Convention collective nationale des employés, techniciens et agents de maîtrise du bâtiment du 12 juillet 2006 - Textes Attachés - Protocole d'accord du 13 juin 1973 relatif aux organismes paritaires

IDCC

  • 2609

Signataires

  • Fait à :
    Fait à Paris, le 13 juin 1973
  • Organisations d'employeurs :
    Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment et des branches professionnelles annexes (CAPEB) ; Fédération nationale du bâtiment (FNB) ; Fédération nationale des sociétés coopératives ouvrières de production du bâtiment, des travaux publics et des activités annexes (FNSCOP) ; Fédération nationale des travaux publics (FNTP).
  • Organisations syndicales des salariés :
    Fédération Force ouvrière bâtiment-travaux publics et industries annexes ; Fédération française des syndicats chrétiens des industries du bâtiment et des travaux publics CFTC ; Fédération nationale des salariés de la construction et du bois CFDT ; Fédération nationale des travailleurs du bâtiment, des travaux publics et des matériaux de construction CGT ; Syndicat national des cadres, techniciens, agents de maîtrise et assimilés des industries du bâtiment et des travaux publics CGC.
 
Naviguer dans le sommaire
  • Article

    En vigueur non étendu

    1. Déplacement :
    Pour les transports collectifs, y compris éventuellement le wagon-restaurant : régime des frais réels justifiés par l'intéressé.
    Pour l'utilisation d'une voiture personnelle : indemnité kilométrique égale au prix de revient indiqué chaque année, pour l'année précédente, par l'administration fiscale pour une voiture à Paris d'une puissance de 7 CV, parcourant annuellement 10 000 km et revendue après 5 ans, soit pour 1993 : 2,20 francs (prix de revient 1992).
    2. Découcher : régime forfaitaire :
    ― 383 francs en 1993 pour une nuit d'hôtel à Paris ou dans une métropole régionale ;
    ― 221 francs en 1993 dans une autre ville.
    Ces valeurs forfaitaires varient chaque année en fonction de l'évolution de l'indice moyen annuel des prix à la consommation pour la location de chambres d'hôtel publié par l'INSEE, la base étant celui de 1992 (112,2).
    3. Repas : régime forfaitaire de 169 francs par repas pour l'année 1993 (pour un repas pris au wagon-restaurant, voir ci-dessus, paragraphe 1).
    Ce forfait varie chaque année en fonction de l'évolution de l'indice moyen annuel des prix à la consommation pour les restaurants et cafés publié par l'INSEE, la base étant celui de 1992 (109,3).
    Compensation de perte de salaire ou d'activité :
    1. Salariés d'entreprises représentant une organisation syndicale de salariés :
    ― maintien des salaires par les entreprises ;
    ― remboursement par les organismes paritaires, à la demande des entreprises, des salaires et charges sur salaires correspondant aux absences entraînées par les réunions statutaires.
    2. Tous autres administrateurs en activité :
    ― pour la participation à une réunion statutaire d'une durée inférieure ou égale à la demi-journée : 248 francs en 1993 ;
    ― pour la participation à une réunion statutaire d'une durée supérieure à la demi-journée et inférieure ou égale à la journée : 386 francs en 1993.
    Ces sommes seront versées par les organismes paritaires aux organisations nationales d'employeurs ou de salariés dont relèvent les administrateurs intéressés. Elles varieront tous les ans dans la même proportion que l'indice du coût de la construction mesuré par l'INSEE (indice du troisième trimestre) ; ainsi, la première réévaluation interviendra au début de l'année 1994 à partir de la comparaison des indices du troisième trimestre 1992 et du troisième trimestre 1993. La réévaluation sera applicable dès la publication officielle de l'indice susvisé.

  • Article

    En vigueur non étendu


    Annexe
    Classification du 1er juillet 1976
    CLAUSES GÉNÉRALES

  • Article 1

    En vigueur non étendu

    Préambule


    La présente classification nationale des employés, techniciens et agents de maîtrise des industries du bâtiment et des travaux publics et des organismes annexes de la profession visés à l'article 1er de la présente convention remplace, à la date de sa mise en vigueur, les classifications nationales, régionales ou départementales qui étaient inspirées des classifications établies par les arrêtés Parodi.
    La présente classification qui devra être utilisée, à la date de sa mise en application, par l'ensemble des entreprises des différents corps d'état du bâtiment ou des différentes spécialités des travaux publics a été établie sur des principes différents de ceux des arrêtés Parodi et se présente sous la forme suivante :
    a) Les ETAM du bâtiment et des travaux publics ont été répartis en 6 positions, chacune faisant l'objet d'une définition générale (art. 2 ci-dessous).
    Il est précisé que ces définitions générales ont été établies sur la base des critères suivants, qui s'ajoutent les uns aux autres sans prédominance de l'un sur l'autre :
    ― le niveau des connaissances acquises soit par la formation générale et professionnelle, soit par l'expérience ;
    ― le niveau d'initiatives et de responsabilités ;
    ― le niveau de pratique et d'expérience professionnelles ;
    ― le niveau de complexité de l'exécution du travail.
    Il est également bien précisé que la position VI concerne exclusivement les ETAM et elle est une position de promotion éventuelle vers la catégorie des cadres (IAC) ;
    b) Les définitions générales des 6 positions sont complétées par un certain nombre de filières contenant des définitions des emplois ETAM du bâtiment et des travaux publics ; ces filières ont été établies pour faciliter le classement des ETAM étant entendu qu'elles doivent être utilisées en application des définitions générales des positions, lesquelles sont, dans tous les cas, l'élément essentiel servant à déterminer la qualification respective des ETAM.

  • Article 2

    En vigueur non étendu

    Définitions générales des positions


    POSITION I


    Niveau de connaissances.
    L'intéressé reçoit ou a reçu soit une initiation professionnelle, soit une formation courte, soit une adaptation préalable.
    Degré de responsabilité.
    L'intéressé agit à partir d'instructions strictement définies.
    Contenu du travail.
    L'intéressé accomplit des travaux simples ou des travaux d'aide.


    POSITION II


    Niveau de connaissances.
    L'intéressé possède une qualification acquise soit par formation générale, soit par formation professionnelle ou connaissances équivalentes.
    Degré de responsabilité.
    L'intéressé peut être amené à prendre une part d'initiative dans le cadre des instructions strictement définies.
    Contenu du travail.
    L'intéressé accomplit des travaux d'exécution sans difficulté particulière ou des travaux d'assistance à un ETAM d'une position supérieure.


    POSITION III


    Niveau de connaissances.
    L'intéressé possède des connaissances d'un niveau plus élevé qu'en position II, une certaine pratique ou une technicité plus développée.
    Degré de responsabilité.
    L'intéressé peut être amené à prendre une part d'initiatives et de responsabilités dans le cadre d'instructions précises.
    Contenu du travail.
    L'intéressé accomplit des travaux courants mais variés et diversifiés.


    POSITION IV


    Niveau de connaissances.
    L'intéressé possède des connaissances de base élémentaires des divers aspects techniques de sa spécialité professionnelle.
    Degré de responsabilité.
    L'intéressé est amené à prendre une part d'initiatives et de responsabilités dans le cadre d'instructions permanentes dans un domaine d'activités bien délimité.
    Contenu du travail.
    L'intéressé accomplit des travaux plus complexes soit d'exécution, d'organisation ou de commandement, soit d'établissement d'études et de plans d'ouvrages courants.
    Représentation.
    L'intéressé peut être appelé à effectuer des démarches courantes.


    POSITION V


    Niveau de connaissances.
    L'intéressé possède des connaissances structurées des diverses techniques de sa spécialité professionnelle et de leurs applications.
    Degré de responsabilité.
    L'intéressé est amené à prendre des initiatives et des responsabilités à partir d'instructions permanentes pouvant nécessiter quelques adaptations.
    Contenu du travail.
    L'intéressé accomplit des travaux soit d'exécution, d'organisation, de contrôle, de vérification ou de commandement, soit d'élaboration de documents, d'études d'ouvrages plus conséquents.
    Représentation.
    L'intéressé peut représenter l'entreprise dans le cadre de missions définies.


    POSITION VI


    Niveau de connaissances.
    L'intéressé possède des connaissances approfondies des techniques de sa spécialité professionnelle ainsi que des connaissances fragmentaires des techniques connexes.
    Degré de responsabilité.
    L'intéressé agit à partir de directives accompagnées des précisions et des explications nécessaires.
    Contenu du travail.
    L'intéressé soit effectue, dirige ou organise un ensemble de travaux, soit assume un commandement plus large, soit participe à des projets ou études d'ensembles.
    Représentation.
    L'intéressé peut représenter l'entreprise dans le cadre de ces directives.

  • Article 3

    En vigueur non étendu

    Plages des coefficients hiérarchiques des positions


    Les plages des coefficients hiérarchiques des 6 positions sont les suivantes :


    Position I 300 à 345 inclus.
    Position II 350 à 435 inclus.
    Position III 440 à 540 inclus.
    Position IV 545 à 645 inclus.
    Position V 650 à 745 inclus.
    Position VI 750 à 860 inclus.


    A l'intérieur de chaque position ont été répartis les différents échelons des emplois ETAM. Un coefficient hiérarchique a été attaché à chacun de ces échelons, et il est bien précisé qu'aucun coefficient hiérarchique intermédiaire à ceux contenus dans les différentes filières ne doit être institué dans les entreprises.

  • Article 4

    En vigueur non étendu

    Niveaux d'entrée dans l'entreprise des ETAM titulaires d'un diplôme


    Les ETAM débutants, titulaires de l'un des diplômes de l'enseignement technologique suivants ou d'un diplôme équivalant à ceux cités ci-dessous, seront classés à leur entrée dans l'entreprise au minimum dans la position suivante à l'emploi correspondant à leur spécialité :
    ― certificat d'aptitude professionnelle, en position II ;
    ― brevet d'études professionnelles, en position III ;
    ― brevet professionnel ou brevet de technicien ou baccalauréat de technicien, en position IV ;
    ― brevet de technicien supérieur ou diplôme universitaire de technologie, en position V.
    Dans les 6 mois au plus tard de leur embauchage, ils seront confirmés dans leur échelon ou classés dans la hiérarchie à un échelon supérieur ou une position supérieure en fonction de leurs aptitudes professionnelles.
    Les diplômes visés au premier alinéa du présent article sont ceux qui sont définis par les dispositions législatives et réglementaires telles qu'elles sont en vigueur à la date de signature du présent avenant : elles seront seules prises en considération pour établir les équivalences.
    Les dispositions du présent article seront applicables aux ETAM dont les diplômes cités ci-dessus auront été acquis depuis 2 ans au maximum à la date de leur entrée dans l'entreprise.

  • Article 5

    En vigueur non étendu

    Cas des ETAM occupant simultanément plusieurs emplois


    L'ETAM dont les fonctions ressortissent de façon continue à diverses positions et à divers emplois et à des coefficients hiérarchiques différents est considéré comme appartenant à la position la plus élevée parmi celles-ci et à l'emploi au coefficient hiérarchique le plus élevé.
    L'ETAM qui exécute temporairement des tâches correspondant à une qualification inférieure à la sienne conserve sa qualification et sa rémunération.
    Dans un but de promotion, un ETAM, quels que soient sa position et son échelon, peut, à titre occasionnel, effectuer certaines tâches de la position supérieure ou de l'échelon supérieur ; sa promotion devra intervenir lorsqu'il aura effectué les tâches principales de cette position ou de cet échelon d'une façon habituelle, dans un délai qui ne peut être supérieur à 6 mois, décompté en une ou plusieurspériodes.

  • Article 6

    En vigueur non étendu

    Utilisation de langues étrangères


    L'ETAM dont les fonctions exigent la connaissance suffisante et l'utilisation courante, en plus de la langue française, d'une ou de plusieurs langues étrangères bénéficiera d'un supplément de rémunération égal à 10 % de ses appointements minimaux par langue étrangère utilisée ; ce supplément sera porté à 20 % si ses fonctions l'obligent en outre à rédiger dans la langue étrangère.

