Code du travail
ChronoLégi
Version en vigueur au 08 janvier 1992
Naviguer dans le sommaire du code
  • I. - En application de l'article L. 122-2, des contrats à durée déterminée peuvent être conclus lorsque l'employeur s'engage à assurer un complément de formation professionnelle aux salariés des catégories ci-après :

    a) Candidats effectuant un stage en vue d'accéder à un établissement d'enseignement ;

    b) Elèves ou anciens élèves d'un établissement d'enseignement effectuant un stage d'application ;

    c) Etrangers venant en France en vue d'acquérir un complément de formation professionnelle ;

    d) Bénéficiaires d'une aide financière individuelle à la formation par la recherche ;

    e) Salariés liés par un contrat de rééducation professionnelle au sens des dispositions de l'article L. 323-15 du présent code ou des textes relatifs à la rééducation professionnelle des victimes d'accidents du travail et des assurés sociaux.

    II. - La durée maximale du contrat ne peut être supérieure à vingt-quatre mois pour les catégories visées aux a et b ci-dessus. Toutefois, dans le cas visé au b, lorsque la durée du stage est fixée par voie réglementaire, le contrat peut être conclu pour cette durée.

    La durée maximale du contrat est également de vingt-quatre mois pour les étrangers visés au c lorsqu'ils ne sont pas soumis au régime de l'autorisation de travail prévue à l'article R. 341-7 du présent code. Pour les étrangers soumis à ce régime, la durée maximale du contrat est celle pour laquelle l'autorisation provisoire a été accordée. Si l'autorisation est renouvelée, la durée maximale est prolongée d'autant et le terme du contrat peut être reporté autant de fois que l'autorisation est renouvelée.

    Pour les catégories de salariés visées au d, la durée du contrat ne peut être supérieure à celle de la période donnant lieu à l'octroi de l'aide financière.

  • En application de l'article L. 122-1-1 (3°), les secteurs d'activité dans lesquels des contrats à durée déterminée peuvent être conclus pour les emplois pour lesquels il est d'usage constant de ne pas recourir au contrat à durée indéterminée en raison de la nature de l'activité exercée et du caractère par nature temporaire de ces emplois sont les suivants :

    Les exploitations forestières ;

    La réparation navale ;

    Le déménagement ;

    L'hôtellerie et la restauration ;

    Les spectacles ;

    L'action culturelle ;

    L'audiovisuel ;

    L'information ;

    La production cinématographique ;

    L'enseignement ;

    Les activités d'enquête et de sondage ;

    L'édition phonographique ;

    Les centres de loisirs et de vacances ;

    L'entreposage et le stockage de la viande ;

    Le sport professionnel ;

    Le bâtiment et les travaux publics pour les chantiers à l'étranger ;

    Les activités de coopération, d'assistance technique, d'ingénierie et de recherche à l'étranger ;

    Les activités mentionnées à l'article L. 128 du code du travail ;

    Les activités exercées dans le cadre de l'article L. 129-1 (2°).

    La recherche scientifique réalisée dans le cadre d'une convention internationale, d'un arrangement administratif international pris en application d'une telle convention, ou par des chercheurs étrangers résidant temporairement en France.

  • Article D121-2 (abrogé)

    Abrogé par Décret 83-223 1983-02-22 ART. 2 JORF 25 MARS 1983

  • En cas d'application du 2° alinéa de l'article L. 122-3-8 l'indemnité prévue par l'article L. 122-3-4 du code du travail est calculée sur la base de la rémunération déjà perçue et de celle qu'il aurait perçue jusqu'au terme du contrat.


    Décret 84-632 du 16 juillet 1984 : Dispositions applicables dans le territoire de la Nouvelle-Calédonie et dépendances.

Retourner en haut de la page