Directive (UE) 2017/541 du Parlement européen et du Conseil du 15 mars 2017 relative à la lutte contre le terrorisme et remplaçant la décision-cadre 2002/475/JAI du Conseil et modifiant la décision 2005/671/JAI du Conseil

Informations sur ce texte

Directive européenne

Consulter le texte de la directive sur Eurlex

Textes de transposition

LOI n° 96-647 du 22 juillet 1996 tendant à renforcer la répression du terrorisme et des atteintes aux personnes dépositaires de l'autorité publique ou chargées d'une mission de service public et comportant des dispositions relatives à la police judiciaire (1)

LOI n° 2001-1062 du 15 novembre 2001 relative à la sécurité quotidienne (1)

LOI n° 2004-204 du 9 mars 2004 portant adaptation de la justice aux évolutions de la criminalité (1)

LOI n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique

LOI n° 2012-1432 du 21 décembre 2012 relative à la sécurité et à la lutte contre le terrorisme

LOI n° 2014-1353 du 13 novembre 2014 renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme (1)

LOI n° 2015-993 du 17 août 2015 portant adaptation de la procédure pénale au droit de l'Union européenne (1)

LOI n° 2016-731 du 3 juin 2016 renforçant la lutte contre le crime organisé, le terrorisme et leur financement, et améliorant l'efficacité et les garanties de la procédure pénale (1)