  • Article 7

    En vigueur non étendu

    Mise en application


    La présente classification nationale des ETAM entrera en application le 1er juillet 1976.
    Il est précisé qu'il n'existe aucune concordance entre les anciens et les nouveaux coefficients hiérarchiques : les ETAM devront être reclassés dans la nouvelle classification nationale des ETAM, selon les principes décrits ci-dessus et conformément aux dispositions de la présente classification. Ce reclassement ne devra entraîner aucune diminution des appointements effectifs des ETAM, ni porter atteinte aux avantages acquis par l'ETAM dans l'entreprise où il travaille, notamment les avantages en nature attachés à ses fonctions. Dans le cas d'un ETAM qui, au moment du reclassement, occupe provisoirement des fonctions moins importantes dans l'attente d'une nouvelle affectation correspondant à son emploi précédent, il sera tenu compte de ce dernier.
    A la date de mise en application, les ETAM qui étaient classés selon les dispositions des classifications nationales, régionales ou départementales dans les emplois figurant au tableau suivantentreront à cette date dans la catégorie des cadres (IAC). Il en sera de même pour tous les ETAM qui se sont vu attribuer par leur entreprise un coefficient hiérarchique supérieur à 320.
    Pour les ETAM qui étaient classés à un coefficient hiérarchique égal ou supérieur à 300 et jusqu'au coefficient 320 inclus (pour les emplois non visés dans le tableau ci-dessus), entreront dans la catégorie des cadres (IAC) ceux qui exercent des fonctions supérieures à celles définies dans les positions fixées à l'article 2 ci-dessus et dans les filières, telles qu'elles sont prévues à l'article 8 ci-dessous.
    A la date de mise en application de la classification nationale des ETAM, une notification écrite devra être faite à chaque ETAM de son nouveau classement.
    En cas de conflit collectif sur l'application ou l'interprétation des dispositions de la classification nationale des ETAM, la procédure prévue à l'article 4 de la présente convention collective nationale sera utilisée, les conflits individuels devant être réglés selon les procédures légales habituelles.
    Les dispositions du présent article s'appliquent non seulement aux ETAM qui seront reclassés dans leur catégorie, mais également aux ETAM qui entreront dans la catégorie des cadres (IAC).
    Les ETAM qui entreront dans la catégorie des IAC devront être classés au moins dans la position B, premier échelon, catégorie I, telle qu'elle est prévue par la convention collective nationale du30 avril 1951.

  • Article 8

    En vigueur non étendu

    Filières


    (Complété par avenant n° 13 du 6 février 1980) (1)


    Les différentes filières ci-jointes comportent des définitions d'emplois :
    ― soit pour l'ensemble des activités, c'est-à-dire des corps d'état du bâtiment ou spécialités des travaux publics : elles sont dans ce cas appelées « filières tronc commun » ;
    ― soit des filières particulières à certains corps d'état du bâtiment ou certaines spécialités des travaux publics : elles sont dans ce cas appelées « filières de spécialités ».
    Ces définitions d'emplois ont été établies de façon générale pour pouvoir être utilisées par l'ensemble des entreprises des différents corps d'état ou des différentes spécialités, les entreprises ne devant en aucun cas créer de nouvelles filières qui leur seraient particulières.
    Les ETAM qui effectuent de façon habituelle des travaux manuels sur chantier ou en atelier bénéficieront, à compter du 1er février 1980, de l'adjonction à leur coefficient hiérarchique d'un supplément de13 points, au titre de la revalorisation du travail manuel, ce qui n'aura pas pour effet de modifier leur classement ni la position dans laquelle a été placé leur emploi.
    Peuvent être concernés les ETAM occupant les emplois énumérés dans le tableau ci-dessous.


    (1) Les dispositions dudit avenant sont entrées en vigueur le 1er février 1980.
  • Article

    En vigueur non étendu


    Filière tronc commun


    GESTION ADMINISTRATIVE
    Filière : Accueil. ― Administration. ― Liaison. ― Secrétariat

    POSITIONCOEFFICIENT
    hiérarchique
    EMPLOI
    I300Personnel d'accueil.
      Planton.
     310Personnel d'accueil et de liaison.
      Huissier.
      Garçon de courses : effectue les liaisons en utilisant soit les transports en commun, soit un véhicule à2 roues ; occasionnellement, effectue de petites livraisons.
     325Aide aux tâches administratives.
      Archives, courrier, etc.
     325Reprographe 1er échelon.
      Effectue la reproduction de documents à l'aide d'appareils simples à manipuler.
     345Dactylo 1er échelon.
      Traduit à la machine des textes simples avec une présentation correcte, à la vitesse de 25 mots/minute.
    II370Employé administratif 1er échelon.
      Effectue divers travaux d'ordre administratif et certains calculs élémentaires.
     370Employé au courrier.
      Enregistre, classe, distribue le courrier « arrivée » ;prépare et expédie le courrier « départ ».
     370Sténodactylo 1er échelon.
      Prend normalement 100 mots/minute en sténo et traduit à la machine tout texte simple dicté, avec une présentation correcte, à la vitesse de 25 mots/minute.
     370Télexiste 1er échelon.
      Utilise les appareils de télétransmission et diffuse les informations aux intéressés.
     370Reprographe 2e échelon.
      Effectue la reproduction de documents plus complexes, sur tous appareils, dont il assure l'entretien sommaire, à l'exclusion des appareils d'imprimerie.
     380Dactylo 2e échelon.
      A la pratique courante nécessaire à la présentation satisfaisante de son travail ; tape à la machine à la vitesse de 40 mots/minute.
     400Téléphoniste-standardiste 1er échelon.
      Donne ou reçoit en permanence des communications téléphoniques ou radiotéléphoniques ; tient le fichier et, le cas échéant, la comptabilité des communications.
     400Employé au classement.
      En plus des fonctions de l'employé au courrier, indique les destinataires du courrier, classe et recherche les documents, éventuellement tape à la machine.
     400Hôtesse.
      Connaît suffisamment l'organisation de l'entreprise pour bien recevoir et accueillir les clients et visiteurs, les renseigner, les diriger vers les différents services, en donnant une bonne image de marque de l'entreprise.
     400Télexiste 2e échelon.
      Connaît parfaitement le fonctionnement des appareils en automatique ; 40 mots/minute.
     415Sténodactylo 2e échelon.
      Connaît la terminologie de la profession lui permettant de traduire à la machine les devis, mémoires, factures, etc., dans des conditions de rapidité et de présentation satisfaisantes.
      Vitesse sténo : 110 mots/minute.
      Vitesse dactylo : 40 mots/minute.
     425Opérateur offset de bureau 1er échelon.
      Effectue sur petite offset la reproduction de tous documents de petit format en une seule couleur ; peut exécuter des photogravures « trait » de petit format ; peut éventuellement faire la mise en page et la reliure.
    III450Dactylo 3e échelon.
      Utilise en la connaissant la terminologie de la profession et travaille rapidement en présentant de manière satisfaisante devis, mémoires, factures, etc., pouvant nécessiter l'utilisation d'une machine à calculer.
     450Employé administratif 2e échelon.
      Exécute certains travaux administratifs, par exemple :
    - dépouillement, enregistrement de documents ;
    - rédaction de correspondance simple ;
    - constitution et tenue de dossiers, tenue de livres et registres administratifs, facturation, notes de débit de matériel ;
    - contrôle de factures, codification.
      Peut être appelé à seconder un technicien.
     465Téléphoniste-standardiste 2e échelon.
      Responsable d'un standard téléphonique occupant plusieurs opérateurs, tient le fichier et la comptabilité des communications ; a une bonne pratique de l'entreprise.
     465Sténotypiste.
     Sténodactylo 3e échelon (correspondancière).
    En plus des fonctions du 2e échelon, effectue tous travaux en présentant de soi-même son travail de façon correcte ; répond couramment seule à des lettres simples.
     500Secrétaire sténodactylo 1er échelon.
      En plus des fonctions de la sténodactylo 3e échelon (correspondancière) assiste son supérieur ; rédige la correspondance simple ; est chargée du classement des documents.
     500Documentaliste-archiviste 1er échelon.
      A la qualification de l'employé au classement et sélectionne les documents demandés.
     500Opérateur offset de bureau 2e échelon.
      Effectue sur petite offset la reproduction de tous documents de petit format en plusieurs couleurs « repiquage » ; effectue des photogravures « trait » ou « tramé » de petit format ; peut éventuellement faire la mise en page et la reliure.
    IV550Employé administratif 3e échelon.
      S'acquitte de travaux administratifs comportant une part d'initiatives plus importante qu'au 2e échelon ; peut assurer, sous l'autorité de son supérieur hiérarchique, un service particulier : assurances, paies, appointements, etc.
     565Responsable du courrier.
      Organise le travail du service courrier, coordonne, distribue, supervise le travail du personnel sous ses ordres.
     575Responsable du service de reprographie.
      Organise le travail du service de reprographie, coordonne, distribue, supervise le travail du personnel sous ses ordres.
     600Secrétaire sténodactylo 2e échelon.
      Connaît les termes techniques lui permettant d'assurer sa fonction dans un service technique, administratif ou commercial ; distribue le travail aux dactylos et sténodactylos éventuellement sous ses ordres.
     600Documentaliste-archiviste 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, recherche et sélectionne les documents spécialisés, techniques, administratifs ou juridiques.
    V665Secrétaire sténodactylo 3e échelon.
      Soit assure le secrétariat d'un service ou celui d'une entreprise à structure simple, soit assume les fonctions de chef de groupe de secrétariat.
     665Agent administratif 1er échelon.
      Sous la direction d'un chef de service, d'un chef d'agence ou du chef d'entreprise, assume certaines fonctions administratives comportant des initiatives et des responsabilités et nécessitant des notions élémentaires sur la réglementation commerciale, fiscale ou sociale ; commande un ou plusieurs employés administratifs.
     730Secrétaire de direction 1er échelon.
      Possède une bonne instruction générale ; assiste directement le chef d'entreprise ou un cadre de direction en assurant son secrétariat ; connaît l'organisation de l'entreprise, ses relations extérieures ; organise éventuellement réunions et voyages.
    VI755Agent administratif 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, représente l'entreprise à l'extérieur pour régler au mieux des questions litigieuses ou contentieuses simples ; connaît l'ensemble de l'organisation de l'entreprise ; s'assure de la bonne réalisation du travail qui lui a été confié.
     820Secrétaire de direction 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, en raison d'une expérience plus complète, rédige la correspondance courante et participe avec efficacité et initiative à la rédaction de documents, comptes rendus de réunions, rapports, etc.
     830Agent administratif 3e échelon.
      En plus des fonctions du 2e échelon, en raison d'une expérience plus complète, étudie les textes administratifs et réglementaires, etc., effectue les analyses et établit les notes de synthèse permettant les prises de décisions.

    Filière tronc commun


    GESTION ADMINISTRATIVE
    Filière : Comptabilité

    POSITIONCOEFFICIENT
    hiérarchique
    EMPLOI
    II400Employé administratif de chantier 1er échelon.
      Seconde le comptable de chantier, le chef de chantier ou le conducteur des travaux dans les opérations de pointage ou de paie ; effectue les écritures nécessaires à l'embauchage et au départ du personnel.
     415Aide-comptable 1er échelon.
      Possède des connaissances élémentaires de comptabilité lui permettant de seconder un comptable dans l'établissement des écritures.
     425Mécanographe 1er échelon.
      Effectue sur machines électrocomptables les opérations courantes de comptabilité générale (clients, fournisseurs, banques, etc.).
    III450Employé administratif de chantier 2e échelon.
      Seconde le comptable de chantier, le chef de chantier ou le conducteur de travaux dans la tenue des écritures du chantier, dans les opérations de la paie et dans la tenue d'une caisse, et vérifie les heures de présence des ouvriers.
     465Aide-comptable 2e échelon.
      Accomplit sous la direction d'un comptable des opérations comptables simples (tenue de livres auxiliaires) ; tient des comptes particuliers (clients, fournisseurs), les surveille, assure l'ajustement de leurs balances de vérification et assure ou vérifie la codification.
     500Mécanographe 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, utilise les possibilités maximales de sa machine ; a des connaissances suffisantes de comptabilité pour traiter les diverses opérations comptables.
     530Agent administratif et comptable de chantier 1er échelon.
      Assure la tenue des écritures ; vérifie les heures de présence des ouvriers ; remplit les imprimés relatifs à la main-d'oeuvre ; assure la paie sur les chantiers à effectifs réduits ou sa distribution ainsi que les relations avec le personnel du chantier ; peut tenir les fiches magasin, une caisse, et avoir la responsabilité du magasin de chantier et de la vérification des factures ; tient les états nécessaires pour permettre les contrôles budgétaires.
    IV550Caissier de siège.
      Est responsable des valeurs en caisse (effets et espèces) et chargé de la tenue des journaux de caisse et de banque.
     575Comptable 1er échelon.
      Reproduit en comptabilité les opérations commerciales et financières courantes ; en comptabilité analytique ou comptabilité de chantier, traduit les opérations d'exploitation selon le plan comptable spécifique à l'entreprise.
     600Comptable-mécanographe.
      Possède une formation de comptable, effectue sur machines toutes opérations relatives à la comptabilité générale ou analytique, en appliquant le plan comptable de l'entreprise.
     620Agent administratif et comptable de chantier 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, fait les déclarations relatives à la main-d'oeuvre ; prépare et reproduit en comptabilité les opérations commerciales et financières courantes en comptabilité analytique, traduit les opérations d'exploitation des chantiers selon le plan comptable spécifique à l'entreprise.
    V700Comptable 2e échelon.
      A la qualification du 1er échelon avec la connaissance des textes législatifs et réglementaires indispensables à sa fonction ; reproduit en comptabilité toutes opérations commerciales et financières ; établit les états annexes du bilan, participe éventuellement à sa préparation, assure la vérification des documents mécanographiques établis pour la comptabilité générale ou analytique ; assure éventuellement le fonctionnement d'une section de la comptabilité générale d'une entreprise à structure simple, prépare ou établit les situations d'exploitation.
    VI755Agent administratif et comptable de chantier 3e échelon.
      En plus des fonctions du 2e échelon, tient les livres légaux et auxiliaires de chantiers importants ; rassemble et communique à son chef de service et au siège tous les éléments comptables nécessaires à l'établissement des prix de revient et à la comptabilité générale.
     830Comptable 3e échelon.
      A la qualification du comptable 2e échelon, assure le fonctionnement soit d'une section de la comptabilité générale d'une entreprise à structure complexe, soit de la comptabilité d'un établissement secondaire à comptabilité autonome, soit de la comptabilité complète d'une entreprise à structure simple à l'exclusion de la responsabilité du bilan et de la gestion financière ; en cas de comptabilité analytique, a une connaissance approfondie de la structure de l'entreprise.

