ diététiqueBTS diététique (5)RNCP   1045
      3. Chercheur (se)/ développeur ­ (se) en procédés de production alimentaireTitre ingénieur – titre ingénieur de l'École nationale supérieure d'agronomie et des industries alimentaires de l'université de Lorraine spécialité industries alimentaires (7)RNCP   22478
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'École polytechnique universitaire de Montpellier de l'Université Montpellier II (Polytech'Montpellier), spécialité sciences et technologies des industries alimentaires (7)RNCP   4796
      Titre ingénieur diplômé de l'École polytechnique de Lille de l'Université Lille 1, spécialité agroalimentaire (7)RNCP   22743
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'École polytechnique universitaire de Marseille, de l'université d'Aix-Marseille-Spécialité Génie biologique (7)RNCP   19881
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'École polytechnique universitaire Pierre et Marie Curie de l'université Paris VI (Polytech'Paris), spécialité Agroalimentaire (7)RNCP   4814
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'École supérieure d'ingénieurs en agroalimentaire de Bretagne atlantique de l'université de Brest, spécialité procédés industriels, en partenariat avec l'IFRIA (7)RNCP   26595
      Titre ingénieur diplômé de l'École supérieure d'agriculture d'Angers (ESA) (7)RNCP   1981
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'École supérieure d'ingénieurs en agroalimentaire de Bretagne atlantique de l'université de Brest, spécialité microbiologie et qualité (7)RNCP   26580
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'Institut national d'études supérieures agronomiques de Montpellier, spécialité systèmes agricoles et agroalimentaires durables au Sud (7)RNCP   1998
      Titre ingénieur-ingénieur diplômé de l'Institut national supérieur des sciences agronomiques, de l'alimentation et de l'environnement, spécialité agroalimentaire (7)RNCP   17090
      Titre ingénieur diplômé de l'Institut polytechnique La Salle Beauvais, spécialité agriculture (7)RNCP   4181
      Titre ingénieur diplômé de l'Institut polytechnique La Salle Beauvais, spécialité alimentation et santé (7)RNCP   4180
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'Institut supérieur d'agriculture YNCREA Hauts-de-France (7)RNCP   29277
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'Institut supérieur des sciences agronomiques, agroalimentaires, horticoles et du paysage (AGROCAMPUS Ouest) spécialité agroalimentaire par l'apprentissage en partenariat avec l'IFRIA de Bretagne (7)RNCP   17090
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'Université de technologie de Compiègne (UTC), spécialité génie biologique (7)RNCP   10191
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'Université de technologie de Compiègne (UTC), spécialité Génie des procédés (7)RNCP   10190
      Titre ingénieur diplômé de l'Institut des sciences et industries du vivant et de l'environnement (AgroParisTech) (7)RNCP   9888
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé du Centre universitaire des sciences et techniques de l'université Clermont-Ferrand II (Polytech'Clermont-Ferrand), spécialité génie biologique (7)RNCP   4341
      4. Formulateur (trice) de produits alimentairesTitre ingénieur – ingénieur diplômé de l'École polytechnique de l'université de Nice, spécialité génie biologique (7)RNCP   4809
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'École polytechnique universitaire de Marseille, de l'université d'Aix-Marseille, spécialité génie biologique (7)RNCP   19881
      Master domaine sciences, technologies, santé, mention biologie, Agrosciences (7)RNCP   26699
      Master génie des procédés et des bio procédés (7)RNCP   34094
      5. Chercheur (se)/ développeur ­ (se) en génie alimentaireTitre ingénieur – titre ingénieur de l'École nationale supérieure d'agronomie et des industries alimentaires de l'université de Lorraine spécialité Industries alimentaires (7)RNCP   22478
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'École polytechnique universitaire de Montpellier de l'université Montpellier II (Polytech'Montpellier), spécialité sciences et technologies des industries alimentaires (7)RNCP   4796
      Titre ingénieur diplômé de l'École polytechnique de Lille de l'université Lille 1, spécialité agroalimentaire (7)RNCP   22743
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'École Polytechnique universitaire de Marseille, de l'université d'Aix-Marseille – spécialité génie biologique (7)RNCP   19881
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'École polytechnique universitaire Pierre et Marie Curie de l'université Paris VI (Polytech'Paris), spécialité Agroalimentaire (7)RNCP   4814
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'École supérieure d'ingénieurs en agroalimentaire de Bretagne atlantique de l'université de Brest, spécialité procédés industriels, en partenariat avec l'IFRIA (7)RNCP   26595
      Titre ingénieur diplômé de l'École supérieure d'agriculture d'Angers (ESA) (7)RNCP   1981
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'École supérieure d'ingénieurs en agroalimentaire de Bretagne atlantique de l'université de Brest, spécialité microbiologie et qualité (7)RNCP   26580
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'Institut national d'études supérieures agronomiques de Montpellier, spécialité systèmes agricoles et agroalimentaires durables au Sud (7)RNCP   1998
      Titre ingénieur diplômé de l'Institut polytechnique La Salle Beauvais, spécialité agriculture (7)RNCP   4181
      Titre ingénieur diplômé de l'Institut polytechnique La Salle Beauvais, spécialité alimentation et santé (7)RNCP   4180
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'Institut supérieur d'agriculture YNCREA Hauts-de-France (7)RNCP   29277
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'Institut supérieur des sciences agronomiques, agroalimentaires, horticoles et du paysage (AGROCAMPUS Ouest) spécialité agroalimentaire par l'apprentissage en partenariat avec l'IFRIA de Bretagne (7)RNCP   17090
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'université de technologie de Compiègne (UTC), spécialité génie biologique (7)RNCP   10191
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé de l'université de technologie de Compiègne (UTC), spécialité génie des procédés (7)RNCP   10190
      Titre ingénieur diplômé de l'Institut des sciences et industries du vivant et de l'environnement (AgroParisTech) (7)RNCP   9888
      Titre ingénieur – ingénieur diplômé du Centre universitaire des sciences et techniques de l'université Clermont-Ferrand II (Polytech'Clermont-Ferrand), spécialité génie biologique (7)RNCP   4341
      Fonction qualité, hygiène, sécurité/ sûreté, environnement
      Métier CQP de branches, titres et diplômes professionnels et niveau de qualification dans le cadre européen des certifications (CEC) Code RNCP
      1. Spécialiste en sécurité et sûretéBTS métiers des services à l'environnement (5)RNCP   20692
      DEUST santé, environnement, techniques industrielles et commerciales (SETIC) (5)RNCP   2918
      DEUST technicien en environnement et déchets (5)RNCP   2915
      DUT Hygiène sécurité environnement (5)RNCP   2729
      Licence professionnelle – industries agroalimentaires : gestion, production et valorisation (6)RNCP   30074
      Licence professionnelle qualité, hygiène, sécurité, santé, environnement (6)RNCP   30098
      Licence professionnelle management et gestion des organisations (6)RNCP   30086
      Licence professionnelle métiers de la protection et de la gestion de l'environnement (6)RNCP   30087
      Licence professionnelle sécurité des biens et des personnes (6)RNCP   30162
      Titre ingénieur diplômé de l'Institut des sciences et industries du vivant et de l'environnement (AgroParisTech) (7)RNCP   9888
      2. Responsable QHSSEBTS bio analyses et contrôles (5)RNCP   2705
      BTS biotechnologie (5)RNCP   1033
      BTS qualité dans les industries alimentaires et les bio-industries (5)RNCP   1098
      BTSA analyses agricoles, biologiques et biotechnologiques (5)RNCP   15516
      BTSA sciences et technologies des aliments (5)RNCP   15614
      DUT génie biologique option agronomie (5)RNCP   14100
      DUT génie biologique option industries agroalimentaires et biologiques (5)RNCP   2921
      Licence professionnelle – industries agroalimentaires : gestion, production et valorisation (6)RNCP   30074
      Licence Professionnelle Industrie agroalimentaire, alimentation spécialité Industries des céréales (6)RNCP   5979
      Titre ingénieur diplômé de l'institut des sciences et industries du vivant et de l'environnement (AgroParisTech) (7)RNCP   9888
      4. Spécialiste environnementBTS métiers des services à l'environnement (5)RNCP   20692
      DEUST santé, environnement, techniques industrielles et commerciales (SETIC) (5)RNCP   2918
      DEUST technicien en environnement et déchets (5)RNCP   2915
      DUT hygiène sécurité environnement (5)RNCP   2729
      Licence professionnelle – industries agroalimentaires : gestion, production et valorisation (6)RNCP   30074
      Licence professionnelle qualité, hygiène, sécurité, santé, environnement (6)RNCP   30098
      Licence professionnelle maintenance des systèmes industriels, de production et d'énergie (6)RNCP   30088
      Licence professionnelle management et gestion des organisations (6)RNCP   30086
      Licence professionnelle métiers de la protection et de la gestion de l'environnement (6)RNCP   30087
      Licence professionnelle sécurité des biens et des personnes (6)RNCP   30162
      Titre ingénieur diplômé de l'Institut des sciences et industries du vivant et de l'environnement (AgroParisTech) (7)RNCP   9888
      5. Contrôleur (se) sanitaire/ laborantin(e)CQP opérateur qualité (CQPI) (/)RNCP   18214
      CQP technicien (ne) qualité (CQPI) (/)RNCP   18211
      5. Contrôleur (se) sanitaire/ laborantin(e)CAP employé technique de laboratoire (3)RNCP   570
      BTS bio analyses et contrôles (5)RNCP   2706
      BTS biotechnologie (5)RNCP   1033
      BTS qualité dans les industries alimentaires et les bio-industries (5)RNCP   1098
      BTSA analyses agricoles, biologiques et biotechnologiques (5)RNCP   15516
      DEUST bio-industries et biotechnologies (5)RNCP   23896
      DEUST Technicien en environnement et déchets (5)RNCP   2915
      DUT génie biologique option analyses biologiques et biochimiques (5)RNCP   2923
      DUT génie biologique option génie de l'environnement (5)RNCP   2925
      DUT génie biologique option industries agroalimentaires et biologiques (5)RNCP   2921
      7. Animateur (trice) hygiène – sécurité – sûreté – environnement (HSSE)BTS bio analyses et contrôles (5)RNCP   2707
      BTS biotechnologie (5)RNCP   1033
      BTS qualité dans les industries alimentaires et les bio-industries (5)RNCP   1098
      BTSA analyses agricoles, biologiques et biotechnologiques (5)RNCP   15516
      BTSA sciences et technologies des aliments (5)RNCP   15614
      DUT génie biologique option agronomie (5)RNCP   14100
      DUT génie biologique option industries agroalimentaires et biologiques (5)RNCP   2921
