Arrêté du 16 juin 2014 relatif à la formation spécifique du diplôme d'Etat d'alpinisme-guide de haute montagne




Arrêté du 16 juin 2014 relatif à la formation spécifique du diplôme d'Etat d'alpinisme-guide de haute montagne

NOR: FVJF1415619A
Version consolidée au 16 novembre 2018


La ministre des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports,
Vu le code du sport, notamment ses articles L. 212-1 et L. 212-2, D. 142-26 et D. 142-29, D. 211-53, R. 212-4, R. 212-7 à R. 212-10, D. 212-67 à D. 212-69-2, A. 142-8 et A. 142-9 et la sous-section 7 de la section 1 du chapitre II du titre Ier du livre II des dispositions réglementaires (arrêtés) ;
Vu la loi n° 2000-321 du 12 avril 2000 modifiée relative aux droits des citoyens dans leurs relations avec les administrations, notamment son article 24 ;
Vu l'avis de la section permanente de l'alpinisme de la commission de la formation et de l'emploi du Conseil supérieur des sports de montagne en date du 28 avril 2014 ;
Vu l'avis de la commission professionnelle consultative des métiers du sport et de l'animation en date du 27 mai 2014,
Arrête :

  • Titre Ier : LES PRÉROGATIVES D'EXERCICE


    Les dispositions des articles D. 212-67 à D. 212-69-2 du code du sport susvisés créent une filière de diplômes d'Etat spécifiques aux métiers d'enseignement, d'encadrement et d'entraînement des sports de montagne. Le diplôme d'Etat d'alpinisme-guide de haute montagne, relevant de cette filière, atteste, pour tout public, les compétences requises pour l'encadrement, l'animation, l'enseignement et l'entraînement en sécurité de l'alpinisme et de ses activités assimilées.
    Le diplôme d'Etat d'alpinisme-guide de haute montagne confère à son titulaire les prérogatives d'exercice suivantes :
    a) Conduite et accompagnement de personnes dans des excursions ou des ascensions de montagne en rocher, neige, glace et terrain mixte ;
    b) Conduite et accompagnement de personnes dans des excursions de ski de randonnée, ski alpinisme et en ski hors piste ;
    c) Enseignement des techniques d'alpinisme, d'escalade et de ski de randonnée, ski alpinisme et ski horspiste ;
    d) Entraînement aux pratiques de compétition dans les disciplines mentionnées au a, au b et au c.
    Les titulaires du diplôme d'Etat d'alpinisme-guide de haute montagne sont soumis tous les six ans à un stage de recyclage organisé par l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme. Le recyclage doit intervenir avant le 31 décembre de la sixième année suivant l'obtention du diplôme ou du précédent recyclage.
    Le contenu de ce stage et ses modalités d'organisation sont définis par arrêté du ministre chargé des sports, après avis de la section permanente de l'alpinisme de la commission de la formation et de l'emploi du Conseil supérieur des sports de montagne.

  • Titre II : ORGANISATION GÉNÉRALE DE LA FORMATION


    Précédée d'un examen probatoire, la formation au diplôme d'Etat d'alpinisme-guide de haute montagne est assurée par l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme, et comprend :
    1° Des stages collectifs de formation organisés par l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme ;
    2° Des mises en situation professionnelle sous tutorat pédagogique ;
    3° Des mises en situation progressives d'encadrement, d'enseignement et d'entraînement en autonomie, dans la limite des prérogatives d'exercice mentionnées à la section IV ;
    4° Une pratique individuelle de perfectionnement.
    Pendant la durée de validité du livret de formation prévu à l'article 8, l'évaluation de chacune des séquences de la formation confère aux stagiaires les prérogatives d'exercice définies aux articles 17 à 20, dans la limite des compétences acquises.
    Les séquences de formation se déroulent dans l'ordre chronologique suivant :
    1° Stage « Fondamentaux du métier aspirant guide 1 » ;
    2° Stage « Ski de montagne aspirant guide 2 » ;
    3° Stage « Alpinisme aspirant guide 3 » ;
    4° Stage « Alpinisme hivernal aspirant guide 4 » ;
    5° Stage final.
    Le diplôme d'Etat d'alpinisme-guide de haute montagne peut être obtenu par la voie de la validation des acquis de l'expérience, dans les conditions définies au titre VII.
    Le référentiel de certification du diplôme d'Etat d'alpinisme-guide de haute montagne est fixé en annexe IV.


