Convention collective nationale des gardiens, concierges et employés d'immeubles (réécrite par l'avenant n° 74 du 27 avril 2009 portant modification de la convention)

Etendu par arrêté du 24 décembre 2009 JORF 5 janvier 2010

IDCC

  • 1043

Signataires

  • Fait à :
    Fait à Paris, le 27 avril 2009.
  • Organisations d'employeurs :
    Union nationale de la propriété immobilière (UNPI) ; Fédération des sociétés immobilières et foncières (FSIF) ; Association nationale de la copropriété et des copropriétaires (ANCC) ; Union nationale des associations des responsables de copropriété (ARC).
  • Organisations syndicales des salariés :
    Syndicat national indépendant des gardiens d’immeubles et concierges (SNIGIC) ; CSFV CFTC ; Fédération des services CFDT ; Syndicat national de l’urbanisme de l’habitat et des administrateurs de biens (SNUHAB) CFE-CGC.
  • Adhésion :
    Chambre nationale des propriétaires (CHDP), par lettre du 20 novembre 2014. (BO n°2015-2)

Nota

  • A compter de la version 4 (début de vigueur au 1er juin 2017), l'article 21 est rattaché au chapitre V (voir avenant n°88 du 11 janvier 2016 relatif à la modification de la convention collective suite à la nouvelle classification - BO 2016/18).

    Pour des raisons de simplification, toutes les versions de l'article 21 sont intégrées dans le chapitre V.

Numéro du BO

  • 2009-36
 
Naviguer dans le sommaire
  • Article 11 (non en vigueur)

    Remplacé

    Le contrat de travail, qui devra faire référence à la présente convention, doit être conclu par écrit lors de l'embauche et un exemplaire doit être remis au salarié après signature.
    Le contrat de travail, qui devra faire référence à la présente convention, doit être conclu par écrit lors de l'embauche et au plus tard dans les 48 heures suivant l'embauche s'agissant d'un CDD (1). Un exemplaire doit être remis au salarié après signature.
    L'usage du titre emploi-service entreprise (TESE) ne dispense pas les parties de conclure par écrit un contrat de travail (loi du 4 août 2008 publiée au Journal officiel du 5 août 2008).
    Le contrat de travail doit obligatoirement préciser les fonctions du salarié, le libellé de l'emploi, ses conditions de travail (le détail et le décompte des tâches, pour les salariés de catégorie B, visées à l'annexe I), sa classification professionnelle, son coefficient hiérarchique, le montant de ses appointements, le lieu de travail et, pour le personnel logé, l'évaluation du salaire en nature dans les conditions prévues à l'article 23. Il doit également préciser si le contrat de travail est conclu pour une durée déterminée, auquel cas il doit fixer son point de départ et la date de son échéance.
    Conformément à l'article L. 3221-2 du code du travail, les femmes et les jeunes sont, à égalité de fonctions, de travail et d'aptitude professionnelle, rétribués à égalité avec le personnel masculin.
    Si le contrat de travail prévoit une période d'essai, elle sera fixée en fonction du coefficient défini à l'article 21 ci-après et sera limitée à :
    ― 1 mois pour le coefficient 235 ;
    ― 2 mois pour les coefficients 255, 275 et 340 ;
    ― 2 mois, éventuellement renouvelables, pour les coefficients 395 et 410.
    Pendant cette période d'essai, le contrat de travail pourra être résilié de part et d'autre en respectant le délai de prévenance prévu aux articles L. 1221-25 et L. 1221-26 du code du travail. La période d'essai ne peut être prolongée du fait de la durée du délai de prévenance.
    La période d'essai des contrats à durée déterminée devra être conforme à l'article L. 1242-10 du code du travail. La rupture de la période d'essai interviendra dans les mêmes conditions que celles visées ci-dessus. Toutefois, pour les contrats stipulant une période d'essai inférieure à 1 semaine, aucun délai de prévenance ne sera nécessaire en cas de rupture de la période d'essai.
    Le renouvellement fera l'objet d'un écrit qui sera remis ou notifié au salarié. (2)

    (1) Article L. 1242-13 du code du travail.

