Convention collective nationale des cabinets d'experts-comptables et de commissaires aux comptes du 9 décembre 1974. Etendue par arrêté du 30 mai 1975 JONC 12 juin 1975. - Textes Attachés - Avenant du 1er juillet 2016 relatif aux classifications (I de l'annexe A)

Etendu par arrêté du 4 mai 2017 JORF 11 mai 2017

IDCC

  • 787

Signataires

  • Fait à :
    Fait à Paris, le 1er juillet 2016. (Suivent les signatures.)
  • Organisations d'employeurs :
    IFEC ECF
  • Organisations syndicales des salariés :
    CFE-CGC FEC FO FSE CGT

Numéro du BO

  • 2016-47
 
    • Article

      En vigueur étendu


      Dans le cadre de l'obligation quinquennale d'examen des classifications, les parties se sont rencontrées en commission mixte paritaire pour examiner les travaux opérés par un groupe restreint sur les classifications.
      Les organisations salariales et patronales ont procédé à un examen :
      – de la grille de classification ;
      – des intitulés des diplômes ;
      – des critères de classement des emplois.
      Elles ont rappelé que les diplômes sont précisés à titre indicatif et qu'en l'absence du niveau requis de formation, l'expérience acquise en cabinet ou en entreprise peut se substituer au niveau requis de formation.
      Elles ont par ailleurs constaté que la grille de l'annexe A s'adaptait à tous les métiers de la branche.
      En conséquence, elles conviennent ce qui suit :

  • Article 1er

    En vigueur étendu


    Il est décidé de modifier comme suit la rédaction des niveaux 5 à 1 du I poste de référence de l'annexe A de la grille générale des emplois.


    « Annexe A
    I. – Grille générale des emplois
    N. 5. – Exécution
    Poste de référence : emplois généraux sans qualification et/ ou sans expérience, coefficient 170
    Poste de référence : employé, coefficient 175


    Complexité des tâches et responsabilité : travaux d'exécution ne nécessitant aucune initiative professionnelle individuelle.
    Formation initiale : BAC.


    Poste de référence : employé confirmé, coefficient 180


    Complexité des tâches et responsabilité : travaux d'exécution effectués dans des conditions de fiabilité et de rapidité satisfaisantes.
    Formation initiale BTS-DUT ou diplôme BAC + 2.


    Poste de référence : employé principal, coefficient 200


    Complexité des tâches et responsabilité : travaux d'exécution comprenant des opérations de vérification formelle qui supposent que l'employé soit capable de déceler des erreurs.
    Formation initiale : BTS-DUT ou diplôme BAC + 2.
    Outre la formation initiale, ce poste requiert une expérience professionnelle préalable, en cabinet ou en entreprise.


    N. 4. – Exécution avec délégation
    Poste de référence : assistant, coefficient 220


    Complexité des tâches et responsabilité : travaux d'exécution comportant une part d'initiative professionnelle dans le traitement de l'information. L'assistant se fait aider occasionnellement par des assistants de niveau inférieur et contrôle les tâches qu'il a déléguées.
    Formation initiale : DCG, licence professionnelle ou tout diplôme de même niveau.
    Expérience : outre la formation initiale, ce poste requiert une expérience professionnelle préalable, en cabinet ou en entreprise.


    Poste de référence : assistant confirmé, coefficient 260


    Complexité des tâches et responsabilité : travaux d'exécution comportant une part d'initiative professionnelle. Il peut déléguer à des assistants de niveaux inférieurs. L'assistant assume la responsabilité des travaux qu'il a délégués.
    Formation initiale : DCG licence professionnelle ou tout diplôme de même niveau.
    Expérience : outre la formation initiale, ce poste requiert une expérience professionnelle préalable, en cabinet ou en entreprise.


    Poste de référence : assistant principal, coefficient 280


    Complexité des tâches et responsabilité : travaux d'analyse et de résolution de situations complexes, faisant appel à des connaissances pratiques et théoriques approfondies. L'assistant principal rédige les notes de synthèse et rapports. Son activité reste soumise à la validation d'un membre de l'ordre des experts-comptables ou de la compagnie des commissaires aux comptes ou d'un responsable hiérarchique.
    Formation initiale : DSCG, master.
    Expérience : outre la formation initiale, ce poste requiert une expérience professionnelle préalable, en cabinet ou en entreprise.


    N. 3. – Conception assistée
    Poste de référence : cadre, coefficient 330


    Complexité des tâches et responsabilité : occupe une fonction de cadre le salarié apte à définir un programme de travail dans le respect des orientations qui sont données par un membre de l'ordre des experts-comptables ou de la compagnie des commissaires aux comptes ou un responsable hiérarchique. Il anime et coordonne une équipe restreinte ou supervise l'activité des salariés des entreprises clientes. Peut également occuper une fonction de cadre, le salarié dont la formation technique spécifique lui permet d'exercer des missions requérant la mise en œuvre de ses connaissances de façon autonome et responsable (exemples : diplômes d'école d'ingénieurs, des facultés de droit, de sciences économiques, des écoles supérieures de commerce …). Il rend compte de façon permanente et régulière de l'état d'avancement des travaux.
    Formation initiale master ou équivalent.
    Expérience : outre la formation initiale, ce poste requiert une expérience professionnelle préalable, en cabinet ou en entreprise.


