Convention collective nationale du bricolage (vente au détail en libre-service) du 30 septembre 1991 - Textes Attachés - Annexe : Agents de maîtrise - Convention collective nationale du 30 septembre 1991

 
  • Article

    En vigueur étendu

    L'annexe suivante fixe les dispositions particulières applicables aux agents de maîtrise.

    Elle complète les dispositions générales prévues dans la présente convention.

    • Article 1er

      En vigueur étendu

      La présente annexe fixe les dispositions particulières applicables aux agents de maîtrise des entreprises comprises dans le champ d'application territorial et professionnel de la présente convention nationale et complète les dispositions générales.

    • Article 2

      En vigueur étendu

      Sont considérés comme agents de maîtrise les salariés remplissant au moins l'une des conditions suivantes :

      - il s'agit soit de collaborateurs qui assurent, d'une façon permanente, sous le contrôle de l'employeur ou d'un cadre, une responsabilité de commandement ou de surveillance du personnel en ayant la compétence technique correspondante ;

      - soit de collaborateurs qui possèdent une responsabilité de compétence technique, administrative ou commerciale, sans exercer pour autant une responsabilité de commandement.

    • Article 3

      En vigueur étendu

      Le contrat de travail à durée indéterminée ne devient définitif qu'à l'issue d'une période d'essai de deux mois.

      Durant cette période d'essai, les parties peuvent se séparer sans préavis, ni indemnité de dommages et intérêts.

      La période d'essai peut être exceptionnellement renouvelée une fois et pour une durée au maximum égale à la période initiale. En cas d'accord, le renouvellement devra faire l'objet d'un écrit entre les deux parties. Le salarié aura la possibilité de refuser ce renouvellement. En cas de rupture durant ce renouvellement, un délai de prévenance réciproque de quinze jours sera observé, sauf cas de faute grave.

    • Article 4

      En vigueur étendu

      Lorsqu'un employeur confie à un agent de maîtrise une fonction entraînant un lieu de travail imposant un changement de résidence, il devra, après entretien avec l'intéressé, lui notifier par écrit les conditions dans lesquelles s'effectuera cette mutation. Le salarié disposera d'un délai de 15 jours pour faire parvenir sa réponse écrite.

      En cas de changement de résidence acceptée par écrit, les frais justifiés de déménagement, ainsi que les frais de voyage de l'intéressé et de sa famille sont remboursés par l'employeur. Les conditions dans lesquelles s'effectuera ce transfert sont déterminées de gré à gré et confirmées par écrit.

      Lorsque le contrat de travail initial ne prévoit pas de clause de mobilité, dans le cas d'un refus de l'agent de maîtrise, la rupture éventuelle n'est pas considérée comme étant du fait de l'agent de maîtrise, mais de l'employeur, lequel devra verser à l'intéressé le montant des indemnités dues en cas de licenciement.

    • Article 5 (non en vigueur)

      Remplacé


      Etant donné le rôle dévolu aux agents de maîtrise, il est fréquent que leurs heures de présence ne puissent être fixées d'une façon rigide ; elles correspondent aux nécessités de l'organisation du travail et de la surveillance de son exécution.

      Néanmoins, les entreprises s'efforceront d'améliorer la durée effective du temps de travail du personnel d'encadrement.

      Les appointements des agents de maîtrise ont un caractère forfaitaire et tiennent compte des dépassements d'horaires liés à la fonction, mention doit en être faite sur le contrat de travail ou son avenant. Cette rémunération forfaitaire, ramenée sur la base de la durée conventionnelle du travail, ne devra pas être inférieure à la rémunération minimale conventionnelle (1).
      (1) Alinéa étendu sous réserve de l'application des articles L. 212-5-1 et suivants du code du travail.
    • Article 5

      En vigueur étendu

      Etant donné le rôle dévolu aux agents de maîtrise, il est fréquent que leurs heures de présence ne puissent être fixées d'une façon rigide ; elles correspondent aux nécessités de l'organisation du travail et de la surveillance de son exécution.

      Néanmoins, les entreprises s'efforceront d'améliorer la durée effective du temps de travail du personnel d'encadrement.

      Les appointements des agents de maîtrise ont un caractère forfaitaire et tiennent compte des dépassements d'horaires liés à la fonction, mention doit en être faite sur le contrat de travail ou son avenant (1).

      (1) Alinéa étendu sous réserve de l'application de l'article L. 212-5 du code du travail (arrêté du 7 décembre 1993, art. 1er).

