Arrêté du 19 mars 2019 modifiant l'arrêté du 21 avril 2017 relatif aux connaissances, aux compétences et aux maquettes de formation des diplômes d'études spécialisées et fixant la liste de ces diplômes et des options et formations spécialisées transversales du troisième cycle des études de médecine




Arrêté du 19 mars 2019 modifiant l'arrêté du 21 avril 2017 relatif aux connaissances, aux compétences et aux maquettes de formation des diplômes d'études spécialisées et fixant la liste de ces diplômes et des options et formations spécialisées transversales du troisième cycle des études de médecine

NOR: ESRS1901610A
Version consolidée au 26 juin 2019


La ministre des armées, la ministre des solidarités et de la santé et la ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation,
Vu le code de la défense ;
Vu le code de l'éducation ;
Vu le code des relations entre le public et l'administration ;
Vu le code de la santé publique ;
Vu l'arrêté du 21 avril 2017 modifié relatif aux connaissances, aux compétences et aux maquettes de formation des diplômes d'études spécialisées et fixant la liste de ces diplômes et des options et formations spécialisées transversales du troisième cycle des études de médecine ;
Vu l'avis du Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche en date du 15 janvier 2019,
Arrêtent :

Article 1
A modifié les dispositions suivantes :


Les dispositions du présent arrêté s'appliquent aux étudiants inscrits en troisième cycle de médecine à partir de la rentrée universitaire 2017-2018.


La directrice centrale du service de santé des armées, la directrice générale de l'offre de soins et la directrice générale de l'enseignement supérieur et de l'insertion professionnelle sont chargées, chacune en ce qui la concerne, de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

  • Annexe
    A modifié les dispositions suivantes :


    Critères d'agrément des stages de niveau II dans la spécialité :
    En sus des dispositions de l'article 34 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine, la commission d'agrément prend en compte :


    - la présence d'une unité de soins intensifs cardiologiques et plateau technique d'exploration ;
    - la présence d'un praticien universitaire ou ancien universitaire de la spécialité ;
    - l'organisation d'au moins une réunion de concertation pluridisciplinaire hebdomadaire et une réunion d'enseignement hebdomadaire dédiée aux étudiants de troisième cycle ;
    - le niveau d'encadrement.


    3.5. Evaluation :
    Modalités de l'évaluation des connaissances :
    Conformément l'article 59 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine :


    - contrôle du suivi de l'e-learning et de l'auto-évaluation de l'interne ;
    - présence aux séminaires ;
    - évaluation possible en centre de simulation ;
    - test informatique national sur la plateforme nationale d'auto-évaluation ;
    - évaluation des connaissances en échocardiographie par un examen régional.


    Modalités de l'évaluation des compétences :
    Conformément l'article 59 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine :


    - validation de la réalisation et de l'interprétation d'un minimum de :
    - 20 tests d'efforts simples ;
    - 20 lectures d'enregistrement d'ECG longue durée ;
    - 10 épreuves d'effort cardio-respiratoire avec mesure de la VO2 ;
    - 10 poses de cathéter artériel, 10 poses de cathéter veineux central ;
    - 2 montées de sonde d'entraînement électro-systolique ;
    - 5 cathétérismes droits ;
    - 5 intubations trachéales ;
    - 5 mises en place d'une ventilation invasive ;
    - 10 mises en place de ventilation non invasive ;
    - 5 réanimations d'arrêt cardio-circulatoire ;
    - 10 cardioversions électriques de fibrillation atriale ;
    - 50 gardes en USIC ;
    - 200 échocardiographies transthoraciques, 20 échocardiographies transœsophagiennes, 20 échocardiographies de stress ;
    - 10 échographies Doppler artériel des membres inférieurs, 10 échographies Doppler des troncs artériels supra-aortiques, 10 échographies Doppler des troncs veineux profonds proximaux ;
    - validation de la participation à un minimum de :
    - 30 réunions de concertation pluridisciplinaire avec présentation de dossiers ;
    - 3 revues de morbimortalité ;
    - 3 interventions de chirurgies cardiaques ;
    - 3 TAVI ;
    - 3 angioplasties coronaires ;
    - 3 poses de stimulateur ou de défibrillateur cardiaque ;
    - 5 explorations électrophysiologiques ou procédures d'ablation endocavitaire ;
    - un protocole de recherche clinique ;
    - évaluation en stage sous la responsabilité du responsable du lieu de stage ;
    - entretien annuel avec la commission locale pour vérifier la progression dans l'acquisition des compétences.


    3.6. Modalités de validation de la phase :
    Conformément aux articles 13 et 59 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine :
    Entretien avec la commission locale de coordination de la spécialité portant sur le contenu du portfolio et de l'e-carnet (acquisitions des connaissances et des compétences, nombre d'actes et de procédures réalisés), avis favorable des responsables médicaux des lieux de stages, validation des modules d'enseignements en auto-évaluation.


    4. Phase de consolidation


    4.1. Durée :
    1 an.
    4.2. Enseignements hors stages en lien avec la préparation à l'exercice professionnel (gestion de cabinet…) :
    Volume horaire :
    2 demi-journées par semaine : une demi-journée en supervision et une demi-journée en autonomie.
    Nature des enseignements :
    En application de l'article 5 du présent arrêté :


    - participation à au moins un congrès national ou international de la spécialité ;
    - e-learning ;
    - visioconférences.


    Connaissances à acquérir :


    - au cours de cette, les connaissances transversales listées dans les articles 2 à 4 du présent arrêté doivent être acquises ;
    - les connaissances spécifiques permettent une autonomie complète pour la pratique médicale et technique de la médecine cardiovasculaire et portent notamment sur :
    - onco-cardiologie ;
    - grossesse et cardiopathies ;
    - principales cardiopathies congénitales de l'enfant et de l'adulte ;
    - cardiologie du sport et réadaptation cardiaque ;
    - pathologie cardiaque et médecine interne ;
    - initiation à l'exercice de la cardiologie et à ses différents métiers ;
    - principes d'éducation thérapeutique en cardiologie.


    4.3. Compétences à acquérir :
    Au cours de cette phase, les compétences génériques listées dans les articles 2 à 4 du présent arrêté doivent être acquises.
    Les compétences spécifiques permettant à l'étudiant de se préparer à l'exercice professionnel sont les suivantes :


    - prendre en charge globalement la prévention primaire et secondaire des facteurs de risque cardiovasculaire ;
    - savoir prendre en charge et orienter un patient pour un sevrage tabagique ;
    - savoir coopérer avec d'autres professionnels de santé pour la prise en charge des pathologies chroniques cardiovasculaires ;
    - prendre en charge globalement (diagnostic, prise en charge thérapeutique et organisation du suivi) des patients :
    - atteints d'insuffisance cardiaque ;
    - ayant une maladie coronaire ;
    - atteints de fibrillation atriale, d'arythmie ventriculaire ou de trouble de conduction ;
    - ayant une hypertension artérielle ;
    - ayant une maladie veineuse thrombo-embolique ;
    - ayant une valvulopathie ou porteurs de prothèses valvulaires ;
    - ayant une pathologie de l'aorte ou des gros troncs artériels ou une artériopathie ;
    - être capable d'assurer une consultation de médecine cardiovasculaire.


    A la fin de cette phase, l'étudiant aura acquis les compétences pour exercer en autonomie complète la médecine cardiovasculaire.
    4.4. Stages :
    Nombre et durée des stages de niveau III :
    1 stage d'un an, ou deux stages d'un semestre lorsque l'acquisition par l'étudiant des compétences de la spécialité le justifie, accompli soit :


    - dans un lieu hospitalier agréé à titre principal en médecine cardiovasculaire ;
    - sous la forme d'un stage mixte dans un lieu hospitalier et/ou auprès d'un praticien-maître de stage des universités (au maximum 30 demi-journées) agréés à titre principal en médecine cardiovasculaire ;
    - sous la forme d'un stage couplé dans deux lieux hospitaliers agréés à titre principal en médecine cardiovasculaire.


    Critères d'agrément des stages de niveau III :
    En sus des dispositions de l'article 34 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine, la commission d'agrément prend en compte :


    - la présence d'une unité de soins intensifs cardiologiques et d'un plateau technique d'exploration ;
    - la présence d'un praticien universitaire ou ancien universitaire de la spécialité ;
    - l'organisation d'au moins une RCP hebdomadaire et une réunion d'enseignement hebdomadaire dédiée aux étudiants ;
    - le niveau d'activité avec obligatoirement une activité de consultation d'au moins une demi-journée par semaine réservé à l'étudiant.


    4.5. Evaluation :
    Modalités de l'évaluation des connaissances :
    Conformément l'article 59 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine :


    - contrôle du suivi de l'e-learning.