    (2) Alinéa étendu sous réserve du respect du principe de l'accord exprès du salarié pour le renouvellement de la période d'essai avant l'expiration de la période initiale, tel que défini par la jurisprudence de la Cour de cassation (notamment Cass. soc., 23 janvier 1997, n° 94-44.357) (arrêté du 24 décembre 2009, art. 1er).

  • Embauche et période d'essai

    Le contrat de travail, qui devra faire référence à la présente convention, doit être conclu par écrit lors de l'embauche et au plus tard dans les 48 heures suivant l'embauche s'agissant d'un CDD. Un exemplaire doit être remis au salarié après signature.

    L'usage du titre emploi service entreprise (TESE) ne dispense pas les parties de conclure par écrit un contrat de travail (loi du 4 août 2008 publiée au Journal officiel du 5 août 2008).

    Le contrat de travail doit obligatoirement préciser les fonctions du salarié, le libellé de l'emploi, ses conditions de travail (le détail et le décompte des tâches, pour les salariés catégorie B, visées à l'annexe I), sa classification professionnelle, son coefficient hiérarchique, le montant de ses appointements, le lieu de travail et, pour le personnel logé, l'évaluation du salaire en nature dans les conditions prévues à l'article 23. Il doit également préciser si le contrat de travail est conclu pour une durée déterminée, auquel cas il doit fixer son point de départ et la date de son échéance.

    Conformément à l'article L. 3221-2 du code du travail, les femmes et les jeunes sont, à égalité de fonctions, de travail et d'aptitude professionnelle, rétribués à égalité avec le personnel masculin.

    Si le contrat de travail prévoit une période d'essai, elle sera fixée en fonction du coefficient défini à l'article 21 ci-après et sera limitée à :
    – 1 mois renouvelable une fois pour les salariés non logés ;
    – 2 mois pour les salariés logés (catégorie A ou B) ;
    – 2 mois, renouvelable une fois, pour les salariés classés agent de maîtrise, qu'ils soient logés ou non.

    Pendant cette période d'essai, le contrat de travail pourra être résilié de part et d'autre en respectant le délai de prévenance prévu aux articles L. 1221-25 et L. 1221-26 du code du travail. La période d'essai ne peut être prolongée du fait de la durée du délai de prévenance.

    La période d'essai des contrats à durée déterminée devra être conforme à l'article L. 1242-10 du code du travail. La rupture de la période d'essai interviendra dans les mêmes conditions que celles visées ci-dessus. Toutefois, pour les contrats stipulant une période d'essai inférieure à 1 semaine, aucun délai de prévenance ne sera nécessaire en cas de rupture de la période d'essai.

    Le renouvellement, avec l'accord exprès du salarié, fera l'objet d'un écrit qui sera remis ou notifié au salarié avant l'expiration de la période initiale.

  • Article 12 (non en vigueur)

    Remplacé


    Dans le cas de modifications techniques ou d'organisation, le contrat de travail pourra être modifié sous réserve des dispositions légales en vigueur. En aucun cas cette modification ne pourra amener une réduction des avantages acquis tant sur le salaire que sur la classification.

  • Modifications du contrat

    Dans le cas de modifications techniques ou d'organisation, le contrat de travail pourra être modifié sous réserve des dispositions légales en vigueur. En aucun cas cette modification ne pourra amener une réduction des avantages acquis tant sur le salaire que sur la classification.

  • Article 13 (non en vigueur)

    Remplacé

    La surveillance médicale sera organisée conformément aux dispositions légales, et notamment en ce qui concerne les concierges par l'application des articles L. 7214-1 et R. 7214-9 à R. 7214-16 du code du travail.
    Les salariés devront subir un examen médical passé au moment de l'embauche ou, pour le personnel non logé, au plus tard avant la fin de la période d'essai.
    L'embauche définitive est subordonnée aux résultats de cet examen.
    Les salariés feront ensuite l'objet d'un examen médical annuel, excepté ceux n'exécutant que des tâches administratives pour lesquels l'examen médical aura lieu tous les 2 ans.
    Lors de la reprise, et au plus tard dans un délai de 8 jours, les salariés devront subir obligatoirement une visite médicale de reprise dans les cas suivants :
    ― un arrêt pour cause de maladie professionnelle ;
    ― un arrêt d'au moins 8 jours pour cause d'accident du travail ;
    ― un congé de maternité ;
    ― un arrêt de travail d'au moins 21 jours pour cause de maladie non professionnelle ;
    ― ou en cas d'arrêts répétés pour raison de santé. (1)