    Filière tronc commun


    GESTION ADMINISTRATIVE
    Filière : Informatique (saisie informatique)

    POSITIONCOEFFICIENT
    hiérarchique
    EMPLOI
    I325Codifieur 1er échelon.
      Suivant le code de l'entreprise codifie les documents de base sans interprétation.
     325Extracteur 1er échelon.
      Effectue le classement des cartes perforées dans un fichier et l'extraction de ces cartes, d'après des documents, à une moyenne de 150 cartes/heure et maximum de 5 % d'erreurs.
     325Agent auxiliaire de saisie.
      Enregistre à l'aide de machines à clavier des informations avec des cadences inférieures à celles requises de l'agent de saisie ou de contrôle de saisie 1er échelon.
     345Agent de saisie ou de contrôle de saisie 1er échelon.
      Enregistre ou vérifie, à l'aide de machines à clavier à fonction simple, des informations sur supports cartes ou bandes perforées, avec cadence minimale de 7 000 caractères alphanumériques/heure et maximum 2 % d'erreurs. Si le travail est effectué sur une machine comprenant une mémoire tampon et ayant la double fonction saisie vérification, les cadences minimales seront majorées de 7,5 %. Si le travail est effectué sur une encodeuse magnétique à bandes ou à disques, les cadences minimales seront majorées de 10 %. Ces normes correspondent à un travail courant et habituel.
    II370Codifieur 2e échelon.
      Possède une bonne connaissance des clés lui permettant une codification à vue dans le plus grand nombre des cas et doit interpréter les documents de base qu'il codifie.
     370Extracteur 2e échelon.
      Effectue le même travail que l'extracteur 1er échelon mais à une moyenne de 300 cartes/heure et maximum de 5 % d'erreurs.
     370Agent de saisie ou de contrôle de saisie 2e échelon.
      Effectue le travail du 1er échelon mais avec cadence minimale de 10 000 caractères alphanumériques/heure et maximum de 2 % d'erreurs. Si le travail est effectué sur une machine comprenant une mémoire tampon et ayant la double fonction saisie vérification, les cadences minimales seront majorées de 7,5 %. Si le travail est effectué sur une encodeuse magnétique à bandes ou à disques, les cadences minimales seront majorées de 10 %. Ces normes correspondent à un travail courant et habituel.
    III450Agent de saisie ou de contrôle de saisie 3e échelon.
      Effectue le travail du 2e échelon, avec cadence minimale de 14 000 caractères alphanumériques/heure et maximum de 2 % d'erreurs. Si le travail est effectué sur une machine comprenant une mémoire tampon et ayant la double fonction saisie vérification, les cadences minimales seront majorées de 7,5 %. Si le travail est effectué sur une encodeuse magnétique à bandes ou à disques, les cadences minimales seront majorées de 10 %. Ces normes correspondent à un travail courant et habituel.
    IV575Moniteur d'atelier de saisie 1er échelon.
      Répartit le travail entre les employés de saisie et de vérification, les dirige dans leur travail dont il s'assure de la bonne exécution (qualité des documents de base, contrôle des pourcentages d'erreurs, respect du planning) ; assure la formation du personnel auxiliaire, peut participer d'une manière accessoire aux travaux de saisie et de vérification.
    V655Moniteur d'atelier de saisie 2e échelon.
      Assure la fonction du 1er échelon soit dans un atelier important (plus de 15 machines), soit dans un atelier dont le personnel effectue simultanément des travaux multiples.

    Filière tronc commun


    GESTION ADMINISTRATIVE
    Filière : Informatique (analyse, programmation)

    POSITIONCOEFFICIENT
    hiérarchique
    EMPLOI
    II425Programmeur auxiliaire.
      A des connaissances théoriques élémentaires sans pratique professionnelle ; assiste un programmeur d'un échelon supérieur pour la rédaction de petits programmes ou de groupes d'instructions.
    III500Programmeur 1er échelon.
      Rédige les instructions d'exécution relatives à des problèmes simples ou déjà analysés ; peut en contrôler l'exactitude par des essais et déceler les erreurs de détail.
    IV620Programmeur 2e échelon.
      Rédige ou coordonne la rédaction des instructions relatives à des problèmes d'ensemble, en contrôle l'exactitude ; peut déceler et corriger les erreurs de détail et d'organisation logique du programme ; constitue le dossier d'exploitation et rassemble la documentation nécessaire à la maintenance des programmes.
    V710Programmeur 3e échelon.
      A la qualification du 2e échelon et, en plus de ces fonctions, a acquis la maîtrise de son métier lui permettant notamment d'optimiser les programmes en temps machine et place mémoire.
     710Programmeur-analyste.
      En plus des fonctions du programmeur 2e échelon, définit l'organigramme général d'une chaîne de traitement et rédige le dossier d'analyse organique de chaque programme de cette chaîne.
    VI800Programmeur système.
      A la qualification du programmeur 3e échelon ; assure la mise à jour de la maintenance du système d'exploitation, organise, conçoit et écrit des programmes d'utilisation générale, recherche toutes les causes d'incidents d'exploitation, conseille les programmeurs dans la rédaction des dossiers d'exploitation et en contrôle la bonne application.
     820Chef programmeur.
      A la qualification du programmeur 3e échelon et du programmeur-analyste ; conseille, informe et forme les programmeurs, contrôle et coordonne leur travail. Peut assumer la fonction de programmeur système.
     830Analyste 1er échelon.
      Outre une connaissance approfondie de la programmation, possède un bon niveau d'instruction générale et des techniques d'analyse ; analyse de façon très détaillée les informations contenues dans le cahier des charges ; précise les entrées et les sorties ainsi que toutes opérations logiques ou arithmétiques, décrit et organise les fichiers ainsi que les organigrammes de découpage de la chaîne en unités de traitement ; établit les jeux d'essais de chaînes et assure l'enchaînement des différentes unités de traitement ; établit les dossiers techniques destinés aux programmeurs qu'il conseille et assiste dans la mise au point de la logique des programmes.

    Filière tronc commun


    GESTION ADMINISTRATIVE
    Filière : Informatique (branche Exploitation)

    POSITIONCOEFFICIENT
    hiérarchique
    EMPLOI
    I325Opérateur auxiliaire.
      Travaille sans formation théorique ni expérience pratique, sous surveillance directe, à la marche des unités périphériques et à leur approvisionnement.
    II370Massicotier.
      Déliasse et coupe les différents documents servant dans l'ordinateur ; assure l'approvisionnement et l'acheminement des imprimés et documents aux salles d'exploitation.
     400Opérateur 1er échelon.
      Sur matériel ordinateur, assure le fonctionnement d'une ou plusieurs unités périphériques (imprimantes, lecteurs-perforateurs de cartes, dérouleurs de bandes, unités de disques, etc.), le montage et le démontage des fichiers sur ces matériels ; travaille sous le contrôle d'un opérateur 2e échelon ou d'un pupitreur.
    III450Opérateur 2e échelon.
      Soit sur matériel classique, assure le fonctionnement des machines à cartes perforées de la marque dans laquelle il est spécialisé ; établit des tableaux de connexions simples. Soit sur matériel ordinateur, possède la pratique suffisante pour assurer le fonctionnement de toutes les unités périphériques sous le contrôle d'un pupitreur.
     480Bibliothécaire 1er échelon.
      Assure toutes les opérations de gestion des supports d'informations concernant les fichiers, les mouvements et les programmes de l'ensemble des applications traitées sur un ordinateur ; prépare, distribue, réceptionne et contrôle tous les supports nécessaires à la réalisation d'une ou plusieurs opérations d'exploitation.
     480Agent de planning 1er échelon.
      Sous le contrôle du responsable d'exploitation, tient à jour l'échéancier des travaux ; établit la comptabilité des temps d'exploitation, de pannes et d'entretien ; rassemble les documents de base, surveille l'arrivée des documents et leur archivage.
     500Bibliothécaire 2e échelon.
      Exerce les mêmes fonctions que le bibliothécaire 1er échelon, mais dans le cadre d'une exploitation travaillant sous operating-system ou similaire, en multi-programmation et/ou temps réel.
     530Pupitreur 1er échelon.
      Dirige et contrôle la marche d'un ordinateur petit ou moyen système à partir du pupitre ; connaît toutes les phases du travail d'opérateur ; assure les procédures de point de contrôle et de reprise.
    IV550Agent de planning 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, recherche les solutions de coordination des travaux dans le cadre d'une exploitation travaillant sous operating-system ou similaire, en multiprogrammation et/ou en temps réel.
     550Opérateur 3e échelon.
      Sur matériel classique, assure le fonctionnement des machines à cartes perforées de la marque dans laquelle il est spécialisé ; effectue pour toutes ces machines tous tableaux de connexions.
     575Pupitreur 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, possède une bonne pratique lui permettant d'interpréter et de réagir avec compétence à tous les messages de l'ordinateur.
     630Pupitreur 3e échelon.
      A la qualification du pupitreur 2e échelon, travaille sur ordinateur fonctionnant sous operating-system ou similaire, en multiprogrammation et/ou en temps réel.
    V655Chef de salle 1er échelon.
      Connaît bien la manipulation de l'ordinateur et du matériel périphérique ; assume la responsabilité de la bonne marche de l'atelier et du travail des opérateurs, pupitreurs, bibliothécaires et agents de planning ; contrôle l'exécution des instructions qu'il a données, la mise à jour des documents d'atelier, le planning d'exécution et la qualité des travaux de l'atelier.
    VI755Chef de salle 2e échelon.
      Assure les fonctions du chef de salle 1er échelon soit dans un atelier comprenant des systèmes à multi-processeurs, soit dans un atelier travaillant sous operating-system ou similaire, en multiprogrammation et/ou en temps réel ; peut avoir sous ses ordres un ou plusieurs chefs de salle 1er échelon.