    Le directeur général de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme, peut intégrer et positionner les personnes titulaires de diplômes étrangers dans le cursus de formation du diplôme d'Etat d'alpinisme-guide de haute montagne, après avis de la section permanente de l'alpinisme de la commission de la formation et de l'emploi du Conseil supérieur des sports de montagne.

  • Titre III : EXAMEN PROBATOIRE


    Les candidats à l'examen probatoire du diplôme d'Etat d'alpinisme-guide de haute montagne doivent être âgés de dix-huit ans révolus au 1er janvier de l'année de l'examen.
    Deux mois au moins avant la date de l'examen, les candidats adressent au directeur général de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme, un dossier d'inscription dont la composition est fixée en annexe I.


    L'examen probatoire comprend une série d'épreuves organisées et évaluées en deux parties successives.
    La première partie comporte six épreuves :
    1° Un entretien préalable portant sur la description des courses inscrites sur la liste jointe au dossier d'inscription mentionné à l'article 4. Cet entretien, d'une durée maximale de trente minutes, permet au jury mentionné à l'article 7 d'évaluer la capacité des candidats à communiquer des informations précises sur ces courses. Il est éliminatoire ;
    2° Une épreuve d'orientation avec pour seuls instruments une carte, une boussole à aiguille aimantée et un altimètre. Elle est éliminatoire ;
    3° Quatre épreuves d'évolution technique, chacune d'elles étant éliminatoire :
    a) Une épreuve d'escalade en chaussons d'escalade ;
    b) Une épreuve en neige et glace ;
    c) Une épreuve en terrains variés comportant notamment une évolution en rocher en chaussures de montagne ;
    d) Une épreuve de ski en toute neige, tout terrain.
    La deuxième partie comporte des évolutions dans un environnement de haute montagne, sur une période de cinq jours. Elle vise à évaluer les capacités du candidat à mobiliser ses compétences techniques en autonomie dans cet environnement. Elle est éliminatoire.
    Les modalités de mise en œuvre et d'évaluation des épreuves sont déterminées par le jury et préalablement communiquées aux candidats.


    Sont dispensés de l'épreuve d'orientation mentionnée au 2° de l'article 5 les candidats titulaires du diplôme d'accompagnateur en moyenne montagne du brevet d'Etat d'alpinisme.
    Sont dispensés de l'épreuve d'escalade en chaussons d'escalade mentionnée au a du 3° de l'article 5 :


    - les candidats titulaires du diplôme de moniteur d'escalade du brevet d'Etat d'alpinisme ou du brevet d'Etat d'éducateur sportif du premier degré, option « escalade », ou du diplôme d'Etat de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport, spécialité « perfectionnement sportif », mention « escalade en milieux naturels » ;
    - les athlètes inscrits sur la liste de haut niveau en escalade.


    Sont dispensés de l'épreuve de ski en toute neige, tout terrain, mentionnée au d du 3° de l'article 5 :


    - les candidats titulaires du brevet d'Etat d'éducateur sportif du premier degré, option « ski alpin », ou du diplôme d'Etat de ski-moniteur national de ski alpin ;
    - les candidats titulaires du brevet national de pisteur secouriste du deuxième degré ou du brevet national de pisteur secouriste, option « ski alpin », deuxième degré ;
    - les athlètes inscrits sur la liste de haut niveau en ski-alpinisme.


    Sont dispensés, à leur demande, des trois premières épreuves d'évolution technique de l'examen probatoire, mentionnées au a, au b et au c du 3° de l'article 5, les candidats appartenant à la sélection en cours ou à la sélection de l'année précédente de l'équipe nationale jeunes alpinistes de la Fédération française de la montagne et de l'escalade, attestée par le directeur technique national de la montagne et de l'escalade.


    Le jury de l'examen probatoire est désigné par le directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale de Rhône-Alpes. Outre son président, fonctionnaire de catégorie A appartenant à un corps relevant du ministère chargé des sports, sa composition est fixée comme suit :


    - le directeur général de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme, ou son représentant ;
    - un représentant de la Fédération française de la montagne et de l'escalade, titulaire du diplôme d'Etat d'alpinisme-guide de haute montagne ou du diplôme de guide de haute montagne du brevet d'Etat d'alpinisme ;
    - un représentant de l'organisation professionnelle des guides de montagne la plus représentative titulaire du diplôme d'Etat d'alpinisme-guide de haute montagne ou du diplôme de guide de haute montagne du brevet d'Etat d'alpinisme, désigné par son président ;
    - le chef du département alpinisme de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme, ou son représentant, désigné par son directeur général ;
    - un ou plusieurs techniciens, dont des professeurs de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme, titulaires du diplôme d'Etat d'alpinisme-guide de haute montagne ou du diplôme de guide de haute montagne du brevet d'Etat d'alpinisme.