      Licence professionnelle – industries agroalimentaires : gestion, production et valorisation (6)RNCP   30074
      Titre ingénieur diplômé de l'Institut des sciences et industries du vivant et de l'environnement (AgroParisTech) (7)RNCP   9888
      Fonction commercialisation
      Métier CQP de branches, titres et diplômes professionnels et niveau de qualification dans le cadre européen des certifications (CEC) Code RNCP
      1. Responsable marketingCQP responsable de magasin libre-service agricole (5)RNCP   28778
      CQP responsable de magasin en boulangerie, viennoiserie, pâtisserie (5)RNCP   26596
      1. Responsable marketingCS option commercialisation des vins (4)RNCP   2272
      BTS management des unités commerciales (5)RNCP   462
      BTS négociation et relation client (5)RNCP   474
      BTS technico-commercial (5)RNCP   4617
      BTSA gestion forestière (5)RNCP   15673
      BTSA technico-commercial (5)RNCP   15615
      BTSA technico-commercial pour l'agroalimentaire et l'agro-fourniture (CPSA de Combourg) (5)RNCP   2552
      CS option responsable technico-commercial : fruits et légumes (5)RNCP   2287
      DUT Techniques de commercialisation (5)RNCP   2927
      Licence professionnelle commerce et distribution (6)RNCP   29740
      Licence professionnelle e-commerce et marketing numérique (6)RNCP   30060
      Licence professionnelle Métiers du marketing opérationnel (6)RNCP   30152
      Chef de projet commercial pour l'agroalimentaire et services associés (6)RNCP   30271
      2. Responsable des ventesCS option production, transformation et commercialisation des produits fermiers (4)RNCP   2281
      BTS management des unités commerciales (5)RNCP   462
      BTS négociation et relation client (5)RNCP   474
      BTS technico-commercial (5)RNCP   4617
      DUT techniques de commercialisation (5)RNCP   2927
      Licence professionnelle industrie agroalimentaire, alimentation spécialité Industries des céréales (6)RNCP   5979
      Licence professionnelle commercialisation de produits et services (6)RNCP   29631
      Chef de projet commercial pour l'agroalimentaire et services associés (6)RNCP   30271
      4.   Attaché(e) commercial(e)/ merchandiseurCQP assistant (e) de gestion client (4)RNCP   28795
      CQP attaché (e) commercial (e) du secteur alimentaire (5)RNCP   28780
      CQP préparateur-vendeur en boulangerie, viennoiserie, pâtisserie (3)RNCP   26598
      CQP promoteur des ventes – merchandiseur (5)RNCP   17844
      CQP télévendeur (euse) du secteur alimentaire (4)RNCP   28804
      4. Attaché(e) commercial(e)/ merchandiseurBTS management des unités commerciales (5)RNCP   462
      BTS négociation et relation client (5)RNCP   474
      BTS technico-commercial (5)RNCP   4617
      BTSA gestion forestière (5)RNCP   15673
      BTSA technico-commercial (5)RNCP   15615
      CS option commercialisation des vins (4)RNCP   2272
      CS option responsable technico-commercial : fruits et légumes (5)RNCP   2287
      DUT techniques de commercialisation (5)RNCP   2927
      Licence professionnelle commerce et distribution (6)RNCP   29740
      Licence professionnelle technico-commercial (6)RNCP   30163
      5.   Conseiller (ère) technique culture/ élevageBTS techniques et services en matériels agricoles (5)RNCP   1019
      BTSA agronomie : productions végétales (5)RNCP   15611
      BTSA analyse, conduite et stratégie de l'entreprise agricole (ACSE) (5)RNCP   24440
      BTSA aquaculture (5)RNCP   17215
      BTSA développement de l'agriculture des régions chaudes (DARC) (5)RNCP   24442
      BTSA génie des équipements agricoles (5)RNCP   15669
      BTSA gestion et maîtrise de l'eau (5)RNCP   15672
      BTSA production animales (5)RNCP   15612
      BTSA production horticole (5)RNCP   15613
      BTSA viticulture-œnologie (5)RNCP   15616
      DUT génie biologique option agronomie (5)RNCP   14100
      Licence professionnelle agronomie (6)RNCP   30043
      Licence professionnelle productions animales (6)RNCP   30159
      Conseiller (ère) en droit rural et économie agricole (6)RNCP   4533
      6. Chargé de relations clientèleBTS management des unités commerciales (5)RNCP   462
      BTS négociation et relation client (5)RNCP   474
      DUT gestion des entreprises et des administrations option gestion et management des organisations (5)RNCP   20648
      DUT techniques de commercialisation (5)RNCP   2927
      Chef de projet commercial pour l'agroalimentaire et services associés (6)RNCP   30271
      7. Chef de produit/ chef de gammeBTS management des unités commerciales (5)RNCP   462
      BTS négociation et relation client (6)RNCP   474
      BTS technico-commercial (5)RNCP   4617
      DUT techniques de commercialisation (5)RNCP   2927
      Chef de projet commercial pour l'agroalimentaire et services associés (6)RNCP   30271
      9. Chargé(e) de packagingBTS communication visuelle option : graphisme, édition, publicité (5)RNCP   1169
      Licence professionnelle métiers de la médiation scientifique et technique (6)RNCP   30109
      10. Responsable commercial(e)BTS techniques et services en matériels agricoles (5)RNCP   1019
      BTSA génie des équipements agricoles (5)RNCP   15669
      BTSA technico-commercial (5)RNCP   15615
      CS option responsable technico-commercial en agroéquipements (5)RNCP   2286
      CS option responsable technico-commercial en agro-fournitures (5)RNCP   2285
      BTS négociation et digitalisation de la relation client (5)RNCP   34030
      BTS management commercial opérationnel (5)RNCP   34031
      Chef de projet commercial pour l'agroalimentaire et services associés (6)RNCP   30271
      11. Acheteur (se)/ négociateur ­ (trice) de matières   premières alimentairesLicence professionnelle commerce et distribution (6)RNCP   29740
      Licence professionnelle gestion des achats et des approvisionnements (6)RNCP   30065
      12. Assistant(e) commercial(e)/ télévendeur (se)Bac pro commerce (4)RNCP   759
      Bac pro vente prospection – négociation – suivi de clientèle (4)RNCP   861
      BTS management des unités commerciales (5)RNCP   462
      BTS négociation et relation client (5)RNCP   474
      DUT techniques de commercialisation (5)RNCP   2927
      Fonction support
      Métier CQP de branches, titres et diplômes professionnels et niveau de qualification dans le cadre européen des certifications (CEC) Code RNCP
      2. Responsable ressources humainesDUT gestion des entreprises et des administrations (GEA), option Gestion des ressources humaines (GRH) (5)RNCP   20652
      TP gestionnaire de paie (5)RNCP   4113
      Licence professionnelle management et gestion des organisations (6)RNCP   30086
      Licence professionnelle métiers de la GRH : formation, compétences et emploi (6)RNCP   29805
      Licence professionnelle métiers de la GRH : assistant (6)RNCP   29806
      3. Secrétaire/ assistant(e)Bac pro gestion-administration (4)RNCP   14695
      BTS assistant de gestion de PME PMI (diplôme à référentiel commun européen) (5)RNCP   6989
      BTS assistant de manager (5)RNCP   10023
      BTS communication (5)RNCP   7481
      BTS comptabilité et gestion (5)RNCP   31059
      DEUST assistant juridique (5)RNCP   5821
      DEUST bureautique et communication multimédia (5)RNCP   3973
      DUT gestion administrative et commerciale des organisations (5)RNCP   20699
      DUT gestion des entreprises et des administrations option gestion et management des organisations (5)RNCP   20648
      5. JuristeConseiller/ ère en droit rural et économie agricole (6)RNCP   4533
      6. ComptableBTS comptabilité et gestion (5)RNCP   31059
      CS option technicien conseil en comptabilité et gestion agricoles (6)RNCP   2296
      Diplôme de comptabilité et de gestion (DCG) (6)RNCP   4875
      DUT gestion des entreprises et des administrations option gestion comptable et financière (5)RNCP   20702
      Licence professionnelle métiers de la gestion et de la comptabilité : révision comptable (6)RNCP   29791
      Licence professionnelle métiers de la gestion et de la comptabilité : comptabilité et paie (6)RNCP   30106
      Licence professionnelle management et gestion des organisations (6)RNCP   30086
      Licence professionnelle métiers de la gestion et de la comptabilité : gestion comptable et financière (6)RNCP   29776
      Licence professionnelle métiers de la gestion et de la comptabilité : comptabilité et gestion des entités agricoles (6)RNCP   29742
      7. Assistant(e) de gestionCQP gestionnaire de l'administration du personnel et de la paie (6)RNCP   28796
      7. Assistant(e) de gestionBac pro gestion-administration (4)RNCP   14695
      BTS assistant de gestion de PME PMI (diplôme à référentiel commun européen) (5)RNCP   6989
      BTS comptabilité et gestion (5)RNCP   31059
      DUT gestion administrative et commerciale des organisations (5)RNCP   20699
      DUT gestion des entreprises et des administrations option gestion et management des organisations (5)RNCP   20648
      8. Intervenant(e) en support technique aux utilisateurs (trices) (help desk-hotline)Bac pro systèmes numériques option A : sûreté et sécurité des infrastructures, de l'habitat et du tertiaire (4)RNCP   25354
      BTS services informatiques aux organisations (5)RNCP   17108
      BTS systèmes numériques option A : informatique et réseaux (5)RNCP   20688
      BTS systèmes numériques option B : électronique et communications (5)RNCP   20690
      DUT génie électrique et informatique industrielle (5)RNCP   4379
      DUT informatique (5)RNCP   20654
      DUT réseaux et télécommunications (R & T) (5)RNCP   20649
      Licence professionnelle métiers de l'informatique : administration et sécurité des systèmes et des réseaux (6)RNCP   29964
      Licence professionnelle métiers des réseaux informatiques et télécommunications (6)RNCP   29968
      Licence professionnelle métiers du décisionnel et de la statistique (6)RNCP   29969
      10. Contrôleur (se) de gestionBTS comptabilité et gestion (5)RNCP   31059
      Licence professionnelle métiers de la gestion et de la comptabilité : comptabilité et paie (6)RNCP   30106
      Licence professionnelle métiers de la gestion et de la comptabilité : responsabilité de portefeuille (6)RNCP   30108
      Licence professionnelle Métiers de la gestion et de la comptabilité : contrôle de gestion (6)RNCP   29764
      11.   Administrateur (trice) systèmes et réseauxBTS services informatiques aux organisations (5)RNCP   17108
      Licence professionnelle métiers de l'informatique : administration et sécurité des systèmes et des réseaux (6)RNCP   29964
      12.   Agent/ hôte(sse) d'accueil/ standardisteBac pro accueil-relation clients et usagers (4)RNCP   9638
      13.   Analyste/ développeur (se) informatiqueBTS services informatiques aux organisations (5)RNCP   17108
      DUT informatique (5)RNCP   20654
      Licence professionnelle métiers de l'informatique : applications web (6)RNCP   29965
      Licence professionnelle métiers de l'informatique : conception, développement et test de logiciels (6)RNCP   29966
      TP concepteur développeur d'applications (6)RNCP   31678

