Convention collective nationale de commerces de gros du 23 juin 1970. Etendue par arrêté du 15 juin 1972 JONC 29 août 1972. Mise à jour par accord du 27 septembre 1984 étendu par arrêté du 4 février 1985 JORF 16 février 1985. - Textes Attachés - Avenant II relatif aux agents de maîtrise et techniciens, secteur alimentaire

 
Naviguer dans le sommaire
      • Article 1 (non en vigueur)

        Remplacé

        Création Convention collective nationale 1970-06-23 étendue par arrêté du 15 juin 1972 JONC 29 août 1972


        a) Agents de maîtrise :

        A la différence des employés principaux qui ont pour fonctions, outre leur travail personnel, de distribuer, coordonner et contrôler le travail d'une équipe d'employés selon les directives de leurs chefs directs, sont considérés comme agents de maîtrise les salariés qui, recevant des directives précises d'un chef d'établissement ou d'un cadre, sont chargés en plus de leur travail, de façon permanente et sous leur responsabilité, non seulement de distribuer et de coordonner le travail d'un ensemble d'employés et d'ouvriers, mais aussi d'assurer et de contrôler le rendement et la discipline. Le coefficient hiérarchique à lui seul n'entraîne pas la qualité d'agent de maîtrise.

        b) Techniciens et assimilés :

        Bénificient des avantages assurés aux agents de maîtrise par le présent avenant certains employés hautement qualifiés dans un domaine technique, commercial ou administratif, même s'il n'existe pas de commandement, lorsque leurs fonctions comportent effectivement des responsabilités d'une importance équivalente à celle des agents de maîtrise.

        c) Le présent avenant ne s'applique pas aux voyageurs, représentants et placiers.
      • Article 1er

        En vigueur étendu

        Création Accord 1992-05-05 étendu par arrêté du 17 novembre 1992 JORF 26 novembre 1992

        a) Agents de maîtrise.

        Leur responsabilité implique :

        Animation :

        - veiller à l'intégration des nouveaux membres de son groupe ;

        - transmettre et expliquer les informations ascendantes et descendantes ;

        - veiller à l'enseignement des procédures et au développement du niveau de compétence ;

        - participer à l'appréciation des compétences et des résultats des membres de son groupe ;

        - rechercher des améliorations aux conditions de travail.

        Organisation :

        - répartir les travaux et donner les instructions adaptées ;

        - contrôler les réalisations et signaler en temps utile les difficultés ;

        - faire toute suggestion propre à améliorer le fonctionnement du groupe de travail ;

        - assurer les liaisons nécessaires à la réalisation des objectifs de son groupe.

        b) Techniciens.

        La définition des fonctions des techniciens se fait dans la continuité de celle des employés. Ils sont classés aux niveaux V et VI définis au chapitre II " Description du système ".

        c) Le présent avenant ne s'applique pas aux voyageurs représentants et placiers.

      • Article 2 (non en vigueur)

        Remplacé

        Création Convention collective nationale 1970-06-23 étendue par arrêté du 15 juin 1972 JONC 29 août 1972


        1re catégorie :

        Agent de maîtrise correspondant à la définition de l'article 1er a, responsable d'un ensemble de salariés dont le coefficient est inférieur à 150 :

        - chef de groupe (cinq à dix employés) : coefficient 180 ;

        - chef de section (plus de dix employés) : coefficient 200.

        2e catégorie :

        Agent de maîtrise correspondant à la définition de l'article 1er a, responsable d'un ensemble de salariés dont le coefficient hiérarchique est égal ou supérieur à 150 :

        - chef de groupe (cinq à dix employés) : coefficient 210 ;

        - chef de section (plus de dix employés) : coefficient 230.

        3e catégorie :

        Agent de maîtrise dont la fonction de conduite du personnel exige des connaissances professionnelles appronfondies et d'une part d'initiative dans l'organisation du travail de son secteur pour en assurer et en améliorer la bonne marche ; a sous ses ordres au moins un salarié de coefficient hiérarchique 180 :

        - chef de groupe (cinq à dix employés) : coefficient 250 ;

        - chef de section (plus de dix employés) : coefficient 270.

        4e catégorie :

        Agent supérieur occupant une fonction qui nécessite des connaissances professionnelles approfondies et étendues ; est responsable de la discipline des ouvriers, équipes ou groupes d'ouvriers et employés dont il coordonne les travaux ; peut prendre des initiatives pour l'amélioration du rendement et de la sécurité et assurer ainsi la bonne marche de son secteur d'après les indications qui lui sont données par un cadre ou par l'employeur :

        - chef de groupe (cinq à dix employés) : coefficient 300 ;

        - chef de section (plus de dix employés) : coefficient 325.

        Cette classification s'établit d'après le degré de technicité et de responsabilité que comporte la fonction effective de l'intéressé dans l'organisation de l'entreprise.