    (1) Paragraphe exclu comme étant contraire aux dispositions de l'article R. 7214-15 du code du travail. La multiplication des cas dans lesquels la visite médicale de reprise du travail est obligatoire a, en effet, pour conséquence une consommation du temps de travail médical au détriment de l'action de prévention du médecin en milieu de travail, objectif principal de la réforme de la médecine du travail (arrêté du 24 décembre 2009, art. 1er).

  • Contrôle médical

    La surveillance médicale sera organisée conformément aux dispositions légales de droit commun.

    L'embauche définitive est subordonnée aux résultats de l'examen d'embauche.

    Les salariés feront ensuite l'objet d'un examen médical périodique tous les 2 ans, sous réserve que leur situation n'exige pas une surveillance médicale renforcée conformément aux dispositions de l'article R. 4624-18 du code du travail.

    Lors de la reprise et au plus tard dans un délai de 8 jours, les salariés devront subir obligatoirement une visite médicale de reprise dans les cas suivants :
    – un arrêt pour cause de maladie professionnelle ;
    – un congé maternité ;
    – un arrêt de travail d'au moins 30 jours pour cause de maladie ou d'accident non professionnel, ou pour cause d'accident du travail.

  • Article 14 (non en vigueur)

    Remplacé

    Le contrat de travail conclu à durée indéterminée prend fin par la volonté de l'une ou l'autre des parties ou par consentement mutuel dans le cadre de la rupture conventionnelle, sous réserve du respect des articles L. 1237-11 à L. 1237-16 du code du travail.
    Quel que soit le motif, le licenciement devra être motivé et l'employeur sera tenu dans le cas prévu par la loi de respecter la procédure prévue à la partie I, livre II, titre III, du code du travail.
    La notification du licenciement devra être effectuée par lettre recommandée avec avis de réception.
    Après la période d'essai, le préavis sera de :
    En cas de licenciement :
    ― personnel de catégorie A : 1 mois ; 2 mois après 2 ans d'ancienneté ;
    ― personnel de catégorie B : 3 mois ;
    En cas de démission :
    ― personnel de catégorie A dont le coefficient hiérarchique est 235 : 8 jours ;
    ― personnel de catégorie A dont le coefficient hiérarchique est égal ou supérieur à 255 : 1 mois ;
    ― personnel de catégorie B : 1 mois.
    Les durées de préavis s'entendent de date en date. Dans tous les cas, le logement de fonction devra être libre à l'expiration du préavis, sous réserve de l'application des articles L. 7212-1 et R. 7212-1 du code du travail.
    Si le salarié trouve un nouvel emploi pendant la période de préavis, il pourra quitter son poste sous réserve d'en aviser l'employeur au moins 1 mois à l'avance. Dans ce cas, ce dernier est dégagé, comme le salarié, des obligations résultant du préavis à effectuer, mais le salarié ne perd pas le bénéfice de l'indemnité de licenciement décomptée à la date de son départ.

  • Rupture du contrat de travail

    Le contrat de travail conclu à durée indéterminée prend fin par la volonté de l'une ou l'autre des parties ou par consentement mutuel dans le cadre de la rupture conventionnelle sous réserve du respect des articles L. 1237-11 à L. 1237-16 du code du travail.

    Quel que soit le motif, le licenciement devra être motivé et l'employeur sera tenu dans le cas prévu par la loi de respecter la procédure prévue à la partie I, livre II, titre III du code du travail.

    La notification du licenciement devra être effectuée par lettre recommandée avec avis de réception.