    Modalités de l'évaluation des compétences :
    Conformément l'article 59 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine :


    - saisie du portfolio par l'interne, certifié par le coordonnateur local indiquant les différentes compétences acquises, leur niveau, ainsi que le nombre d'actes techniques et de procédures réalisés ;
    - évaluation des stages ;
    - le passage de l'examen européen « European Exam in General Cardiology » organisé par l'European Society of Cardiology sera encouragé.


    4.6. Modalités de validation de la phase :
    Conformément aux articles 13 et 59 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine :
    Entretien avec la commission locale de coordination de la spécialité portant sur la validation de l'ensemble des items du portfolio électronique et l'e-carnet et la validation des stages.


    5. Option Cardiologie interventionnelle de l'adulte


    Cette option a pour but d'assurer la formation initiale permettant l'exercice de la cardiologie interventionnelle de l'adulte.
    5.1. Durée :
    4 semestres.
    L'option augmente de 2 semestres la durée totale de formation du DES de Médecine Cardiovasculaire.
    Elle se déroule au cours de la phase de consolidation qui est allongée de 2 semestres.
    5.2. Enseignements hors stages :
    Volume horaire :
    2 demi-journées par semaine : une demi-journée en supervision et une demi-journée en autonomie.
    Nature des enseignements :
    En application de l'article 5 du présent arrêté :


    - e-learning ;
    - webinars ;
    - simulation ;
    - séminaires en présentiel (nationaux ou interrégionaux) ou en ligne (webinars).


    Connaissances :


    - module 1 : physiopathologie et bases diagnostiques de la maladie coronaire ;
    - module 2 : physiopathologie et bases diagnostiques des valvulopathies et autres cardiopathies structurelles ;
    - module 3 : l'interventionnel coronaire ;
    - module 4 : l'interventionnel valvulaire et autre non coronaire.


    5.3. Compétences à acquérir :


    - maîtrise des abords vasculaires, de la coronarographie diagnostique, des angiographies cavitaires, et du cathétérisme droit et gauche pour analyses hémodynamiques ;
    - maîtrise de l'analyse fonctionnelle des sténoses coronaires ambiguës avec guide de pression ;
    - gestion optimale des angioplasties coronaires simples en premier opérateur ;
    - expérience d'angioplastie coronaire en phase aiguë des SCA ST+ ;
    - initiation au traitement interventionnel des valvulopathies (valvuloplastie aortique au ballon, TAVI…).


    5.4. Stages :
    Nombre et durée des stages de niveau II agréés pour la Cardiologie interventionnelle :
    4 stages dans un lieu hospitalier agréé à titre principal en médecine cardio-vasculaire et ayant une activité de cardiologie interventionnelle de l'adulte. Au moins deux de ces stages sont accomplis dans un lieu avec encadrement universitaire.
    Critères d'agrément des stages pour la Cardiologie Interventionnelle :
    En sus des dispositions de l'article 34 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine, la commission d'agrément prend en compte :


    - la réalisation d'un volume annuel de plus de 500 angioplasties et la présence d'au moins un opérateur réalisant plus de 100 angioplasties ;
    - la présence d'au moins 2 cardiologues interventionnels plein temps dans le centre avec au moins 5 ans d'expérience ;
    - la présence d'une RCP institutionnalisée ;
    - l'engagement reconnu dans l'enseignement et dans la recherche clinique.


    5.5. Evaluation :
    Modalités de l'évaluation des connaissances :
    Examen national annuel.
    Modalités de l'évaluation des compétences :


    - validation de la réalisation en second et en premier opérateur d'un nombre minimal :
    - de 500 coronarographies et/ou cathétérismes cardiaques dont 300 en premier opérateur ;
    - de 250 angioplasties dont au moins 150 en premier opérateur ;
    - validation des compétences techniques par enseignant extérieur se déplaçant sur le lieu de stage pour valider sa formation pratique en présence du maître de stage et/ou par simulation.


    5.6 Modalités d'évaluation de l'option :


    - portfolio indiquant un nombre de procédures réalisées en premier ou second opérateur, et validées par le maître de stage ;
    - validation des examens nationaux annuels portant sur le contrôle des connaissances.


    6. Option rythmologie interventionnelle et stimulation cardiaque


    Cette option a pour but d'assurer la formation initiale permettant l'exercice de la rythmologie interventionnelle et de la stimulation cardiaque.
    6.1. Durée :
    4 semestres.
    L'option augmente de 2 semestres la durée totale de formation du DES de Médecine Cardiovasculaire.
    Elle se déroule au cours de la phase de consolidation qui est allongée de 2 semestres.
    6.2. Enseignements hors stages en lien avec la préparation à l'exercice professionnel :
    Volume horaire :
    2 demi-journées par semaine : une demi-journée en supervision et une demi-journée en autonomie.
    Nature des enseignements :
    En application de l'article 5 du présent arrêté :


    - e-learning ;
    - simulation ;
    - séminaires en présentiel (nationaux ou interrégionaux) ou en ligne (webinars).


    Connaissances :


    - démarche diagnostique et thérapeutique dans le champ des pathologies rythmiques cardiaques, y compris les aspects de prise en charge dans le cadre des maladies rythmiques héréditaires ;
    - explorations rythmologiques non invasives ;
    - implantation et suivi des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques, et prise en charge de leurs complications aiguës et chroniques ;
    - implantation et suivi des appareils de resynchronisation cardiaque, et prise en charge de leurs complications aiguës et chroniques ;
    - explorations électrophysiologiques diagnostiques ;
    - techniques d'ablation endocavitaire et prise en charge de leurs complications aiguës et chroniques ;
    - techniques émergentes.


    6.3. Compétences à acquérir :


    - réaliser une exploration électrophysiologique diagnostique ;
    - mettre en place un stimulateur simple ou double chambre ;
    - mettre en place un défibrillateur simple ou double chambre ou sous cutané ;
    - mettre en place d'un stimulateur et/ou un défibrillateur triple chambre ;
    - contrôler un stimulateur ou un défibrillateur avec ou sans resynchronisation ;
    - faire une ablation d'un faisceau accessoire atrio-ventriculaire ;
    - faire une ablation d'une réentrée intranodale ;
    - faire une ablation d'un flutter atrial commun ;
    - faire une ablation de tachycardie atriale ;
    - faire une ablation d'une fibrillation atriale, d'un flutter gauche, d'un flutter cicatriciel ;
    - faire une ablation de tachycardie ventriculaire ou d'extrasystoles ventriculaires.


    Nombre minimal de procédures à réaliser en second et en premier opérateur :


    - 100 pace-makers (PM) ou défibrillateurs (DAI) dont 25 DAI, 30 PM triple chambre et 45 PM ;
    - suivi en premier de 200 PM/DAI (50 PM, 50 CRT, 100 DAI) ;
    - 200 explorations électrophysiologiques (EEP)/Ablations dont 100 EEP (isolées ou avant ablation) et 100 ablations dont 15 Flutters droits, 15 voies accessoires, 15 réentrées intra-nodales et 50 ablations complexes comprenant au moins 30 ablations de fibrillation atriale.


    6.4. Stages :
    Nombre et durée des stages de niveau II agréés pour la rythmologie interventionnelle :
    4 stages dans un lieu hospitalier agréé à titre principal en médecine cardio-vasculaire et ayant une activité de rythmologie interventionnelle. Au moins deux de ces stages doivent être réalisés dans un lieu avec encadrement universitaire.
    Critères d'agrément des stages de niveau II pour la rythmologie interventionnelle :
    En sus des dispositions de l'article 34 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine, la commission d'agrément prend en compte :


    - l'autorisation d'activité pour la resynchronisation/défibrillation et l'ablation endocavitaire de tous niveaux délivrée par l'ARS concernée ;
    - la réalisation d'un volume annuel de 200 ablations, 200 implantations de stimulateurs cardiaques, 50 défibrillateurs et 20 dispositifs de resynchronisation ;
    - la présence d'au moins 2 rythmologues/stimulistes plein temps dans le centre et d'un maître de stage ayant au moins 5 ans d'expérience dans le domaine ;
    - un engagement reconnu dans l'enseignement et la recherche clinique.


    6.5. Evaluation :
    Modalités de l'évaluation des connaissances :
    Examen national.
    Modalités de l'évaluation des compétences :


    - validation de la réalisation en second et en premier opérateur d'un nombre minimal :
    - de 100 implantations de stimulateurs cardiaques (SC) ou défibrillateurs (DAI), dont au moins 45 SC, 25 DAI, 30 stimulateurs triple chambre (CRT) ;
    - du suivi en premier de 200 SC/DAI (50 SC, 50 CRT, 100 DAI) ;
    - 200 explorations électrophysiologiques (EEP) / Ablations endocavitaires dont 100 EEP (isolées ou avant ablation) et 100 ablations dont 15 Flutters atriaux droits, 15 voies accessoires atrio-ventriculaires, 15 réentrées intra-nodales et 50 ablations complexes comprenant au moins 30 ablations de fibrillation atriale ;
    - validation des compétences techniques par enseignant extérieur et/ou par simulation.