        Le terme de technicité s'entend ici par assimilation d'une compétence élevée, soit dans un domaine commercial ou administratif, soit dans une technique proprement dite.

        En raison de l'extrême diversité de nature, de structure et d'importance des entreprises concernées, les titres employés dans le domaine commercial ou administratif recouvrent des fonctions d'importance très variable.

        En conséquence, il a été établi trois catégories comportant chacune une échelle de coefficients hiérarchiques permettant de classer dans chaque entreprise les techniciens et assimilés répondant à la définition de l'article 1er b.

        1re catégorie :

        Technicien ou assimilé qui, n'exerçant pas de commandement ou de surveillance, peut être assimilé aux agents de maîtrise de la 2e catégorie en raison de la compétence exigée ou de la responsabilité assumée : coefficients 210 à 230.

        2e catégorie :

        Technicien ou assimilé qui, n'exerçant pas de commandement ou de surveillance, peut être assimilé aux agents de maîtrise de la 3e catégorie en raison de la compétence exigée ou de la responsabilité assumée : coefficients 250 à 270.

        3e catégorie :

        Technicien ou assimilé qui, n'exerçant pas de commandement ou de surveillance, peut être assimilé aux agents de maîtrise de la 4e catégorie en raison de la compétence exigée ou de la responsabilité assumée : coefficients 300 à 325.
      • Article 2

        En vigueur étendu

        Création Accord 1992-05-05 étendu par arrêté du 17 novembre 1992 JORF 26 novembre 1992

        TECHNICIEN

        AGENT DE MAITRISE

        NIVEAU V

        Echelon 1

        Echelon 2

        Echelon 3

        Technicien

        Technicien confirmé (1)

        Technicien confirmé qui coordonne (2) le travail d'une équipe de 5 personnes au plus

        NIVEAU VI

        Echelon 1

        Echelon 2

        Echelon 3

        Technicien supérieur

        Technicien supérieur confirmé 1)

        Technicien supérieur confirmé (2) qui coordonne le travail d'une équipe de 5 personnes au plus

        Agent de maîtrise (équipe de plus de 5 personnes)

        Agent de maîtrise (1) confirmé (équipe de plus de 5 personnes)

        (1) Pour l'application du 2e échelon aux techniciens et du 3e échelon aux agents de maîtrise, les règles sont définies au point 5 de la description du système de classification.

        (2) l'échelon 3 des techniciens (niveaux V et VI) est caractérisé par le fait que le technicien confirmé, en sus de ses fonctions techniques, qui représentent l'essentiel de son activité assume la responsabilité de la petite équipe qui travaille avec lui. Une pondération inverse caractérise l'agent de maîtrise. Responsable d'une équipe d'une certaine importance (plus de 5 personnes), son travail d'animation et d'organisation est alors prédominant.


        (1) Pour l'application du 2e échelon aux techniciens et du 3e échelon aux agents de maîtrise, les règles sont définies au point 5 de la description du système de classification. (2) L'échelon 3 des techniciens (niveaux V et VI) est caractérisé par le fait que le technicien confirmé, en sus de ses fonctions techniques, qui représentent l'essentiel de son activité, assume la responsabilité de la petite équipe qui travaille avec lui. Une pondération inverse caractérise l'agent de maîtrise. Responsable d'une équipe d'une certaine importance (plus de cinq personnes), son travail d'animation et d'organisation est alors prédominant.
    • Article 3

      En vigueur étendu

      Création Convention collective nationale 1970-06-23 étendue par arrêté du 15 juin 1972 JONC 29 août 1972

      En raison de leurs fonctions, les agents de maîtrise ont le même horaire que les salariés dont ils guident le travail, sous réserve qu'ils doivent en général être présents quelques minutes avant le début et après la fin des périodes de travail. Cet horaire constitue leur horaire normal. Les dépassements éventuels de cet horaire normal sont rémunérés conformément aux dispositions légales.

    • Article 4 (non en vigueur)

      Remplacé

      Création Convention collective nationale 1970-06-23 étendue par arrêté du 15 juin 1972 JONC 29 août 1972

      Une indemnité de licenciement est accordée à l'agent de maîtrise licencié dans les conditions ci-après :

      a) Agent de maîtrise ayant de 2 à 5 ans de présence dans l'entreprise au moment du licenciement : 1/10 de mois par année de présence, le calcul étant effectué sur le salaire moyen des 3 derniers mois ;

      b) Agent de maîtrise ayant plus de 5 ans de présence dans l'entreprise au moment du licenciement :

      - 2/10 de mois par année de présence dans la tranche de 0 à 9 ans inclus ;

      - 3/10 de mois par année de présence dans la tranche à partir de 10 ans,

      sans pouvoir dépasser un maximum de 6 mois, le calcul étant effectué sur la base du salaire mensuel moyen des 12 derniers mois.

