Code de la sécurité sociale
ChronoLégi
Version en vigueur au 01 janvier 2024
Naviguer dans le sommaire du code
  • I. - Toute mesure de réduction ou d'exonération de cotisations de sécurité sociale, instituée à compter de la date d'entrée en vigueur de la loi n° 94-637 du 25 juillet 1994 relative à la sécurité sociale, donne lieu à compensation intégrale aux régimes concernés par le budget de l'Etat pendant toute la durée de son application.

    Cette compensation s'effectue sans préjudice des compensations appliquées à la date d'entrée en vigueur de ladite loi.

    La règle définie au premier alinéa s'applique également :

    1° A toute mesure de réduction ou d'exonération de contribution affectée aux régimes susmentionnés, aux organismes concourant à leur financement ou à l'amortissement de leur endettement et instituée à compter de la publication de la loi n° 2004-810 du 13 août 2004 relative à l'assurance maladie ;

    2° A toute mesure de réduction ou d'abattement de l'assiette de ces cotisations et contributions instituée à compter de la publication de la loi n° 2004-810 du 13 août 2004 précitée.

    A compter de la date de publication de la loi n° 2004-810 du 13 août 2004 précitée, tout transfert de charges opéré entre l'Etat et les régimes et organismes mentionnés au 1° donne lieu à compensation intégrale entre lesdits régimes ou organismes et le budget de l'Etat.

    II.-Le I n'est pas applicable :

    1° Aux réductions et exonérations prévues au 5° bis du III de l'article L. 136-1-1, au III bis de l'article L. 136-8, aux huitième, avant-dernier et dernier alinéas de l'article L. 137-15, aux articles L. 241-6-1, L. 241-13, L. 241-17, au premier alinéa du II de l'article L. 242-1 et aux articles L. 613-1 et L. 621-3 ;

    2° A la réduction de la contribution mentionnée à l'article L. 137-30 résultant de l'abattement d'assiette prévu à l'article L. 137-2.


    Conformément au XII de l'article 25 de la loi n° 2019-1446 du 24 décembre 2019, ces dispositions entrent en vigueur le 1er janvier 2020. Conformément au V du même article, par dérogation au I de l'article L. 131-7, la compensation de l'exonération prévue à l'article 131 de la loi de finances pour 2004 (n° 2003-1311 du 30 décembre 2003) pour l'exercice 2020 est déterminée forfaitairement.

  • Les organismes de sécurité sociale et les fonds mentionnés au présent article perçoivent le produit d'impôts et taxes dans les conditions fixées ci-dessous :

    1° Le produit de la taxe sur les salaires mentionnée à l'article 231 du code général des impôts, nette des frais d'assiette et de recouvrement déterminés dans les conditions prévues au III de l'article 1647 du même code, est versé :

    -à la branche mentionnée au 3° de l'article L. 200-2 du présent code, pour une fraction correspondant à 53,37 % ;

    -à la branche mentionnée au 4° du même article, pour une fraction correspondant à 27,57 % ;

    -à la branche mentionnée au 1° du même article, pour une fraction correspondant à 19,06 % ;

    2° Le produit de la taxe mentionnée à l'article 1010 du code général des impôts est affecté à la branche mentionnée au 4° de l'article L. 200-2 du présent code ;

    3° Le produit des contributions mentionnées aux 1° et 3° du I et aux II, III et III bis de l'article L. 136-8 du présent code est versé :

    a) A la Caisse nationale des allocations familiales, pour la part correspondant à un taux de :

    -0,95 % pour les contributions mentionnées aux 1° du I, au II et au III bis du même article L. 136-8 ;

    -0,68 % pour la contribution mentionnée au 3° du I dudit article L. 136-8 ;

    b) Aux régimes obligatoires d'assurance maladie, en proportion des contributions sur les revenus d'activité acquittées par les personnes affiliées à chaque régime pour la contribution sur les revenus d'activité ou, pour la contribution assise sur les autres revenus, à la Caisse nationale de l'assurance maladie ou, lorsqu'un régime n'est pas intégré financièrement au sens de l'article L. 134-4, à ce même régime, dans des conditions fixées par décret et pour la part correspondant à un taux de :

    -5,95 % pour la contribution mentionnée au 1° du I de l'article L. 136-8 ;

    -5,30 % pour la contribution mentionnée au 3° du même I ;

    -4,65 % pour les revenus mentionnés au 1° du II du même article L. 136-8 ;

    -4,77 % pour les revenus mentionnés au 2° du même II ;