      (1) Les certifications visées, ci-dessous, sont exclues de l'extension en tant qu'elles contreviennent aux dispositions prévues par l'article L. 6324-3 du code du travail.
      - Responsable de production (fabrication / conditionnement) de produits alimentaires ;
      - Licence Professionnelle Industrie agroalimentaire, alimentation spécialité Industries des céréales- RNCP 5979 ;
      - Licence Professionnelle Industrie agroalimentaire, alimentation spécialité Industries des céréales- RNCP 5979 ;
      - TP Technicien(ne) supérieur(e) des transports de personnes ;
      - Licence Professionnelle Industrie agroalimentaire, alimentation spécialité Industries des céréales- RNCP 5979 ;
      - BTS Négociation et relation client- RNCP 474 ;
      - BTSA Technico-commercial pour l'agroalimentaire et l'agro-fourniture (CPSA de Combourg) - RNCP 2552 ;
      - BTS Négociation et relation client- RNCP 474 ;
      - Licence Professionnelle Industrie agroalimentaire, alimentation spécialité Industries des céréales- RNCP 5979 ;
      - BTS Négociation et relation client- RNCP 474 ;
      - Conseiller(e) en droit rural et économie agricole- RNCP 4533 ;
      - BTS Assistant de gestion de PME PMI (diplôme à référentiel commun européen)- RNCP 6989 ;
      - BTS Assistant de manager - RNCP 10023.
      (Arrêté du 6 novembre 2020 - art. 1, modifié par arrêté du 20 novembre 2020 - art. 1)

