Arrêté du 17 janvier 1994 modifiant l'arrêté du 21 juin 1990 modifié fixant les modalités des concours d'accès au corps de la conservation du patrimoine


JORF n°21 du 26 janvier 1994 page 1363




Arrêté du 17 janvier 1994 modifiant l'arrêté du 21 juin 1990 modifié fixant les modalités des concours d'accès au corps de la conservation du patrimoine

NOR: MCCB9300429A
ELI: Non disponible
Le ministre de la culture et de la francophonie et le ministre de la fonction publique,
Vu l'arrêté du 21 juin 1990 modifié fixant les modalités des concours d'accès au corps de la conservation du patrimoine,
Arrêtent:

Art. 1er. - Les dispositions de l'article 2 (a, 1) de l'arrêté du 21 juin 1990 susvisé sont remplacées par les dispositions suivantes:
<< 1. Une dissertation sur un sujet portant, au choix du candidat, soit sur l'histoire européenne, soit sur l'histoire de l'art européen, soit sur l'anthropologie préhistorique et historique de l'Europe (durée: cinq heures; coefficient 3). >>
Art. 2. - La liste mentionnée à l'annexe I de l'arrêté du 21 juin 1990 susvisé est complétée par l'option suivante:
Sciences du paléo-environnement.

Art. 3. - A l'annexe II de l'arrêté du 21 juin 1990 susvisé, il est ajouté pour la spécialité Archéologie l'option suivante:
Sciences du paléo-environnement.

Art. 4. - La liste mentionnée à l'annexe III de l'arrêté du 21 juin 1990 susvisé est complétée par les langues suivantes:
Arabe moderne;
Chinois;
Russe.

Art. 5. - 1. Dans la liste mentionnée à l'annexe IV de l'arrêté du 21 juin 1990 susvisé, le mot << grec >> est remplacé par << grec ancien >>.
2. La liste mentionnée à l'annexe IV de l'arrêté du 21 juin 1990 susvisé est complétée par les langues suivantes:
Hébreu ancien;
Portugais.

Art. 6. - Le présent arrêté sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 17 janvier 1994.

Le ministre de la culture et de la francophonie,

JACQUES TOUBON

Le ministre de la fonction publique,
Pour le ministre et par délégation:
Le directeur général de l'administration et de la fonction publique,
M. POCHARD