    Filière tronc commun


    SERVICES TECHNIQUES
    Filière : Services (méthodes, études de prix, métrés,
    coordination, technico-commercial)

    POSITIONCOEFFICIENT
    hiérarchique
    EMPLOI
    II380Aide aux services techniques.
      Effectue divers travaux simples d'ordre technique ou administratif (classement, recherche de documents, tenue à jour de fiches ou de plannings, calculs élémentaires, aide aux métrés simples, etc.).
     400Chronométreur.
      Contrôle les temps d'exécution ou de fabrication, tient à jour les fiches correspondantes ; éventuellement suit les consommations de matériaux et matières.
     425Aide-métreur.
      Effectue les métrés simples et assiste un métreur dans son travail.
    III480Métreur sur attachements et bordereaux 1er échelon.
      Etablit les attachements écrits ou figurés et les métrés quantitatifs.
     530Chrono-analyseur.
      Connaît l'organisation du chantier ou de l'atelier et des équipes, les temps élémentaires ou budgets prévus ; chronomètre et analyse le temps de travail et peut proposer les dispositions nécessaires à l'amélioration des circuits ou des opérations ; tient les fiches de travail correspondant à sa mission.
    IV550Métreur sur attachements et bordereaux 2e échelon.
      Etablit les attachements écrits ou figurés et les métrés sur les bordereaux de prix, assiste à leur vérification.
     550Technicien des méthodes 1er échelon.
      Interprète les documents statistiques, codifie les tâches élémentaires, prépare les fiches de travail, élabore le listing des événements successifs en recherche opérationnelle, etc.
     550Technicien coordinateur 1er échelon.
      Assure la coordination interentreprises d'un chantier de petite ou moyenne importance en suivant les plannings et en rédigeant les correspondances nécessaires.
     550Technicien du service des prix 1er échelon.
      Prépare le planning ; élabore les prix de base élémentaires et les prix composés courants dont les éléments sont en bibliothèque.
     550Technicien commercial 1er échelon.
      Effectue les démarches courantes d'information et de documentation ; tient les statistiques commerciales.
    V655Métreur 1er échelon.
      Etablit les attachements écrits ou figurés, les mémoires ou devis de travaux courants à la série et en déboursés, assiste à leur vérification, en débat les règlements.
     655Technicien des méthodes 2e échelon.
      Présente les documents statistiques avec les commentaires éventuels ; prépare à l'intérieur d'une étude de prix les éléments nécessaires aux contrôles budgétaires ; interprète les fiches de travail reçues et fait des contrôles de rendement sur les chantiers ; participe à l'élaboration de la recherche opérationnelle.
     655Technicien coordinateur 2e échelon.
      Planifie les interventions des corps d'état sur le chantier, assure les rendez-vous de coordination, le suivi de l'avancement ; vérifie les situations de travaux.
     655Technicien du service des prix 2e échelon.
      Fait la mise à prix d'une affaire dont les éléments sont généralement connus pour des chantiers courants.
     655Technicien commercial 2e échelon.
      A une formation générale, technique, professionnelle et commerciale ; constitue les dossiers, reçoit la clientèle et effectue des démarches ou des formalités administratives.
    VI755Métreur 2e échelon.
      A une connaissance précise et une expérience de l'étude en déboursés et des prix de revient de l'entreprise en général ; établit les mémoires ou devis de toute nature de son corps d'état et de toute importance ; assiste à leur vérification, débat les règlements et peut seconder un métreur 3e échelon.
     755Technicien des méthodes 3e échelon.
      En plus des fonctions du 2e échelon, participe à l'étude de prix en donnant les éléments statistiques comparables, à l'élaboration des graphes en recherche opérationnelle et à la détermination des chemins critiques ; participe également à la préparation de l'organisation des chantiers ou ateliers en connaissant le matériel de l'entreprise ; intervient éventuellement sur le chantier ou à l'atelier pour effectuer les contrôles nécessaires correspondant à la mission qui lui a été confiée.
     755Technicien coordinateur 3e échelon.
      En plus des fonctions du 2e échelon, a une action directe verbalement ou par correspondance avec les architectes et les entreprises pour faire respecter le planning sur des chantiers à interventions multiples, contrôle les factures et établit le compte au prorata.
     755Technicien du service des prix 3e échelon.
      Fait la mise à prix des affaires importantes dont tous les éléments ne sont pas connus mais à constituer, en fonction des matériels ou installations à prévoir.
     755Technicien commercial 3e échelon.
      A une bonne connaissance du marché des produits à vendre et établit les contacts commerciaux nécessaires ; élabore les documents en programmes techniques, comptables ou commerciaux ; participe à la négociation et à la commercialisation des produits.
     830Technicien des méthodes 4e échelon.
      En plus des fonctions du 3e échelon, participe, dans les secteurs qui lui sont confiés mais pour des chantiers importants ou complexes, suivant les directives de l'ingénieur, aux études de prix, à l'organisation du chantier ou des ateliers, à la préparation des plannings ; réalise des analyses fonctionnelles.
     830Technicien du service des prix 4e échelon.
      Participe avec l'ingénieur à des études de prix pour des affaires complexes ; rédige les notes techniques nécessaires et prépare la présentation complète de l'offre avec ses annexes.
     830Technicien commercial 4e échelon.
      En plus des fonctions du 3e échelon, peut assurer l'organisation partielle d'un secteur vente ou assurer, le cas échéant, la commercialisation et le service après-vente ; passe les contrats préétablis.
     845Technicien coordinateur 4e échelon.
      En plus des fonctions du 3e échelon, participe au pilotage des différents corps d'état, suit et applique les différentes mises au point du projet de l'ouvrage ; connaît et applique les règlements administratifs.
     845Métreur 3e échelon.
      A la qualification du métreur 2e échelon et coordonne l'activité de plusieurs métreurs ou techniciens dechantier.

    Filière tronc commun


    SERVICES TECHNIQUES
    Filière : Matériel, achats magasin, services généraux,
    service importation-exportation

    POSITIONCOEFFICIENT
    hiérarchique
    EMPLOI
    II380Aide aux services techniques.
      Effectue divers travaux simples d'ordre technique ou administratif (classement, recherche de documents, tenue à jour de fiches ou de plannings, calculs élémentaires, aide aux métrés simples, etc.).
     425Magasinier 1er échelon.
    Employé du service importation-exportation 1er échelon.
      A une connaissance suffisante des matières, du petit matériel et de l'outillage dont il assure la réception, le rangement, la distribution, le maintien en bon état ; tient et suit les fiches de stock ; vérifie les bordereaux de livraison ou les quantités figurant sur les factures.
    III500Magasinier 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, tient la comptabilité « Matières » ; assure la surveillance de tout ou partie du stock dont il est responsable et son réapprovisionnement ; peut effectuer les relances et les réclamations concernant les livraisons (qualité, quantité, délais).
     530Employé aux services du matériel et des achats.
    Employé du service importation-exportation 2e échelon.
      Procède aux consultations des fournisseurs pour des produits de consommation courante ; passe les commandes et s'assure du respect des délais de livraison ; contrôle les factures en les confrontant avec les bons de commande et les bons de livraison vérifiés par l'entreprise et rédige les correspondances courantes.
     530Agent technique mécanique-électricité 1er échelon.
      Connaît le matériel d'entreprise de sa spécialité, en effectue les installations sur le chantier ; peut en effectuer seul les réparations, l'entretien et les dépannages courants.
    IV575Agent technique mécanique-électricité 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, en raison d'une pratique suffisante de son métier effectue essais, dépannages, réparations des matériels ou installations et en assure la maintenance.
     600Chef de transport 1er échelon.
      Organise tous les transports, y compris les transports exceptionnels du matériel utilisé par l'entreprise, les tournées des chauffeurs qu'il contrôle ainsi que le planning de roulement des camions ; prévoit et demande le renouvellement des matériels qui lui sont confiés et vérifie la tenue des différents documents réglementaires.
     600Chef magasinier 1er échelon.
      En plus des fonctions du magasinier 2e échelon, exerce un commandement permanent sur un ou plusieurs collaborateurs magasiniers ou aides ; est responsable de la gestion d'un ou plusieurs magasins en liaison avec le service achats ; établit les inventaires.
     600Chef de dépôt 1er échelon.
      Est responsable d'un dépôt de matériel et de matières, exerce un commandement permanent sur le personnel placé sous ses ordres ; assure la réception, le stockage, la répartition et l'expédition du matériel et des matières.
     600Chef mécanicien.
    Chef électricien.
    Chef d'atelier de réparations 1er échelon.
      Connaît la conduite des machines et engins, procède au montage, aux essais et au démontage du matériel ; effectue, en outre, des installations et des réparations courantes sur chantiers ; tient les fiches de matériel ; dirige éventuellement un atelier de réparations de petite ou moyenne importance.
     620Technicien du service achats 1er échelon.
    Agent technique du service importation-exportation 1er échelon.
      Procède aux consultations des fournisseurs pour les matières, outillages, petit matériel, fournitures diverses ; discute avec les fournisseurs ; prépare les commandes et en suit l'exécution, contrôle l'état des stocks, les consommations et les bons de commande des chantiers.
    V655Technicien du service matériel 1er échelon.
      Procède aux consultations des fournisseurs pour le petit matériel et les pièces détachées ; rédige les commandes et en suit l'exécution ; effectue, à la livraison, les vérifications nécessaires pour le matériel courant de chantier, participe à la gestion du matériel : consommation, entretien et réparations, planning d'utilisation ; réalise les schémas d'installation courante des chantiers.
     680Chef mécanicien et électricien.
      Assure simultanément les fonctions de chef mécanicien et de chef électricien.
     680Chef de dépôt 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, a une bonne connaissance technique et pratique du matériel et des engins lui permettant de diriger éventuellement un atelier de réparations.
     680Chef de transport 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, a une bonne connaissance technique et pratique du matériel pour diriger un parc important de matériel de roulage ; rassemble et prépare les éléments nécessaires à la comptabilité analytique et tous les documents indispensables à la maintenance du matériel.
     680Chef magasinier 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, a une bonne connaissance technique et une grande pratique lui permettant d'avoir la responsabilité soit d'un magasin important, soit de plusieurs magasins qui comportent un grand nombre d'articles différenciés et dont la rotation des stocks est rapide.
     730Chef d'atelier de réparations 2e échelon.
      A les mêmes fonctions que le 1er échelon mais dirige un atelier plus important de réparations.
    VI755Technicien du service achats 2e échelon.
    Agent technique du service importation-exportation 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, procède aux consultations des fournisseurs pour le matériel, les matériaux et les fournitures, analyse les offres, informe, le cas échéant, les services commerciaux sur le prix de ces consultations, rédige les commandes ; effectue éventuellement, suivant indications, des contrôles et des réceptions chez les fournisseurs ou sur les chantiers.
     800Technicien du service matériel 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, prépare les schémas d'installation de chantier, l'équipement du chantier en matériels, outillages et petit matériel ; établit le planning d'entretien préventif et contrôle son application ; suit les approvisionnements en pièces de rechange ; provoque les visites et essais réglementaires ; est chargé éventuellement du montage des installations ou des matériels sur le chantier.
     830Technicien du service achats 3e échelon.
    Agent technique du service importation-exportation 3e échelon.
      En plus des fonctions du 2e échelon, distribue, coordonne et contrôle le travail d'autres techniciens du service achats sous ses ordres et prépare le cahier des charges pour les commandes ; centralise les informations sur le niveau des stocks, procède à des consultations générales et prépare des programmes d'achats.
     845Technicien du service matériel 3e échelon.
      En plus des fonctions du 2e échelon, participe à l'étude d'installations et de matériel pour des chantiers importants et complexes ; peut être, éventuellement, affecté à un chantier important pour s'occuper du montage des installations et du matériel, de leur maintenance et du suivi de leur transfert, ou peut être chargé de la même fonction sur plusieurs chantiers de moindre importance.

    Filière tronc commun


    SERVICES TECHNIQUES
    Filière : Etudes et technique

    POSITIONCOEFFICIENT
    hiérarchique
    EMPLOI
    I325Aide-tireur de plans.
      Aide au tirage ; plie, coupe les plans et documents reproduits ; aide au classement.
    II400Tireur de plans.
      Tire les plans ; reproduit des documents et les classe ; assure l'entretien courant des machines.
     425Dessinateur.
      Calque ou met au net des dessins d'exécution ou documents.
    III480Dessinateur détaillant.
      A de bonnes notions pratiques de dessin et de géométrie ; réalise et reproduit détails, croquis et plans de fabrication de pièces simples ; peut établir des nomenclatures simples.
     540Dessinateur d'exécution.
      Etablit les plans courants d'exécution, les calepins ou documents équivalents et les détails des sous-ensembles, en utilisant au besoin des documents existants, ou en prenant les mesures sur place ; peut établir la nomenclature des matières nécessaires à l'exécution.
    IV630Dessinateur d'études 1er échelon.
    Dessinateur « petites études » de l'équipement électrique.
      En partant de schémas et des notes de calculs, établit les plans ou les études d'ouvrages courants de sa spécialité, tous calepins ou tous documents équivalents, en connaissant la technologie et en appliquant la réglementation de son métier ; établit la nomenclature des matières nécessaires à l'exécution.
    V680Dessinateur d'études 2e échelon.
    Dessinateur d'études de l'équipement électrique 1er échelon.
      A l'expérience des fonctions de dessinateur d'études 1er échelon ou de dessinateur « petites études » de l'équipement électrique ; établit en partant d'un plan d'ensemble et en respectant une note de calculs tous plans d'exécution ou d'études d'ouvrages complexes de sa spécialité, en liaison avec le chantier ou l'atelier ; prend l'initiative de proposer des solutions pratiques d'exécution.
     745Dessinateur spécialiste.
      A la qualification du dessinateur d'études 2e échelon ; établit en partant d'un plan d'ensemble et en respectant une note de calculs tous plans d'exécution ou études d'ouvrages de sa spécialité présentant des difficultés technologiques particulières, en liaison avec le chantier ou l'atelier ; prend l'initiative de proposer des solutions pratiques d'exécution ; donne des instructions aux dessinateurs qui l'assistent éventuellement.
     745Dessinateur projeteur 1er échelon.
    Dessinateur d'études de l'équipement électrique 2e échelon.
      En plus des fonctions du dessinateur d'études 2e échelon ou du dessinateur d'études de l'équipement électrique 1er échelon, étudie l'ensemble de projets courants suivant les prescriptions des cahiers des charges et des réglementations en vigueur ; propose des solutions rationnelles et peut justifier l'aspect technique de son projet, donne des instructions aux dessinateurs qui l'assistent éventuellement.
     745Calculateur 1er échelon.
      Calcule les éléments simples d'un ensemble dans le cadre défini par le dessinateur projeteur calculateur, le chef de groupe ou l'ingénieur, avec ou sans usage de l'ordinateur ; ne dessine pas effectivement, mais exécute tous croquis nécessaires à la réalisation des projets ; peut établir la nomenclature des matières nécessaires à l'exécution ; établit les documents et fiches techniques préparant le travail des dessinateurs.
    VI800Dessinateur projeteur 2e échelon.
      Assure les mêmes fonctions que celles du 1er échelon, mais pour l'étude de projets plus complexes sur le plan technique ou mettant en oeuvre plusieurs spécialités.
     800Calculateur 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, en raison d'une expérience approfondie des techniques de sa spécialité, calcule les éléments plus complexes d'un ensemble.
     845Dessinateur projeteur calculateur 1er échelon.
    Dessinateur projeteur de l'équipement électrique.
      En plus des fonctions du dessinateur projeteur 2e échelon ou du dessinateur d'études de l'équipement électrique 2e échelon, établit tous projets comportant des calculs courants ou en utilisant les méthodes ou programmes de calcul existants.