    -3,2 % pour les revenus mentionnés au III du même article L. 136-8 ;

    -3,07 % pour les revenus mentionnés au III bis dudit article L. 136-8 ;

    c) A la Caisse d'amortissement de la dette sociale instituée par l'ordonnance n° 96-50 du 24 janvier 1996 relative au remboursement de la dette sociale, pour la part correspondant au taux de 0,45 %, à l'exception de la contribution mentionnée au 3° du I de l'article L. 136-8 du présent code, pour laquelle le taux est fixé à 0,22 % ;

    d) A l'organisme mentionné au premier alinéa de l'article L. 5427-1 du code du travail pour la contribution sur les revenus d'activité mentionnée au 1° du I de l'article L. 136-8 du présent code, pour la part correspondant à un taux de 1,47 % ;

    e) Au fonds mentionné à l'article L. 135-1 pour la contribution sur les revenus de remplacement mentionnée au 2° du II et du III bis de l'article L. 136-8, pour la part correspondant à un taux de 1,98 % ;

    f) A la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie, pour la part correspondant à un taux de :

    - 0,38 %, pour la contribution mentionnée au 1° du I de l'article L. 136-8 ;

    - 0,15 %, pour les contributions mentionnées aux II, III et III bis du même article L. 136-8 ;

    3° bis Le produit des contributions mentionnées au 2° du I de l'article L. 136-8 est versé :

    a) Au fonds mentionné à l'article L. 135-1, pour la part correspondant à un taux de 8,6 % ;

    b) A la Caisse d'amortissement de la dette sociale, pour la part correspondant à un taux de 0,45 % ;

    c) A la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie, pour la part correspondant à un taux de 0,15 % ;

    3° ter Le produit de la contribution mentionnée au III de l'article L. 136-7-1 est ainsi réparti :

    a) A la branche mentionnée au 4° de l'article L. 200-2 pour 18 % ;

    b) A la branche mentionnée au 1° de l'article L. 200-2 pour 82 % ;

    4° La fraction du produit de la taxe mentionnée au b de l'article 1001 du code général des impôts est affectée à la branche mentionnée au 4° de l'article L. 200-2 ;

    5° Le produit des contributions mentionnées aux articles L. 137-14 et L. 137-18 et au deuxième alinéa de l'article L. 137-24 est affecté à la branche mentionnée au 4° de l'article L. 200-2 ;

    6° Le produit du droit de licence sur la rémunération des débitants de tabacs mentionné à l'article 568 du code général des impôts est versé à la branche mentionnée au même 1° ;

    7° Le produit du droit de consommation sur les tabacs mentionné à l'article 575 du code général des impôts est versé :

    a) A la branche mentionnée au 1° de l'article L. 200-2 du présent code, pour une fraction correspondant à 99,50 % ;

    b) Au régime d'allocations viagères des gérants de débits de tabac, pour une fraction correspondant à 0,50 %

    8° Le produit de la taxe mentionnée au I de l'article L. 862-4 perçue au titre des contrats mentionnés au II bis du même article L. 862-4 est affecté au fonds mentionné à l'article L. 862-1. Le produit de cette même taxe perçue au titre des contrats mentionnés au II de l'article L. 862-4 est affecté au fonds mentionné à l'article L. 862-1 à hauteur de l'écart entre ses charges et ses autres produits, selon des modalités fixées par arrêté du ministre chargé de la sécurité sociale. Le solde du produit de la taxe est affecté à la branche mentionnée au 1° de l'article L. 200-2.

    9° Une fraction de 27,74 % de la taxe sur la valeur ajoutée brute budgétaire, déduction faite des remboursements et restitutions effectués pour l'année en cours par les comptables assignataires, est affectée :

    a) A la branche mentionnée au 1° de l'article L. 200-2, à concurrence de 22,56 points ;

    b) A l'Agence centrale des organismes de sécurité sociale au titre de ses missions prévues aux 7° et 7° bis de l'article L. 225-1-1, à concurrence de 5,18 points.

    L'Agence centrale des organismes de sécurité sociale est chargée de centraliser et de répartir entre leurs affectataires le produit des taxes et des impôts mentionnés au présent article. La répartition entre les affectataires est effectuée en appliquant les fractions définies au présent article pour leur valeur en vigueur à la date du fait générateur de ces taxes et impôts.


    Conformément au II de l'article 3 de la loi n° 2020-992 du 7 août 2020, ces dispositions entrent en vigueur le 1er janvier 2024.

Retourner en haut de la page