Avis de vacance des fonctions de directeur de l'Observatoire Midi-Pyrénées

Chemin :




Article
ELI: Non disponible


La fonction de directeur de l'observatoire Midi-Pyrénées (OMP) est à pourvoir à compter du 6 décembre 2016. Le directeur est nommé par le ministre chargé de l'enseignement supérieur, sur proposition du conseil de l'OMP. Il est choisi dans l'une des catégories de personnels qui ont vocation à y enseigner, sans condition de nationalité. Son mandat est de 5 ans, renouvelable une fois.
L'Observatoire Midi-Pyrénées (OMP) est un Observatoire des Sciences de l'Univers (OSU) constitué sous la forme d'une école interne de l'Université Toulouse III - Paul Sabatier (UPS), au sens de l'article L. 713-9 du Code de l'éducation. Placé sous la tutelle de l'université Toulouse-III, du CNRS (INSU), du CNES, de l'IRD et de Météo-France, l'OMP est une structure fédérative qui regroupe les laboratoires des sciences de l'univers, de la planète et de l'environnement de l'UPS autour des missions statutaires de recherche, d'observation, d'enseignement, de diffusion de la culture scientifique et de coopération internationale communes aux OSU.
L'OMP compte actuellement sept unités : six Unités Mixtes de Recherche (le CESBIO - Centre d'Études Spatiales de la BIOsphère, ECOLAB - Laboratoire d'Écologie fonctionnelle et environnement, le GET - Géosciences Environnement Toulouse, l'IRAP - Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie, le LA - Laboratoire d'Aérologie et le LEGOS - Laboratoire d'Etudes en Géophysique et Océanographie Spatiales) et une Unité Mixte de Service (UMS « Moyens communs de l'Observatoire Midi-Pyrénées »). L'OMP et ses unités constituent, avec les UMR CNRM et CECI, le pôle de coordination de la recherche « Univers Planète Espace Environnement » de la ComUE Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées.
L'OMP regroupe environ 1 000 personnes, un peu plus de 400 enseignants-chercheurs, chercheurs, astronomes et physiciens (CNAP) et post-doctorants, près de 400 ingénieurs, techniciens et personnels administratifs permanents et sur contrats et environ 200 doctorants.
L'OMP couvre un vaste champ de recherche allant de l'étude du big-bang et de l'univers lointain jusqu'à celle du fonctionnement actuel des différentes enveloppes de notre planète et de leurs interactions, en passant par l'étude des planètes du système solaire et de la Terre interne. L'OMP contribue aux recherches sur des questions sociétales cruciales comme les impacts de l'action de l'homme sur notre planète (climat, pollutions et santé, ressources en eau, biodiversité), les risques naturels, le stockage de CO2… Ces études sont menées par des approches couplant observations spatiales, aéroportées et in situ, développement instrumental, expérimentation, analyses de laboratoire, simulation numérique et approches théoriques.
Le développement et l'utilisation des techniques spatiales pour l'observation de l'Univers et de la Terre sont au cœur des activités de l'OMP et de ses unités qui sont très impliqués, voire jouent un rôle leader, dans les phases amont de conception des missions et de faisabilité des instruments, et en aval dans la calibration, la validation et le traitement des données et leur exploitation scientifique. En partenariat avec les agences spatiales et l'industrie, l'Observatoire est un acteur important des développements instrumentaux dans le domaine de l'astrophysique et de la planétologie.
L'OMP et ses unités pilotent ou contribuent actuellement à 50 Services d'Observation labellisés - 30 en Astrophysique et Planétologie, 5 en Terre Interne et 15 en Surfaces Continentales, Océan, Atmosphère (SCOA) - et à 2 sites instrumentés (1 en TI et 1 en SCOA) et ont la responsabilité de 2 codes communautaires (en SCOA) et de deux Centres de traitement et d'archivage des données (1 en Astrophysique, 1 en SCOA). Ces activités mobilisent plus de 150 ETP (44 agents CNAP, enseignants-chercheurs et BIATSS de l'UPS, chercheurs et ITA du CNRS, du CNES et de l'IRD). L'observation se mène également au moyen de campagnes d'observation lourde pour les études océaniques, atmosphériques et les surfaces continentales. Elle se retrouve aussi au cœur de l'astronomie et de l'astrophysique.