    Filière tronc commun


    SERVICES TECHNIQUES
    Filière : Conduite des travaux


    Filière commune aux groupes de corps d'état et de spécialités suivants : Aménagement. - Bois. - Canalisations acier. - Dragages de navigation intérieure. - Etanchéité. - Génie civil. - Gros oeuvre. - Hygiène publique. - Isolation, insonorisation. - Métal. - Sondages, forages et fondations spéciales. - Terrassements mécaniques. - Thermique industrielle. - Travaux souterrains. - Voies ferrées. - Voirie urbaine.

    POSITIONCOEFFICIENT
    hiérarchique
    EMPLOI
    II415Aide-technicien de chantier.
      Assiste le technicien ou le conducteur de travaux dans la surveillance, l'approvisionnement et le contrôle des chantiers.
    IV550Aide-conducteur de travaux 1er échelon.
      Seconde ou remplace éventuellement un conducteur de travaux ETAM dans certaines de ces attributions : préparation du travail, liaison avec le bureau d'études, approvisionnement, surveillance de l'exécution et de la tenue des délais, contrôle des prix de revient.
     550Technicien de chantier 1er échelon (commis 1er échelon).
      Sous contrôle de son supérieur hiérarchique, traduit les instructions des maîtres d'oeuvre ou des maîtres d'ouvrage, prépare l'exécution du travail sur le chantier ou en atelier, commandes de matériel et d'outillage, demandes d'études ou de main-d'oeuvre, approvisionnements ; suit l'exécution du chantier et le respect du planning ; fait les relevés, attachements courants et croquis nécessaires ; prépare la facturation ; sur de petits chantiers de technicité courante, peut assister aux rendez-vous de chantier ; participe aux réceptions.
     600Aide-conducteur de travaux 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, a une certaine pratique des chantiers ; établit éventuellement, à partir de l'étude, le planning d'exécution des chantiers ; peut remplacer temporairement le conducteur de travaux.
     645Technicien de chantier 2e échelon (commis 2e échelon).
      En plus des fonctions du 1er échelon, a l'expérience des chantiers et la connaissance de la réglementation de son métier ; assure efficacement les liaisons avec les services de l'entreprise, les maîtres d'oeuvre ou les maîtres d'ouvrage et les corps d'état ; établit les relevés, croquis, dessins et détails pour l'exécution à l'atelier ou le chantier, met à jour les plans ; peut intervenir sur plusieurs chantiers (soit chantiers de moyenne importance, soit parties de chantiers importants) ; tient les documents internes nécessaires ; peut établir les devis, métrés et factures courants et en discuter avec les maîtres d'oeuvre ou les maîtres d'ouvrage.
    V680Conducteur de travaux 1er échelon A.
      Conduit les travaux de technicité courante qui lui sont confiés ; assure la liaison entre son supérieur hiérarchique ou les services de l'entreprise et les chefs de chantier et coordonne leurs activités ; assure la gestion propre à sa fonction, la surveillance et l'approvisionnement des chantiers de petite et moyenne importance ; veille à l'entretien du matériel ; peut effectuer ou vérifier les implantations, relève les attachements et rassemble les éléments permettant la facturation ; peut établir les devis et les situations de travaux et suit les prix de revient ; assure éventuellement la liaison avec les maîtres d'oeuvre ou les maîtres d'ouvrage, les corps d'état ou spécialités.
    VI755Technicien de chantier 3e échelon (commis 3e échelon).
      En plus des fonctions du 2e échelon, a une expérience confirmée des chantiers et des relations extérieures ; assure la coordination et la direction de chantiers d'importance limitée ainsi que les relevés des travaux ; peut établir les devis et factures et les discuter avec les maîtres d'oeuvre ou les maîtres d'ouvrage.
     845Conducteur de travaux 1er échelon B.
      A une expérience confirmée des fonctions du 1er échelon A, conduit et coordonne des travaux de technicité élaborée et d'importance limitée dans sa spécialité ; peut participer à la mise au point du projet d'exécution ainsi qu'à la mise en service et aux essais des installations et équipements ; peut établir les devis et les situations de travaux, les discuter avec les maîtres d'oeuvre ou les maîtres d'ouvrage ; peut remplacer temporairement un conducteur de travaux cadre.

    Filière tronc commun


    SERVICES TECHNIQUES
    Filière : Encadrement de chantier


    Filière commune aux groupes de corps d'état et de spécialités suivants : Aménagement. - Bois. - Couverture. - Plomberie. - Etanchéité. - Génie civil. - Génie climatique. - Gros oeuvre. - Isolation, insonorisation. - Métal. - Thermique industrielle.

    POSITIONCOEFFICIENT
    hiérarchique
    EMPLOI
    IV585Assistant chef de chantier.
    Chef de corvée ou chef de file.
      Soit assiste le chef de chantier pour l'exercice du commandement et l'organisation du travail, soit exerce seul un commandement sur un chantier pour l'exécution de travaux courants de sa spécialité (travaux neufs ou d'entretien) sous le contrôle d'un chef de chantier ou d'un technicien de chantier 2e ou 3e échelon ou d'un conducteur de travaux, exécute les relevés, pointages, états et attachements nécessaires correspondant à ces travaux ; peut participer à l'exécution des travaux.
    V655Chef de chantier 1er échelon.
    Chef monteur ou levageur 1er échelon.
    Contremaître de chantier d'équipement technique 1er échelon.
      Assure dans sa spécialité l'organisation, le commandement d'un ou plusieurs chantiers de technicité courante de moyenne importance et l'exécution des travaux d'après les plans, en se conformant aux règles de l'art et en respectant les règlements en vigueur et le programme établi ; prévoit les besoins du chantier en main-d'oeuvre, matériaux, matériels et outillages dont il assure le meilleur emploi ; établit les documents liés à sa fonction ; le cas échéant, établit les liaisons avec le client et participe aux rendez-vous de chantier.
     745Chef de chantier 2e échelon.
    Chef monteur ou levageur 2e échelon.
    Contremaître de chantier d'équipement technique 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, assure l'organisation et le commandement de chantiers de technicité plus complexe mais d'ouvrages courants et leur exécution, soit pour l'ensemble du chantier, soit pour plusieurs chantiers ne nécessitant pas sa présence permanente mais pouvant être dirigés par un agent de maîtrise du 1er échelon ou de la position IV.
    VI800Chef de chantier 3e échelon.
    Chef monteur ou levageur 3e échelon.
    Conducteur de chantier de génie climatique 1er échelon.
    Conducteur de chantier de couverture, plomberie.
      En plus des fonctions du chef de chantier 2e échelon, du chef monteur ou levageur 2e échelon ou du contremaître de chantier d'équipement technique 2e échelon, assure dans plusieurs spécialités de son métier l'organisation, la conduite, le commandement de chantier de technicité complexe avec des chefs de chantier, des chefs monteurs ou levageurs ou des contremaîtres de chantier d'équipement technique sous ses ordres (soit l'ensemble d'un chantier important, soit plusieurs chantiers) et l'exécution des ouvrages qui lui sont confiés.
     860Chef de chantier 4e échelon.
    Conducteur de chantier de génie climatique 2e échelon.
      Exerce les fonctions du chef de chantier 3e échelon ou du conducteur de chantier de génie climatique 1er échelon sur chantier important de techniques différentes ou évolutives, dont il assure la conduite et règle lui-même les différentes difficultés d'exécution ; a plusieurs chefs de chantier, contremaîtres de chantier d'équipement technique ou conducteur de chantier de génie climatique 1er échelon sous ses ordres, sur un ou plusieurs chantiers.

    Filière tronc commun


    SERVICES TECHNIQUES
    Filière : Encadrement de chantier


    Filière commune aux groupes de corps d'état et de spécialités suivants : Canalisations acier. - Dragages de navigation intérieure. - Hygiène publique. - Sondages, forages et fondations spéciales. - Terrassements mécaniques. - Travaux souterrains. - Voies ferréesVoirie urbaine.

    POSITIONCOEFFICIENT
    hiérarchique
    EMPLOI
    IV585Contremaître de chantier.
      Exerce un commandement sur un chantier pour l'exécution des travaux courants de sa spécialité sous le contrôle d'un chef de chantier ou d'un technicien de chantier 2e ou 3e échelon ou d'un conducteur de travaux ; exécute les ouvrages à partir des plans qui lui sont remis, effectue les relevés, pointages nécessaires ; donne éventuellement aux ouvriers les explications et instructions nécessaires pour l'utilisation des engins et du petit matériel ; peut éventuellement conduire un engin de faible puissance utilisé pour ces travaux ; s'assure du bon emploi et de l'entretien courant des engins et du petit matériel utilisés sur son chantier ; assure l'implantation complète et permanente de la signalisation qui lui est confiée.
    V655Chef de chantier 1er échelon.
      Assure dans sa spécialité l'organisation et le commandement d'un chantier de technicité courante, réalise l'exécution des travaux d'après les plans et éventuellement leurs métrés en se conformant aux règles de l'art, en respectant les règlements en vigueur et le programme établi ; prévoit les besoins du chantier en main-d'oeuvre, matériaux, matériels et outillages dont il assure le meilleur emploi ; établit les documents liés à sa fonction ; peut assurer les implantations simples ; le cas échéant, peut établir les liaisons avec le client et participer aux rendez-vous de chantier ; assure l'implantation complète et permanente de la signalisation qui lui est confiée.
    V745Chef de chantier 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, a une bonne pratique de son métier pour assurer l'organisation et le commandement de chantiers de technicité plus complexe ou de technicité courante mais diversifiée de sa spécialité ; dirige et coordonne dans certains cas l'activité des chantiers élémentaires qui concourent à la réalisation de l'ouvrage principal.
    VI800Chef de chantier 3e échelon.
      En plus des fonctions du 2e échelon, a une expérience confirmée des chantiers pour assurer l'organisation, la gestion propre à sa fonction et le commandement de chantiers importants ou de technicité complexe ou de chantiers comportant la réalisation d'ouvrages de techniques différentes. Peut avoir sous ses ordres plusieurs chefs de chantier.

    Filière tronc commun


    SERVICES TECHNIQUES
    Filière : Atelier de fabrication (sauf industrie routière)

    POSITIONCOEFFICIENT
    hiérarchique
    EMPLOI
    II415Employé d'atelier.
      Sous l'autorité du contremaître, tient à jour les documents d'atelier, contrôle les plannings de fabrication, les temps et les fiches de fournitures ; peut assurer les réceptions et les expéditions des produits fabriqués.
    III530Contrôleur de fabrication.
      Contrôle les produits fabriqués ; vérifie les cotes, la conformité aux plans et la qualité du travail ; établit les rapports correspondants et fait procéder, le cas échéant, aux rectifications nécessaires.
    IV550Assistant contremaître d'atelier (sous-gâcheur).
      Assiste le contremaître pour l'exercice du commandement de l'atelier et de l'organisation du travail ; peut diriger lui-même un atelier de petite importance ou une section d'atelier, en surveillant et contrôlant la bonne exécution de travaux simples ayant fait l'objet d'une préparation précise et complète ; effectue les tracés, épures nécessaires.
    Peut établir les échantillons suivant maquettes.
     630Contremaître d'atelier 1er échelon (gâcheur 1er échelon).
      En plus des fonctions de l'assistant, assure l'organisation, le contrôle de la bonne exécution et de la qualité des fabrications, le commandement et la surveillance d'un atelier de petite importance ; établit le programme de travail de l'atelier et prévoit les besoins en matériaux et fournitures ; tient les fiches de travail ; a la responsabilité des stocks et des expéditions.
    Peut projeter les maquettes à l'échelle d'exécution.
    V700Contremaître d'atelier 2e échelon (gâcheur 2e échelon).
      En plus des fonctions du 1er échelon, assure l'organisation et la direction du travail dans un atelier de moyenne importance ; s'assure de la qualité du travail et du respect du planning ; établit les documents journaliers ; contrôle la gestion de son unité.
     700Chef d'atelier de l'équipement électrique 1er échelon.
      Assure l'organisation et la direction du travail dans un atelier de moyenne importance ; s'assure de la qualité du travail et du respect du planning ; établit les documents journaliers ; contrôle la gestion de son unité.
    VI780Contremaître d'atelier 3e échelon (gâcheur 3e échelon).
    Chef d'atelier de l'équipement électrique 2e échelon.
      En plus des fonctions du contremaître d'atelier 2e échelon (gâcheur 2e échelon) ou du chef d'atelier de l'équipement électrique 1er échelon, assure l'organisation, la coordination et la direction du travail dans un atelier important ou de fabrication spéciale de haute technicité.
     830Contremaître d'atelier 4e échelon (gâcheur 4e échelon).
      En plus des fonctions du contremaître d'atelier 3e échelon (gâcheur 3e échelon), assure la coordination des diverses opérations des ateliers de fabrication de sa spécialité mettant en oeuvre des techniques différentes et évolutives, en ayant plusieurs contremaîtres sous ses ordres ; respecte le planning des fabrications ; surveille la qualité des produits.