Résumé

La présente directive entre en vigueur le 20-04-2017. Elle est transposée en droit interne par les États membres au plus tard le 08-09-2018.
Transposition complète de la présente directive par les références suivantes : Article 421-1 du code pénal, modifié par la loi n° 2011-266 du 14 mars 2011 (article 18) ; article 224-6 du code pénal, codifié par la loi n° 92-684 du 22 juillet 1992 ; article L.2342-1 du code de la défense, codifié par l’ordonnance n° 2004-1374 du 20 décembre 2004 relative à la partie législative du code de la défense ; article L.2342-3 du code de la défense, modifié par la loi n° 2011-266 du 14 mars 2011 (article 11) ; article L2342-8 du code de la défense, modifié par la loi n° 2013-1168 du 18 décembre 2013 (article 27) ; article L1333-9 du code de la défense, modifié par l’ordonnance n° 2016-128 du 10 février 2016 (article 50) ; article L.1333-11 du code de la défense, codifié par l’ordonnance n° 2004-1374 du 20 décembre 2004 relative à la partie législative du code de la défense ; article 414 du code des douanes, modifié par la loi n° 2016-1918 du 29 décembre 2016 (article 22) ; article 421-2 du code pénal, modifié par la loi n° 2004-204 du 9 mars 2004 (article 8) ; articles L216-6, L432-2 du code de l’environnement, modifié par la loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 (article 115) ; article L220-2 du code de l’environnement, modifié par la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 (article 179) ; articles 323-1, 323-3, 323-4-1 du code pénal, modifié par la loi n°2015-912 du 24 juillet 2015 (article 4) ; article 323-2 du code pénal, modifié par la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 (article 45) ; articles 222-17, 222-18 du code pénal, modifié par l’ordonnance n° 2000-916 du 19 septembre 2000 (article 3) ; article R.623-1 du code pénal, codifié par le décret n° 93-726 du 29 mars 1993 ; article 322-12 du code pénal, modifié par l'ordonnance n° 2000-916 du 19 septembre 2000 (article 3) ; article 421-2-1, créé par la loi n° 96-647 du 22 juillet 1996 (article 3) ; article 421-2-2 du code pénal, créé par la loi n° 2001-1062 du 15 novembre 2001 (article 33) ; article 421-5 du code pénal, modifié par la loi n° 2016-987 du 21 juillet 2016 (article 13) ; article 421-6 du code pénal, modifié par la loi n° 2016-987 du 21 juillet 2016 (article 13) ; article 421-2-5 du code pénal, créé par la loi n° 2014-1353 du 13 novembre 2014 (article 5) ; article 421-2-5-1 du code pénal, créé par la loi n° 2016-731 du 3 juin 2016 (article 18) ; article 421-2-4 du code pénal, créé par la loi n° 2012-1432 du 21 décembre 2012 (article 3) ; article 322-6-1 du code pénal, modifié par la loi n° 2016-731 du 3 juin 2016 (article 26) ; article 421-2-6 du code pénal, modifié par la décision n° 2017-625 QPC du 7 avril 2017 (article 1) ; article 113-13 du code pénal, créé par la loi n° 2012-1432 du 21 décembre 2012 (article 2) ; article 441-2 du code pénal, modifié par l’ordonnance n° 2000-916 du 19 septembre 2000 (article 3) ; article 121-4 du code pénal, codifié par la loi n° 92-683 du 22 juillet 1992 ; article 121-5 du code pénal, codifié par la loi n° 92-683 du 22 juillet 1992 ; article 121-6 du code pénal, codifié par la loi n° 92-683 du 22 juillet 1992 ; article 121-7 du code pénal, codifié par la loi n° 92-683 du 22 juillet 1992 ; article 421-3, 421-4, 421-7 du code pénal, modifié par la loi n° 2016-731 du 3 juin 2016 (article 11) ; article 421-5 du code pénal, modifié par la loi n° 2016-987 du 21 juillet 2016 (article 13) ; article 421-8 du code pénal, modifié par la loi n° 2016-731 du 3 juin 2016 (article 13) ; article 696-2 du code de procédure pénale, modifié par la loi n° 2004-204 du 9 mars 2004 (article 17) ; article 696-3 du code de procédure pénale, modifié par la loi n° 2004-204 du 9 mars 2004 (article 17) ; article 132-1 du code pénal, modifié par la loi n° 2014-896 du 15 août 2014 (article 2) ; article 422-1 du code pénal, codifié par la loi n° 92-683 du 22 juillet 1992 ; article 422-2 du code pénal, codifié par la loi n° 92-683 du 22 juillet 1992 ; article 422-5 du code pénal, modifié par la loi n° 2009-526 du 12 mai 2009 (article 124) ; article 422-6 du code pénal, modifié par la loi n° 2012-409 du 27 mars 2012 (article 13) ; article 121-2 du code pénal, modifié par la loi n° 2004-204 du 9 mars 2004 (article 54) ; article 131-38 du code pénal, modifié par la loi n° 2004-204 du 9 mars 2004 (article 55) ; article 131-39 du code pénal, modifié par la loi n° 2014-790 du 10 juillet 2014 (article 12 ; article 113-2 du code pénal, codifié par la loi n° 92-683 du 22 juillet 1992 ; article 113-3 du code pénal, modifié par la loi n° 2011-525 du 17 mai 2011 (article 87) ; article 113-4 du code pénal, modifié par la loi n° 2011-525 du 17 mai 2011 (article 87) ; article 113-7 du code pénal, codifié par la loi n° 92-683 du 22 juillet 1992 ; Article 695-9-54 du code de procédure pénale, créé par la loi n° 2015-993 du 17 août 2015 (article 1) ; article 695-9-55 du code de procédure pénale, créé par la loi n° 2015-993 du 17 août 2015 (article 1) ; article 695-4 du code de procédure pénale, créé par la loi n° 2004-204 du 9 mars 2004 (article 17) ; article 113-8-1 du code pénal, créé par la loi n° 2004-204 du 9 mars 2004 (article 19) ; article 706-73 du code de procédure pénale, modifié par la loi n° 2017-1510 du 30 octobre 2017 (article 9) ; article 131-21 du code pénal, modifié par la loi n° 2013-1117 du 6 décembre 2013 (article 23) ; article L562-1 du code monétaire et financier, modifié par l'ordonnance n° 2016-1575 du 24 novembre 2016 (article 1) ; article 706-23 du code de procédure pénale, modifié par la loi n° 92-1336 du 16 décembre 1992 (article 74) ; article 6-1 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique ; article 695-8-2 du code de procédure pénale, créé par la loi n° 2013-711 du 5 août 2013 (article 10) ; article 695-9-37 du code de procédure pénale, créé par l'ordonnance n° 2011-1069 du 8 septembre 2011 (article 1) ; article 695-9-38 du code de procédure pénale, modifié par l'ordonnance n° 2016-1636 du 1er décembre 2016 (article 4) ; article 695-9-41 du code de procédure pénale, créé par l'ordonnance n° 2011-1069 du 8 septembre 2011 (article 1) ; instruction interministérielle du 10 novembre 2017 relative à la prise en charge des victimes d'actes de terrorisme ; article 10-2 du code de procédure pénale, créé par la loi n° 2015-993 du 17 août 2015 (article 7) ; article 41 du code de procédure pénale, modifié par la loi n°2016-731 du 3 juin 2016 (article 69) ; décret n° 2016-1056 du 3 août 2016 portant création des comités locaux de suivi des victimes d'actes de terrorisme et des espaces d'information et d'accompagnement des victimes d'actes de terrorisme ; article R422-6 du code des assurances, modifié par le décret n° 2017-643 du 27 avril 2017 (article 5) ; article 63 de la loi n° 2015-1702 du 21 décembre 2015 de financement de la sécurité sociale pour 2016 ; décret n° 2016-1 du 2 janvier 2016 relatif à la prise en charge des victimes d'actes de terrorisme par les organismes d'assurance maladie ; article 38 de la loi n° 2016-1827 du 23 décembre 2016 de financement de la sécurité sociale pour 2017 ; article 9-2 de la loi n° 91-647 du 10 juillet 1991 ; article 706-57 et suivants du code de procédure pénale, modifié par la loi n° 2009-526 du 12 mai 2009 (article 126) ; article 89 du code de procédure pénale, modifié par la loi n° 85-1407 (article 14 et art. 94) ; article 35 quater de la loi du 29 juillet 1881, modifié par l'ordonnance n° 2000-916 du 19 septembre 2000 (article 3) ; article 706-71 du code de procédure pénale, modifié par l'ordonnance n° 2016-1636 du 1er décembre 2016 (article 4) ; article 308 du code de procédure pénale, modifié par la loi n° 2016-731 du 3 juin 2016 (article 89) ; article 10-3 du code de procédure pénale, créé par la loi n° 2015-993 du 17 août 2015 (article 7).


Mots-clés

SECURITE , LUTTE CONTRE LE TERRORISME , INFRACTION , INFRACTION TERRORISTE , SANCTION PENALE , GROUPE TERRORISTE , ACTIVITE TERRORISTE , PROTECTION , ASSISTANCE , VICTIME DU TERRORISME , DROITS DES VICTIMES , TRANSPOSITION COMPLETE



JOUE L 88 du 31 mars 2017 page 6




Directive (UE) 2017/541 du Parlement européen et du Conseil du 15 mars 2017 relative à la lutte contre le terrorisme et remplaçant la décision-cadre 2002/475/JAI du Conseil et modifiant la décision 2005/671/JAI du Conseil

NOR: 32017L0541
ELI: Non disponible