Code des procédures civiles d'exécution
ChronoLégi
Version en vigueur au 01 juin 2012
Naviguer dans le sommaire du code

  • La publicité provisoire doit être confirmée par une publicité définitive. Cette publicité donne rang à la sûreté à la date de la formalité initiale, dans la limite des sommes conservées par cette dernière.


  • La publicité définitive du nantissement des parts sociales et valeurs mobilières est opérée dans les mêmes formes que la publicité provisoire.
    Après avoir accompli cette formalité, le créancier peut demander l'agrément du nantissement, s'il y a lieu.


  • La publicité définitive est effectuée dans un délai de deux mois courant selon le cas :
    1° Du jour où le titre constatant les droits du créancier est passé en force de chose jugée ;
    2° Si la procédure a été mise en œuvre avec un titre exécutoire, du jour de l'expiration du délai d'un mois mentionné à l'article R. 532-6 ou, si une demande de mainlevée a été formée, du jour de la décision rejetant cette contestation ; toutefois, si le titre n'était exécutoire qu'à titre provisoire, le délai court comme il est dit au 1° ;
    3° Si le caractère exécutoire du titre est subordonné à une procédure d'exequatur, du jour où la décision qui l'accorde est passée en force de chose jugée.
    Le créancier présente tout document attestant que les conditions prévues ci-dessus sont remplies.


  • Si, après la vente du bien, le prix en a été régulièrement versé pour être distribué, la publicité définitive est remplacée par la signification du titre du créancier à la personne chargée de la répartition du prix, dans le délai de deux mois prévu à l'article R. 533-4.


  • A défaut de confirmation dans le délai, la publicité provisoire est caduque et sa radiation peut être demandée au juge de l'exécution.
    En cas d'extinction de l'instance introduite par le créancier ou si sa demande est rejetée, la radiation est demandée au juge saisi du fond ; à défaut, elle est ordonnée par le juge de l'exécution.
    La radiation est effectuée sur présentation de la décision passée en force de chose jugée.
    Les frais sont supportés par le créancier.
    Si la part du créancier titulaire de la sûreté provisoire a été consignée, elle est remise, selon le cas, aux créanciers en ordre de la recevoir ou au débiteur.

Retourner en haut de la page