    • Article

      En vigueur étendu

      Annexe II
      Argumentaire

      1. Le secteur alimentaire : un secteur majeur de l'économie française en proie à de nombreux défis

      Les entreprises françaises du secteur alimentaire, coopératives, industries et entreprises du commerce agricole, possèdent des atouts essentiels sur lesquels elles peuvent s'appuyer pour assurer leur développement, notamment :
      – un dynamisme dans la R & D et l'innovation pour mettre sur le marché de nouveaux produits ou de nouvelles manières de produire, source de valeur ajoutée ;
      – une performance commerciale à l'international (avec un solde de 8,1 milliards d'euros en 2015, 3e excédent au plan national) associée à une image de la France très positive dans le domaine de l'alimentation, reconnue par l'inscription en 2010 du repas gastronomique des Français sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité ;
      – le « made in France », caution de qualité et d'exigence grâce aux appellations AOP/AOC qui valorisent le territoire et l'ancrage territorial des industries.

      Elles font aussi face à de nombreux défis :
      – la coordination des multiples acteurs du secteur, encore fragmenté avec de nombreuses TPE/PME, afin de proposer une offre cohérente et des actions coordonnées et/ou mutualisées ;
      – le rééquilibrage des relations commerciales au regard des fortes pressions de la grande distribution et de la restauration collective ; un marché très concentré, source de tensions récurrentes entre les acteurs ;
      – la réassurance des citoyens et des consommateurs sur la qualité (origine du produit, traçabilité…) ;
      – l'attractivité des métiers de l'agroalimentaire, en particulier des métiers de la production qui souffrent d'un déficit d'image ;
      – la prise en compte des enjeux du changement climatique et de la préservation de la biodiversité dans le processus de production ;
      – la transformation de la démographie et modes de vie : vieillissement de la population, diminution de la taille des ménages, augmentation du nombre de personnes vivant seules, (43,7 % en 2025) contraction des temps alimentaires, métropolisation des emplois et concentration grandissante du pouvoir d'achat dans les métropoles.

      La filière impactée par la transformation du consommateur

      Depuis la crise financière de 2008, les contraintes économiques restent fortes pour une partie des consommateurs pour lesquels le budget alimentaire est une variable d'ajustement. Outre l'aspect économique, une transformation culturelle, sociétale s'est engagée, accélérée par le développement d'Internet et l'essor des technologies de l'information. Un nouveau consommateur impacte l'ensemble de la filière, en recherche de réalisation de soi, qui souhaite une plus grande participation (« consommateurs-acteurs ») et de nouvelles expériences, (consommation à domicile, attrait pour plus de partage, recherche d'éléments, de réassurance [Yuka] et une consommation plus engagée essor de l'équitable, de l'agriculture durable, de l'attachement au bien-être animal et humain, impact écologique…).

      La prise en compte des attentes sociétales pour les coopératives et le commerce agricole

      Même si la prise en compte des attentes des clients finaux peut apparaître éloignée des activités des coopératives et des entreprises du négoce agricole, les nouvelles attentes des consommateurs de traçabilité, de sécurité et de transparence dans la chaîne de fabrication d'un produit impactent déjà les modes de production, de logistique (1). Les coopératives et les entreprises du commerce agricole, dans leur rôle d'appui et d'accompagnement du monde agricole et dans leur rôle de collecte, de stockage et de première transformation pour certains d'entre eux, doivent intégrer l'évolution des modes de consommation et les besoins émergeants des clients finaux en constante évolution.

      La production biologique connaît, sous l'impulsion d'une demande très dynamique, publique et privée, un essor jamais connu, tant à l'échelle nationale, européenne que mondiale. Elle est le marqueur d'un nouveau mode de consommation répondant aux attentes sociétales. Le marché des produits alimentaires biologiques a atteint en fin d'année 2017 plus de 8,3 Md €. Sa croissance est à deux chiffres et son succès ne se dément pas. Le marché interne, notamment en fruits et légumes et céréales, ne répond actuellement pas à la demande interne (2).

      Le programme ambition Bio 2022 porte ainsi pleinement les objectifs de la feuille de route visant à promouvoir des modes de production respectueux de l'environnement, à garantir des normes élevées de bien-être animal et à préserver la biodiversité. Il porte notamment l'ambition de parvenir à 15 % de la surface agricole utile française conduite en agriculture biologique en 2022 et se dote des moyens pour y parvenir. L'accompagnement en montée en compétences des exploitants, des salariés du négoce et de la coopération agricole est nécessaire et urgent, pour faire face à ces nouveaux défis économiques et sociétaux.

      (1) Filière label carrefour : présentation de l'éleveur du poulet ou des œufs vendus en GMS. Filière vin : QR code comprenant la fiche technique du domaine où a été produit le vin, et la présentation du propriétaire.

      (2) Panorama 2018 des IAA.

      Les enjeux spécifiques à la coopération agricole et du commerce agricole

      Les coopératives et les entreprises de négoce agricole, qui sont les interfaces et partenaires privilégiés des agriculteurs, doivent entrer de plain-pied dans la digitalisation pour mieux accompagner le développement du secteur agricole. La digitalisation apparaît comme un enjeu primordial. Les compétences SI et digitales restent rares, leur recrutement ou l'accompagnement dans la montée en compétences sont clés dans cette transformation :
      – le monde agricole évolue au même titre que les tendances observées à un niveau plus global (profils des nouveaux exploitants, modes d'exercice du métier, modes de rapport au travail et à leur métier…) ;
      – au regard de la pyramide des âges, marquée par une forte proportion d'exploitants âgés, le renouvellement de génération sera un facteur de transformation puissant à prendre en compte au sein du secteur : à ce jour, de nombreuses structures ne trouvent pas de repreneurs, du fait d'un déficit d'attractivité du secteur et aux conditions encore difficiles, qui seront facilitées par les usages liés au numérique.

