Arrêté du 24 mars 1978 portant réglementation de l'emploi du soudage dans la construction et la réparation des appareils à pression - Article Annexe I

Chemin :




Annexe I
  • Modifié par Arrêté 1979-03-02 art. 2 JONC 10 mars 1979
  • Modifié par Arrêté 1979-07-09 art. 1 JONC 1er août 1979
  • Modifié par Arrêté 1979-11-09 art. 2 JONC 11 décembre 1979
  • Modifié par Arrêté 1979-12-20 art. 2 JONC 18 janvier 1980
  • Modifié par Arrêté 1982-11-24 art. 2 JONC 9 janvier 1983
  • Abrogé par Arrêté du 20 novembre 2017 - art. 34 (VD)

7. Assemblages angulaires d'un fond ou d'une plaque tubulaire et d'une virole.

7.1. L'assemblage à une seule soudure d'un fond plat ou d'une plaque tubulaire et d'une virole est soumis aux conditions suivantes :

a) Lorsqu'il y a emboîtement total et que la soudure n'est pas exécutée à pleine section du fond, elle doit pénétrer dans celui-ci d'au moins l'épaisseur de la virole et sa gorge doit être au moins égale à une fois et demie cette épaisseur (figures 22 et 23) ;

b) Lorsqu'il n'y a pas emboîtement total, la soudure doit être exécutée à pleine section de la virole et sa gorge doit être au moins égale à l'épaisseur de celle-ci.

Les figures 24 à 29 donnent des exemples d'assemblages interdits ou admis en application de ces deux conditions.

7.2. Lorsque la virole est à bord rabattu et que la soudure est effectuée en bout de ce bord rabattu, l'assemblage est considéré comme angulaire et avec emboîtement non total (figure 30).

7.3. Lorsque l'assemblage à deux soudures d'un fond plat ou d'une plaque tubulaire avec une virole laisse subsister une discontinuité entre les pièces à assembler et qu'aucune des deux soudures ne satisfait aux conditions du point 7.1, la gorge de chacune des soudures doit être au moins égale à 0,7 fois l'épaisseur de la virole.

7.4. Sans préjudice des prescriptions des points 7.1 et 7.3 ci-dessus, le constructeur doit justifier du choix convenable, du point de vue de la résistance à la fissuration progressive sous pression cyclique, de l'épaisseur de la virole à proximité du joint, sauf lorsqu'il s'agit de l'assemblage d'une virole à une plaque tubulaire et que les deux pièces ont le même axe de révolution.

Toutefois, cette justification n'est pas exigée lorsque la virole est fabriquée en acier inoxydable austénitique ou en acier non allié dont la résistance à la traction ne peut, du fait des spécifications employées, excéder 500 N/mm2.

8. Fixation de tubulures ou de piquages par soudure d'angle.

8.1. Les tubulures et piquages dont le diamètre intérieur excède les deux tiers du rayon intérieur de l'enceinte sur laquelle ils sont fixés doivent être soudés à pleine section.

Les tubulures et piquages dont le diamètre intérieur n'excède pas cette limite sont soumis aux dispositions des points 8.2 et 8.3 ci-après.

8.2. La soudure ou les soudures ne peuvent laisser subsister de discontinuité entre les pièces à assembler si les conditions suivantes ne sont pas satisfaites :

a) Dans le cas d'une soudure unique (assemblages des figures 31 à 34, par exemple), le diamètre extérieur de la tubulure ou du piquage ne doit pas excéder 150 mm et la gorge de la soudure doit être au moins égale à une fois et demie l'épaisseur de la pièce la plus mince à assembler ;

b) Dans le cas de deux soudures (assemblages des figures 35 à 38, par exemple), la gorge de chacune d'elles doit être au moins égale à 0,7 fois l'épaisseur de la pièce la plus mince à assembler.

Cette condition n'est cependant pas applicable lorsque le diamètre de la tubulure ou du piquage n'excède pas 150 mm et que l'une des soudures satisfait à la condition énoncée en a ci-dessus.

8.3. Lorsqu'il est fait usage d'une ou plusieurs pièces renforts, les dispositions à deux soudures sont seules admises lorsqu'il subsiste une discontinuité entre la tubulure ou le piquage et la paroi principale. Pour l'application du point 8.2 ci-dessus, la valeur minimale de la gorge de chaque soudure doit alors être déterminée par référence d'une part à la somme de l'épaisseur de la paroi principale, d'autre part à l'épaisseur de la tubulure ou du piquage.