    6.6. Modalités d'évaluation de l'option :


    - portfolio indiquant un nombre de procédures réalisées en premier ou second opérateur, et validées par le maître de stage ;
    - validation des examens nationaux annuels portant sur le contrôle des connaissances.


    7. Option Imagerie cardiovasculaire d'expertise


    Cette option a pour but d'assurer la formation initiale permettant l'exercice de l'imagerie cardiovasculaire non invasive d'expertise.
    7.1. Durée :
    2 semestres.
    L'option est intégrée dans la durée du DES et se déroule de préférence dans la dernière année de la phase d'approfondissement.
    7.2. Enseignements hors stages :
    Volume horaire :
    2 demi-journées par semaine : une demi-journée en supervision et une demi-journée en autonomie.
    Nature des enseignements :
    En application de l'article 5 du présent arrêté :


    - e-learning ;
    - simulation ;
    - séminaires présentiels (nationaux ou interrégionaux) ou en ligne (webinars).


    Connaissances :


    - anatomie cardiovasculaire
    - principes physiques et théorie des différentes imageries (échocardiographie, scanner, IRM, isotopes) ;
    - connaissances en radioprotection ;
    - connaitre les avantages, inconvénients, limites, effets secondaires, indications et contre-indications des différentes techniques d'imagerie cardiovasculaire non invasive (échocardiographie, scanner, IRM, isotopes) ;
    - choix des examens en fonction des situations cliniques ;
    - techniques avancées dans le domaine de l'échocardiographie (échocardiographie transœsophagienne, de stress, 3D, contraste, échocardiographie en salle de cathétérisme).


    7.3. Compétences à acquérir :


    - sélectionner les modalités d'imagerie appropriées en fonction de l'état clinique du patient ;
    - connaître les intérêts et les limites des différentes modalités d'imagerie non invasives dans des situations cliniques spécifiques :
    - échocardiographie du coeur et des vaisseaux ;
    - imagerie par Résonance magnétique cardiaque (IRM) ;
    - tomodensitométrie cardiaque (TDM) ;
    - techniques nucléaires (SPECT et TEP) ;
    - interpréter et intégrer les résultats dans la prise en charge des patients ;
    - effectuer les TDM ou IRM cardiaque sous la responsabilité du radiologue, dans un centre d'imagerie avec des dispositifs et logiciels adaptés et réaliser l'interprétation des images dans le cadre de cette coopération ;
    - nombre d'examens : 80 CT/80 IRM, 250 échographies transthoraciques et 75 échographies transœsophagiennes, 50 échographie de stress + assister à 30 plasties mitrales ou clips/ assister à la fermeture percutanée de 20 FOP ou CIA ou auricules, 50 SPECT/TEP) ;
    - exploiter les résultats de l'imagerie multimodale du cœur et des coronaires qui sont interprétés par des équipes expérimentées en imagerie cardiaque et dans l'évaluation des maladies cardiologiques ;
    - connaître les principes de l'analyse du signal en imagerie ;
    - réaliser les échographies de stress pour toutes les indications notamment les cas difficiles (viabilité, cardiomyopathies et valvulaires), les échocardiographies transœsophagiennes pour les procédures d'interventions, maitriser les nouvelles technologies notamment 3D et imagerie de déformation.


    7.4. Stages :
    Nombre et durée des stages de niveau II agréés :
    2 stages de 6 mois d'imagerie multimodalité offrant un accès partagé et coordonné entre les modalités échographiques et d'imagerie de coupe et/ou de médecine nucléaire dans un lieu hospitalier agréé à titre principal en médecine cardio-vasculaire et ayant une activité en imagerie cardiovasculaire d'expertise, dans un centre disposant d'un plateau radiologique d'imagerie de coupe cardiovasculaire et/ou d'un plateau d'imagerie isotopique cardiovasculaire. L'un de ces stages doit être réalisé dans un lieu avec encadrement universitaire.
    Critères d'agrément des stages de niveau II :
    En sus des dispositions de l'article 34 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine, la commission d'agrément prend en compte :


    - la présence dans le centre hospitalier d'un plateau technique comportant les différentes modalités de l'échocardiographie et au moins 2 des 3 techniques suivantes : IRM cardiaque, scanner synchronisé (cardiaque et vaisseaux), médecine nucléaire ;
    - la présence d'un réseau d'imagerie permettant la relecture des images ;
    - la présence au minimum d'un médecin compétent en mesure d'encadrer l'étudiant sur ces techniques.


    7.5. Evaluation :
    Modalités de l'évaluation des connaissances :
    Examen national.
    Modalités de l'évaluation des compétences :


    - 0Validation de la réalisation et de l'interprétation d'un nombre minimal d'examens :
    80 scanners cardiaques / 80 IRM cardiaques, 250 échographies transthoraciques et 75 échographies transœsophagiennes, 50 échographie de stress, 50 scintigraphies isotopiques ;
    - validation de la participation à des procédures interventionnelles :
    30 plasties mitrales ou clips/ 20 fermetures de FOP ou de CIA ou d'auricules.


    Modalités de l'évaluation de l'option :


    - portfolio indiquant la réalisation d'un nombre minimal de procédures réalisées en 1er ou en 2e opérateur, validées par le maître de stage ;
    - validation de l'examen national.


    Diplôme d'études spécialisées de pneumologie
    1. Organisation générale


    1.1. Objectifs généraux de la formation :
    Former un spécialiste en pneumologie.
    1.2. Durée totale du DES :
    10 semestres dont au moins 4 dans un lieu de stage avec encadrement universitaire tel que défini à l'article 1er du présent arrêté et au moins 2 dans un lieu de stage sans encadrement universitaire.
    1.3. Intitulé des options proposées au sein du DES :
    Néant.
    1.4. Intitulé des formations spécialisées transversales (FST) indicatives :
    Dans le cadre de son projet professionnel, et en regard des besoins de santé et de l'offre de formation, l'étudiant peut candidater à une FST, notamment :


    - addictologie ;
    - cancérologie ;
    - maladies allergiques ;
    - pharmacologie médicale/thérapeutique ;
    - soins palliatifs ;
    - sommeil.


    2. Phase socle


    2.1. Durée :
    2 semestres.
    2.2. Enseignements hors stages :
    Volume horaire :
    2 demi-journées par semaine : une demi-journée en supervision et une demi-journée en autonomie (article R. 6153-2 du code de la santé publique).
    Nature des enseignements :
    En application de l'article 5 du présent arrêté :


    - auto-apprentissage à l'échelon national (e-learning) ;
    - présentiel à l'échelon local : formation à l'endoscopie bronchique sur simulateur, à l'initiation d'une ventilation non invasive (VNI), à l'intubation orotrachéale sur mannequin et à l'échographie thoracique.


    Connaissances de base dans la spécialité à acquérir :


    - orientation et conduite à tenir devant une toux, une dyspnée (aiguë ou chronique dont dyspnée réfractaire), une douleur thoracique, une hémoptysie, une détresse respiratoire - épidémiologie et mécanismes physiopathologiques des différentes pathologies respiratoires (broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), asthme, pathologies professionnelles et environnementales, bronchiectasies, mucoviscidose, pathologies respiratoires au cours du sommeil, infections respiratoires, pathologies pleurales, pneumopathies interstitielles, cancers thoraciques, maladie thrombo-embolique veineuse, hypertension artérielle pulmonaire, insuffisances respiratoires obstructive et restrictive) ;
    - principes de l'évaluation multidisciplinaire des patients avec pathologies respiratoires complexes (réunions de concertation pluridisciplinaires (RCP) et recours aux centres experts) ;
    - pharmacologie spécifiques aux traitements des maladies respiratoires ;
    - prescription des examens complémentaires (dont génétique et radioprotection) ;
    - indications et les démarches à effectuer pour prescrire une oxygénothérapie de longue durée, une pression positive continue (PPC) ou une VNI, une réhabilitation respiratoire ;
    - notions essentielles en physiologie et anatomie respiratoire, anatomie pathologique des organes respiratoires et physiopathologie des maladies respiratoires, addiction aux toxiques inhalés (tabac, cannabis…), allergologie respiratoire et immunologie, imagerie thoracique, prévention des maladies respiratoires, kinésithérapie respiratoire ;
    - initiation à l'endoscopie bronchique et aux explorations fonctionnelles respiratoires ;
    - initiation à la prise en charge du handicap respiratoire (réhabilitation, techniques d'assistance respiratoire).


    Connaissances transversales à acquérir :
    Outre les connaissances transversales listées dans l'article 2 du présent arrêté :


    - les principes de la pratique médicale des soins palliatifs ;
    - la nutrition ;
    - les situations d'urgence extra respiratoires ;
    - le diagnostic des pathologies infectieuses extra-respiratoires ;
    - les principales comorbidités.