      • Un positionnement « conseil » plus affirmé et d'expertise en agroécologie et bioéconomie

      Il se dessine un changement important dans le rôle et dans la définition des missions des coopératives et des entreprises de négoce agricole qui sont désormais davantage attendues sur une mission de conseil, d'apport de services différenciants auprès des agriculteurs et développement de la valeur ajoutée au sein des territoires. L'affirmation de ce rôle (loi Égalim entérinant la séparation du conseil et de la vente) implique pour les coopératives et les négociants agricoles de :

      Passer d'une logique de produits à une logique de services dans ses pratiques et son organisation :
      – développer et vendre du conseil d'expertise agronomique et agroécologique auprès des adhérents et/ou clients ;
      – accompagner les agriculteurs seniors dans la transformation culturelle et technologique (prise en compte des difficultés socio-économiques des exploitants) ;
      – garantir une qualité de service à tous les niveaux de l'organisation de l'entreprise y compris s'agissant de la rentabilité du système ;
      – repenser l'offre de service, en distinguant les activités « conseil » et les activités « vente », dans le cadre de la loi (échéance janvier 2021) ;
      – lutter contre l'érosion de l'attractivité des métiers au service de l'élevage notamment laitier, et la désertification rampante et destructive d'emplois dans l'élevage dans certains territoires.

      Plus spécifiquement, concernant la sélection et reproduction animales, il convient d'anticiper l'obsolescence du métier classique d'inséminateur, sur fond :
      – de hausse de leur technicité des éleveurs requérant une adaptation accélérée des compétences des techniciens d'insémination ;
      – d'éleveurs, de plus en plus « connectés », en attente d'un service global à 360° créateur de valeur ajoutée ;
      – d'une pyramide des âges des techniciens d'insémination dégradée commandant un engagement fort dans la formation au numérique pour répondre à la transformation liée à l'ère de l'élevage de précision ;
      – de l'exigence d'acquérir et de mettre en œuvre de nouvelles compétences, en amont et aval de l'acte d'IA, notamment dans le suivi de reproduction des femelles, la maîtrise des nouvelles technologies en génétique (ex génotypage) ou reproduction (insémination profonde) ;
      – de besoin de conforter les compétences relationnelles collaboratives pour travailler de concert avec d'autres acteurs de l'élevage, en mode réticulation, avec l'enjeu majeur de savoir « faire parler » les données d'élevage générées par de multiples sources ;
      – de renforcer la formation sur les bonnes pratiques en matière de bien-être animal, de diversité génétique et de réduction de l'empreinte environnementale de leurs activités.

      Les enjeux des industries agroalimentaires, du commerce agricole et des coopératives de transformation

      • Un contexte aval d'extrême concurrence entre distributeurs

      La maturité du marché de l'alimentation, la pression du hard discount et le relatif suréquipement commercial de la France, notamment pour ce qui concerne les hypermarchés, conduit à une guerre des prix intense au sein de ces secteurs, la croissance passant obligatoirement par la prise de parts de marché aux concurrents directs.

      Aujourd'hui, quatre grandes centrales d'achat dominent le marché de la distribution et exercent une pression financière, logistique, commerciale aux entreprises de l'agroalimentaire, dommageable pour leurs capacités d'investissements. Seuls les industriels disposant d'une image forte et proposant des produits très différenciés peuvent faire valoir leurs exigences en termes de rémunération. Le phénomène des marques de distributeurs, lorsque celles-ci sous traitent la fabrication à des industriels de l'amont, vient encore accroître cette pression sur les prix.

      Afin de reconquérir de nouveaux marchés extérieurs, d'autres canaux de distribution, les entreprises doivent répondre à plusieurs défis, qui leur permettront de consolider leur compétitivité :
      1. La différenciation des produits et services par l'innovation et la R & D.
      2. La traçabilité, qualité et la sécurité alimentaire en temps réel zéro défaut.
      3. Accroissement de la performance industrielle.
      4. La gestion tendue des flux (logistique, Supply Chain, de la collecte au client final).

      Face à ces enjeux, le basculement vers l'usine du futur constitue un objectif stratégique pour les entreprises de l'agroalimentaire, en permettant de développer les stratégies autour de 4 axes majeurs, qui visent la performance industrielle, une meilleure réponse aux besoins des consommateurs, aux attentes en termes de qualité, d'innovation et de transparence, ainsi qu'une réactivité encore plus grande vis-à-vis des demandes des différents canaux de distribution (développement de l'omnicanalité, entrée physique et digitale, le m-commerce, le e-commerce, en BtoB ou en BtoC, ou BtoBtoC) (3).

      Afin d'atteindre ces objectifs et de répondre à ces accélérations de changements de la demande sociétale, les entreprises doivent nécessairement s'appuyer sur la transformation numérique des organisations de production, logistique, commerciale marketing et l'accompagnement de leurs salariés, co-acteurs indispensables du pilotage de cette transformation.

      La situation économique globale du secteur, relativement fragile, notamment en raison de la prise en tenaille des structures par leur amont et leur aval, et la difficulté à exporter, a limité leur capacité d'investissement et donc d'innovation dans des technologies numériques (4).

      Même si les plus grosses entreprises du secteur ont entamé leur transformation numérique, les PME pour la plupart, doivent être accompagnées, et notamment prioritairement sur la montée en compétences de leurs salariés, qui doivent faire preuve d'adaptation, et d'évolution majeure de leurs compétences dans les prochaines années. Pour ce faire, l'accompagnement par les branches et leur OPCO sur des parcours en alternance, doivent être promus, encouragés et fortement développés, afin d'éviter, d'une part, l'exclusion de salariés, pour lesquels le chemin de mobilité interne doit être anticipé en amont et d'autre part, anticiper la perte potentiel de compétitivité de l'entreprise par sa difficulté à se positionner sur de nouveaux marchés, faute de compétences en internes.

      (3) Étude numérique 2019 des observatoires des métiers du secteur alimentaire.

      (4) Le secteur agroalimentaire français, affiche toujours un solde commercial, positif et est l'un des secteurs ayant le plus contribué à la reprise des exportations françaises en 2017. De nombreux défis demeurent cependant à relever. La France continue à perdre des parts de marché par rapport à ses principaux pays rivaux.

      La normalisation des process préalable à la numérisation des sites

      L'alimentation fait l'objet d'un encadrement réglementaire (national, européen, etc.) sur divers aspects (sécurité sanitaire, information du consommateur, etc.), ainsi que de différents dispositifs de normalisation, publics et privés.

      En outre, les process des industries agroalimentaires, selon les branches, les entreprises, sont très diversifiés et se prêtent plus ou moins bien à la mise en place de solutions automatisées. Ainsi, au sein des industries laitières, certains process sont depuis de nombreuses années totalement automatisés et la numérisation apporte des avantages en termes de finesse de régulation, de contrôle en temps réel, de suivi et de traçabilité de la production et de flexibilité.

      À l'inverse, dans la branche fruits et légumes, ou bien encore dans les industries des viandes, certaines étapes de la production, effectuées manuellement (comme la découpe), échappent encore largement à la mise en œuvre de solutions automatiques. Si des solutions sont techniquement envisageables (lignes robotisées flexibles…), les retours sur investissements actuels ne justifient pas ces investissements très lourds ; l'effort sera de fait porté sur la numérisation de la logistique des services de commercialisation. Le constat est fait que la substitution des technologies traditionnelles par les technologies numériques apporte des améliorations significatives dans la chaîne de valeur globale de l'entreprise et de son écosystème amont et aval, sans oublier la réduction de la pénibilité des postes de travail.

