Convention collective nationale des gardiens, concierges et employés d'immeubles (réécrite par l'avenant n° 74 du 27 avril 2009 portant modification de la convention) - Textes Attachés - Avenant n° 1 du 18 janvier 1985 (Loire-Atlantique)

Etendu par arrêté du 23 juillet 1985 JORF 30 juillet 1985

IDCC

  • 1043

Signataires

  • Fait à :
    Fait à Nantes, le 18 janvier 1985.
  • Organisations d'employeurs :
    Chambre syndicale de la propriété immobilière Nantes - Loire-Atlantique.
  • Organisations syndicales des salariés :
    CFDT Loire-Atlantique.
 
Naviguer dans le sommaire
  • Article 1er

    En vigueur étendu

    Création Avenant départemental 1 1985-01-18 étendu par arrêté du 23 juillet 1985 JORF 30 juillet 1985

    Il est constitué, dans le département de la Loire-Atlantique, une commission départementale paritaire de conciliation qui aura pour rôle :

    - de résoudre les problèmes généraux d'interprétation et d'application de la convention collective nationale de travail des gardiens, concierges et employés d'immeubles du 11 décembre 1979 ;

    - d'étudier les éventuels cas particuliers de désaccord entre employeurs et employés, soumis à son examen, afin de proposer une solution équitable, conforme aux textes en vigueur.

    Cette commission fonctionnera conformément aux dispositions de l'article 10 de la convention collective nationale.

    Son secrétariat sera assuré alternativement d'année en année par la délégation patronale et la délégation syndicale et pour la première fois par la chambre syndicale de la propriété immobilière de Nantes - Loire-Atlantique.

  • Article 2

    En vigueur étendu

    Création Avenant départemental 1 1985-01-18 étendu par arrêté du 23 juillet 1985 JORF 30 juillet 1985

    Par dérogation aux dispositions de l'article 14, 7e et 8e alinéas, de la convention collective nationale, lesquels disposent concernant les préavis dus en cas de démission :

    - alinéa 7 : « Personnel de catégorie A dont le coefficient hiérarchique est égal ou supérieur à 141 : 1 mois » ;

    - alinéa 8 : « Personnel de catégorie B : 1 mois »,

    il est convenu que les employés démissionnaires de ces catégories ne seront astreints qu'à un préavis de 15 jours.

    Concernant les licenciements, il est convenu que le préavis sera de 3 mois quelle que soit la catégorie du salarié et sauf faute grave de celui-ci.

  • Article 3

    En vigueur étendu

    Création Avenant départemental n° 1 1985-01-18 étendu par arrêté du 23 juillet 1985 JORF 30 juillet 1985

    Compte tenu de la spécificité de la fonction des employés d'immeubles à employeurs multiples en Loire-Atlantique, et notamment dans les zones d'activité saisonnière (zones côtières), les employés d'immeubles bénéficieraient, aux termes de la convention collective départementale de Loire-Atlantique du 28 janvier 1972, d'un mode de calcul de salaire à la fréquence.

    En ce qui concerne cette catégorie précise de salariés, le nouveau mode de calcul minimum sera celui du barème d'évaluation des tâches de la convention collective nationale concernant les concierges, soit : évaluation des tâches en unités de valeur. La base de 60 unités de valeur est égale à 1 heure.

    Il est précisé, en tant que de besoin, qu'en aucun cas l'application de cette disposition ne pourra avoir pour conséquence une réduction de la rétribution antérieure du salarié concerné.

  • Article 4

    En vigueur étendu

    Création Avenant départemental 1 1985-01-18 étendu par arrêté du 23 juillet 1985 JORF 30 juillet 1985

    En application des dispositions de la convention collective nationale du 11 décembre 1979, les femmes enceintes ont droit au temps de repos prévu par la loi dans la période qui précède et qui suit l'accouchement.

    Dans le cas d'arrêt de travail pour maladie, accident ou maternité, l'employé doit percevoir 50 % du salaire qu'il aurait perçu s'il avait travaillé, cette somme s'ajoutant aux prestations versées par la sécurité sociale, et ce pendant :

    - 1 mois par année civile pour une ancienneté comprise entre 3 et 12 mois ;

    - 2 mois par année civile pour une ancienneté de plus de 1 an ;

    - 3 mois par année civile pour une ancienneté de plus de 5 ans ;

    - 3 mois au taux plein, outre 1 mois à 75 % du salaire par année civile pour une ancienneté de plus de 15 ans (1).

    Il demeure convenu toutefois qu'en aucun cas le salarié ne pourra recevoir une indemnité totale supérieure au montant de son salaire normal.

    (1) Alinéa étendu sans préjudice de l'application de la loi n° 78-49 du 19 janvier 1978 et de l'article 30 de la convention collective nationale (arrêté du 23 juillet 1985, art. 1er).

  • Article 5

    En vigueur étendu

    Création Avenant départemental 1 1985-01-18 étendu par arrêté du 23 juillet 1985 JORF 30 juillet 1985

    En application de l'article 32 de la convention collective nationale, les parties contractantes conviennent de reconduire purement et simplement les dispositions de l'article 21 de l'ancienne convention collective départementale ainsi conçue :

    « Article 21

    Les parties signataires conviennent d'affilier le personnel à un régime de retraite complémentaire.

    Elles décident de choisir le régime de retraite complémentaire de la caisse de retraite interprofessionnelle Crip, dont le siège régional est à Cholet (Maine-et-Loire).

    La cotisation est supportée à raison de 40 % par le salarié et de 60 % par l'employeur.

    Les dispositions relatives au service des prestations sont celles définies par le règlement de la caisse de retraite interprofessionnelle. »

  • Article 6

    En vigueur étendu

    Création Avenant départemental 1 1985-01-18 étendu par arrêté du 23 juillet 1985 JORF 30 juillet 1985

    Le paiement du salaire est effectué mensuellement le dernier jour du mois au plus tard.

  • Article 7

    En vigueur étendu

    Création Avenant départemental 1 1985-01-18 étendu par arrêté du 23 juillet 1985 JORF 30 juillet 1985

    Les parties contractantes conviennent de demander sans délai l'extension du présent avenant.

Retourner en haut de la page