    Filière de spécialités


    Filière : LABORATOIRE
    (Gros oeuvre et travaux publics)

    POSITIONCOEFFICIENT
    hiérarchique
    EMPLOI
    I310Garçon de laboratoire.
      Assure les manutentions de laboratoire, le nettoyage du matériel et des locaux ; peut faire les courses.
    II380Aide-opérateur.
      Effectue divers travaux simples d'ordre technique ou administratif (mesures simples, calculs élémentaires, tenue de fiches, classement, recherche de documents).
    III465Opérateur de laboratoire.
      Exécute les essais et contrôles courants, en assure la préparation et met au net les résultats.
     530Technicien de laboratoire 1er échelon.
      Dans le cadre d'essais normalisés conduit une étude en laboratoire ou sur chantier ; utilise des appareils de précision tels que balances classiques au gramme ou au décigramme, presses, en fait les réglages et éventuellement les dépannages simples.
    Sous le contrôle d'un technicien de laboratoire d'échelon supérieur, peut effectuer certaines opérations de fabrication expérimentale ou semi-industrielle, en assure le contrôle et vérifie les consommations ; peut assurer les rapports avec les chantiers et les usines.
    IV620Technicien de laboratoire 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, utilise tous appareils de précision ; a une expérience suffisante de son métier ou une formation suffisante pour interpréter les résultats et choisir l'essai ou la suite normalisés convenant le mieux à la solution recherchée.
    V680Technicien de laboratoire 3e échelon.
      En plus des fonctions du 2e échelon, a la formation et les connaissances nécessaires dans sa spécialité, pour effectuer tous essais normalisés ou non, pour interpréter les instructions, pour participer à la préparation d'un programme d'études et pour en assurer l'exécution.
    VI755Chef de section de laboratoire 1er échelon.
      En plus des fonctions du technicien de laboratoire 3e échelon, met au point des essais de contrôle ou de recherche et rédige un rapport sur les travaux qui lui sont confiés ; peut diriger des opérateurs et des techniciens en laboratoire fixe ou mobile ou sur chantier ; assure les rapports avec les chantiers et les usines.
     830Chef de section de laboratoire 2e échelon.
      En plus des fonctions du chef de section de laboratoire 1er échelon, fait la synthèse des résultats des essais, est chargé de travaux plus complexes. Dans le cadre de missions très précises, peut assurer des rapports avec les laboratoires publics ou privés.

    Filière de spécialités


    Filière : TOPOGRAPHIE. ― TOPOMÉTRIE

    POSITIONCOEFFICIENT
    hiérarchique
    EMPLOI
    II435Opérateur géomètre.
      Assiste un opérateur ou un technicien de qualification supérieure sur le terrain et au bureau dans les opérations courantes de la profession.
    III465Démarcheur d'autorisation 1er échelon.
      Est chargé de la recherche des propriétaires particuliers ou des collectivités publiques en vue des occupations temporaires ou définitives des terrains ainsi que de la préparation des accords comprenant éventuellement les élagages et abattages d'arbres, les règlements des droits de passage et des indemnités.
     530Opérateur géomètre-topographe 1er échelon.
      Sous le contrôle et la responsabilité d'un opérateur ou d'un technicien de qualification supérieure, assure le piquetage d'un ouvrage ou d'une partie d'ouvrage, le contrôle de l'exécution et le relevé d'un ouvrage terminé à partir de bases préalablement tracées. Peut éventuellement remplir les fonctions du démarcheur d'autorisation 1er échelon.
    IV550Démarcheur d'autorisation 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, établit les croquis et relevés courants en utilisant au besoin des documents d'archives ; est chargé de la bonne régularisation des accords réglant les droits de passage et indemnités.
     565Opérateur géomètre-topographe 2e échelon.
      Assure avec les appareils courants de la profession les travaux habituels de son métier : levées et nivellements, implantation d'ouvrages, contrôle de l'exécution, métrés, etc. Peut éventuellement remplir les fonctions de chef de brigade ou du démarcheur d'autorisation 2e échelon.
    IV645Technicien géomètre-topographe 1er échelon.
      D'après les données élémentaires, seul ou avec l'assistance d'opérateurs, étudie et vérifie un tracé sur le terrain, relève en plan et en profil les points particuliers conformément aux arrêtés en vigueur, reporte ses carnets de levés ; poursuit éventuellement suivant un tracé appliqué sur le terrain les tractations avec les propriétaires intéressés dans les cas non litigieux et se procure les renseignements nécessaires sur l'emplacement des canalisations existantes ; assure avec précision les implantations d'ouvrages et le contrôle de leur exécution ; effectue les relevés de plans et les métrés en découlant.
    V730Technicien géomètre-topographe 2e échelon.
      A l'expérience de son métier ou une formation suffisante lui permettant d'effectuer, en plus des fonctions du 1er échelon, toutes opérations topographiques ; avec le concours d'opérateurs, contrôle l'exécution de tous ouvrages et le réglage d'éléments rapportés tels que charpentes, pylônes, câbles.
    VI845Chef de mission 1er échelon (monovalent).
      Technicien compétent assurant l'organisation et la réalisation parfaite des travaux importants d'une seule spécialité et qui nécessitent l'emploi de plusieurs brigades.
     845Géomètre-topographe projeteur.
      En plus des fonctions du technicien géomètre-topographe 2e échelon, en raison d'une expérience confirmée dans une spécialité, étudie et réalise seul ou avec l'aide d'opérateurs ou de techniciens un tracé répondant aux caractéristiques imposées en donnant une solution économique, rationnelle et pratique.

    Filière de spécialités


    Filière : ENCADREMENT DE CHANTIER
    CONDUITE DE TRAVAUX
    Filière spécifique à l'équipement électrique

    POSITIONCOEFFICIENT
    hiérarchique
    EMPLOI
    I. ― Encadrement de chantier
    V655Chef de chantier 1er échelon.
      Possède dans sa spécialité l'expérience lui permettant d'assurer, conformément au programme établi, l'organisation d'un petit chantier ou partie de chantier de technicité courante et la conduite du personnel qui lui est affecté ; prévoit et assure l'approvisionnement en matériaux, matériels et outillages et établit les documents liés à sa fonction.
     745Chef de chantier 2e échelon.
      Assure dans sa spécialité et pour des chantiers de technicité courante l'organisation, le commandement d'un chantier de moyenne importance ou de plusieurs petits chantiers dans un secteur géographique restreint et l'exécution des travaux en se conformant aux règles de l'art et en respectant les règlements en vigueur ; prend toutes dispositions pour assurer le bon déroulement du programme prévu ; participe aux essais et à la mise en service des travaux dont il a été chargé ; établit les documents liés à sa fonction et, le cas échéant, assure des liaisons avec le client et prend part aux rendez-vous de chantier.
    VI800Chef de chantier 3e échelon.
      Possède une expérience confirmée des fonctions du 2e échelon et peut diriger un chantier important ; relève les attachements et rassemble les éléments permettant la facturation ; assure éventuellement la liaison avec les maîtres d'oeuvre ou les maîtres d'ouvrage, les corps d'état ou spécialités.
     II. ― Conduite des travaux
    VI780Conducteur de travaux adjoint.
      Seconde le conducteur de travaux 1er échelon et peut conduire de petits chantiers.
     820Conducteur de travaux 1er échelon A.
      Prépare, coordonne et conduit les chantiers de technicité courante et de moyenne importance qui lui sont confiés ; assure la liaison entre son supérieur hiérarchique ou les services de l'entreprise et les chefs de chantier dont il coordonne l'activité ; peut établir des devis courants ; détermine les matériels de chantier à utiliser ainsi que les conditions de réalisation ; fournit des relevés, métrés, rassemble les éléments permettant la facturation ; assure la liaison avec les maîtres d'oeuvre ou les maîtres d'ouvrage.
     860Conducteur de travaux 1er échelon B.
      A une expérience confirmée du 1er échelon A ; assure dans sa spécialité la responsabilité d'exécution d'un chantier important soit par la technicité, soit par l'effectif, ou de plusieurs chantiers de moyenne importance, sous la responsabilité d'un cadre ; assume, à l'exclusion de relations commerciales même par délégation, les contacts courants avec les maîtres d'oeuvre ou les maîtres d'ouvrage, ou le client ; participe à l'établissement des projets ; peut remplacer exceptionnellement un conducteur de travaux d'un échelon supérieur.

    Filière de spécialités


    Filière : CONTRÔLE. ― ESSAI. ― MAINTENANCE
    Filière spécifique à l'équipement électrique

    POSITIONCOEFFICIENT
    hiérarchique
    EMPLOI
    III540Agent technique 1er échelon.
      Assure, en atelier ou sur chantier, sous la direction d'un agent d'un échelon supérieur, les montages, câblages, raccordements, réglages et les travaux tels que : étalonnage en statique, entretien, dépannage d'appareils ou équipements simples comportant, le cas échéant, des ensembles d'automatismes ou de mesures ; peut établir des fiches techniques de résultats.
    IV630Agent technique 2e échelon A.
      Possède les connaissances théoriques et pratiques lui permettant d'assurer dans sa spécialité (équipements électriques, électromécaniques ou électroniques, contrôle et régulation) et sous le contrôle de son chef hiérarchique :
    - les travaux de montage, de câblage et de raccordement ;
    - les essais et contrôle des matériels d'après spécification, règlements techniques ou cahier des charges ;
    - les essais et la mise en service des sous-ensembles ou d'ensembles de moyenne importance ;
    - l'élaboration des fiches de contrôle et les rapports techniques ;
    - éventuellement, la conduite d'un poste d'exploitation dans une unité de production de moyenne importance.
    Dans le cadre de la maintenance, assure l'entretien et le dépannage d'une installation de moyenne importance en service et les réglages nécessaires.
    V665Agent technique 2e échelon B.
      Agent expérimenté possédant les mêmes connaissances et effectuant les mêmes travaux que l'agent technique 2e échelon A sans le concours d'un agent permanent d'un échelon supérieur ; coordonne l'action des agents d'exécution ou des agents techniques placés éventuellement sous ses ordres.
     700Agent technique 3e échelon A.
      Possède des connaissances étendues dans sa spécialité lui permettant d'assurer seul les fonctions de l'agent technique 2e échelon ; peut, en outre, régler et étalonner de très larges gammes d'appareils industriels, détecter les anomalies de fonctionnement, que celles-ci soient imputables aux appareils mis en oeuvre ou qu'elles proviennent des erreurs de conception, les interpréter et y remédier dans les cas simples ; établit les documents liés à sa fonction et assure les liaisons avec les maîtres d'oeuvre et les corps d'état ou spécialités ; détermine la liste des outillages, appareils et instruments de mesure nécessaires à l'exécution de la mission qui lui est confiée.
    VI755Agent technique 3e échelon B.
      Possède une expérience confirmée des fonctions de l'agent technique 3e échelon A et peut diriger seul une équipe d'agents techniques dans une ou plusieurs installations de moyenne importance, notamment pour des travaux de préréglage, mise au point, mise en service, dépannage, entretien ; est amené à conseiller le personnel de montage.
     800Agent technique principal 1er échelon.
      Technicien hautement qualifié, ayant une large expérience professionnelle ; sous la responsabilité d'un agent technique principal 2e échelon ou d'un cadre, dirige une ou plusieurs équipes d'agents techniques, prépare et coordonne les travaux pour le préréglage, la mise en route, la mise au point, le dépannage et l'entretien d'installations complexes ; peut diriger des équipes de monteurs pour la mise en place des matériels ; peut proposer des modifications et participer aux études conduisant à une meilleure qualité des installations ; peut établir des spécifications et des devis courants, des relevés permettant la facturation ; peut régler les problèmes techniques et administratifs des affaires qui lui sont confiées et assure la liaison avec les maîtres d'oeuvre ou les maîtres d'ouvrage.
     860Agent technique principal 2e échelon.
      A une expérience confirmée des fonctions de l'agent technique principal 1er échelon ; sous la responsabilité d'un cadre, assure l'exécution de travaux importants soit par la technicité, soit par les effectifs ; peut assurer, par délégation, des relations commerciales courantes pour les affaires qui lui sont confiées ; peut être amené à établir des projets et à les discuter avec les maîtres d'oeuvre ou les maîtres d'ouvrage.