    2.3. Compétences à acquérir :
    Compétences génériques et transversales à acquérir :
    Les compétences génériques sont listées dans l'article 2 du présent arrêté.
    Compétences spécifiques à la spécialité à acquérir :


    - diagnostiquer et gérer les pathologies respiratoires fréquentes (BPCO, asthme, infections respiratoires communautaires, pathologies pleurales, cancers thoraciques, maladie thrombo-embolique veineuse) ;
    - gérer les urgences respiratoires ;
    - gérer la dyspnée et l'hypoxémie réfractaires ;
    - interpréter les examens microbiologiques y compris moléculaires respiratoires ;
    - prescrire et interpréter une radiographie thoracique et un scanner thoracique ;
    - prescrire et gérer les principales thérapeutiques de la pathologie respiratoire (y compris aérosols et techniques d'inhalation) ;
    - maîtriser les gestes techniques nécessaires à la pratique de la pneumologie : bronchoscopie souple (sur simulateur), ponctions pleurales et ponctions artérielles, VNI (incluant réglage des paramètres), principaux gestes d'urgence sur mannequin, échographie thoracique, spirométries, oxymétrie et capnographie transcutanées.


    2.4. Stages :
    Stages à réaliser :


    - 1 stage dans un lieu hospitalier agréé à titre principal en pneumologie ;
    - 1 stage dans un lieu hospitalier agréé à titre principal en pneumologie ou agréé à titre principal en Médecine intensive et réanimation et à titre complémentaire en pneumologie.


    L'un de ces deux stages est de préférence accompli dans un lieu avec encadrement universitaire.
    Critères d'agrément des stages de niveau I dans la spécialité :
    En sus des dispositions de l'article 34 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine, la commission d'agrément prend en compte :


    - une activité de pneumologie comprenant des situations pathologiques fréquentes et graves imposant l'apprentissage de la gestion de l'urgence : insuffisance respiratoire aiguë et chronique, infections respiratoires, pathologie pleurale, cancer thoracique, asthme, BPCO, embolie pulmonaire. Interprétation de l'imagerie thoracique ;
    - la gestion de 5 à 10 lits d'hospitalisation ;
    - la supervision quotidienne des prescriptions, de la rédaction des comptes rendus d'hospitalisation, ordonnances et lettres de sortie ;
    - la réalisation d'au minimum deux visites séniorisées par semaine au lit du malade ;
    - la réalisation d'au minimum une réunion de service hebdomadaire avec discussion de dossiers dans le champ de la spécialité ;
    - la réalisation d'au minimum une séance de bibliographie par mois ;
    - la présence d'une activité en recherche clinique ;
    - la réalisation de gestes supervisés : ponction/drainage/biopsie de plèvre, ventilation, endoscopie bronchique, échographie thoracique.


    2.5. Evaluation :
    Modalités de l'évaluation des connaissances :
    Conformément à l'article 59 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine :
    Test informatique national portant sur l'UE Bases de la pneumologie.
    Modalités de l'évaluation des compétences :
    Conformément à l'article 59 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine :


    - évaluation de chacun des gestes de la spécialité suivants (n=5) : bronchoscopie souple (sur simulateur), ponctions pleurales et ponctions artérielles, VNI, principaux gestes d'urgence sur mannequin ; échographies thoraciques, spirométries, oxymétries et capnographies transcutanées ;
    - discussion de dossiers de patients pendant et à la fin de chaque stage ;
    - entretien individuel avec évaluation en milieu de travail sous la responsabilité du responsable médical du lieu de stage.


    2.6. Modalités de validation de la phase et de mise en place du plan de formation :
    Conformément aux articles 13 et 59 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine :


    - validation de l'intégralité des enseignements par simulation ;
    - validation du test informatique national ;
    - avis favorable aux évaluations de fin de chacun des stages par les responsables médicaux des lieux de stage et à l'évaluation de la commission locale.


    3. Phase d'approfondissement


    3.1. Durée :
    6 semestres.
    3.2. Enseignements hors stages :
    Volume horaire :
    2 demi-journées par semaine : une demi-journée en supervision et une demi-journée en autonomie (article R. 6153-2 du code de la santé publique).
    Nature des enseignements :
    En application de l'article 5 du présent arrêté :


    - enseignement à distance à l'échelon national (e-learning) en auto-apprentissage ;
    - enseignement en visio-conférence à l'échelon régional ou local ;
    - enseignements pratiques structurés autour de cas patients organisés à l'échelon local ;
    - séminaires ou sessions de congrès de la spécialité, validés pour la formation du DES par le Collège national des enseignants de pneumologie.


    Connaissances à acquérir :
    Les connaissances transversales sont listées dans l'article 3 du présent arrêté.
    Les connaissances spécifiques sont des connaissances théoriques, pratiques et techniques dans le domaine des pathologies bronchiques, interstitielles, rares et orphelines pulmonaires, iatrogéniques, vasculaires pulmonaires, infectieuses respiratoires (incluant les immunodéprimés), cancers thoraciques, pathologies médiastinales, tabacologie et autres toxiques inhalés, maladies pleurales, maladies thrombo-emboliques, pathologies liées à l'environnement, atteintes respiratoires des maladies de système, mucoviscidose, pathologies respiratoires allergiques, pathologies du sommeil, pathologies respiratoires neuro-musculaires, physiologie respiratoire, transplantation pulmonaire, pathologies respiratoires à l'interface d'autres spécialités, médecine intensive, médecine du travail, démarche palliative en pneumologie.
    Elles portent également sur :


    - les indications et complications de la chirurgie thoracique, des ponctions transthoraciques, de l'échoendoscopie bronchique et de la bronchoscopie interventionnelle ;
    - les modalités du sevrage du tabac et des autres toxiques inhalés.


    3.3. Compétences :
    Compétences à acquérir :
    Les compétences génériques sont listées dans l'article 3 du présent arrêté.
    Les compétences spécifiques sont les suivantes :


    - diagnostiquer et gérer la prise en charge de l'ensemble des pathologies respiratoires y compris les plus complexes et celles à l'interface avec les autres spécialités : pathologie des voies aériennes, infections respiratoires incluant les infections bactériennes, mycobactériennes, virales et fongiques communautaires et de l'immunodéprimé, tumeurs intrathoraciques y compris secondaires et rares, pathologie respiratoire du sommeil et du contrôle de la ventilation, insuffisance respiratoire, pathologies diffuses du parenchyme pulmonaire, pathologies vasculaires pulmonaires, pathologies respiratoires professionnelles, environnementales et médicamenteuses, pathologies de la paroi thoracique et des muscles respiratoires, de la plèvre, du médiastin, pathologies respiratoires liées à l'immunodépression, pathologies respiratoires génétiques et du développement, pathologies respiratoires des affections systémiques et des pathologies extra-pulmonaires, maladies respiratoires allergiques ;
    - maîtriser les actes techniques de la spécialité : endoscopies bronchiques souples (LBA, prélèvements distaux, biopsies bronchiques et transbronchiques), oxymétries transcutanées nocturnes, polygraphies et polysomnographies, explorations fonctionnelles respiratoires incluant la pléthysmographie, tests d'effort, gestes sur la plèvre, ponction artérielle, échographie thoracique, oxygénothérapie à domicile, pression positive continue, VNI au long cours, ventilation par trachéotomie, intubation trachéale, prick-tests, tests de provocation bronchique ;
    - prendre part à une recherche clinique ;
    - utiliser les nouvelles technologies ;
    - rédiger un certificat de reconnaissance en maladies professionnelles.


    3.4. Stages :


    - 3 stages qui peuvent être accomplis selon l'une des deux modalités suivantes :
    - 2 stages dans un lieu hospitalier agréé à titre principal en pneumologie et 1 stage dans un lieu agréé à titre principal ou complémentaire en pneumologie garantissant l'accès à un plateau technique pendant toute la durée du stage ;
    - ou 3 stages dans un lieu hospitalier agréé à titre principal en pneumologie et garantissant l'accès à un plateau technique pendant 6 mois cumulés ;
    - 1 stage dans un lieu hospitalier agréé à titre principal en médecine intensive-réanimation et à titre complémentaire en pneumologie ou dans un lieu hospitalier (unités de soins intensifs respiratoires) agréé à titre principal en pneumologie. Si un tel stage n'a pas été accompli au cours de la phase socle, il est remplacé par un stage agréé à titre principal en pneumologie dans un lieu hospitalier ;
    - 2 stages libres.