    Après la période d'essai, le préavis sera de :
    - en cas de licenciement :
    -- personnel de catégorie A : 1 mois ; 2 mois après 2 ans d'ancienneté ;
    -- personnel de catégorie B : 3 mois ;
    - en cas de démission :
    -- salarié non logé dont le coefficient hiérarchique est inférieur ou égal à 602 : 8 jours ;
    -- salarié dont le coefficient hiérarchique est supérieur à 602 ou salarié logé : 1 mois.

    Les durées de préavis s'entendent de date en date. Dans tous les cas, le logement de fonction devra être libre à l'expiration du préavis sous réserve de l'application des articles L. 7212-1 et R. 7212-1 du code du travail.

    Si le salarié trouve un nouvel emploi pendant la période de préavis, il pourra quitter son poste sous réserve d'en aviser l'employeur au moins 1 mois à l'avance.

    Dans ce cas, ce dernier est dégagé, comme le salarié, des obligations résultant du préavis à effectuer, mais le salarié ne perd pas le bénéfice de l'indemnité de licenciement décomptée à la date de son départ.

  • Article 15 (non en vigueur)

    Remplacé

    Pendant la période de préavis, dans le cas d'un licenciement, le salarié à temps ou service complet a le droit de s'absenter pour rechercher un emploi, sans réduction de salaire, 2 heures par jour, sans que le total des heures d'absence puisse excéder 40 heures, quelle que soit la durée du préavis.
    Ces heures seront fixées d'un commun accord entre l'employeur et l'intéressé, de manière que les absences de ce dernier ne soient pas préjudiciables au service. En cas de désaccord, elles seront prises alternativement au gré de l'employeur et au gré du salarié.
    En cas de besoin et à la demande de l'intéressé, les heures pourront être bloquées en une ou plusieurs fois, après accord écrit de l'employeur.

  • Absences pour recherche d'emploi

    Pendant la période de préavis, dans le cas d'un licenciement, le salarié à temps ou service complet a le droit de s'absenter pour rechercher un emploi sans réduction de salaire 2 heures par jour, sans que le total des heures d'absence puisse excéder 40 heures, quelle que soit la durée du préavis.

    Ces heures seront fixées d'un commun accord entre l'employeur et l'intéressé, de manière que les absences de ce dernier ne soient pas préjudiciables au service. En cas de désaccord, elles seront prises alternativement au gré de l'employeur et au gré du salarié.

    En cas de besoin et à la demande de l'intéressé, les heures pourront être bloquées en une ou plusieurs fois, après accord écrit de l'employeur.

  • Article 16 (non en vigueur)

    Remplacé


    Le salarié licencié (sauf pour faute grave ou lourde) recevra une indemnité après 1 an d'ancienneté chez le même employeur égale à :
    ― de 1 an à 7 ans d'ancienneté : 1/5 de mois par année de service ;
    ― à partir de 8 années d'ancienneté : majoration de 2/15 de mois par année de service ;
    ― à partir de 20 ans d'ancienneté majoration supplémentaire de 1/10 de mois par année de service.
    Le salaire à prendre en considération pour le calcul de l'indemnité est :
    ― soit la rémunération globale brute mensuelle contractuelle visée à l'article 22.2 ;
    ― soit 1/12 de la rémunération des 12 derniers mois précédant le licenciement, à l'exclusion de l'indemnité de remplacement allouée au concierge assurant son propre remplacement dans les conditions prévues à l'article 26, 3e alinéa ;
    ― soit 1/3 des 3 derniers mois (à l'exclusion de l'indemnité de remplacement susvisée), étant entendu que dans ce cas toute prime ou gratification à caractère annuel ou exceptionnel qui aurait été versée au salarié pendant cette période ne serait prise en compte que pro rata temporis.
    Selon la formule la plus avantageuse pour l'intéressé, étant entendu que cette indemnité de licenciement ne se cumule pas avec toute autre indemnité de même nature.

  • Article 16 (non en vigueur)

    Remplacé

    Modifié par Avenant n° 80 du 16 mars 2012 - art.