      Nonobstant, l'automatisation ou la poursuite de l'automatisation des chaînes de production dans de nombreuses entreprises va générer des gains de productivité importants et contribuer à répondre à la multiplication des canaux de vente, des gammes de niche (bio, sans gluten, sans conservateurs, nouvelles recettes, sans pesticides…) à des marchés d'export, (augmentation des volumes et multiplication des références), à la vente en direct, en e-commerce (5) ou m-commerce via des plates-formes de marché.

      (5) L'e-commerce : vente sur plate-forme Internet de commerce. Le m-commerce, via les téléphones mobiles.

      De l'automatisation à la numérisation et le pilotage par l'intelligence artificielle (IA)

      Au plus près des processus de production, la numérisation des capteurs conjuguée au développement de l'IOT, leur permet de transmettre directement les données de production sans nécessiter de traitement ultérieur de la part d'un automate ou d'un concentrateur de données. Il en découle une rapidité de traitement accrue, la possibilité de diffuser l'information au plus près des process de production ainsi que la multiplication des données recueillies, permettant par exemple une meilleure réactivité dans le suivi de production (en qualité, volume, traçabilité, réactivité) nettement amélioré.

      À 5/10 ans, l'introduction de l'intelligence artificielle apportera également de nouvelles fonctionnalités pour améliorer l'optimisation et le pilotage des process et des données (par exemple en limitant, via une maintenance préventive intelligente, les temps d'arrêts des chaînes) mais peut également s'appliquer à la gestion des flux et des événements aléatoires (pannes, commandes imprévues…).

      Ces améliorations sont particulièrement pertinentes pour les structures du secteur alimentaire, qui sont confrontées à des contraintes « d'hypertension » des flux de production vers l'aval alors que les approvisionnements, dépendant des cycles agricoles et de leurs aléas sont par nature irréguliers en termes de volumes, mais aussi de qualité intrinsèque, de propriétés gustatives, entraînant parfois une perte sèche de la matière première allant jusqu'à 20 % des volumes.

      La numérisation, outre l'automatisation qui assure la productivité, assure l'agilité de l'entreprise, c'est-à-dire sa capacité d'adaptation en temps réel à son environnement. Elle ne sera possible que si l'ensemble des salariés sont associés à ces projets de transformation, coacteurs du changement, et donc formés à la compréhension de ces nouveaux défis, comportements, savoir-faire et connaissances technologiques.

      En effet, le manque de compétences dédiées aux process, conduit les entreprises à différer des investissements, par crainte de ne pas disposer des ressources humaines en mesure d'en assurer la conduite et la maintenance. Un tel obstacle est notamment souvent évoqué dans le cas de la robotique (reprogrammation des chaînes robotisées, intervention de premier niveau, etc.). Un tel frein n'est pas observé dans d'autres secteurs comme, par exemple, l'automobile, l'aéronautique, la construction électrique (6).
      La montée en compétences des salariés est d'autant plus nécessaire, que la complexité des innovations, process liées à la traçabilité et la qualité des produits (QR code, puces RFID, emballages connectés, Nutriscores…) est de plus en plus prégnante.

      (6) Cahier de tendances 2017 impact de la transformation numérique sur les métiers de la production. Observatoires des métiers de l'alimentaire. Étude relative à la transformation numérique des IAA,, volet 1 CODA Stratégies 2018.

      L'enjeu innovation différenciation produit

      La différenciation des produits agroalimentaires est un enjeu fort pour la filière alimentaire française, elle permet de mettre en valeur des types de productions et d'insister sur la qualité et les caractéristiques des produits. En signalant une valeur particulière qui peut être liée aux modes de production ou traditions locales, la filière peut se démarquer vis-à-vis de la concurrence, ce qui devient un enjeu fort à l'international.

      En protégeant les savoir-faire des terroirs français et les exigences de qualité que les exploitants du secteur s'imposent, elle permet le maintien d'une activité économique dans les territoires et notamment dans les zones rurales défavorisées. L'utilisation de ces éléments de valorisation permet aussi la promotion d'une agriculture qui se veut plus respectueuse de l'environnement, de la biodiversité et du bien-être animal. Elle préserve l'emploi et le dynamisme des territoires ruraux notamment en rassemblant les producteurs locaux sur des projets communs et en les mobilisant autour de démarches collectives de progrès. Les signes d'identification de la qualité et de l'origine constituent ainsi des outils essentiels de la politique agricole mais aussi des politiques publiques en faveur des territoires et de la pérennisation du tissu économique rural ; En matière d'emploi, par exemple, selon le comité national des appellations d'origine laitières (CNAOL), les fromages au lait de vache sous appellation engendrent trois fois plus d'emplois par litre de lait que la moyenne des laiteries françaises. (7)

      Ils renforcent le développement des secteurs agricoles et agroalimentaires par une stratégie de différenciation claire sur la qualité et l'origine des produits. Cette augmentation de la valeur ajoutée des produits dits de niche, permet ainsi à des PME de garder une compétitivité malgré leur taille, et de développer une culture de l'innovation produits/process/services nécessaires à leur transformation digitale à venir. (8)

      (7) Panorama 2018 des IAA, http://agriculture.gouv.fr/Le-panorama-des-IAA.

      (8) Les indications géographiques et leur intégration dans les accords internationaux permettent aux entreprises d'accéder à de nouveaux marchés. Le label AOP facilite l'activité d'exportation pour les entreprises impliquées et permet des prix moyens des produits exportés plus élevés tout en demeurant compétitif ; car les produits AOP sont perçus comme des produits de qualité par les consommateurs étrangers qu'ils soient européens ou non. La certification entraîne, en moyenne, un supplément d'exportation de l'ordre de 15 % dans les pays où la grande distribution française est installée.

      2. Les enjeux sur les métiers et les compétences

      Forts de ces enjeux, chaque famille de métiers doit acquérir de nouvelles compétences et consolider des expertises métiers qui permettront aux entreprises, d'effectuer leur transition.

      Les familles production maintenance logistique(9)

      La montée en compétences des collaborateurs concerne toute l'entreprise et a fortiori les collaborateurs de l'appareil de production. Ce phénomène s'explique par :
      – le recours/installation de machines ou robots venant remplacer les tâches répétitives et/ou à faible valeur ajoutée ;
      – l'évolution générale de la chaîne de production qui implique des besoins en termes de supervision, de pilotage, et moins d'exécutions.

      Cela se traduira concrètement, dans les entreprises qui effectueront leur transition numérique, par l'évolution des compétences du métier d'opérateur de production vers celles de conducteur de ligne (voire conducteur de process dans quelques années) dont la fonction implique la maîtrise du fonctionnement de la ligne de production et de ses caractéristiques.

      • Un niveau de compétences attendues plus élevé et un besoin de profils plus experts :
      – les métiers sont fortement impactés par la transformation des activités. La montée en compétences globale est attendue dans toutes les sphères d'activité de l'entreprise ;
      – l'usage de nouveaux outils digitaux et machines numérisées requiert plus de pilotage, de planification, de conduite de process et de contrôle. Les activités à plus faible valeur ajoutée, telles que la manutention ou la manipulation de matière/produits tendent à reculer ;
      – au niveau de la production, même constat : les compétences autour de la conduite de ligne, de l'optimisation de la production (automaticien, compétences en développement informatique…) par exemple sont de plus en plus attendues.