L'OMP soutient les activités de recherche de ses laboratoires à travers l'affectation de personnel technique au sein des UMR, la mise à disposition de plateformes mutualisées et d'équipements lourds, la mutualisation progressive et raisonnée de l'informatique, le soutien à des Actions Scientifiques Transverses entre laboratoires et le soutien à des projets de recherche innovants.
L'UMS « Moyens communs de l'OMP », forte de 115 agents (BIATSS UPS, ITA CNRS et Météo-France) et dirigée par le/la directeur/trice de l'OMP, porte la responsabilité de la mise en œuvre de moyens mutualisés entre les unités de l'Observatoire. Ceux-ci concernent le traitement, l'archivage et la mise à disposition des données, le développement instrumental, la démarche qualité, la documentation, la communication et la diffusion de la culture scientifique, les relations européennes et internationales, les ressources humaines, la gestion financière ainsi que l'entretien et la maintenance des infrastructures à Toulouse et en Bigorre. L'OMP est notamment responsable de la plateforme du Pic-du-Midi-de-Bigorre pour les recherches en astronomie et en environnement, et de la plateforme du Centre de Recherche Atmosphérique (CRA) à Lannemezan.
L'OMP développe un grand nombre de partenariats internationaux dans tous ses champs de recherche et est présent dans de nombreux pays du monde, notamment grâce à la tutelle IRD qui permet un partenariat fort avec les pays d'Amérique du Sud, d'Afrique et d'Asie. Cette dimension de coopération internationale avec les Suds est également une priorité affichée par les autres tutelles.
Les laboratoires de l'OMP sont actifs dans le domaine du transfert et de la valorisation et l'OMP est bien inséré dans le tissu régional par ses relations avec la SATT Toulouse Tech Transfert, la fondation de coopération scientifique STAE, l'IRT Saint Exupéry et les deux Pôles de compétitivité de portée mondiale Aerospace Valley et EAU.
Les personnels enseignants-chercheurs et CNAP de l'OMP contribuent aux missions d'enseignement, de l'université Toulouse-III essentiellement, notamment au niveau licence et master en physique, géosciences et biologie/écologie. Enfin, l'OMP héberge l'école doctorale Sciences De l'Univers, de l'Environnement et de l'Espace (SDU2E) de la communauté d'universités et établissements « Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées ».
Les dossiers de candidature, comprenant notamment un curriculum vitae et une notice des titres et travaux, un document d'environ 6 pages sur le programme en matière de recherche, enseignement, services d'observation et gouvernance sont adressés, sous pli recommandé à M. Jean-Pierre VINEL, président de l'Université Toulouse III-Paul Sabatier (UPS, 118, route de Narbonne, 31082 Toulouse Cedex 09), au plus tard le 5 septembre 2016 à minuit, le cachet de la poste faisant foi. Une copie de leur dossier est envoyée par les candidats à M. Henri-Claude Nataf, président du conseil de l'OMP (ISTerre, Bâtiment OSUG C, CS 40700, 38058 Grenoble Cedex 9, France).
Les candidats sont auditionnés par le conseil de l'OMP à la fin octobre 2016.
Les candidats peuvent, à compter de la date de publication du présent avis au Journal officiel de la République française prendre contact avec le directeur de l'OMP (dir@obs-mip.fr) afin d'organiser des rencontres avec les personnels de l'OMP.
Les statuts de l'OMP, le document quinquennal (2016-2020) de l'OMP, l'évaluation de l'OMP par le HCERES (2015), la convention multi-tutelles de l'UMS « Moyens communs de l'OMP », les axes thématiques prioritaires et les statuts de l'université Toulouse-III et de l'Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées sont à la disposition des candidats.
Les candidats sont informés des conditions de l'audition prévue fin octobre avant le 19 septembre 2016.


Liens relatifs à cet article