    Le salarié licencié (sauf pour faute grave ou lourde) recevra, après 1 an d'ancienneté chez le même employeur, une indemnité égale à :

    - 1/5 de mois par année de service, sur la totalité des années de service ;

    - à laquelle s'ajoute, à l'issue de la 7e année d'ancienneté, une majoration de 2/15 de mois par année de service calculée au-delà de la 7e année ;

    - auxquelles s'ajoute, à l'issue de la 19e année d'ancienneté, une majoration supplémentaire de 1/10 de mois par année de service calculée au-delà de la 19e année.

    Au-delà de la première année, toute année incomplète sera calculée pro rata temporis entre le mois anniversaire et le mois de départ du salarié.

    Le salaire à prendre en considération pour le calcul de l'indemnité est :

    - soit la rémunération globale brute mensuelle contractuelle visée à l'article 22.2 ;

    - soit 1/12 de la rémunération des 12 derniers mois précédant le licenciement, à l'exclusion de l'indemnité de remplacement allouée au concierge assurant son propre remplacement dans les conditions prévues à l'article 26, troisième alinéa ;

    - soit 1/3 des 3 derniers mois (à l'exclusion de l'indemnité de remplacement susvisée), étant entendu que, dans ce cas, toute prime ou gratification de caractère annuel ou exceptionnel qui aurait été versée au salarié pendant cette période ne serait pris en compte que pro rata temporis,

    selon la formule la plus avantageuse pour l'intéressé, étant entendu que cette indemnité de licenciement ne se cumule pas avec toute autre indemnité de même nature.

  • Indemnité de licenciement

    Le salarié licencié (sauf pour faute grave ou lourde) recevra, après 1 an d'ancienneté chez le même employeur, une indemnité égale à :
    – 1/5 de mois par année de service, sur la totalité des années de service :
    -– à laquelle s'ajoute, à l'issue de la 7e année d'ancienneté, une majoration de 2/15 de mois par année de service calculée au-delà de la 7e année ;
    -– auxquelles s'ajoute, à l'issue de la 19e année d'ancienneté, une majoration supplémentaire de 1/10 de mois par année de service calculée au-delà de la 19e année.

    Au-delà de la première année, toute année incomplète sera calculée pro rata temporis entre le mois anniversaire et le mois de départ du salarié.

    Le salaire à prendre en considération pour le calcul de l'indemnité est :
    – soit la rémunération globale brute mensuelle contractuelle visée à l'article 22.2 ;
    – soit 1/12 de la rémunération des 12 derniers mois précédant le licenciement ;
    – soit 1/3 des 3 derniers mois, étant entendu que dans ce cas toute prime ou gratification de caractère annuel ou exceptionnel qui aurait été versée au salarié pendant cette période ne serait prise en compte que pro rata temporis,

    selon la formule la plus avantageuse pour l'intéressé, étant entendu que cette indemnité de licenciement ne se cumule pas avec toute autre indemnité de même nature.

  • Article 17 (non en vigueur)

    Modifié

    A. ― Procédure de départ et de mise à la retraite

    1. Départ à sa demande


    Le départ du salarié souhaitant bénéficier de ses droits à la retraite même avec abattement ne constitue pas une démission.
    Le salarié est tenu au respect d'un délai de prévenance identique à celui prévu à l'article 14 en matière de démission.


    2. Mise à la retraite


    A compter du 1er janvier 2010, l'employeur ne pourra mettre fin au contrat de travail du salarié âgé entre 65 et 69 ans qu'avec l'assentiment, exprès ou tacite, de ce dernier et en respectant la procédure prévue à l'article L. 1237-5 du code du travail. La mise à la retraite d'office par l'employeur redevenant possible une fois que le salarié a atteint 70 ans.
    Si la mise à la retraite intervient à l'initiative de l'employeur, celui-ci est tenu de respecter la procédure de l'entretien préalable prévu par les articles L. 1232-2 à L. 1232-4 du code du travail.
    Pour les salariés de catégorie A, le préavis est celui fixé par l'article 14 de la convention, en matière de licenciement.
    Pour les salariés de catégorie B, le préavis est de 6 mois à compter de la signification de la mise à la retraite. Le logement de fonction devra être libéré au terme du préavis.