    • Article 6

      En vigueur étendu

      Les frais de voyage et de séjour professionnels sont à la charge de l'entreprise. Les frais de séjour sont remboursés, soit sur justifications, soit sous forme de versement d'une indemnité forfaitaire.

    • Article 7 (non en vigueur)

      Remplacé


      Durant son absence, l'agent de maîtrise percevra, sans délai de carence, tout ou partie de la différence entre ses appointements et les indemnités journalières versées par la sécurité sociale, ainsi que, le cas échéant, les indemnités versées par tous les régimes de prévoyance.

      Cette différence qui ne pourra amener le salarié à percevoir plus que s'il avait continué à travailler n'est toutefois versée que dans les limites et conditions suivantes, sauf accident du travail :

      -30 jours à 100 p. 100 + 30 jours à 90 p. 100 de 2 ans à 6 ans d'ancienneté inclus ;

      -40 jours à 100 p. 100 + 30 jours à 90 p. 100 de plus de 6 ans à 11 ans d'ancienneté inclus ;

      -60 jours à 100 p. 100 + 30 jours à 90 p. 100 de plus de 11 ans à 15 ans d'ancienneté inclus ;

      -90 jours à 100 p. 100 + 30 jours à 90 p. 100 pour plus de 15 ans d'ancienneté.

      Si plusieurs arrêts de travail pour maladie ou accident interviennent au cours d'une période de douze mois consécutifs commençant à courir à partir du premier jour de ces arrêts de travail, la durée totale d'indemnisation ne pourra dépasser celle à laquelle l'ancienneté lui donnait droit au début de cette période.

      Quand l'intéressé a épuisé son droit à allocation pendant une période de douze mois consécutifs, la reconduction de ce droit, après cette période, ne peut être accordée qu'après trois mois de reprise effective du travail.
      (1) Article étendu sous réserve de la loi n° 78-49 du 19 janvier 1978 (art. 7 de l'accord annexé).
    • Article 7

      En vigueur étendu

      Durant son absence, l'agent de maîtrise percevra, sans délai de carence :

      - tout ou partie de la différence entre ses appointements et les indemnités journalières versées par la sécurité sociale ;

      - cette différence est versée dans les limites et conditions suivantes, sauf accident du travail.

      Ancienneté du salarié

      Nombre de jours indemnisés
      et taux de l'indemnisation

      Moins de 2 ans d'ancienneté

      Pas d'indemnisation

      De 2 ans à 6 ans d'ancienneté inclus

      30 jours à 100 % + 30 jours à 90 %

      Plus de 6 ans à 11 ans d'ancienneté inclus

      40 jours à 100 % + 30 jours à 90 %

      Plus de + 11 ans à 15 ans d'ancienneté inclus

      60 jours à 100 % + 40 jours à 90 %

      Plus de 15 ans à 28 ans d'ancienneté inclus

      90 jours à 100 % + 40 jours à 90 %

      Plus de 28 ans à 33 ans d'ancienneté inclus

      90 jours à 100 % + 70 jours à 70 %

      Plus de 33 ans d'ancienneté

      90 jours à 100 % + 90 jours à 70 %

      Ces indemnités ne pourront amener l'agent de maîtrise à percevoir plus que s'il avait continué à travailler.

      Si plusieurs arrêts de travail pour maladie ou accident interviennent au cours d'une période de 12 mois consécutifs commençant à courir à partir du premier jour de ces arrêts de travail, la durée totale d'indemnisation ne pourra dépasser celle à laquelle l'ancienneté de l'intéressé lui donnait droit au début de cette période.

      Quand l'intéressé a épuisé son droit à allocation pendant une période de douze mois consécutifs, la reconduction de ce droit, après cette période, ne peut être accordée qu'après 3 mois de reprise effective et consécutive du travail.

    • Article 8

      En vigueur étendu

      L'agent de maîtrise qui démissionne est tenu de respecter un préavis dont la durée est de 2 mois.

      Le point de départ du préavis se situe à la date de réception de la lettre de démission par l'entreprise.

    • Article 9

      En vigueur étendu

      La durée du délai-congé est, à l'issue de la période d'essai et hormis le cas de faute grave ou lourde, réglé de la façon suivante pour le personnel agent de maîtrise :

      - 1 mois pour une ancienneté comprise entre 2 mois et 6 mois ;

      - 2 mois pour une ancienneté supérieure à 6 mois.

Retourner en haut de la page