      • L'automatisation peut entraîner une perte progressive de savoir-faire : de l'importance de la consolidation des connaissances

      La transformation des matières requiert dans certains métiers une connaissance très fine des process de fabrication (travail autour du chocolat, par exemple). L'automatisation de ces process, ainsi que le renouvellement de la main-d'œuvre peuvent entraîner à court terme une perte de savoir-faire très précieux pour l'entreprise. Le transfert de savoir-faire interne doit être un levier pour maintenir des savoir-faire et connaissances, acquises principalement par l'expérience.

      • La Data au cœur du pilotage de la qualité et de la traçabilité

      Une multitude de données qui permettent de dégager des gains (productivité, performance) :
      – de la Supply Chain à la production, en passant par la qualité, l'introduction de technologies et d'outils digitaux génère une somme significative de données, que l'entreprise doit exploiter pour piloter plus finement son activité, notamment la production (connaissance produit, étapes de production, caractéristiques de la matière/produit…).

      Le traitement et l'analyse des données représentent un enjeu crucial pour les entreprises :
      – au niveau de la production, la data permet de piloter plus finement l'activité en faisant des prévisions de production et de vente, des tests de recette… ;
      – au sein de la Supply Chain, la data soutient l'optimisation de la performance logistique, le pilotage des activités et l'anticipation des opérations. Le pilotage en temps réel permet d'ajuster les processus et la production.

      Ex : Le S et OP (Sales and Opération Planning) permet d'identifier, arbitrer, planifier et résoudre des problématiques complexes impliquant les analyses des ventes passées, commandes et prévisions de vente, la production (gestion des stocks et planification de production) et la Supply Chain (approvisionnements et distribution). Le S et OP mobilise les compétences d'exploitation de la donnée.

      Le SCM désigne les outils et méthodes visant à améliorer et automatiser l'approvisionnement en réduisant les stocks et les délais de livraison. Cette gestion a pour but d'accélérer les flux de matières au sein de la structure. Une caractéristique majeure est donc l'ajustement des stocks sur toutes les chaînes logistique et de production afin de limiter le temps d'écoulement entre le fournisseur et le client final. Cette compétence/mission est souvent portée par le directeur/responsable Supply Chain (intitulé métier variant selon la structure).

      • Un perfectionnement/déploiement transversal des outils de pilotage :
      – des projets de mise en place d'ERP/de refonte d'ERP existants impactent tous les métiers de la production, de l'encadrement à l'opérationnel ;
      – malgré des écarts notables de maturité dans l'utilisation des ERP, son utilisation impacte les pratiques et modalités de travail des salariés :
      – acculturation et prise en main des outils permettant de collecter les données tout au long du processus de production ;
      – appréhension de l'ensemble de la chaîne de production ;
      – pilotage de l'activité et des indicateurs pour optimiser son exploitation.

      • Du pilotage du produit à la gestion de la production d'une ligne

      La production tend à s'automatiser de plus en plus, à l'instar du secteur laitier. Les activités aujourd'hui associées à l'opérateur de production sont prises en charge par la machine ou le robot. Ce glissement des tâches induit donc de nouvelles compétences pour ces métiers.

      Ainsi, le champ de compétences de ce métier s'élargit vers des fonctions/activités de pilotage et de gestion de ligne :
      – maintenance de premier niveau : auparavant l'apanage du technicien de maintenance, l'opérateur de production détient également cette compétence. En lien avec sa connaissance de la machine/de l'outil, les opérations de maintenance simples lui sont de plus en plus confiées. Dans certains cas, il possède également des compétences de programmation machine pour pallier les éventuels dysfonctionnements ;
      – suivi de la production et traçabilité : le champ de compétences s'élargit également au suivi de la production, à la saisie de données sur les différentes applications et à l'interprétation de résultats, éventuellement à la supervision des programmes de fabrication. L'opérateur de production se doit également de suivre les politiques de qualité de l'entreprise et donc de renseigner et d'analyser tout élément relatif à des aspects hygiène, sécurité et traçabilité.

      (9) Étude 2019 prospective des observatoires des métiers du secteur alimentaire « impacts de la transition numérique sur les métiers et les compétences ».

      De la maintenance opérationnelle à la gestion prédictive(10)

      Adossée à la production, la maintenance revêt une importante croissante dans une usine de plus en plus digitale.

      Au niveau de la maintenance, les profils d'experts sont de plus en plus recherchés : en plus des activités de maintenance traditionnelle, les techniciens de maintenance doivent assurer les opérations de pilotage pour mieux gérer les opérations, optimiser la performance des machines, voire prédire les occurrences (maintenance prédictive). Différents niveaux de maintenance sont requis et recherchés : la maintenance opérationnelle, préventive et prédictive.

      La maintenance opérationnelle : ou maintenance de premier niveau, auparavant détenue par le technicien de maintenance. L'opérateur de production détient également cette compétence. En lien avec sa connaissance de la machine/de l'outil, les opérations de maintenance simples lui sont de plus en plus confiées.

      Le technicien/responsable de la maintenance, issu de formation qualifiée, endosse désormais des responsabilités de « gestionnaire » :
      – la maintenance préventive se fonde sur la connaissance des machines, la prise en compte des signaux d'alerte et les expériences passées. À intervalles réguliers et selon les critères définis, les opérations de maintenance préventive permettent de prévenir la dégradation des équipements et d'optimiser les coûts ;
      – la maintenance prédictive 4.0 va plus loin que l'approche préventive, elle est fondée sur la data. Elle constitue aujourd'hui un réel enjeu. L'avènement de l'IoT industriel, du cloud et du machine learning rend la défaillance des équipements et des systèmes prédictibles : l'analyse des données provenant des systèmes de surveillance permet de déterminer les facteurs de probabilité d'un défaut. Il devient donc possible de prévoir une panne, de programmer l'entretien d'une machine.

      (10) Étude 2019 prospective des observatoires des métiers du secteur alimentaire « impacts de la transition numérique sur les métiers et les compétences ».

      Le digital/vecteur de performance de la Supply Chain(11)

      Le déploiement progressif de nouveaux outils digitaux permet d'optimiser la performance

      L'optimisation de la chaîne logistique nécessite de pouvoir s'appuyer sur des données fiables et ce en temps réel (« Track et Trace »). La mise en place de capteurs afin de saisir l'information sur les flux de marchandises est la première étape du processus d'optimisation. Ceci peut se faire au moyen de différentes technologies : technologie vocale, imagerie, puces RFID (identification par radiofréquence), lecture automatisée de codes-barres et logiciels de traçabilité.

      Une performance liée à une gestion plus fine des ressources…

      Les technologies à objets connectés (planning, géolocalisation, prévision de trafic…) permettent notamment de piloter la chaîne et ainsi d'optimiser l'allocation des ressources.

      Et un pilotage en continu des activités de production

      L'intégration du cloud et de la data permettent d'effectuer des mesures et de les analyser d'une multitude de façons différentes, allant de la manière dont l'équipement est utilisé au transport de marchandises le plus fréquent. Le cloud rend possible un suivi en temps réel des activités et permet d'optimiser les activités, les transports, les échanges de flux…
      En lien avec l'optimisation de l'organisation, les notions de pilotage et d'amélioration continue se traduisent par la conception et construction d'outils de suivi, la définition d'indicateurs au sein de la Supply Chain, en collaboration avec les experts de la qualité, et en interface entre la production, les achats et les services financiers.