      Lorsque l'agent de maîtrise, licencié par suite de fusion, concentration ou réduction d'emploi résultant de la modernisation, est âgé de 55 ans révolus et compte au moins 15 ans d'ancienneté dans l'entreprise, l'indemnité fixée au paragraphe b ci-dessus est majorée de 20 %.

      1) Etendu sans préjudice de l'application de la loi n° 78-49 du 19 janvier 1978 (art. 5 de l'accord annexé) (arrêté du 4 février 1985, art. 1er).

    • Une indemnité de licenciement est accordée à l'agent de maîtrise ou au technicien ayant au moins 1 an d'ancienneté licencié dans les conditions ci-après : 2/10 de mois par année d'ancienneté plus 2/15 pour les années au-delà de 10 ans.

      Lorsque l'agent de maîtrise ou le technicien licencié pour motif économique est âgé de 55 ans révolus et compte au moins 15 ans d'ancienneté dans l'entreprise, l'indemnité est la suivante :


      - 2/10 de mois par année de présence dans la tranche de 0 à 9 ans inclus ;

      - 3/10 de mois par année de présence dans la tranche à partir de 10 ans,

      sans pouvoir dépasser un maximum de 6 mois, le calcul étant effectué sur la base du salaire mensuel moyen des 12 derniers mois, le tout majoré de 20 %.

      Cette indemnité ne pourra jamais être inférieure à l'indemnité légale de licenciement.


      (1) Etendu sans préjudice de l'application de la loi n° 78-49 du 19 janvier 1978 (art. 5 de l'accord annexé).
    • Article 4 (non en vigueur)

      Remplacé

      Création Convention collective nationale 1970-06-23 étendue par arrêté du 15 juin 1972 JONC 29 août 1972

      Une indemnité de licenciement est accordée à l'agent de maîtrise licencié dans les conditions ci-après :

      a) Agent de maîtrise ayant de 2 à 5 ans de présence dans l'entreprise au moment du licenciement : 1/10 de mois par année de présence, le calcul étant effectué sur le salaire moyen des 3 derniers mois ;

      b) Agent de maîtrise ayant plus de 5 ans de présence dans l'entreprise au moment du licenciement :

      - 2/10 de mois par année de présence dans la tranche de 0 à 9 ans inclus ;

      - 3/10 de mois par année de présence dans la tranche à partir de 10 ans,

      sans pouvoir dépasser un maximum de 6 mois, le calcul étant effectué sur la base du salaire mensuel moyen des 12 derniers mois.

      Lorsque l'agent de maîtrise, licencié par suite de fusion, concentration ou réduction d'emploi résultant de la modernisation, est âgé de 55 ans révolus et compte au moins 15 ans d'ancienneté dans l'entreprise, l'indemnité fixée au paragraphe b ci-dessus est majorée de 20 %.

      1) Etendu sans préjudice de l'application de la loi n° 78-49 du 19 janvier 1978 (art. 5 de l'accord annexé) (arrêté du 4 février 1985, art. 1er).

    • Une indemnité de licenciement est accordée à l'agent de maîtrise ou au technicien ayant au moins 1 an d'ancienneté licencié dans les conditions ci-après : 2/10 de mois par année d'ancienneté plus 2/15 pour les années au-delà de 10 ans.

      Lorsque l'agent de maîtrise ou le technicien licencié pour motif économique est âgé de 55 ans révolus et compte au moins 15 ans d'ancienneté dans l'entreprise, l'indemnité est la suivante :


      - 2/10 de mois par année de présence dans la tranche de 0 à 9 ans inclus ;

      - 3/10 de mois par année de présence dans la tranche à partir de 10 ans,

      sans pouvoir dépasser un maximum de 6 mois, le calcul étant effectué sur la base du salaire mensuel moyen des 12 derniers mois, le tout majoré de 20 %.

      Cette indemnité ne pourra jamais être inférieure à l'indemnité légale de licenciement.


      (1) Etendu sans préjudice de l'application de la loi n° 78-49 du 19 janvier 1978 (art. 5 de l'accord annexé).
    • Article 5 (non en vigueur)

      Remplacé

      Création Convention collective nationale 1970-06-23 étendue par arrêté du 15 juin 1972 JONC 29 août 1972


      Les dispositions de l'article 41 s'appliquent aux agents de maîtrise, techniciens ou assimilés.

      Le délai de prévenance est de trois mois.

      Ils reçoivent une allocation de départ en retraite calculée comme suit :

      - agent de maîtrise ayant de deux à quatre ans inclus de présence dans l'entreprise : un vingtième de mois par année de présence ;

      - agent de maîtrise ayant cinq ans et plus de présence dans l'entreprise : deux vingtièmes de mois par année de présence (en outre, l'agent de maîtrise ayant plus de quinze ans de présence dans l'entreprise aura un vingtième de mois supplémentaire pour la tranche après dix ans), sans pouvoir dépasser un maximum de six mois.