    Critères d'agrément des stages de niveau II dans la spécialité :
    En sus des dispositions de l'article 34 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine, la commission d'agrément prend en compte :


    - la prise en charge des pathologies de recours en plus de celles de proximité ;
    - la prise en charge de pathologies plus complexes ;
    - la gestion de 8 à 15 lits selon la complexité des pathologies, sous la responsabilité d'un senior ;
    - la présence d'au moins 2 pneumologues encadrants dont au moins un ancien CCA dans le lieu de stage ;
    - la présentation de dossiers au cours des RCP cancer ou autres réunions multidisciplinaires ;
    - la réalisation au minimum une séance de bibliographie par mois ;
    - la consolidation des compétences techniques spécifiques ;
    - les activités de recherche clinique.


    3.5. Evaluation :
    Modalités de l'évaluation des connaissances :
    Conformément à l'article 59 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine :
    Test informatique national sur la plateforme nationale d'auto évaluation.
    Modalités de l'évaluation des compétences :
    Conformément à l'article 59 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine :
    Validation de la réalisation et de l'interprétation de :


    - 100 endoscopies souples (avec au moins 20 lavages broncho-alvéolaires et 50 biopsies bronchiques) ;
    - 25 oxymétries transcutanées nocturnes ;
    - 20 polygraphies ;
    - 10 polysomnographies ;
    - 75 explorations fonctionnelles respiratoires (dont au moins 50 pléthysmographies) ;
    - 15 tests d'effort ;
    - 5 tests de provocation bronchique ;
    - 50 gestes sur la plèvre (ponctions, drainages, biopsies) ;
    - 40 ponctions artérielles ;
    - 30 échographies thoraciques ;
    - 20 mises en place d'une oxygénothérapie à domicile ;
    - 10 mises en place et suivi d'une pression positive continue à domicile ;
    - mise en place de 10 ventilations non invasives au long cours ;
    - la gestion d'une ventilation par trachéotomie dans le cadre d'une insuffisance respiratoire chronique ventilée au long cours ;
    - 10 intubations orotrachéales ;
    - 10 batteries de prick-tests.


    Validation de la participation à :


    - 5 ponctions transpariétales thoraciques ;
    - au moins 2 interventions chirurgicales thoraciques majeures ;
    - un protocole de recherche clinique ;
    - discussion de dossiers de patients au cours et à la fin de chaque stage ;
    - évaluation en milieu de travail sous la responsabilité du responsable médical du lieu de stage ;
    - entretien individuel annuel avec la commission locale permettant de vérifier la progression dans l'acquisition des compétences.


    3.6. Modalités de validation de la phase :
    Conformément aux articles 13 et 59 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine :


    - validation informatique des modules d'enseignement en auto-évaluation ;
    - validation de l'ensemble des items du portfolio électronique et e-carnet ;
    - avis favorable des responsables médicaux des lieux de stage et de la commission locale lors des différents entretiens et évaluations orales.


    4. Phase de consolidation


    4.1. Durée :
    1 an.
    4.2. Enseignements en lien avec la préparation à l'exercice professionnel (gestion de cabinet…) :
    Volume horaire :
    2 demi-journées par semaine : une demi-journée en supervision et une demi-journée en autonomie.
    Nature des enseignements :
    En application de l'article 5 du présent arrêté :


    - e-learning ;
    - participation à au moins un congrès national ou international de la spécialité.


    Connaissances et compétences à acquérir :
    A la fin de la phase, les connaissances transversales listées aux articles 2 à 4 du présent arrêté sont acquises.
    Les connaissances spécifiques permettent une autonomie complète dans la pratique médicale et technique de la pneumologie de 1er recours. Elles portent notamment sur :


    - initiation aux différentes pratiques de la spécialité dans le cadre de l'organisation des soins en France (ex : libéral, mixte, H, HU…) ;
    - les réseaux de santé ville-hôpital.


    4.3. Compétences à acquérir :
    A la fin de la phase, les compétences génériques listées aux articles 2 à 4 du présent arrêté sont acquises.
    En outre, l'étudiant acquiert des compétences lui permettant de se préparer à l'exercice professionnel :


    - prendre en charge globalement une BPCO ;
    - gérer un sevrage tabagique et autres toxiques inhalés ;
    - prendre en charge globalement un asthme y compris un asthme sévère ;
    - prendre en charge les allergies respiratoires (y compris prick tests, tests de provocation et immunothérapie) ;
    - prendre en charge globalement les pathologies professionnelles et environnementales ;
    - prendre en charge les bronchiectasies et de ses complications infectieuses (incluant colonisation bronchique à germes multirésistants) et non infectieuses ;
    - diagnostiquer et orienter un patient ayant une mucoviscidose et les autres maladies rares du poumon ;
    - prendre en charge globale les pathologies respiratoires au cours du sommeil (incluant appareillage et suivi) ;
    - prendre en charge en termes diagnostique et thérapeutique les infections respiratoires communautaires et de l'immunodéprimé, incluant les pathogènes multirésistants (bactéries, mycobactéries, champignons, virus) ;
    - organiser la prévention des infections respiratoires ;
    - diagnostiquer et traiter les maladies pleurales (pneumothorax et épanchement pleural, incluant la pose et la gestion des drains thoraciques) ;
    - diagnostiquer et traiter les pneumopathies interstitielles (incluant celles s'intégrant dans les maladies systémiques) ;
    - diagnostiquer, et gérer les complications des patients atteints d'un cancer thoracique ; connaître les principes du traitement des cancers thoraciques ;
    - prendre en charge globalement la maladie veineuse thrombo-embolique ;
    - diagnostiquer et connaître les principes du traitement de l'hypertension pulmonaire ;
    - diagnostiquer et gérer les insuffisances respiratoires chroniques obstructive et restrictive ;
    - gérer une détresse respiratoire aiguë ;
    - connaître les indications et les principes de la transplantation pulmonaire ;
    - maîtriser l'endoscopie bronchique et le cadre réglementaire de sa pratique ;
    - maîtriser la pratique des explorations fonctionnelles respiratoires ;
    - mettre en place et suivre une ventilation non invasive (BPCO et pathologie du sommeil) ;
    - réaliser une ponction et un drainage pleural ;
    - maîtriser l'échographie thoracique ;
    - prescrire et gérer les biothérapies dans les indications des maladies respiratoires.


    A l'issue de cette phase, l'étudiant devra avoir acquis une autonomie complète de la pratique de la pneumologie de 1er recours y compris dans les actes techniques.
    4.4. Stages :
    Nombre et durée des stages de niveau III :
    1 stage de 1 an accompli soit :


    - dans un lieu hospitalier agréé à titre principal en pneumologie ;
    - sous la forme d'1 stage couplé dans des lieux hospitaliers agréés à titre principal en pneumologie.


    Ce stage peut être remplacé par un stage mixte dans un lieu hospitalier et auprès d'un praticien-maître de stage des universités agréés à titre principal en pneumologie, en fonction du projet professionnel de l'étudiant.
    Critères d'agrément des stages de niveau III :
    En sus des dispositions de l'article 34 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine, la commission d'agrément prend en compte :


    - la capacité à réaliser une activité de pneumologie y compris l'ensemble des gestes pneumologiques conformément aux objectifs de la phase 3 ;
    - le niveau d'activité incluant obligatoirement une activité de consultation au minimum de 1 à 2 demi-journées par semaine ;
    - la présence d'au moins 2 pneumologues encadrants dont au moins un ancien CCA ou assistant spécialiste ;
    - la rédaction de courriers de synthèse post hospitalisation, la proposition et la conduite de réunions.


    4.5. Evaluation :
    Modalités de l'évaluation des connaissances :
    Conformément à l'article 59 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine :
    Validation de e-learning comportant des items consacrés à la santé publique et à la pratique en ambulatoire.
    Modalités de l'évaluation des compétences :
    Conformément à l'article 59 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine :


    - participation à au moins 25 RCP et 2 revues de mortalité et de morbidité (RMM) ;
    - réalisation d'au moins 40 plages de consultations en autonomie supervisée ;
    - entretien de milieu de stage avec le responsable de stage et entretien de fin de stage avec le coordonnateur local.


    Certification européenne :
    La validation des UE recouvre l'ensemble du programme européen HERMES également repris dans le référentiel métier. Le passage de l'examen HERMES, en langue anglaise sous l'égide de l'European Respiratory Society, est encouragé.
    4.6. Modalités de validation de la phase :
    Conformément aux articles 13 et 59 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine :


    - validation de l'ensemble des items du portfolio électronique et e-carnet ;
    - soutenance d'un mémoire, ce dernier pouvant être remplacé par la publication d'un article original dans une revue avec comité de lecture.


    Diplôme d'études spécialisées en psychiatrie
    1. Organisation générale


    1.1. Objectifs généraux de la formation :
    Le DES de psychiatrie propose une formation à l'exercice de la psychiatrie générale.
    1.2. Durée totale du DES :
    8 semestres dont :


    - au moins 3 dans un lieu avec encadrement universitaire tel que défini à l'article 1er du présent arrêté ;
    - au moins 2 dans un lieu sans encadrement universitaire.


