Arrêté du 31 juillet 2003 relatif au titre professionnel d'électricien automobile

Chemin :




Article

INFORMATIONS REQUISES POUR L'INSCRIPTION DU TITRE PROFESSIONNEL
AU RÉPERTOIRE NATIONAL DES CERTIFICATIONS PROFESSIONNELLES

Intitulé :

Titre professionnel : électricien automobile.

Niveau : IV.

Code NSF : 252 r.

Résumé du référentiel d'emploi

L'Electricien Automobile intervient principalement sur des interventions de diagnostic et de réparation des fonctions électriques des véhicules légers ou lourds.

Dans les garages et concessions, il effectue des contrôles électriques au moyen d'appareils de mesure pour déterminer l'origine des pannes des différents équipements électriques et électroniques embarqués, échange les sous-ensembles défectueux, effectue leur remise en état, répare les faisceaux endommagés et réalise l'installation et la mise en service d'équipements électriques complémentaires.

Dans un centre de services rapides, son activité est davantage centrée sur l'entretien périodique des véhicules, la réalisation d'opérations de courte durée et la pose d'accessoires.

Les travaux à réaliser sont définis par le réceptionnaire d'atelier en accord avec le client et consignés sur un ordre de réparation faisant office de contrat de service.

Il exerce généralement son emploi :

- dans les ateliers équipés pour les interventions sur systèmes électriques des entreprises de maintenance automobile ;

- dans des baies de services rapides ouvertes sur l'extérieur ;

- dans les ateliers d'entreprises spécialisées dans l'aménagement, l'équipement ou la maintenance de véhicules spéciaux (engins de l'équipement, ambulance, véhicules de pompiers, poids lourds ...).

Les horaires de travail sont tributaires des prestations à la clientèle et nécessitent parfois des aménagements pour assurer le service.

Placé sous l'égide d'un chef d'équipe, il est autonome dans la conduite des opérations techniques à effectuer sur le véhicule, qu'il réalise conformément aux modes opératoires décrits dans le manuel de réparation du véhicule fourni par le constructeur, en respect des temps barèmes relatifs à chaque opération professionnelle. Dans certains cas, l'électricien automobile peut être amené à accueillir lui-même le client pour réceptionner son véhicule, le conseiller sur le choix d'un équipement ou expliquer les travaux réalisés.

Il doit assurer la qualité de ses interventions en exerçant un auto-contrôle à chaque étape de son travail, le contrôle global étant généralement à la charge du responsable d'atelier, avant livraison du véhicule.

L'accès à l'emploi s'opère généralement à partir d'un titre ou diplôme professionnel de niveau V de la réparation automobile.

Le permis de conduire B est souhaité pour qu'il puisse réaliser les essais de véhicules.

Liste des activités et compétences attestées par la certification.

1. Effectuer l'entretien périodique des véhicules automobiles

Réceptionner et prendre en charge un véhicule pour une intervention en service rapide.

Remplacer les éléments consommables les plus courants des véhicules automobiles (pneumatiques, plaquettes, échappements ...).

Réaliser les opérations d'entretien périodique programmé des véhicules automobiles.

Préparer un véhicule automobile pour sa livraison au client.

2. Contrôler et échanger les pièces d'usure
d'un véhicule automobile

Echanger les organes du système de freinage des véhicules automobiles (tambours, flexibles ...).

Echanger les organes de liaison au sol des véhicules automobiles (suspension, rotule, roulement, transmission ...).

Contrôler et régler la géométrie des véhicules.

Echanger les éléments d'équipements annexes du moteur des véhicules automobiles (courroie de distribution, radiateur, embrayage...).

Contrôler les circuits électriques du moteur et remplacer les éléments défectueux (allumage, charge, démarrage, préchauffage ...).

Effectuer le pré-contrôle technique d'un véhicule automobile.

3. Monter les accessoires complémentaires courants
sur un véhicule automobile

Réaliser ou adapter les supports mécano-soudés nécessaires à l'installation d'accessoires sur un véhicule automobile.

Monter, brancher et mettre en service les accessoires d'éclairage et de signalisation sur un véhicule automobile.

Monter, brancher et mettre en service les accessoires audio sur un véhicule automobile.

Monter, brancher et mettre en service les équipements d'attelage et de portage sur un véhicule automobile.

4. Installer et remettre en état les organes électriques des véhicules

Remettre en état les démarreurs et les alternateurs.

Remettre en état les équipements électriques des moteurs essence et Diesel.

Remettre en état les circuits électriques de bord.

Installer et dépanner les équipements de sonorisation et de navigation embarqués.

Installer et dépanner les systèmes de protection du véhicule.

Contrôler et remettre en état une climatisation.

5. Réparer les systèmes électriques des véhicules

Contrôler et réparer les systèmes d'injection des moteurs essence.

Contrôler et réparer les systèmes d'injection des moteurs Diesel.

Contrôler et réparer les systèmes d'assistance et de confort des véhicules.

Contrôler et remettre en état les systèmes de sécurité des véhicules.

Activité d'extension de l'emploi

Installer des équipements spéciaux sur des véhicules.

Secteurs d'activités ou types d'emploi
accessibles par le détenteur du titre

L'électricien automobile exerce ses activités le plus généralement :

- dans les entreprises spécialisées de l'automobile (ESA) ;

- dans les centres auto spécialisés dans le service rapide ;

- dans les agences, concessions et succursales des réseaux de SAV des constructeurs automobiles ;

- dans les entreprises spécialisées dans l'aménagement, l'équipement ou la maintenance de véhicules spéciaux (engins de l'équipement, ambulance, véhicules de pompiers, poids lourds ...) ;

- dans les ateliers intégrés de maintenance d'une flotte de véhicule de collectivité ou de grande entreprise.

Réglementation de l'activité :

Néant.

Code ROME :

44321 - Mécanicien de véhicules particuliers et industriels.

Autorité responsable de la certification :

Ministère chargé de l'emploi.

Bases légales et réglementaires :

Loi n° 2002-73 du 17 janvier 2002 de modernisation sociale ;

Décret n° 2002-1029 du 2 août 2002 ;

Arrêté du 25 novembre 2002.

NOTA :

Arrêté du 18 décembre 2006 art. 1 : L'arrêté est prorogé pour une durée de cinq ans à compter du 9 janvier 2007.


Liens relatifs à cet article