9. Pièces renforts d'orifice.

Une pièce annulaire renfort d'orifice qui se trouve au contact de la paroi principale doit, pour ce qui est de sa liaison à cette paroi, satisfaire aux conditions suivantes (figure 39) :

a) La liaison à la paroi doit être effectuée par deux soudures périphériques continues, l'une intérieure, l'autre extérieure ;

b) La gorge de la soudure extérieure doit être au moins égale à la moitié de l'épaisseur de la plus mince des deux pièces.

c) La soudure intérieure doit intéresser à la surface de la paroi une bande de largeur l au moins égale à la moitié de l'épaisseur de la plus mince des deux pièces.

10. Fixation des brides et collets.

Un assemblage associant une bride ou un collet à une virole doit être soit bout à bout (figure 40), soit constitué de deux soudures interpénétrées (figure 41) dont la somme des gorges est au moins égale à une fois et demie l'épaisseur de la virole, soit à emboîtement avec deux soudures dont la gorge est au moins égale à 0,7 fois l'épaisseur de la virole (figure 42).

11. Doubles enveloppes.

11.1. Lorsqu'il est fait usage d'une pièce de liaison, les assemblages angulaires de cette pièce avec les enveloppes relèvent de l'application des points 7.1, 7.3 et 7.4 ci-dessus, la pièce de liaison étant considérée comme un fond plat.

Toutefois, lorsque l'intervalle l entre les deux enveloppes n'excède pas cinq fois l'épaisseur de l'une d'entre elles, ces dispositions ne s'appliquent pas à l'assemblage de cette enveloppe avec la pièce de liaison (figures 43 à 45).

11.2. Lorsqu'il est fait usage d'un assemblage par intersection, la liaison réalisée doit prolonger la pièce accostante sur toute son épaisseur et l'angle d'intersection doit être au moins égal à 20°. De plus, cet angle doit être limité à 65° à moins que la soudure ne soit reprise à l'envers (figure 46).

11.3. L'usage d'un assemblage par recouvrement doit être limité aux cas où l'épaisseur de la paroi en bout de laquelle la soudure est exécutée est inférieure à celle de l'autre paroi et au plus égale à 4 mm.

Sans préjudice de l'application du point 5 ci-dessus, la longueur du recouvrement doit être au moins égale à trois fois l'épaisseur de la paroi la plus mince et la largeur du cordon à deux fois cette même épaisseur (figure 47).

11.4. Les dispositions des points 11.1, 11.2 et 11.3 ci-dessus ne sont pas applicables aux enveloppes dites "matelassées" et à celles qui sont obtenues en rapportant sur la paroi principale des circuits de grande longueur et de faible section transversale.

12. Pièces de boulonnerie, tirants et tiges entretoises.

Il n'est admis d'utiliser le soudage pour fixer une pièce de boulonnerie, un tirant ou une tige entretoise sur une paroi soumise à la pression que si cette paroi a une épaisseur d'au moins 4 mm et sous réserve que l'assemblage réponde à l'une des descriptions suivantes :

a) La pièce soudée à la paroi traverse entièrement celle-ci et le rapport de son diamètre à la gorge de la soudure ou à la somme des gorges des soudures est au plus égal à 2 (figure 48) ;

b) La pièce est fixée à la paroi par une soudure intérieure exécutée à pleine section, sur préparation en biseau (figure 49) ;

c) La pièce est fixée à la paroi par soudage à l'arc au pistolet poseur de goujons. La soudure obtenue doit intéresser la totalité de la section.

13. Assemblage des tubes sur les plaques tubulaires et les collecteurs.

13.1. En l'absence d'une liaison mécanique résistante obtenue par exemple par mandrinage, le soudage des tubes sur une plaque tubulaire doit être réalisé de façon telle que la gorge de la soudure soit au moins égale à l'épaisseur du tube (figures 50 et 51).

13.2. Le soudage des tubes sur un collecteur doit, s'il n'est pas exécuté à pleine section du tube, être réalisé de façon telle :

a) Que la gorge de la soudure soit au moins égale à une fois et demie l'épaisseur du tube ;

b) Que l'angle que font entre eux les bords à souder n'excède pas 120 °.


Liens relatifs à cet article