    1.3. Intitulé des options proposées au sein du DES :


    - psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent ;
    - psychiatrie de la personne âgée.


    1.4. Intitulé des formations spécialisées transversales (FST) indicatives :
    Dans le cadre de son projet professionnel, et en regard des besoins de santé et de l'offre de formation, l'étudiant peut être conduit à candidater à une FST, notamment :


    - addictologie ;
    - douleur ;
    - expertise médicale - préjudice corporel ;
    - nutrition appliquée ;
    - pharmacologie médicale/thérapeutique ;
    - soins palliatifs ;
    - sommeil.


    2. Phase socle


    2.1. Durée :
    2 semestres.
    2.2. Enseignements hors stages :
    Volume horaire :
    2 demi-journées par semaine : une demi-journée en supervision et une demi-journée en autonomie (article R. 6153-2 du code de la santé publique).
    Nature des enseignements :
    En application de l'article 5 du présent arrêté :


    - séminaires ;
    - travaux dirigés ;
    - simulation ;
    - e-learning et enseignement à distance (local et régional).


    Connaissances de base dans la spécialité à acquérir :


    - sémiologie, clinique et épidémiologie psychiatrique ;
    - conduite d'entretiens individuels et familiaux et introduction aux psychothérapies et aux théories correspondantes ;
    - développement et fonctionnement psychique du nourrisson à la personne âgée et sensibilisation aux outils de prévention ;
    - spécificités de la psychopathologie aux différents âges de la vie et en fonction des cultures ; addictologie, physiopathologie ;
    - psychopharmacologie ;
    - principaux instruments standardisés d'évaluation clinique et cognitive ; prescription et surveillance des contentions et isolements ;
    - modalités de demande de mise sous mesure juridique de protection des majeurs.


    Connaissances transversales à acquérir :
    Outre les connaissances définies à l'article 2 du présent arrêté :


    - principes de l'alliance et éducation thérapeutique ;
    - prescription adaptée des examens complémentaires ;
    - repères pratiques et thérapeutiques en addictologie, identification et orientation des troubles envahissant du développement, douleur et soins palliatifs ;
    - lutte contre la stigmatisation ;
    - recherche d'informations scientifiques nécessaires (utilisation des bases de données bibliographiques, lecture critique d'articles scientifiques…) ;
    - démarche qualité.


    2.3. Compétences à acquérir :
    Compétences génériques et transversales à acquérir :
    Elles sont listées dans l'article 2 du présent arrêté.
    Compétences spécifiques à la spécialité à acquérir :


    - conduire un entretien psychiatrique initial ;
    - établir un diagnostic clinique adapté à l'âge et à la culture d'origine du patient ;
    - évaluer le degré d'urgence ; évaluer un risque suicidaire ;
    - manier les traitements psychotropes en fonction de l'âge et des comorbidités du patient ;
    - évaluer le rapport bénéfice/risque avant la prescription ;
    - surveiller l'observance, l'efficacité et les effets indésirables ;
    - délivrer une information au patient et à la famille ;
    - demander et recevoir le consentement du patient ;
    - demander des bilans complémentaires aux professionnels concernés (psychologues cliniciens, neuropsychologues, orthophonistes, psychomotriciens…) ;
    - rédiger une observation ;
    - rédiger les certificats de soins sous contrainte et connaître leurs conditions de mise en œuvre ;
    - demander une ordonnance de placement provisoire (enfant, adolescent) ;
    - transmettre une information préoccupante à l'institution adéquate dans le cadre légal du secret médical.


    L'étudiant est initié à la rédaction de ces différents types de certificats mais n'est pas habilité à le faire seul.
    2.4. Stages :
    Stages à réaliser :


    - 1 stage dans un lieu hospitalier agréé à titre principal en psychiatrie et ayant une activité générale de psychiatrie de l'adulte ou de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent ;
    - 1 stage libre.


    Critères d'agrément des stages de niveau I dans la spécialité :
    En sus des dispositions de l'article 34 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine, la commission d'agrément prend en compte :


    - le projet pédagogique validé par la commission locale de coordination du DES ;
    - l'activité de soins encadrée au quotidien et évaluée, sous la responsabilité d'un psychiatre référent ;
    - l'organisation de supervisions cliniques individuelles au moins hebdomadaires avec mises en situation assurées par des psychiatres exerçant, ne pouvant être confondues avec les réunions de synthèse ou l'activité clinique quotidienne ;
    - l'organisation d'entretien psychiatrique conjoint avec un psychiatre au moins une fois par hospitalisation pour chaque patient ;
    - la participation aux activités institutionnelles ;
    - la participation à des séances de présentations cliniques et de bibliographie organisées régulièrement dans le lieu de stage ;
    - la possibilité de participer à des activités de recherche et de formation ;
    - les moyens d'accès à l'information psychiatrique (bibliothèque, internet) dans le lieu de stage.


    2.5. Evaluation :
    Modalités de l'évaluation des connaissances :
    Conformément à l'article 59 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine :


    - examen écrit et/ou oral à partir de cas cliniques ;
    - validation des séminaires suivis.


    Modalités de l'évaluation des compétences :
    Conformément à l'article 59 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine :


    - entretiens entre l'étudiant et le psychiatre senior référent de son stage à un rythme mensuel ;
    - acquisitions tracées sur le portfolio numérique.


    2.6. Modalités de validation de la phase et de mise en place du plan de formation :
    Conformément aux articles 13 et 59 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine :
    Entretien individuel de l'étudiant avec la commission locale de spécialité en fin de phase socle.


    3. Phase d'approfondissement


    3.1. Durée :
    4 semestres.
    3.2. Enseignements hors stages :
    Volume horaire :
    2 demi-journées par semaine : une demi-journée en supervision et une demi-journée en autonomie (article R. 6153-2 du code de la santé publique).
    Nature des enseignements :
    En application de l'article 5 du présent arrêté :


    - e-learning ;
    - enseignement à distance (local et régional) ;
    - séminaires ;
    - simulation ;
    - travaux dirigés.


    Connaissances à acquérir :
    Les connaissances transversales sont listées dans l'article 3 du présent arrêté.
    Les connaissances spécifiques portent sur :


    - l'organisation du projet de soins : règles d'utilisation des différentes thérapeutiques, en fonction de l'âge et des comorbidités du patient, recommandations actuelles de bonnes pratiques et cadre législatif des soins psychiatriques et du handicap ;
    - l'organisation de l'offre de soins psychiatriques en France : organisation des structures sanitaires, sociales et médico-sociales, place des associations d'usagers, dimension médico-économique des soins en psychiatrie, acteurs, structures et modalités de fonctionnement nécessaires pour le suivi du patient, connaissance des secteurs éducatifs et professionnels adaptés à l'âge et à la psychopathologie du patient (Education nationale, Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), Commissions des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH), etc.) ;
    - les principes et techniques des principales approches psychothérapeutiques ;
    - les bases réglementaires, fiscales et d'exercice des différentes pratiques de la psychiatrie.


    3.3. Compétences :
    Compétences à acquérir :
    Les compétences génériques sont listées dans l'article 3 du présent arrêté.
    Les compétences spécifiques sont les suivantes :


    - réaliser des entretiens effectués dans le cadre d'un suivi thérapeutique ;
    - se coordonner avec d'autres professionnels impliqués dans la prise en charge du patient dont les compétences sont nécessaires au diagnostic ou à l'organisation de la prise en charge et susceptibles de fournir des informations utiles pour assurer la continuité des soins (médecin traitant, autres professionnels de santé ou des secteurs social, médico-social ou associatif) ;
    - conduire un entretien familial et des entretiens de groupe ;
    - faire un choix thérapeutique en fonction de la pathologie du patient, de son âge et du contexte ;
    - mettre en place un contrat de soins avec le patient et sa famille ;
    - proposer le suivi psychothérapeutique le plus approprié ;
    - repérer une situation de maltraitance et connaître les modalités d'intervention et de signalement ;
    - s'initier à la rédaction des différents types de certificats (rapport d'expertise, mise sous mesure de protection juridique, certificat médical psychiatrique dans le cadre d'une réquisition (enfant et adulte) ; certificat médical psychiatrique dans le cadre d'une procédure civile). L'étudiant doit être initié à la rédaction de ces différents types de certificats mais n'est en aucun cas habilité à le faire seul.