    Filière de spécialités


    Filière : TECHNIQUE ET CONDUITE DES TRAVAUX
    Filière spécifique à la couverture-plomberie et au génie climatique

    POSITIONCOEFFICIENT
    hiérarchique
    EMPLOI
    IV550Technicien d'équipement technique 1er échelon A.
      Assiste un technicien d'un échelon supérieur ou un technicien Etude et chantier dans le calcul des installations, l'étude ou la surveillance, l'approvisionnement et la conduite des chantiers.
     575Technicien d'études d'équipement technique 1er échelon B.
      Etablit tout projet ou étude d'exécution pour des installations simples de sa spécialité : calculs, tracés, listes d'approvisionnement permettant le calcul du prix de revient prévisionnel, ou participe sous la conduite d'un responsable technique à l'étude ou à l'exécution d'installations plus complexes.
     575Technicien de chantier d'équipement technique 1er échelon B (commis 1er échelon).
    Conduit l'exécution de travaux simples de sa spécialité :
    - traduit les instructions du donneur d'ouvrages ;
    - prépare l'exécution du travail sur chantiers : demande de main-d'oeuvre, de matériel et d'outillage ;
    - donne les instructions aux ouvriers sur place et suit la bonne exécution du chantier ;
    - fait les relevés : attachements et croquis nécessaires ; prépare la facturation ;
    - peut assister aux rendez-vous de chantier et à la réception des travaux.
    V655Technicien d'études d'équipement technique 2e échelon.
      Calcule et établit tout projet ou étude d'exécution d'installations complètes de moyenne importance et de technicité courante dans sa spécialité dans le respect des normes et règlements de la profession, ou participe à l'élaboration d'un projet ou étude complexe ; peut chiffrer les projets et suivre les prix de revient.
     680Technicien d'études et chantier d'équipement technique 2e échelon (commis 2e échelon).
      En plus des connaissances du technicien d'études 2e échelon, conduit l'exécution des travaux courants et de moyenne importance : qualité des prestations, respect des délais, des prix et des règlements en vigueur ; peut établir les devis, situations et facturations et tenir les documents administratifs nécessaires : assure la liaison avec les maîtres d'ouvrage et les autres corps d'état intervenant sur chantiers.
     745Technicien d'études d'équipement technique 3e échelon.
      A une pratique confirmée de la technique dans sa spécialité en plus des fonctions du technicien d'études 2e échelon, étudie tout projet ou exécution de technicité courante avec l'aide occasionnelle d'un ou plusieurs techniciens d'échelons inférieurs ; chiffre son étude.
    VI755Technicien d'études et chantier d'équipement technique 3e échelon (commis 3e échelon).
    En plus des connaissances du technicien d'études 3e échelon, a une pratique confirmée de la conduite des chantiers et des relations extérieures :
    - étudie tout projet ou exécution d'installations de toute importance et de technicité courante dans sa spécialité ;
    - assure la coordination et la conduite des chantiers importants ainsi que les relevés des travaux.
     820Technicien d'études et chantier d'équipement technique 4e échelon.
      A une expérience confirmée des fonctions du technicien Etude et chantier 3e échelon, conduit et coordonne des travaux de technicité élaborée et d'importance limitée dans sa spécialité ; peut participer à la mise au point du projet d'exécution ainsi qu'à la mise en service et aux essais des installations et équipements ; peut établir les devis et les situations de travaux, les discuter avec les maîtres d'oeuvre ou les maîtres d'ouvrage ; peut remplacer temporairement un conducteur de travaux cadre.
     820Technicien d'études d'équipement technique 4e échelon.
      A une expérience confirmée des techniques dans sa spécialité, exécute, assisté éventuellement d'un ou plusieurs techniciens ou techniciens d'études, tout projet ou étude d'exécution d'installation de technicité élaborée et d'importance limitée.

    Filière de spécialités


    Filière : MISE EN ROUTE. ― RÉGLAGE ET MAINTENANCE
    Filière spécifique au génie climatique, la plomberie
    et la thermique industrielle

    POSITIONCOEFFICIENT
    hiérarchique
    EMPLOI
    II435Assistant technique.
      Participe dans sa spécialité au réglage, au contrôle, à l'entretien et au dépannage, après détection des pannes, d'équipements simples.
    III530Agent technique 1er échelon.
      Assure dans sa spécialité le réglage, le contrôle, l'entretien et le dépannage, après détection des pannes, d'équipements simples ; peut assurer la liaison avec le client et remplir les documents d'exécution liés à la fonction.
    IV575Agent technique 2e échelon.
      Assure, seul ou avec une aide réduite de personnel sous ses ordres, les mises au point, le contrôle, l'entretien et le dépannage complet des installations de moyenne importance ; assure la liaison avec le client ; remplit les documents d'exécution liés à sa fonction.
    V665Agent technique 3e échelon.
      En plus des fonctions du 2e échelon, assure la maintenance d'installations de toute importance dans sa spécialité ; peut être chargé d'effectuer le contrôle, le réglage, la mise en conformité et les travaux d'amélioration de ces installations ; doit pouvoir effectuer des relevés d'installations existantes.
     730Agent technique 4e échelon A.
      En plus des fonctions du 3e échelon, assure le réglage, la mise en route et éventuellement la maintenance d'installations complexes d'importance limitée ; effectue le contrôle, la mise en conformité et les travaux d'amélioration de ces installations ; participe à la rédaction des consignes d'entretien et d'exploitation.
    VI820Agent technique 4e échelon B.
      En plus des fonctions de l'agent technique 4e échelon A, assure dans plusieurs spécialités de son métier l'organisation, la conduite, le commandement de postes de technicité complexe ; rédige les consignes d'entretien et d'exploitation.

    Filière de spécialités


    Filière : ENCADREMENT DE CHANTIER
    CONDUITE DES TRAVAUX
    Filière spécifique à l'industrie routière

    POSITIONCOEFFICIENT
    hiérarchique
    EMPLOI
      I. - Encadrement de chantier
    IV585Contremaître de chantier routier.
      Assure la bonne exécution des travaux courants de sa spécialité faisant partie d'un chantier ; exerce le commandement sur les ouvriers occupés à ces travaux ; assure les relations courantes et peut travailler avec ses ouvriers ; assure leur pointage ; fait le rapport du travail effectué ; conduit, le cas échéant, un engin utilisé pour ces travaux soit par nécessité de remplacement, soit pour enseigner les tours de main ; contrôle le bon emploi et s'assure du bon entretien courant des engins utilisés ; veille à la bonne conservation du petit matériel et des instruments de signalisation qui lui sont confiés ; doit assurer l'implantation complète et permanente de la signalisation du chantier.
    V655Chef de chantier routier 1er échelon.
      En plus des fonctions du contremaître de chantier routier, organise et dirige soit un chantier isolé de techniques simples, éventuellement de spécialités variées, soit des travaux comparables faisant partie d'un chantier important, peut commander un ou plusieurs contremaîtres de chantier routier ; prévoit et contrôle les approvisionnements ; peut effectuer les implantations topographiques simples des ouvrages ; peut faire le métré des travaux exécutés et prendre les attachements correspondants avec le client.
     745Chef de chantier routier 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, en raison de son expérience, organise et dirige un chantier important ou de techniques plus complexes et de spécialités variées ; peut diriger et coordonner dans certains cas l'activité des chantiers élémentaires qui concourent à la réalisation de l'ouvrage principal ; peut commander plusieurs contremaîtres de chantier routier, répartit le matériel entre eux ; assure les approvisionnements ; peut être appelé à représenter l'entreprise aux réunions de chantier ; connaît les rendements habituels des différents types de travaux et donne des renseignements en vue d'une étude de prix.
    VI800Chef de chantier routier 3e échelon.
      En plus des fonctions du 2e échelon en raison de son expérience confirmée des chantiers, assure l'organisation, la gestion propre à sa fonction et le commandement de chantiers importants ou de technicité complexe ou de chantiers comportant la réalisation d'ouvrages de techniques différentes ; peut avoir sous ses ordres plusieurs chefs de chantier.
     II. - Conduite des travaux
    IV550Aide-conducteur de travaux routiers 1er échelon.
      Seconde un conducteur de travaux routiers ETAM dans certaines de ses attributions : préparation du travail, liaison avec le bureau d'études, approvisionnement, surveillance de l'exécution et de la tenue des délais, contrôle des prix de revient.
     600Aide-conducteur de travaux routiers 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, a une certaine pratique des chantiers ; établit éventuellement, à partir de l'étude, le planning d'exécution des chantiers ; peut remplacer temporairement le conducteur de travaux.
    V665Conducteur de travaux routiers 1er échelon A.
      Soit seconde un conducteur de travaux routiers d'un échelon supérieur, soit, sous le contrôle d'un conducteur de travaux routiers d'un échelon supérieur, conduit et coordonne les travaux qui lui sont confiés en assurant la gestion propre à sa fonction : affectation du personnel, répartition du matériel, approvisionnement, implantation, relevés d'attachements, rapports, suivi du prix de revient ; s'assure de l'implantation complète et permanente de la signalisation des chantiers.
    VI780Conducteur de travaux routiers 1er échelon B.
      En plus des fonctions du 1er échelon A, assure la liaison entre l'entreprise et les chefs de chantier dont il conduit et coordonne l'action sur un même chantier important ou sur des chantiers différents ou de techniques différentes, établit et suit les prix de revient ; participe à des études ; peut assurer certains contacts avec les clients.
     845Conducteur de travaux routiers 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon B, sous le contrôle d'un cadre, assure les contacts avec la clientèle, peut être chargé de faire une étude de prix ou une remise de prix ; peut remplacer occasionnellement un conducteur de travaux routiers cadre, assume la responsabilité pendant ce temps.

    Filière de spécialités


    Filière : PERSONNEL DES USINES D'ÉMULSION
    Filière spécifique à l'industrie routière

    POSITIONCOEFFICIENT
    hiérarchique
    EMPLOI
    IV575Contremaître d'usine d'émulsion.
      Généralement sous les ordres d'un agent de maîtrise ou d'un cadre, est chargé d'exécuter seul ou avec l'aide d'un opérateur placé sous ses ordres l'ensemble des opérations de fabrication ; exécute ou fait exécuter les contrôles simples de laboratoire ; provoque et surveille l'approvisionnement des matières premières ; assure l'entretien courant des matériels de l'usine ; effectue éventuellement le pointage du personnel dont il a la charge.
    V655Chef d'usine d'émulsion 1er échelon.
      Dans le cadre de l'unité de production dont il est chargé, en plus des fonctions de contremaître d'usine d'émulsion, est en liaison directe avec les laboratoires de mise au point et de contrôle de l'entreprise ; assure l'approvisionnement des matières premières, effectue le contrôle des fabrications, reçoit les commandes de la clientèle, rédige les bulletins de livraison ; peut être chargé de certains rapports avec la clientèle.
     710Chef d'usine d'émulsion 2e échelon.
      Est chargé des mêmes fonctions que le 1er échelon dans une usine plus importante de fabrications diversifiées, assure le suivi de certains éléments des prix de revient de fabrication.