      L'ancienneté se calcule à compter de la date d'entrée de l'agent de maîtrise dans l'entreprise. Le taux déterminé par son ancienneté sera appliqué sur la totalité des années de présence.
    • Article 5 (non en vigueur)

      Remplacé

      Création Convention collective nationale 1970-06-23 étendue par arrêté du 15 juin 1972 JONC 29 août 1972

      Les dispositions de l'article 41 s'appliquent aux agents de maîtrise, techniciens ou assimilés.

      En cas de mise à la retraite, le délai de prévenance est de 3 mois.

      Ils reçoivent une allocation de départ en retraite calculée comme suit :

      - agent de maîtrise ayant de 2 ans et plus de présence dans l'entreprise : 2/20 de mois par année de présence (en outre, l'agent de maîtrise ayant plus de 15 ans de présence dans l'entreprise aura 1/20 de mois supplémentaire pour la tranche après 10 ans), sans pouvoir dépasser un maximum de 6 mois.

      L'ancienneté se calcule à compter de la date d'entrée de l'agent de maîtrise dans l'entreprise. Le taux déterminé par son ancienneté sera appliqué sur la totalité des années de présence.

    • Les dispositions de l'article 41 s'appliquent aux agents de maîtrise, techniciens.

      En cas de mise à la retraite, le délai de prévenance est de 3 mois.

      Ils reçoivent une allocation de départ à la retraite calculée comme suit :

      - Agent de maîtrise ou technicien ayant 2 ans et plus de présence dans l'entreprise : 2/20 de mois par année de présence (en outre, l'agent de maîtrise ou le technicien ayant plus de 15 ans de présence dans l'entreprise aura 1/20 de mois supplémentaire pour la tranche après 10 ans), sans pouvoir dépasser un maximum de 6 mois.

      L'ancienneté se calcule à compter de la date d'entrée du salarié dans l'entreprise. Le taux déterminé par son ancienneté sera appliqué sur la totalité des années de présence.

    • Article 6 (non en vigueur)

      Remplacé

      Modifié par Avenant 1979-09-21 étendu par arrêté du 4 avril 1980 JONC 6 mai 1980

      Création Convention collective nationale 1970-06-23 étendue par arrêté du 15 juin 1972 JONC 29 août 1972

      Les dispositions de l'article 53 s'appliquent aux agents de maîtrise, techniciens ou assimilés. Au-delà de 3 ans de présence, ils recevront une indemnité complémentaire des prestations journalières de sécurité sociale et des régimes complémentaires qui leur sera versée à partir du 11e jour suivant l'arrêt de travail et qui aura pour effet de porter les ressources totales de l'intéressé à 100 % du plein tarif de ses appointements mensuels calculés sur la moyenne des 3 derniers mois dans les conditions suivantes :

      - de 3 à 4 ans inclus de présence : 2 mois en cas de maladie et 2 mois et demi en cas d'accident du travail ;

      - de 5 à 9 ans inclus de présence : 2 mois et demi en cas de maladie et 3 mois en cas d'accident du travail ;

      - de 10 à 19 ans inclus de présence : 3 mois en cas de maladie et 4 mois en cas d'accident du travail ;

      - à partir de 20 ans de présence : 4 mois en cas de maladie et 6 mois en cas d'accident du travail.

      Le délai de carence de 10 jours ne joue pas en cas d'accident du travail ou d'hospitalisation, quelle qu'en soit la durée.

    • Les dispositions de l'article 53 s'appliquent aux agents de maîtrise, techniciens. Au-delà de 3 ans de présence, ils recevront une indemnité complémentaire des prestations journalières de sécurité sociale et des régimes complémentaires qui leur sera versée à partir du 8e jour suivant l'arrêt de travail et qui aura pour effet de porter les ressources totales de l'intéressé à 100 % du plein tarif de ses appointements mensuels calculés sur la moyenne des 3 derniers mois dans les conditions suivantes :

      - de 3 à 4 ans inclus de présence : 2 mois en cas de maladie et 2 mois et demi en cas d'accident du travail ;

      - de 5 à 9 ans inclus de présence : 2 mois et demi en cas de maladie et 3 mois en cas d'accident du travail ;

      - de 10 à 19 ans inclus de présence : 3 mois en cas de maladie et 4 mois en cas d'accident du travail ;

      - à partir de 20 ans de présence : 4 mois en cas de maladie et 6 mois en cas d'accident du travail.

      Le délai de carence de 7 jours ne joue pas en cas d'accident du travail ou d'hospitalisation, quelle qu'en soit la durée.

Retourner en haut de la page