    3.4. Stages :


    - 1 stage dans un lieu hospitalier agréé à titre principal en psychiatrie et ayant une activité générale de psychiatrie de l'adulte ;
    - 1 stage dans un lieu hospitalier agréé à titre principal en psychiatrie. Ce stage est accompli dans un lieu ayant une activité générale de psychiatrie de l'adulte si un tel stage n'a pas été accompli en phase socle ou dans un lieu ayant une activité générale de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent si un tel stage n'a pas été accompli en phase socle ;
    - 1 stage dans un lieu hospitalier agréé à titre principal en psychiatrie et ayant une activité en psychiatrie soit de la périnatalité soit de l'adolescent soit de la personne âgée soit en addictologie ;
    - 1 stage libre.


    Critères d'agrément des stages de niveau II dans la spécialité :
    En sus des dispositions de l'article 34 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine, la commission d'agrément prend en compte :


    - le projet pédagogique validé par la commission locale de coordination de la spécialité ;
    - l'organisation des activités diagnostiques, thérapeutiques et préventives sous la responsabilité d'un psychiatre senior ;
    - l'organisation de supervisions cliniques individuelles hebdomadaires par un psychiatre, ne pouvant être confondues avec les réunions de synthèse, l'activité clinique quotidienne, et portant sur le projet de soins et de suivi des patients.


    3.5. Evaluation :
    Modalités de l'évaluation des connaissances :
    Conformément à l'article 59 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine.
    Modalités de l'évaluation des compétences :
    Conformément à l'article 59 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine :
    Entretiens mensuels entre l'étudiant et le psychiatre référent lors des entretiens de supervision spécifiquement dédiés à l'évaluation de ses compétences.
    3.6. Modalités de validation de la phase :
    Conformément aux articles 13 et 59 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine.


    4. Phase de consolidation


    4.1. Durée :
    2 semestres.
    4.2. Enseignements hors stages en lien avec la préparation à l'exercice professionnel (gestion de cabinet…) :
    Volume horaire :
    2 demi-journées par semaine : une demi-journée en supervision et une demi-journée en autonomie.
    Nature des enseignements :
    En application de l'article 5 du présent arrêté :


    - e-learning et télé-enseignement (local et régional) ;
    - séminaires ;
    - simulation ;
    - travaux dirigés.


    4.3. Connaissances et compétences à acquérir :
    A l'issue de la phase, les connaissances et compétences génériques décrites aux articles 2 à 4 du présent arrêté sont acquises.
    Les compétences spécifiques sont les suivantes :


    - mettre en œuvre des soins partagés ;
    - indiquer utilement des associations de soutien (associations d'usagers, de familles d'usagers), des livres et autres publications au contenu adapté, des sites internet d'information fiables.


    L'étudiant rédige les différents types de certificats mais n'est en aucun cas habilité à le faire seul et à les signer.
    4.4. Stages :
    2 stages accomplis :


    - soit dans un lieu hospitalier ou auprès d'un praticien-maître de stage des universités agréé à titre principal en psychiatrie ;
    - soit sous la forme d'un stage mixte dans des lieux hospitaliers et/ou auprès d'un praticien-maître de stage des universités agréés à titre principal en psychiatrie.


    Les deux stages sont accomplis dans un lieu de stage ou auprès d'un praticien ayant une activité en psychiatrie.
    Critères d'agrément des stages de niveau III :
    En sus des dispositions de l'article 34 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine, la commission d'agrément prend en compte :


    - service hospitalo-universitaire ou service hospitalier ayant un seuil d'encadrement adapté et s'inscrivant dans un projet pédagogique élaboré avec la commission pédagogique locale de la spécialité indiquant les activités et les moyens mis à disposition ;
    - stage possible en cabinet de psychiatrie libérale ayant des critères d'encadrement définis dans le projet pédagogique élaboré avec la commission pédagogique locale de la spécialité indiquant les activités et les moyens mis à disposition ;
    - stage possible dans une structure médico-sociale ou mixte (Maison des adolescents (MDA), Centre Ressources Autisme (CRA), Centres d'Action Médico-Sociale Précoce (CAMPS), Institut thérapeutique éducatif et pédagogique (ITEP)…) avec encadrement par un psychiatre senior dans le cadre d'un projet pédagogique élaboré avec et agréé par la commission pédagogique locale de la spécialité indiquant les activités et les moyens mis à disposition.


    4.5. Evaluation :
    Modalités de l'évaluation des connaissances :
    Conformément à l'article 59 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine :
    Soutenance et validation du mémoire de DES.
    Modalités de l'évaluation des compétences :
    Conformément à l'article 59 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine :
    Evaluation réalisée par le senior qui a encadré l'étudiant, portant sur l'autonomie professionnelle de l'étudiant, sa capacité à mener et organiser un projet thérapeutique et à coordonner l'activité d'une équipe.
    Obtention d'une certification européenne : l'option psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent (PEA) permet de réaliser 6 semestres en PEA, ce qui permet d'obtenir la certification européenne.
    4.6. Modalités de validation de la phase :
    Conformément à l'article 59 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine :
    Soutenance et validation du mémoire.


    5. Option psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent (PEA)


    Durée : 2 semestres.
    La validation du DES de psychiatrie avec option Psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent requiert 10 semestres de formation, dont un minimum de 4 en psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, ainsi que la validation des critères d'organisation générale du DES de psychiatrie détaillés en 1.2.
    Objectif de la formation :
    En plus des connaissances et compétences inclues dans les sections 2, 3 et 4 et des 2 stages accomplis dans un lieu agréé à titre principal en psychiatrie et ayant une activité en lien avec l'option, la formation théorique et pratique, permet aux étudiants d'acquérir les savoirs (théoriques), de maîtriser les aptitudes pratiques (savoir-faire), ainsi que les attitudes professionnelles (compétences relationnelles ou savoir être) leur conférant l'ensemble des compétences nécessaires et exigibles pour exercer la PEA.
    Compétences :


    - avoir acquis un socle de connaissances théoriques, spécialisées, actualisées, issues de la littérature scientifique et des recommandations internationales, et couvrant l'ensemble des dimensions de la PEA ;
    - avoir acquis une expertise clinique lors des stages effectués dans des services agréés et être ainsi apte à exercer le métier de psychiatre en PEA ;
    - - avoir acquis une expérience du travail en partenariat (parents, professionnels de l'enfance, autres dispositifs sanitaires ou médico-sociaux) et être capable de s'adapter à différents lieux et modes d'exercice de la spécialité ;
    - être capable de transmettre son savoir et son savoir-faire et être acteur de l'organisation de réponse spertinentes aux besoins en santé mentale de l'enfant et de l'adolescent sur le territoire.


    Connaissances :
    En plus de la base commune au DES, l'enseignement théorique validant l'option PEA est organisé selon 6 thématiques :
    1. Histoire de la PEA et présentation des différents courants de pensée et des pratiques.
    2. Approche globale et intégrée du développement : connaissance du développement psychologique et neuro-développemental, connaissance de la perspective bio-psycho-sociale du développement, notion de trans-générationalité, spécificités transculturelles, handicap, bases juridiques/droits des enfants, connaissance des facteurs de risque des pathologies psychiatriques.
    3. Spécificités et évolution des pathologies psychiatriques de l'enfant et de l'adolescent : connaissance des caractéristiques des troubles selon les différentes périodes de la vie (périnatalité-petite enfance, âge scolaire, adolescence), présentation générale, épidémiologie, aspects cliniques et diagnostiques, principes thérapeutiques, prise en compte de la perspective développementale et connaissance des trajectoires des troubles au cours du temps, connaissance des facteurs de risque et prodromes des pathologies de l'âge adulte. Les différentes pathologies à connaître sont détaillées dans le référentiel métier de la PEA.
    4. Interfaces avec les pathologies somatiques et chroniques et le handicap : connaissance des facteurs de risque médicaux associées aux pathologies psychiatriques et neuro-développementales ainsi que de l'orientation médicale appropriée pour la prévention et/ou la prise en charge de ces facteurs. Approche interdisciplinaire pour le diagnostic et la prise en charge de ces troubles.
    5. Modalités spécifiques de prise en charge adaptées à l'âge et au contexte : connaissance des principes nécessaires à la réalisation d'une évaluation diagnostique et fonctionnelle complète et appropriée d'un enfant (techniques d'entretien libres, standardisées et semi-standardisées et méthodes d'auto et hétéro-évaluations des symptômes et du fonctionnement). Savoir planifier, prescrire, coordonner et interpréter des évaluations pluridisciplinaires (orthophonie, psychologie et neuropsychologie, psychomotricité, ergothérapie, kinésithérapie, travail social et éducatif…). Savoir créer et maintenir une relation thérapeutique efficace et savoir définir un plan de prise en charge adapté en collaboration avec l'enfant et sa famille : psychoéducation individuelle et familiale, éducation thérapeutique, approches psychothérapiques individuelles, groupales et familiales, bases des approches rééducatives, approches institutionnelles, traitements médicamenteux (psychoéducation, indications, surveillance clinique et biologique), innovations et perspectives.
    6. Organisation de l'offre de soins, territorialité et liens avec les structures non sanitaires (structures scolaires, médico-sociales, judiciaires, intégration soins/éducatif), connaissance des différents modes d'intervention en PEA. Aspects médico-légaux de la pratique pédopsychiatrique (signalements, placements, expertises). Etre capable de repérer des situations à risque et connaître les démarches médicales et médico-légales à mettre en œuvre.
    L'enseignement théorique peut prendre la forme de cours magistraux, de séminaires, d'ateliers pratiques et de participation à des colloques, journées d'étude ou congrès.
    Conditions d'agrément spécifiques des stages de PEA :
    En sus des dispositions de l'article 34 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine, la commission d'agrément prend en compte notamment la localisation, le type de patients, le niveau d'encadrement et la qualification en PEA des médecins référents de stage.
    Le niveau d'encadrement de l'étudiant suit l'évolution des 3 phases du DES.
    Prérequis de parcours pour s'inscrire à l'option PEA :


    - réalisation d'au moins un semestre de stage en PEA au cours de la phase socle ou de la phase d'approfondissement ;
    - 2 stages accomplis dans un lieu agréé à titre principal en psychiatrie et ayant une activité en lien avec l'option.