    B. ― Indemnités de rupture

    1. En cas de départ en retraite à sa demande


    a) Le salarié de catégorie A perçoit, en application de l'article L. 1237-9 du code du travail, l'indemnité de départ en retraite prévue aux articles D. 1237-1 et D. 1237-2 du code du travail relatifs à la mensualisation, soit :
    ― 1/2 mois de salaire après 10 ans d'ancienneté dans l'entreprise ;
    ― 1 mois de salaire après 15 ans d'ancienneté dans l'entreprise ;
    ― 1 mois et demi de salaire après 20 ans d'ancienneté dans l'entreprise ;
    ― 2 mois de salaire près 30 ans d'ancienneté dans l'entreprise.
    b) Le salarié de catégorie B perçoit :
    ― de 1 an à 7 ans d'ancienneté, 1/5 de mois par année de service ;
    ― à partir de 8 années d'ancienneté, majoration de 2/15 de mois par année de service ;
    ― à partir de 20 ans d'ancienneté, majoration supplémentaire de 1/10 de mois par année de service.


    2. En cas de mise à la retraite


    L'indemnité de départ en retraite, pour le salarié de catégorie A ou B, est établie de la manière suivante :
    ― de 1 an à 7 ans d'ancienneté, 1/5 de mois par année de service ;
    ― à partir de 8 années d'ancienneté, majoration de 2/15 de mois par année de service ;
    ― à partir de 20 ans d'ancienneté, majoration supplémentaire de 1/10 de mois par année de service.
    La valeur du mois de salaire à prendre en compte est la même que celle définie à l'article 16.

  • Article 17 (non en vigueur)

    Modifié

    Modifié par Avenant n° 80 du 16 mars 2012 - art.

    A. Procédure de départ et de mise à la retraite

    1. Départ à sa demande

    Le départ du salarié souhaitant bénéficier de ses droits à la retraite même avec abattement ne constitue pas une démission.
    Le salarié est tenu au respect d'un délai de prévenance identique à celui prévu à l'article 14 en matière de démission.


    2. Mise à la retraite

    A compter du 1er janvier 2010, l'employeur ne pourra mettre fin au contrat de travail du salarié âgé entre 65 et 69 ans qu'avec l'assentiment, exprès ou tacite, de ce dernier et en respectant la procédure prévue à l'article L. 1237-5 du code du travail. La mise à la retraite d'office par l'employeur redevenant possible une fois que le salarié a atteint 70 ans.
    Si la mise à la retraite intervient à l'initiative de l'employeur, celui-ci est tenu de respecter la procédure de l'entretien préalable prévu par les articles L. 1232-2 à L. 1232-4 du code du travail.
    Pour les salariés de catégorie A, le préavis est celui fixé par l'article 14 de la convention, en matière de licenciement.
    Pour les salariés de catégorie B, le préavis est de 6 mois à compter de la signification de la mise à la retraite. Le logement de fonction devra être libéré au terme du préavis.

    B. Indemnités de rupture

    1. En cas de départ en retraite à sa demande

    1.1. Le salarié de catégorie A perçoit, en application de l'article L. 1237-9 du code du travail, l'indemnité de départ en retraite prévue aux articles D. 1237-1 et D. 1237-2 du code du travail relatifs à la mensualisation, soit :

    - 1/2 mois de salaire après 10 ans d'ancienneté dans l'entreprise ;

    - 1 mois de salaire après 15 ans d'ancienneté dans l'entreprise ;

    - 1 mois et 1/2 de salaire après 20 ans d'ancienneté dans l'entreprise ;

    - 2 mois de salaire après 30 ans d'ancienneté dans l'entreprise.

    1.2. Le salarié catégorie B perçoit :

    - 1/5 de mois par année de service, sur la totalité des années de service ;

    - à laquelle s'ajoute, à l'issue de la 7e année d'ancienneté, une majoration de 2/15 de mois par année de service calculée au-delà de la 7e année ;

    - auxquelles s'ajoute, à l'issue de la 19e année d'ancienneté, une majoration supplémentaire de 1/10 de mois par année de service calculée au-delà de la 19e année.