    Un livret de formation est délivré aux candidats ayant réussi l'examen probatoire par le directeur général de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme.
    Le livret de formation comporte un carnet de courses dont le modèle et les contenus sont établis par le directeur général de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme, après avis de la section permanente de l'alpinisme de la commission de la formation et de l'emploi du Conseil supérieur des sports de montagne.
    La durée de validité du livret de formation est de trente mois, au cours desquels doit être validé le stage « Alpinisme aspirant guide 3 » mentionné à l'article 13. La validation de ce stage entraîne la prorogation du livret de formation pour une durée de quarante mois, jusqu'à l'obtention du diplôme d'Etat d'alpinisme-guide de haute montagne.
    Les deux périodes de validité mentionnées au troisième alinéa du présent article peuvent être prorogées sur justificatif par le directeur général de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme, notamment pour raison médicale, de maternité ou de scolarité, après avis de la section permanente de l'alpinisme de la commission de la formation et de l'emploi du Conseil supérieur des sports de montagne. La durée de la prorogation est fixée au cas par cas, sans pouvoir excéder vingt-quatre mois.
    Un certificat médical de non-contre-indication à la pratique et à l'enseignement de l'alpinisme datant de moins de trois mois est transmis au directeur général de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme, avant le début de la formation.

  • Titre IV : CURSUS DE FORMATION
    • Section 1 : Stage « Fondamentaux du métier aspirant guide 1 »


      Le stage « Fondamentaux du métier aspirant guide 1 » a une durée minimale de cent quarante heures. Il comporte les quatre modules de formation suivants, répartis sur une période maximale de quatre semaines :


      - le module « fondamentaux pédagogiques » : les bases de l'encadrement, de l'enseignement et de l'entraînement ;
      - le module « fondamentaux de la cartographie et de l'orientation » ;
      - le module « fondamentaux pratiques du métier de guide » ;
      - le module « fondamentaux du métier en terrain d'aventure ».


      L'évaluation des modules est effectuée pendant le stage et à l'issue de celui-ci.
      Les stagiaires sont évalués sur des épreuves pratiques et théoriques définies à l'annexe II.1.
      Les stagiaires ayant satisfait à l'évaluation du stage bénéficient des prérogatives d'exercice fixées à l'article 17.


      Sont dispensés du module « fondamentaux pédagogiques » mentionné à l'article 9 les stagiaires titulaires du diplôme de moniteur d'escalade du brevet d'Etat d'alpinisme ou du brevet d'Etat d'éducateur sportif du premier degré, option « escalade », ou du diplôme d'Etat de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport, spécialité « perfectionnement sportif », mention « escalade en milieux naturels ».

    • Section 2 : Stage « Ski de montagne aspirant guide 2 »


      Peuvent accéder au stage « Ski de montagne aspirant guide 2 » les stagiaires répondant aux deux conditions suivantes :


      - avoir satisfait à l'évaluation du stage « Fondamentaux du métier aspirant guide 1 » mentionné à l'article 9 ;
      - être titulaire de l'attestation de réussite à l'épreuve de la formation générale commune aux métiers d'enseignement, d'encadrement et d'entraînement des sports de montagne ou de l'attestation de réussite aux épreuves de l'examen de la formation générale commune aux métiers sportifs de la montagne ou de l'attestation de réussite aux épreuves de l'examen de la partie commune du brevet d'Etat d'éducateur sportif.


      Le stage « Ski de montagne aspirant guide 2 » a une durée minimale de cent quarante heures. Il comporte les trois modules de formation suivants, répartis sur une période maximale de quatre semaines :


      - le module « fondamentaux de la pratique hivernale du métier de guide », d'une durée minimale de trente-cinq heures ;
      - le module « pratique du ski hors-pistes et du ski de randonnée, partie I », d'une durée minimale de trente-cinq heures ;
      - le module « pratique du ski hors-pistes et du ski de randonnée, partie II », d'une durée minimale de soixante-dix heures.


      L'évaluation des modules est effectuée pendant le stage et à l'issue de celui-ci.
      Les stagiaires sont évalués sur des épreuves pratiques et théoriques définies à l'annexe II.2.
      Les stagiaires ayant satisfait à l'évaluation du stage bénéficient des prérogatives d'exercice fixées à l'article 18.


