Avis de vacance d'un emploi de secrétaire général pour les affaires régionales (Guyane)

JORF n°0046 du 24 février 2016
texte n° 124



Avis de vacance d'un emploi de secrétaire général pour les affaires régionales (Guyane)

NOR: PRMG1605460V
ELI: Non disponible


L'emploi de secrétaire général pour les affaires régionales de la Guyane sera prochainement vacant. Cet emploi, à dimension interministérielle, est à pourvoir dans les conditions prévues par le décret n° 2009-360 du 31 mars 2009 modifié (articles 13 à 15 notamment). Il est classé dans le groupe III en application des dispositions de l'arrêté du 26 mai 2010, classant les emplois de secrétaire général pour les affaires régionales et d'adjoint au secrétaire général pour les affaires régionales. Le secrétaire général pour les affaires régionales exerce les missions prévues à l'article 1er du décret n° 2009-587 du 25 mai 2009, relatif aux missions des secrétaires généraux pour les affaires régionales.


Intérêt du poste


Le secrétariat général pour les affaires régionales assiste le préfet de région dans l'exercice de ses missions. Sous son autorité, il coordonne l'action des services de l'Etat. Il assure l'animation et la coordination des politiques publiques nationales et communautaires.
La Guyane concentre plusieurs types de problématiques économiques et sociales qui compléxifient la mise en œuvre des politiques publiques et obèrent considérablement leur coût : - une évolution démographique exponentielle (7e rang mondial) conjuguée à une pression migratoire intense liée à la porosité des frontières, - un niveau de précarité sociale préoccupant, le PIB par habitant est inférieur de 50 % à la moyenne nationale et l'on dénombre 20 000 logements précaires, - un niveau de formation des jeunes nettement en deçà de la moyenne nationale, 40 % des jeunes d'une classe d'âge quittent l'enseignement secondaire sans diplôme et le taux d'illettrisme s'élève à 20 % - une répartition très déséquilibrée de la population sur un territoire vaste comme le Portugal, avec 80 % de la population concentrée sur le littoral, l'autre partie vivant en sites isolés notamment le long des fleuves, - un tissu économique fragile essentiellement composé de très petites entreprises qui voisine avec les secteurs spatial et du BTP qui représentent plus de 30 % de la valeur ajoutée, mais dépendent en quasi-totalité de la commande publique, - des collectivités territoriales aux ressources très limitées et qui rencontrent pour la plupart des difficultés de trésorerie qui obèrent leur capacité d'intervention. Dans cet environnement contraint, La Guyane exige un aménagement équilibré du territoire et un renforcement continu des équipements structurants pour accueillir, d'ici 15 ans, les 200 000 habitants supplémentaires attendus. Elle nécessite un développement économique endogène accru, afin d'offrir durablement de l'emploi alors que le taux de chômage se situe autour de 21 % et celui des jeunes - qui composent plus de la moitié de la population - à plus de 40 %.
Dans ce contexte difficile, le SGAR sera fortement mobilisé notamment par cinq types d'actions :
La mise en œuvre des emplois aidés et la relance de l'apprentissage, pour faciliter l'insertion économique et sociale, et partant, lutter contre le travail illégal qui touchent tous les secteurs de l'économie,
L'exécution du contrat de plan en relation étroite avec les fonds européens et les crédits du CNES, ainsi que la poursuite de l'élaboration du pacte d'avenir ;
L'adaptation du fonctionnement du service en raison de la création début 2016 de la collectivité territoriale de Guyane (CTG), issue de la fusion du département et de la région, afin notamment d'accompagner celle-ci pour la mise en œuvre de ses projets d'investissement.
La poursuite de l'effort pour le financement des logements sociaux et la mise en œuvre de l'OIN,
Le renforcement de l'insertion de la Guyane dans son environnement immédiat, avec le Brésil (ouverture du pont sur l'Oyapock) et avec le Suriname.
Le SGAR travaillera aussi en mode projet sur des dossiers majeurs pour l'avenir du territoire, tels le développement de la filière aurifère, la relance de la recherche pétrolière, le chantier de la fusée Ariane 6, la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), ainsi que la densification et le renforcement de la desserte numérique.
Le préfet de la Guyane est également responsable des opérations de clôture des programmes opérationnels européens 2007-2013 » et assure la coprésidence des comités de programmation et de suivi des nouveaux programmes opérationnels 2014-2020. Il est autorité de gestion du programme FSE 2014/2020 ainsi que du PO initiative pour l'emploi jeune. Le SGAR assure ces missions au nom du préfet.