      Exemples d'applications :

      – l'optimisation de la Supply Chain, de la production à l'entrepôt par l'acquisition de données précises grâce à des codes-barres, puces RFID, technologie vocale. Les informations recueillies permettent d'optimiser les flux et de gagner en productivité ;
      – la vérification de l'expédition par l'analyse et détection de code-barres en quelques secondes via une photo prise par des appareils photographiques industriels signalant en temps réel les articles manquants ou erronés et suggérant des actions correctrices ;
      – l'information du client permettant de suivre sa commande tout au long de la chaîne d'expédition ;
      – l'information au fournisseur pour documenter les retards, identifier les pertes, adapter l'adresse de livraison en dernière minute.

      (11) Étude 2019 prospective des observatoires des métiers du secteur alimentaire « impacts de la transition numérique sur les métiers et les compétences ».

      Les familles des métiers de la relation client (commercial, marketing, communication, support) (12)

      Une connaissance accrue du consommateur et du client BtoB

      Le changement de comportement des consommateurs finaux implique de grands bouleversements pour les fonctions aval des entreprises. Si auparavant les entreprises du secteur alimentaire dictaient les codes et modes de consommation alimentaire, la tendance s'est aujourd'hui inversée. En effet, le consommateur a dorénavant accès à de nombreuses sources et canaux d'achat qui lui offrent un large choix de produits et services. Les entreprises doivent donc, afin de rester compétitives sur le marché, répondre à ces évolutions de la demande et de l'exigence des clients.

      Les entreprises en BtoB, n'étant pas en contact direct avec le consommateur, doivent-elles aussi s'adapter aux évolutions de la demande. En effet, jusque-là le critère principal d'achat était la compétitivité prix ; demain, ces entreprises vont avoir tendance à accorder de plus en plus d'importance à d'autres critères telle que l'empreinte environnementale. Les entreprises et leurs commerciaux doivent avoir une connaissance précise des modes de production, pas seulement en termes de qualité et spécificités, mais aussi sur les modes et cultures de production.

      Cela implique pour les entreprises de s'adapter de manière constante aux nouveaux besoins des consommateurs :

      – un élargissement de la gamme et de l'offre de produits :
      –– adaptation aux besoins spécifiques des consommateurs ;
      –– adaptation aux attentes en termes de qualité et de spécificités (bio, sans gluten…) ;
      –– personnalisation des produits ;
      –– raccourcissement des cycles de vie ;
      –– empreinte « responsable » dans les produits ;

      – un parcours de plus en plus omnicanal : on line ou in store, le parcours client, de la sélection à l'acte d'achat, doit intégrer toutes les possibilités ouvertes par la multiplication des canaux de vente (en propre ou par l'intermédiaire de distributeurs/market place) :
      –– site e-commerce ;
      –– grandes et moyennes surfaces ;
      –– magasins spécialisés ;
      –– drive, click & collect ;
      –– vente sur les réseaux sociaux ;
      –– restauration hors foyer… ;

      – des nouveaux comportements d'achat : Anywhere, Anytime, Any device.

      La quête d'immédiateté (services et delivery) devient aujourd'hui la norme (24 heures/24 ouvert, livraison instantanée) ; de même, le besoin d'être mieux informés et mieux protégés (données et paiement) entre dans le processus d'achat.

      (12) Étude 2019 prospective des observatoires des métiers du secteur alimentaire « impacts de la transition numérique sur les métiers et les compétences ».

      Une transformation forte des métiers et des méthodes de travail(13)

      Une imbrication des tâches de plus en plus forte entre les services

      Au sein de la filière alimentaire, les professionnels ont vocation aujourd'hui à appréhender la réalisation d'une tâche/activité dans un processus et un environnement global, environnement plus large et plus complexe que leur famille métier (exemple : marketing/production, finance/marketing).

      Des métiers rassemblant des compétences à la frontière de plusieurs services

      Si certaines compétences restent inhérentes à un métier précis (communication, marketing, finance…) un grand nombre de compétences deviennent transverses à plusieurs métiers. Les processus sont en effet plus transversaux et de nouvelles compétences émergent dans des métiers existants.

      Exemple : l'analyse des données, le pilotage d'indicateurs de performance, l'évaluation de la satisfaction client, la gestion de projets complexes.

      Le contexte de digitalisation progressive et rapide impacte de plein fouet les métiers de la vente, du commerce et du marketing qui doivent développer les compétences en réponse à cette mutation :
      – collecte du besoin client : études, ciblage client et analyse de data ;
      – spécificités de chaque canal de distribution : logistique associée, stratégie de marketing, packaging, social selling… ;
      – marketing digital : élaboration de stratégie sur les différents canaux, référencement ;
      – exploitation de la data : récolte, traitement et exploitation de la donnée.

      L'évolution de la demande client et le recours au digital comme nouveau canal de vente génèrent de nouvelles activités et nouveaux champs de compétences : l'expérience client, la gestion de site e-commerce, le service client digital… De nouveaux métiers/de nouvelles compétences émergent autour de l'expérience client : responsable de l'expérience client, UX designer.

      (13) Étude 2019 prospective des observatoires des métiers du secteur alimentaire « impacts de la transition numérique sur les métiers et les compétences ».

      3. En conclusion : une liste de certifications majeures pour accompagner ces évolutions

      Les entreprises entament leur transition digitale par une digitalisation partielle ou totale de la production afin de répondre à des enjeux de productivité. La digitalisation des fonctions aval et plus spécifiquement de la relation client intervient dans un second temps.

      Les entreprises interrogées ont des maturités digitales différentes au sein de leur chaîne de création de valeur, et selon les familles métiers. Ainsi, la production, la maintenance, la Supply Chain, la communication, le marketing, peuvent être plus ou moins digitalisés.

      Cela s'explique par différents facteurs :
      – l'histoire et la culture de l'entreprise ;
      – son implantation géographique, sa taille ;
      – le ou les produits transformés ou distribués (massmarket, AOP, AB, niveau de périssabilité, fragilité, prix, marge…) ;
      – les contraintes de marché (cahier des charges, transports, types de distribution, clients, marché…) ;
      – les investissements réalisés ;
      – le type de clients (BtoB, BtoC…).

      Les variations de niveau de maturité au sein d'une même entreprise peuvent être également en lien avec un choix d'orientation stratégique (volonté de garder de l'artisanat dans la production par exemple) ou bien liées à une transition digitale encore en cours.

      Les enjeux de compétitivité et d'attractivité rendront prioritaires la montée en compétences d'une famille de métiers, ou de certains métiers plutôt qu'une autre, pour répondre à ces enjeux, selon leurs typologies et leurs orientations stratégiques.

      Cette note contextuelle a pour vertu de démontrer la multiplicité et la systémique des enjeux de développement auxquelles toutes les entreprises de la filière doivent répondre, mais dans un ordre de priorité et d'urgence qui leur sont propres, selon leur maturité numérique, leur ancrage territorial, avec l'amont, leur feuille de route.

      Elle légitime le choix des partenaires sociaux de la branche de mettre à disposition de leurs entreprises cette liste de certifications majeures pour accompagner les salariés à être coacteurs de ces évolutions, sur des formations longues en alternance propices à cette transformation de méthodes de travail afin de les accompagner le plus en amont possible de la transition numérique et favoriser au mieux l'inclusion de toutes les compétences.

Retourner en haut de la page