      Sont dispensés du module « pratique du ski hors-pistes et du ski de randonnée, partie I » mentionné à l'article 11 les stagiaires titulaires du brevet d'Etat d'éducateur sportif du premier degré, option « ski alpin », ou du diplôme d'Etat de ski-moniteur national de ski alpin.

    • Section 3 : Stage « Alpinisme aspirant guide 3 »


      Peuvent accéder au stage « Alpinisme aspirant guide 3 » les stagiaires ayant satisfait à l'évaluation du stage « Ski de montagne aspirant guide 2 » mentionné à l'article 11.
      Le stage « Alpinisme aspirant guide 3 » a une durée minimale de cent quarante heures, réparties sur une période maximale de quatre semaines.
      L'évaluation du stage est effectuée pendant le stage et à l'issue de celui-ci.
      Les stagiaires sont évalués sur des épreuves pratiques et théoriques définies à l'annexe II.3.
      Les stagiaires ayant satisfait à l'évaluation du stage bénéficient des prérogatives d'exercice fixées à l'article 19.

    • Section 4 : Stage « Alpinisme hivernal aspirant guide 4 »


      Peuvent accéder au stage « Alpinisme hivernal aspirant guide 4 » les stagiaires ayant satisfait à l'évaluation du stage « Alpinisme aspirant guide 3 » mentionné à l'article 13.
      Un mois au moins avant le début de la formation, les stagiaires adressent au directeur général de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme, un complément de dossier comprenant :


      - le carnet de courses prévu à l'article 8, visé par les tuteurs mentionnés à l'article 21 et validé par le directeur général de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme, ou son représentant, chef du département alpinisme ;
      - une liste de courses complémentaires de perfectionnement personnel, établie en référence à la liste dressée par le chef du département alpinisme et visée par le directeur général de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme.


      La durée minimale du stage est de trente-cinq heures.
      L'évaluation du stage est effectuée pendant le stage et à l'issue de celui-ci.
      Les stagiaires sont évalués sur des épreuves pratiques et théoriques définies à l'annexe II.4.
      Les stagiaires ayant satisfait à l'évaluation du stage bénéficient des prérogatives d'exercice fixées à l'article 20.

    • Section 5 : Stage final


      L'accès au stage final est conditionné au respect d'un délai minimal de douze mois entre la date d'évaluation du stage « Alpinisme hivernal aspirant guide 4 » et le début du stage.


      Quinze jours au moins avant le début de la formation, les stagiaires adressent au directeur général de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme :
      - le carnet de courses prévu à l'article 8, visé par les tuteurs mentionnés à l'article 21 et validé par le directeur général de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme, ou son représentant, chef du département alpinisme ;
      - deux listes de courses complémentaires, en situation de perfectionnement personnel d'une part, et en situation de responsabilité professionnelle d'autre part, établies en référence à la liste dressée par le chef du département alpinisme et visées par le directeur général de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme.


      Le stage final du diplôme d'Etat d'alpinisme-guide de haute montagne a une durée minimale de cent quarante heures. Il comporte les deux modules de formation suivants, répartis sur une période maximale de quatre semaines :
      1° Le module « raid à skis », d'une durée minimale de trente-cinq heures.
      L'évaluation est effectuée pendant le module et à l'issue de celui-ci.
      Les stagiaires sont évalués sur des épreuves pratiques et théoriques définies à l'annexe II.5.1.
      Pour être admis à suivre le module « alpinisme » prévu au 2° du présent article, les stagiaires doivent avoir satisfait à l'évaluation du module « raid à skis » ;
      2° Le module « alpinisme », d'une durée minimale de cent cinq heures.
      L'évaluation est effectuée pendant le module et à l'issue de celui-ci.
      Les stagiaires sont évalués sur des épreuves pratiques et théoriques définies à l'annexe II.5.2.

    • Section 6 : Prérogatives d'exercice des stagiaires aspirants guides
      • Sous-section 1 : Stagiaires aspirants guides 1


        Les prérogatives d'exercice du stagiaire aspirant guide 1 sont fixées comme suit :


        - les écoles d'escalade sur les structures artificielles d'escalade (SAE), les sites d'initiation et les sites sportifs ;
        - les écoles de glace ;
        - les parcours acrobatiques en hauteur (PAH) ;
        - les randonnées pédestres en moyenne montagne d'une durée d'une journée maximum.

      • Sous-section 2 : Stagiaires aspirants guides 2


        Les prérogatives d'exercice du stagiaire aspirant guide 2 sont fixées comme suit :


        - les prérogatives d'exercice de l'aspirant guide 1 définies à l'article 16 ;
        - les randonnées en raquettes à neige dans des reliefs vallonnés excluant tout accident de terrain important, d'une durée d'une journée maximum.