    Filière de spécialités
    Filière : PERSONNEL DES POSTES D'ENROBAGE FIXES, PERSONNEL DES POSTES D'ENROBAGE MOBILES, PERSONNEL DES CENTRALES DE GRAVES TRAITÉES


    Filière spécifique à l'industrie routière

    POSITIONCOEFFICIENT
    hiérarchique
    EMPLOI
    I. - Personnel des postes d'enrobage fixes
    III540Opérateur manipulateur de poste d'enrobage fixe 1er échelon.
      Assure le fonctionnement d'un poste d'enrobage depuis une cabine de commande ; connaît les réglages à faire pour obtenir les formules établies par le laboratoire ; connaît la fonction de tous les indicateurs de contrôle intégrés et tient compte de leurs indications ; a reçu des notions simples de laboratoire pour bien connaître les critères d'une bonne fabrication.
    IV585Opérateur manipulateur de poste d'enrobage fixe 2e échelon.
      De formation électricien, voire électromécanicien, en plus des fonctions de l'opérateur manipulateur de poste d'enrobage fixe 1er échelon, assure les dépannages électriques élémentaires.
    V655Chef de poste d'enrobage fixe 1er échelon.
      Dirige l'équipe d'un poste d'enrobage fixe de faible puissance et de réglage simple ; provoque et surveille le ravitaillement en matériaux, liants, fillers et matières consommables et gère ses stocks ; effectue conjointement avec le responsable du laboratoire les réglages et contrôle la bonne qualité de la fabrication, reçoit les commandes de la clientèle et celle des utilisateurs ; établit le planning des livraisons et en assure la bonne exécution ; rédige les bons de livraison ; rédige les rapports journaliers d'exploitation et effectue le pointage du personnel dont il a la charge ; est responsable du bon entretien courant du matériel et du parc d'enrobage ; peut être chargé de certains rapports avec la clientèle.
     710Chef de poste d'enrobage fixe 2e échelon.
      A les mêmes attributions que le chef de poste d'enrobage fixe 1er échelon, mais pour un poste de capacité de production plus importante et de réglage plus complexe, intégré dans une structure industrielleexistante.
    VI800Chef de poste d'enrobage fixe 3e échelon.
      A les mêmes attributions que le chef de poste d'enrobage fixe 2e échelon, mais dans le cadre d'une unité de production indépendante de toute structure industrielle existante ; suit les prix de revient du poste ; peut participer à la prospection commerciale propre à son unité de production.
     II. - Personnel des postes d'enrobage mobiles
    III540Opérateur manipulateur de poste d'enrobage mobile 1er échelon.
      Assure le fonctionnement d'un poste d'enrobage depuis une cabine de commande ; connaît les réglages à faire pour obtenir les formules établies par le laboratoire ; connaît la fonction de tous les indicateurs de contrôle intégré et tient compte de leurs indications ; a reçu des notions simples de laboratoire pour bien connaître les critères d'une bonne fabrication.
    IV585Opérateur manipulateur de poste d'enrobage mobile 2e échelon.
      De formation électricien, voire électromécanicien, en plus des fonctions de l'opérateur manipulateur de poste d'enrobage mobile 1er échelon, assure les dépannages électriques élémentaires.
    V655Chef de poste d'enrobage mobile 1er échelon.
      Dirige l'équipe d'un poste d'enrobage mobile de faible puissance et de réglage simple ; provoque et surveille le ravitaillement en matériaux, liants, fillers et matières consommables et gère les stocks ; effectue conjointement avec le responsable du laboratoire les réglages et contrôles de la bonne qualité de la fabrication ; assure la cadence des livraisons conformément au planning qui lui a été donné ; rédige les rapports journaliers d'exploitation et effectue le point du personnel dont il a la charge ; est responsable du bon entretien courant du matériel.
     710Chef de poste d'enrobage mobile 2e échelon.
      A les mêmes attributions que le chef de poste d'enrobage mobile 1er échelon, mais pour un poste de capacité de production plus importante et de réglage complexe.
    VI800Chef de poste d'enrobage mobile 3e échelon.
      A les mêmes attributions que le chef de poste d'enrobage mobile 2e échelon, mais pour un poste de capacité de production très importante et de réglage très complexe nécessitant une connaissance approfondie du matériel ; exerce ses fonctions sous les ordres d'un cadre.
     III. - Personnel des centrales de graves traitées
    V655Chef de poste de centrale de graves traitées 1er échelon.
      Dirige l'équipe d'une centrale de graves traitées de puissance moyenne et de contrôle simple ; a les mêmes attributions que le chef de poste d'enrobage mobile 1er échelon.
     710Chef de poste de centrale de graves traitées 2e échelon.
      A les mêmes attributions que le chef de centrale de graves traitées 1er échelon, mais pour une centrale de forte puissance et de contrôle complexe.

    Filière de spécialités


    Filière : TAILLE DES PIERRES

    POSITIONCOEFFICIENT
    hiérarchique
    EMPLOI
    III480Aide-appareilleur.
      A la pratique de la taille de pierre ; relève les gabarits et panneaux ; fait les tracés de pierre et d'exécution les plus courants ; assiste l'appareilleur dans des travaux simples.
    IV565Appareilleur 1er échelon.
      A la pratique du métier de tailleur de pierre ; établit des calepins d'exécution simple ; trace les épures ; relève les gabarits et panneaux ; fait les tracés de débit de pierre et d'exécution ; exécute ou dirige l'exécution des travaux simples nécessitant des connaissances élémentaires d'architecture et de stéréotomie.
    V655Appareilleur 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, prévoit ses approvisionnements et dirige des travaux courants sur un ou plusieurs chantiers ; a une bonne pratique du métier de la taille de pierre ; connaît les pierres couramment employées dans la région où il travaille ; détermine l'appareillage courant et établit les calepins à partir de bonnes connaissances d'architecture et de stéréotomie.
     745Appareilleur 3e échelon.
      En plus des fonctions du 2e échelon, a une expérience complète des matériaux, de leur utilisation et des techniques de taille anciennes et nouvelles.
    VI830Appareilleur 4e échelon.
      En plus des fonctions du 3e échelon, a une bonne expérience des matériaux, de leur utilisation et de leur comportement aux conditions climatiques ; établit ou interprète tous calepins d'appareillage à partir de connaissances étendues d'architecture et de stéréotomie ; assure l'organisation et le commandement d'un chantier important ou de plusieurs chantiers, en étant éventuellement secondé par un ou plusieurs appareilleurs des échelons précédents.

    Filière de spécialités


    Filière : CONTRÔLEURS DES CAISSES DE CONGÉS PAYÉS

    POSITIONCOEFFICIENT
    hiérarchique
    EMPLOI
    VI755Contrôleur 1er échelon.
      Dans le domaine des obligations des entreprises à l'égard des caisses de congés payés, possède une bonne formation générale de base, des connaissances suffisantes de comptabilité et des lois sociales et une expérience des entreprises et de la profession. Dans le cadre de sa mission, est chargé des liaisons entre la caisse de congés payés et les entreprises, peut donner à celles-ci tous renseignements généraux ; peut recueillir les adhésions et procéder aux enquêtes qui lui sont confiées par la direction ; effectue dans les entreprises l'inspection et le contrôle, tant comptable qu'administratif, des documents de toute nature justificatifs des déclarations fournies à la caisse de congés payés.
    Peut être appelé temporairement à certains travaux intérieurs d'ordre administratif ou comptable.
     830Contrôleur 2e échelon.
      A la qualification du contrôleur 1er échelon et possède une bonne connaissance des entreprises lui permettant d'effectuer des missions délicates. Est assermenté et a qualité pour dresser des procès-verbaux.

    Filière de spécialités
    Filière : PERSONNELS SPÉCIFIQUES AUX SERVICES INTER-ENTREPRISES DE MÉDECINE DU TRAVAIL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS
    POSITIONCOEFFICIENT
    hiérarchique
    EMPLOI
    I310Garçon de laboratoire.
      Assure l'entretien des salles et du matériel de laboratoire.
    II400Conducteur de centre médical mobile 1er échelon.
      A une bonne pratique du pilotage des véhicules poids lourds qui, permettant d'assurer en toute sécurité la conduite du centre médical mobile auquel il est affecté, en assure l'entretien courant ; prend contact avec les responsables des chantiers pour l'implantation du centre médical mobile et l'organisation des visites ; effectue les branchements électriques du centre médical mobile.
    III465Conducteur du centre médical mobile 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, peut effectuer les dépannages courants du centre médical mobile qu'il conduit et assiste le médecin du travail pour le secrétariat administratif de la consultation (classement de documents, ouverture de dossiers, identification des individus).
     465Conducteur-opérateur de centre mobile radiophotographique 1er échelon.
      Assume les mêmes fonctions que le conducteur de centre médical mobile 2e échelon mais, au lieu d'assister le médecin du travail, assure le fonctionnement d'un appareillage mobile de radiophotographie, notamment la prise de clichés.
     500Secrétaire ou auxiliaire médicale 1er échelon.
      Collabore avec le médecin du travail, pour qui elle prépare ou réunit les éléments de travail ; rédige la correspondance médicale simple d'après des directives générales ; remplit éventuellement les dossiers médicaux ; est chargée du classement des documents.
    III500Secrétaire sociale 1er échelon.
      Sous la direction du médecin du travail ou de l'assistante sociale, prépare les éléments de l'étude des suites sociales éventuelles consécutives à une consultation ainsi que le dossier social et rédige la correspondance simple avec les services sociaux.
     500Employé au service des itinéraires 1er échelon.
      Prend contact avec les responsables des entreprises ou des chantiers suivis par le médecin du travail auquel il est affecté, pour l'organisation pratique des examens médicaux du personnel ; prépare l'itinéraire de ce médecin sur le centre médical mobile ; est chargé du classement des documents et, le cas échéant, de certains travaux de secrétariat.
     530Conducteur de centre médical mobile 3e échelon.
      En plus des fonctions du 2e échelon, assiste le médecin du travail pour le déroulement des examens médicaux (par exemple : pesée, mesures, analyses d'urines, préparation des interrogatoires).
     530Conducteur-opérateur de centre mobile radiophotographique 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, assure le développement des films radiophotographiques.
    IV550Laborantin 1er échelon.
      Pratique, sous contrôle, les analyses courantes d'un laboratoire médical.
     600Conducteur de centre médical mobile 4e échelon.
      En plus des fonctions du 3e échelon, participe à la formation des sauveteurs-secouristes du travail ou assiste le médecin du travail dans la prise de mesures d'ambiances, à l'aide d'appareils simples.
     600Secrétaire ou auxiliaire médicale 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, connaît les termes médicaux et techniques lui permettant d'assister le médecin du travail pour le déroulement des examens médicaux (par exemple : pesée, mesures, analyses d'urines, préparation des interrogatoires) ; distribue le travail aux dactylos et sténodactylos éventuellement sous ses ordres.
     600Secrétaire sociale 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, assure, suivant les instructions reçues, des démarches courantes auprès des salariés, des entreprises et des administrations.
     600Employé au service des itinéraires 2e échelon.
      Soit remplit les mêmes fonctions que le 1er échelon, mais en permanence pour le compte de plusieurs médecins du travail auxquels il est affecté, soit assure les démarches courantes auprès des entreprises pour préparer les programmes de visites.
     645Infirmière diplômée d'Etat 1er échelon.
      Collabore avec le médecin du travail dans le déroulement des examens médicaux ; peut donner les premiers soins aux personnes blessées ou tombées malades soit sur le lieu de travail, soit dans le service de médecine du travail interentreprises.
     645Laborantin 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, pratique, sous contrôle, des examens biologiques plus spécialisés, notamment coprologie, sérologie et hématologie.
    V665Assistante sociale diplômée d'Etat 1er échelon A.
      Assure, sous sa responsabilité, l'étude des problèmes sociaux dépistés par les médecins du travail ou signalés par les entreprises ou par les intéressés eux-mêmes ou de sa propre initiative ; prend, pour ce faire, tous les contacts nécessaires avec les intéressés et les administrations.
     665Secrétaire ou auxiliaire médicale 3e échelon.
      Soit assure le secrétariat d'un service de médecine du travail interentreprises à structure simple, soit assume les fonctions de chef de groupe de secrétariat.
     665Agent au service des itinéraires.
      Dans le cadre de sa mission, assure en permanence l'élaboration de l'ensemble des itinéraires du service dont il suit la réalisation matérielle, en prenant les initiatives et les responsabilités nécessaires.
     680Technicien de laboratoire médical ou chimique1er échelon.
      A la formation et les connaissances nécessaires pour organiser, sous la direction du chef de laboratoire, le déroulement des examens ou des analyses chimiques et toxicologiques ; peut avoir plusieurs laborantins sous ses ordres.
     710Infirmière diplômée d'Etat 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, a une bonne pratique de la médecine du travail lui permettant de se livrer, sous le contrôle du médecin, à certaines épreuves instrumentales ou techniques, d'assurer la formation des sauveteurs-secouristes du travail et de participer à l'éducation sanitaire.
     730Assistante sociale diplômée d'Etat 1er échelon B.
      Soit assure les mêmes fonctions que le 1er échelon A mais avec une bonne pratique des milieux professionnels du travail et des problèmes spécifiques à la profession, soit, étant infirmière diplômée d'État, assure en plus de ses fonctions d'assistante sociale celles d'infirmière.
    VI755Technicien de laboratoire médical ou chimique 2e échelon.
      En plus des fonctions du 1er échelon, a l'expérience suffisante pour lui permettre d'assurer le maniement d'appareillages automatiques ou complexes d'analyses médicales et chimiques.
     820Assistante sociale diplômée d'Etat 1er échelon C.
      Assure les mêmes fonctions que le 1er échelon B, mais avec une expérience confirmée des milieux professionnels du travail et des problèmes sociaux spécifiques à la profession.

Retourner en haut de la page