    La valeur du mois de salaire à prendre en compte est la même que celle définie à l'article 16.

    2. En cas de mise à la retraite

    L'indemnité de départ en retraite, pour le salarié de catégorie A ou B, est établie de la manière suivante :

    - 1/5 de mois par année de service, sur la totalité des années de service ;

    - à laquelle s'ajoute, à l'issue de la 7e année d'ancienneté, une majoration de 2/15 de mois par année de service calculée au-delà de la 7e année ;

    - auxquelles s'ajoute, à l'issue de la 19e année d'ancienneté, une majoration supplémentaire de 1/10 de mois par année de service calculée au-delà de la 19e année.

    La valeur du mois de salaire à prendre en compte est la même que celle définie à l'article 16.

  • Départ et mise à la retraite

    A. – Procédure de départ et de mise à la retraite

    1. Départ à sa demande

    Le départ du salarié souhaitant bénéficier de ses droits à la retraite même avec abattement ne constitue pas une démission.

    Le salarié est tenu au respect d'un délai de prévenance identique à celui prévu à l'article 14 en matière de démission.

    2. Mise à la retraite

    L'employeur ne peut mettre fin au contrat de travail du salarié âgé entre 65 et 69 ans qu'avec l'assentiment, expresse ou tacite, de ce dernier et en respectant la procédure prévue à l'article L. 1237-5 du code du travail. La mise à la retraite d'office par l'employeur redevenant possible une fois que le salarié a atteint 70 ans.

    Si la mise à la retraite intervient à l'initiative de l'employeur, celui-ci est tenu de respecter la procédure de l'entretien préalable prévu par les articles L. 1232-2 à L. 1232-4 du code du travail.

    Pour les salariés catégorie A, le préavis est celui fixé par l'article 14 de la convention collective nationale, en matière de licenciement.

    Pour les salariés catégorie B, le préavis est de 6 mois à compter de la signification de la mise à la retraite. Le logement de fonction devra être libéré au terme du préavis.

    B. – Indemnités de rupture

    En cas de départ en retraite à sa demande :
    – le salarié catégorie A perçoit, en application de l'article L. 1237-9 du code du travail, l'indemnité de départ en retraite prévue aux articles D. 1237-1 et D. 1237-2 du code du travail relatifs à la mensualisation, soit :
    -- 1 demi-mois de salaire après 10 ans d'ancienneté dans l'entreprise ;
    -- 1 mois de salaire après 15 ans d'ancienneté dans l'entreprise ;
    -- 1 mois et demi de salaire après 20 ans d'ancienneté dans l'entreprise ;
    -- 2 mois de salaire après 30 ans d'ancienneté dans l'entreprise ;

    – le salarié catégorie B perçoit :
    -- 1/5 de mois par année de service, sur la totalité des années de service ;
    -- auquel s'ajoute, à l'issue de la 7e année d'ancienneté, une majoration de 2/15 de mois par année de service calculée au-delà de la 7e année ;
    -- auxquels s'ajoute, à l'issue de la 19e année d'ancienneté, une majoration supplémentaire de 1/10 de mois par année de service calculée au-delà de la 19e année.

    La valeur du mois de salaire à prendre en compte est la même que celle définie à l'article 16.

    En cas de mise à la retraite :
    – l'indemnité de départ en retraite, pour le salarié de catégorie A ou B, est établie de la manière suivante :
    -- 1/5 de mois par année de service, sur la totalité des années de service ;
    -- auquel s'ajoute, à l'issue de la 7e année d'ancienneté, une majoration de 2/15 de mois par année de service calculée au-delà de la 7e année ;
    -- auxquels s'ajoute, à l'issue de la 19e année d'ancienneté, une majoration supplémentaire de 1/10 de mois par année de service calculée au-delà de la 19e année.

    La valeur du mois de salaire à prendre en compte est la même que celle définie à l'article 16.

Retourner en haut de la page