Missions


Le secrétaire général pour les affaires régionales exerce les missions prévues à l'article 1er du décret n° 2009-587 du 25 mai 2009 relatif aux missions des secrétaires généraux pour les affaires régionales. En particulier :


- il coordonne l'action des services de l'Etat et veille à son articulation en cohérence avec les responsabilités du secrétaire général de la préfecture de département ;
- il veille à l'articulation de la mise en œuvre des politiques nationales et de celles de la Communauté européenne qui relèvent de l'Etat et met en œuvre certaines d'entre elles ;
- il anime l'action des services régionaux dans le domaine des études et de l'évaluation ;
- il élabore la stratégie de l'Etat en matière de planification et de développement économique et social.


Environnement


Le secrétaire général pour les affaires régionales de la Guyane dispose d'un adjoint, d'une directrice des services administratif et financier et d'une équipe de 15 personnes, dont 4 chargés de mission de niveau A+, un commissaire à la vie des entreprises et au développement productif ainsi que deux agents de la délégation régionale à la recherche et à la technologie.
Les relations de travail sont permanentes avec les services de l'Etat (directions régionales, établissements publics de l'Etat), les collectivités territoriales (collectivité territoriale de Guyane, les EPCI et les 22 communes), les établissements d'enseignement supérieur et de recherche ainsi que les chambres consulaires et les organisations socio-professionnelles.
Les liaisons fonctionnelles se font principalement avec les ministères, en particulier le ministère des outre-mer, le commissariat général à l'égalité des territoires et la Commission européenne.


Compétences


Ce poste nécessite un investissement dans de multiples dossiers, notamment ceux de l'emploi, du développement économique, du logement social et de l'aménagement numérique. Eu égard aux problématiques de la Guyane, une bonne connaissance des questions liées à l'aménagement du territoire et une forte appétence pour les questions relatives au développement économique sera recherchée.
Une forte implication dans la coordination interministérielle et la gestion des ressources et moyens de l'Etat est indispensable.
Une forte capacité à la négociation particulièrement avec les organisations socio-professionnelles, au management et à la représentation de l'Etat est nécessaire.


Modalités de candidature


Conformément aux dispositions de l'article 11 du décret n° 2009-360 du 31 mars 2009 relatif aux emplois de direction de l'administration territoriale de l'Etat, les candidatures doivent être transmises au préfet de région (M. le préfet de Guyane, secretariat-prefet@guyane.pref.gouv.fr) dans un délai de trente jours à compter de la publication du présent avis au Journal officiel.
Le dossier de candidature devra impérativement comprendre une lettre de motivation, un curriculum vitae détaillé, un état de services dans le corps d'origine et le dernier arrêté de situation administrative dans le corps ou l'emploi d'origine.
Le dossier de candidature est parallèlement adressé en copie au directeur des services administratifs et financiers du Premier ministre serge.duval@pm.gouv.fr et à Luc Paraire, délégué à la mobilité et aux carrières (DSAF/DMC) : luc.paraire@pm.gouv.fr
Tous les renseignements complémentaires peuvent être obtenus auprès de :
Luc PARAIRE, délégué à la mobilité et aux carrières (DSAF/DMC), 01-42-75-83-55 luc.paraire@pm.gouv.fr