Code du travail
ChronoLégi
Version en vigueur au 01 janvier 2017
Naviguer dans le sommaire du code
  • Le suivi individuel renforcé comprend un examen médical d'aptitude, qui se substitue à la visite d'information et de prévention prévue à l'article R. 4624-10. Il est effectué par le médecin du travail préalablement à l'affectation sur le poste.

    Cet examen a notamment pour objet :

    1° De s'assurer que le travailleur est médicalement apte au poste de travail auquel l'employeur envisage de l'affecter, notamment en vérifiant la compatibilité du poste avec l'état de santé du travailleur qui y est affecté, afin de prévenir tout risque grave d'atteinte à sa santé ou à sa sécurité ou à celles de ses collègues ou des tiers évoluant dans l'environnement immédiat de travail ;

    2° De rechercher si le travailleur n'est pas atteint d'une affection comportant un danger pour les autres travailleurs ;

    3° De proposer éventuellement les adaptations du poste ou l'affectation à d'autres postes ;

    4° D'informer le travailleur sur les risques des expositions au poste de travail et le suivi médical nécessaire ;

    5° De sensibiliser le travailleur sur les moyens de prévention à mettre en œuvre.

  • Cet examen ainsi que son renouvellement donnent lieu à la délivrance par le médecin du travail d'un avis d'aptitude ou d'inaptitude rendu conformément aux dispositions de l'article L. 4624-4. Cet avis d'aptitude ou d'inaptitude est transmis au travailleur et à l'employeur et versé au dossier médical en santé au travail de l'intéressé.

  • Lorsque le travailleur a bénéficié d'une visite médicale d'aptitude dans les deux ans précédant son embauche, l'organisation d'un nouvel examen médical d'aptitude n'est pas requise dès lors que l'ensemble des conditions suivantes sont réunies :

    1° Le travailleur est appelé à occuper un emploi identique présentant des risques d'exposition équivalents ;

    2° Le médecin du travail intéressé est en possession du dernier avis d'aptitude du travailleur ;

    3° Aucune mesure formulée au titre de l'article L. 4624-3 ou aucun avis d'inaptitude rendu en application L. 4624-4 n'a été émis au cours des deux dernières années.

Retourner en haut de la page