Décret n° 2015-220 du 27 février 2015 portant création de la communauté d'universités et établissements « Université Côte d'Azur » et approbation de ses statuts

Chemin :




Article
ELI: Non disponible


ANNEXE
STATUTS DE L'ÉTABLISSEMENT PUBLIC À CARACTÈRE SCIENTIFIQUE, CULTUREL ET PROFESSIONNEL « UNIVERSITÉ CÔTE D'AZUR »
Préambule


Dans le cadre de la réflexion sur la coordination territoriale de l'enseignement supérieur et la recherche, et sur la base de l'analyse de leurs spécificités, forces et faiblesses, les acteurs académiques de la Côte d'Azur ont très clairement pris le parti de s'engager dans une politique de site qui met en valeur les atouts scientifiques de leur territoire. S'appuyant sur une étude effectuée en 2013 dans le cadre de l'association PERSAN (Pôle d'enseignement et de recherche Sophia Antipolis Nice), ils élaborent une vision commune et une ligne stratégique forte visant à mettre en cohérence et dynamiser plusieurs axes structurant de recherche et campus dont les enjeux sont clairement déterminés. Cette politique vise à garantir l'excellence académique de la recherche et son rayonnement national et international, son ancrage et sa participation active à l'écosystème territorial, et la fluidité des interactions avec le secteur de la recherche et du développement (R&D). Elle repose sur les forces spécifiques qui rendent le territoire remarquable :
1° L'université Nice Sophia Antipolis, une université pluridisciplinaire intensive en recherche (6e université française et 135e sur 750 au classement de Leiden, 13e université française et 240e sur 850 au classement européen U-Multirank, 300e sur 400 au classement de Shanghai). Le site compte 40 000 étudiants avec un taux d'étudiants étrangers représentant plus du double de la moyenne nationale ;
2° De nombreux établissements publics à caractère scientifique et technologique (EPST) (notamment le Centre national de la recherche scientifique, l'Institut national de recherche en informatique et en automatique, l'Institut national de la santé et de la recherche médicale et l'Institut national de la recherche agronomique), qui contribuent de manière déterminante à l'excellence scientifique et la structuration de la recherche ;
3° Un socle de laboratoires de recherche de grande qualité sur un large éventail de thématiques et complémentaires pour répondre aux enjeux sociétaux ;
4° L'observatoire de la Côte d'Azur et son parc de très grands équipements ;
5° L'Institut national de recherche en informatique et en automatique Sophia-Antipolis Méditerranée et son rôle local structurant au niveau de la pluridisciplinarité ;
6° Des écoles de formations d'ingénieurs et des écoles de commerce reconnues pour leur excellence ;
7° La plus importante technopole d'Europe avec un secteur R&D privé extrêmement actif ;
8° Un territoire à forte visibilité internationale géré par des collectivités très investies dans la recherche et le développement économique, dans la cinquième ville de France.
Les acteurs de l'enseignement supérieur et de la recherche de la Côte d'Azur ont choisi de structurer leur projet sous la forme d'une COMUE à vocation « Recherche » nommée « Université Côte d'Azur » (UCA), dont les missions sont :
1° Elaborer et mettre en œuvre des synergies entre les différents acteurs pour construire un établissement de rang mondial en recherche et innovation parfaitement implanté dans son territoire, à fortes visibilité et attractivité internationales, notamment en coordonnant les actions au niveau des appels d'offres nationaux et européens ;
2° Donner à UCA un rôle leader en matière d'interdisciplinarité en favorisant une culture de l'interdisciplinarité, en décloisonnant et mettant en synergie sur des projets communs ses diverses composantes thématiques ;
3° Agir au niveau du territoire en multipliant les interactions entre recherche académique et R&D privée ;
4° Développer une offre ambitieuse, lisible et attractive de formation à la recherche s'appuyant sur l'excellence scientifique des laboratoires, le caractère interdisciplinaire d'UCA et l'émergence de thématiques nouvelles issues de la demande économique et sociétale. Cette offre coordonnée s'appuiera sur les outils pédagogiques de pointe, notamment dans le domaine du numérique ;
5° Intensifier les diverses actions au niveau de la culture scientifique pour rendre UCA attractive auprès d'un large public, notamment chez les lycéens, en particulier ceux qui pourraient se diriger vers des études scientifiques.
Sur le plan éthique, UCA se veut le garant de l'égalité, de la solidarité et de la valorisation des compétences de chacun. UCA promeut par sa gouvernance et ses actions la diversité, l'égalité entre les sexes, combat les discriminations et vise à l'égalité dans l'accès à ses services et activités des usagers et personnels handicapés. Elle facilite à chacun par les moyens dont elle dispose et la stratégie numérique qu'elle élabore l'accès aux technologies numériques les plus performantes.
Elle est gouvernée conformément aux principes de :
1° Transparence de ses actions et libre accès aux documents et informations qu'elle élabore ou détient dans les limites et selon les règles posées par la loi ;
2° Collégialité dans l'élaboration de la décision, reposant autant que nécessaire sur une expertise indépendante, objective et transparente ;
3° Sobriété dans les moyens de fonctionnement et de support ;
4° Ouverture internationale et participation à l'enrichissement mutuel par le dialogue et l'échange des cultures, par la diffusion de la recherche, de l'innovation et de la formation.
Le principe de subsidiarité sera retenu au sein de la COMUE et implique que seuls les responsabilités, compétences et moyens qui peuvent être gérés de façon plus efficace au niveau de l'entité confédérale font l'objet d'une coordination ou d'un partage, les autres restant au sein des entités membres.
La création d'UCA traduit la volonté partagée de développer une stratégie de recherche, de transfert et de formation commune aux acteurs de l'enseignement supérieur et de la recherche sur le territoire de la Côte d'Azur. Ces statuts sont le reflet de cette ambition de partage rationnel et efficace entre universités, organismes et autres établissements et offrent, pour y parvenir, un cadre de pilotage prioritairement centré sur la stratégie de recherche académique.