    Poste de référence : cadre confirmé, coefficient 385


    Complexité des tâches et responsabilité : le cadre confirmé assure avec un degré d'autonomie supérieure les tâches de définition des programmes de travail, d'animation, et de coordination d'une équipe, définies au coefficient 330. Son activité reste soumise à la validation d'un membre de l'ordre des experts-comptables ou de la compagnie des commissaires aux comptes ou d'un responsable hiérarchique.
    Formation initiale : master ou équivalent.
    Expérience : outre la formation initiale, ce poste requiert une expérience professionnelle préalable, en cabinet ou en entreprise.


    N. 2. – Conception et animation
    Poste de référence : cadre principal, coefficient 450


    Complexité des tâches et responsabilité :
    – le cadre principal gère de façon autonome les dossiers qui lui sont confiés, sous la responsabilité d'un membre de l'ordre des experts-comptables ou de la compagnie des commissaires aux comptes ou d'un responsable hiérarchique ;
    – le cadre principal gère son activité en fonction d'objectifs négociés ;
    – il assure le monitorat technique des membres de son équipe ;
    – au plan administratif, ce cadre assure des responsabilités non professionnelles de haut niveau dans les domaines de gestion d'une unité.
    Formation initiale : master ou équivalent.
    Expérience : expérience professionnelle très confirmée.


    Poste de référence : chef de service, coefficient 500


    Complexité des tâches et responsabilité : ce cadre ajoute aux qualités techniques requises pour le coefficient 450 une forte capacité d'initiative. Il est apte à assurer le développement optimal tant des missions qu'il a en charge que de l'unité dont il est responsable.
    Formation initiale : master ou équivalent.
    Expérience : expérience alliant une compétence professionnelle totale et une capacité à assumer des hautes responsabilités techniques, humaines, organisationnelles.


    N. 1. – Direction
    Poste de référence : cadre de direction, coefficient 600


    Complexité des tâches et responsabilité :


    – le cadre de direction est chargé d'animer, de diriger, d'organiser un département, une unité, un service ou un établissement disposant d'une grande autonomie de fonctionnement et d'une structure interne très développée ;
    – le cadre de direction est responsable des résultats de l'unité qu'il dirige. »

  • Article 2

    En vigueur étendu

    Durée. – Formalités. – Révision. – Dénonciation
  • Article 2.1

    En vigueur étendu

    Durée. – Dépôt


    Le présent accord est conclu pour une durée indéterminée. Il prend effet à compter de sa signature sous réserve du droit d'opposition dans les conditions définies par la loi. Il fait l'objet des formalités de dépôt par le secrétariat de la commission paritaire qui est mandaté pour demander son extension.

  • Article 2.2

    En vigueur étendu

    Révision


    Chaque syndicat représentatif, signataire ou adhérent peut demander la révision de tout ou partie du présent accord selon les modalités suivantes :
    – toute demande de révision doit être adressée par lettre recommandée avec avis de réception à chacun des autres syndicats représentatifs, signataires ou adhérents et comporter, outre l'indication des dispositions dont la révision est demandée, des propositions de remplacement ;
    – le plus rapidement possible et au plus tard dans un délai de 3 mois suivant la réception de cette lettre, les parties devront ouvrir une négociation en vue de la rédaction d'un nouveau texte ;
    – les dispositions de l'accord dont la révision est demandée resteront en vigueur jusqu'à la conclusion d'un nouvel accord et, à défaut d'accord dans un délai de 6 mois à compter de la demande de révision, seront maintenues ;
    – sous réserve de l'exercice du droit d'opposition dans les conditions prévues par la loi, les dispositions de l'avenant portant révision se substitueront de plein droit à celles de l'accord qu'elles modifient et seront opposables à l'ensemble des employeurs et des salariés liés par l'accord, soit à la date qui aura été expressément convenue, soit à défaut, à partir du jour qui suivra son dépôt auprès du service compétent.

  • Article 2.3

    En vigueur étendu

    Dénonciation


    Le présent accord pourra être dénoncé conformément au code du travail par l'un ou l'autre des syndicats représentatifs, signataires ou adhérents.
    La dénonciation sera notifiée par LR/AR à chacun des autres syndicats représentatifs, signataires ou adhérents et déposée par la partie la plus diligente auprès des services du ministère du travail et du secrétariat-greffe des Prud'hommes.
    Lorsque l'accord a été dénoncé par la totalité des syndicats représentatifs signataires (et adhérents) employeurs ou la totalité des syndicats représentatifs, signataires (et adhérents) salariés, la dénonciation entraîne l'obligation pour tous les syndicats représentatifs, signataires et adhérents de se réunir le plus rapidement possible, et au plus tard dans un délai de 3 mois suivant la réception de la lettre de dénonciation, en vue de déterminer le calendrier des négociations.
    L'accord continue de produire effet au plus pendant 12 mois à compter de l'expiration du préavis de trois mois.
    Si un nouvel accord est signé dans ce délai de 12 mois suivant l'expiration du préavis, les dispositions du nouvel accord se substitueront intégralement à l'accord dénoncé.

Retourner en haut de la page