    Modalités de l'évaluation des connaissances de l'option PEA :


    - examen écrit et/ou oral ;
    - soutenance et validation du mémoire de DES portant obligatoirement sur une thématique de PEA.


    Modalités de l'évaluation des compétences de l'option PEA :


    - entretiens mensuels de supervision entre l'étudiant et le psychiatre référent, incluant l'évaluation de ses compétences ;
    - acquisitions tracées sur le portfolio numérique.


    L'option de PEA est validée par :


    - l'accomplissement des différents stages requis et définis dans la maquette générale de l'option ;
    - la soutenance d'un mémoire, qui peut prendre la forme d'un article de recherche ou d'un projet clinique, avant la fin de la cinquième année d'internat ;
    - la réalisation de 6 semestres en PEA permet l'obtention de la certification européenne de Psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent.


    6. Option Psychiatrie de la personne âgée (PPA)


    Durée : 2 semestres.
    Objectif de formation :
    Pour le DES de psychiatrie avec option en Psychiatrie de la personne âgée, 10 semestres validés dont au moins 3 dans un lieu de stage avec encadrement universitaire (psychiatrie d'adulte et/ou psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent et/ou psychiatrie de la personne âgée) et au moins 2 dans un lieu de stage sans encadrement universitaire, et composés comme suit : 4 en psychiatrie d'adulte, 1 en psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, 1 en psychiatrie de la périnatalité ou de l'adolescent ou de la personne âgée ou en addictologie, 2 en psychiatrie de la personne âgée, 1 stage hors spécialité en service de médecine d'orientation gériatrique, (ou 1 stage ayant un agrément à titre principal ou complémentaire au titre de la psychiatrie de la personne âgée et un agrément à titre principal ou complémentaire au titre d'une spécialité de médecine somatique d'orientation gériatrique), 1 stage libre (de préférence accompli dans un lieu ayant une activité en en addictologie, en explorations fonctionnelles et imagerie, en génétique clinique, en gériatrie, en médecine interne, en médecine légale, en neurologie, en pédiatrie, en pharmacologie clinique, en psychiatrie d'adulte, en psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, en psychiatrie de la personne âgée ou en santé publique).
    Compétences :


    - établir avec le sujet âgé une bonne relation médecin-patient, basée sur une communication de qualité tenant compte des particularités liées à l'âge du patient ;
    - repérer et prendre en compte les spécificités cliniques, les comorbidités somatiques, les altérations sensorielles, les dimensions cognitives et le contexte de vie du patient ;
    - connaître et savoir recourir aux explorations complémentaires spécifiques à la PPA (bilan neuropsychologique, imagerie…) et aux stratégies thérapeutiques spécifiques ;
    - collaborer régulièrement et efficacement avec les autres professionnels impliqués, en connaissant leurs modalités d'organisation et de fonctionnement, et leurs propres champs de compétences ;
    - évaluer le niveau de compréhension du patient et sa capacité décisionnelle, afin d'être en mesure de l'informer sur ses soins de manière adéquate, en respectant son libre arbitre, et de prendre des décisions dans le respect des règles déontologiques ;
    - rechercher et tenir compte des croyances (religieuses, culturelles…) du patient, de ses attentes et de son vécu face à la maladie et au vieillissement ;
    - repérer les situations de négligence et de maltraitance et participer au respect de l'intimité, de la dignité et de la bientraitance du patient ;
    - prendre en considération l'entourage du patient, les aidants, afin de recueillir un complément d'informations sur le patient et ses troubles, mais également pour repérer les situations d'épuisement de l'entourage et proposer le soutien spécialisé éventuellement nécessaire ;
    - favoriser, notamment par les actions précédemment listées, l'acceptation par le patient et son entourage des soins proposés et leur observance ;
    - interagir et connaître le fonctionnement et l'organisation des différentes structures susceptibles de faire appel au psychiatre expert en PPA, qu'elles soient sanitaires (services MCO, USLD, visites à domicile par exemple après signalement ou en articulation avec un service de Psychiatrie de secteur…) ou qu'il s'agisse d'établissements médicosociaux (EHPAD…) ou encore de structures associatives et/ou municipales (Centres Locaux d'Information et de Coordination pour personnes âgées [CLIC], Maisons pour l'autonomie et l'intégration des malades Alzheimer [MAIA]…) ;
    - participer, au sein d'un établissement, à l'évaluation des démarches qualité et à l'amélioration des mesures de soins et de sécurité lorsqu'elles concernent les sujets âgés ;
    - participer à une démarche de prévention, en connaissant les interlocuteurs susceptibles, sur un territoire donné, de diffuser des messages d'information ou d'organiser des campagnes de sensibilisation destinés aux populations cibles composées de sujets âgés potentiellement à risque de présenter des troubles psychologiques ou psychiatriques.


    Connaissances :


    - histoire de la PPA et présentation des différents courants de pensée et de pratiques ;
    - approche globale et intégrée du vieillissement : comorbidités somatiques, contexte social et enjeux sociétaux, événements de vie (changement de lieu de vie, entrée en institution, deuils…), déterminants psychologiques, enjeux relationnels (famille, entourage, aidants), questions liées à la fin de vie, protections juridiques… ;
    - spécificités et évolution des pathologies psychiatriques lors du vieillissement ;
    - spécificités des pathologies psychiatriques de survenue tardive ;
    - maladies neurodégénératives et cérébrovasculaires :
    - 1. Présentation générale : épidémiologie, aspects cliniques et diagnostiques, principes thérapeutiques ;
    2. Symptômes psychologiques et comportementaux associés dont le psychiatre en PPA doit acquérir et maîtriser toutes les spécificités qu'elles soient diagnostiques ou thérapeutiques ;
    - modalités spécifiques des prises en charge adaptées au sujet âgé (traitements médicamenteux, biologiques autres, psychothérapies, innovations et perspectives [télémédecine…]) ;
    - organisation de l'offre de soins, territorialité et liens avec les structures non sanitaires.


    Conditions d'agrément spécifiques des stages de PPA :
    En sus des dispositions de l'article 34 de l'arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine, la commission d'agrément prend en compte :


    - structure hospitalière ou médico-sociale accueillant des patients âgés de 65 ans et plus ;
    - le fait que l'activité de l'étudiant doit être consacrée au moins à 75 % à la prise en charge de patients de plus de 65 ans présentant des troubles psychiatriques vieillissant ou d'apparition tardive et/ou des patients présentant des symptômes psycho-comportementaux des démences.


    Prérequis de parcours pour s'inscrire à l'option PPA :


    - réalisation d'au moins un semestre de stage en PPA au cours de la phase socle ou de la phase d'approfondissement ;
    - 2 stages accomplis dans un lieu agréé à titre principal en psychiatrie et ayant une activité en lien avec l'option.


    Modalités de l'évaluation des connaissances de l'option PPA :


    - examen écrit et/ou oral ;
    - soutenance et validation du mémoire de DES sur une thématique de PPA obligatoirement.


    Modalités de l'évaluation des compétences de l'option PPA :


    - entretiens mensuels entre l'étudiant et le psychiatre référent lors des entretiens de supervision spécifiquement dédiés à l'évaluation de ses compétences ;
    - acquisitions tracées sur le portfolio numérique.


Fait le 19 mars 2019.


La ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation,

Pour la ministre et par délégation :

Le sous-directeur des formations et de l'insertion professionnelle,

F. Jarno


La ministre des armées,

Pour la ministre et par délégation :

La directrice centrale du service de santé des armées,

M. Gygax


La ministre des solidarités et de la santé,

Pour la ministre et par délégation :

La chef de service adjointe à la directrice générale de l'offre de soins,

S. Decoopman