Convention collective nationale des jardineries et graineteries du 3 décembre 1993. Etendue par arrêté du 6 juillet 1994 JORF 20 juillet 1994. - Textes Salaires - Accord du 11 janvier 2019 relatif aux salaires minima au 1er janvier 2019

IDCC

  • 1760

Signataires

  • Fait à :
    Fait à Paris, le 11 janvier 2019. (Suivent les signatures.)
  • Organisations d'employeurs :
    FNMJ,
  • Organisations syndicales des salariés :
    FNECS CFE-CGC ; FGTA FO ; FS CFDT ; Solidaires,

Numéro du BO

  • 2019-13
 
Naviguer dans le sommaire
  • Article 1er

    En vigueur non étendu

    Grille des salaires applicable au 1er janvier 2019

    Base : 151,67 heures.

    (En euros.)

    Coefficient
    hiérarchique
    Postetaux
    horaire
    salaire
    mensuel
    valeur
    du point
    155Manutentionnaire en jardinerie/graineterie10,031 521,259,81
    Agent administratif 1er échelon
    160Employé(e) de jardinerie10,061 525,809,53
    Vendeur(se) 1er échelon
    Hôte-hôtesse de caisse 1er échelon et/ou hôte-hôtesse d'accueil 1er échelon
    Réceptionnaire
    165Agent administratif 2e échelon10,111 533,399,29
    170Vendeur(se) 2e échelon10,161 540,979,06
    Hôte-hôtesse de caisse 2e échelon et/ou hôte-hôtesse d'accueil 2e échelon
    175Secrétaire10,211 548,558,85
    180Vendeur confirmé
    comptable
    10,321 565,238,70
    185Gestionnaire de rayon10,531 597,098,63
    190Responsable de rayons10,841 644,108,65
    200Responsable de secteur11,321 716,908,58
    220Adjoint de direction12,421 883,748,56
    260Responsable de point de vente14,792 243,208,63
    350Directeur20,003 033,408,67
    400Directeur régional22,863 467,188,67

  • Article 2

    En vigueur non étendu

    Les signataires constatent que la définition des différents niveaux de classification telle qu'elle figure dans l'accord respecte le principe d'égalité salariale dans la mesure où elle ne contient pas de critères susceptibles d'induire une différence de rémunération entre les hommes et les femmes mais repose sur des critères liés, d'une part, aux connaissances professionnelles consacrées par un titre, un diplôme ou une pratique professionnelle et, d'autre part, aux capacités professionnelles découlant de l'expérience acquise, de l'autonomie, de la capacité d'initiative, de la technicité, du type d'activité exercé et des responsabilités exercées.

    Il est rappelé aux entreprises de la branche qu'une différence de rémunération entre les salariés occupant un emploi similaire doit être justifiée par des raisons objectives et matériellement vérifiables.

  • Article 3

    En vigueur non étendu

    Le présent accord sera adressé, à l'issue du délai d'opposition de 15 jours, par la partie la plus diligente au ministère, en deux exemplaires dont un sur support papier et l'autre sur support électronique, ainsi qu'au conseil de prud'hommes de Paris.

    Les parties signataires demanderont l'extension du présent accord.

    Le présent accord pourra être dénoncé ou révisé dans les conditions des articles 1.3 et 1.5 de la convention collective nationale.

Retourner en haut de la page