      • Sous-section 3 : Stagiaires aspirants guides 3


        Les prérogatives d'exercice du stagiaire aspirant guide 3 sont fixées comme suit :


        - les prérogatives d'exercice de l'aspirant guide 2 définies à l'article 17 ;
        - la via ferrata ;
        - les randonnées pédestres en moyenne montagne sans limite de durée ;
        - les randonnées en raquettes à neige sans limite de durée ;
        - le terrain d'aventure rocheux, d'accès non glaciaire ;
        - les courses d'alpinisme, de ski hors piste et de ski de randonnée figurant sur la liste établie et publiée par le directeur général de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme, après avis de la section permanente de l'alpinisme de la commission de la formation et de l'emploi du Conseil supérieur des sports de montagne.

      • Sous-section 4 : Stagiaires aspirants guides 4


        Les prérogatives d'exercice du stagiaire aspirant guide 4 sont fixées comme suit :


        - les prérogatives d'exercice de l'aspirant guide 3 définies à l'article 18 ;
        - sous réserve d'avoir suivi le stage « Alpinisme hivernal aspirant guide 4 », les cascades de glace figurant sur la liste établie et publiée par le directeur général de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme, après avis de la section permanente de l'alpinisme de la commission de la formation et de l'emploi du Conseil supérieur des sports de montagne.

  • Titre V : TUTORAT


    La nature et les modalités de mise en œuvre du tutorat sont arrêtées par le directeur général de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme, après avis de la section permanente de l'alpinisme de la commission de la formation et de l'emploi du Conseil supérieur des sports de montagne. La mise en situation sous tutorat pédagogique du stagiaire s'effectue dans tous les cas en présence d'un tuteur agréé et sous sa responsabilité.


    Seuls peuvent être agréés en qualité de tuteurs les guides de haute montagne en exercice ayant obtenu leur diplôme depuis au moins six ans et en possession d'une carte professionnelle d'éducateur sportif en cours de validité.
    Le directeur général de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme, procède annuellement aux agréments et aux retraits d'agrément des tuteurs, après avis de la section permanente de l'alpinisme de la commission de la formation et de l'emploi du Conseil supérieur des sports de montagne.


    Les conditions de mise en situation professionnelle sous tutorat pédagogique sont définies par une convention de stage établie suivant le modèle figurant en annexe III. Cette convention est signée par le directeur de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme, le tuteur et le stagiaire. Le non-respect de la convention de stage entraîne sa dénonciation par le directeur de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme.


    Peuvent accéder aux mises en situation professionnelle sous tutorat pédagogique les stagiaires ayant satisfait à l'évaluation du stage « Fondamentaux du métier aspirant guide 1 », titulaires d'un livret de formation en cours de validité. Ces mises en situation professionnelle sous tutorat pédagogique se déroulent en présence de tuteurs agréés dans les conditions définies à l'article 23.

  • Titre VI : DISPOSITIONS GÉNÉRALES


    Le jury des examens conduisant à la délivrance du diplôme d'Etat d'alpinisme-guide de haute montagne est désigné par le directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale de Rhône-Alpes.
    Outre son président, fonctionnaire de catégorie A appartenant à un corps relevant du ministère chargé des sports, sa composition est fixée comme suit :


    - le directeur général de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme, ou son représentant ;
    - un représentant de la Fédération française de la montagne et de l'escalade, titulaire du diplôme d'Etat d'alpinisme-guide de haute montagne ou du diplôme de guide de haute montagne du brevet d'Etat d'alpinisme ;
    - un représentant de l'organisation professionnelle des guides de montagne la plus représentative au plan national, titulaire du diplôme d'Etat d'alpinisme-guide de haute montagne ou du diplôme de guide de haute montagne du brevet d'Etat d'alpinisme, désigné par son président ;
    - le chef du département alpinisme de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme ou son représentant, désigné par son directeur général ;
    - un ou plusieurs techniciens, dont des professeurs de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme, titulaires du diplôme d'Etat d'alpinisme-guide de haute montagne ou du diplôme de guide de haute montagne du brevet d'Etat d'alpinisme.


    Les épreuves pratiques et théoriques sont évaluées pendant et à l'issue des différents stages de formation. Sur l'ensemble des stages, nul ne peut se présenter plus de trois fois à chaque épreuve théorique ou pratique.
    L'évaluation des mises en situation professionnelle sous tutorat pédagogique est réalisée au moyen d'un entretien avec le stagiaire, avec pour support le carnet de courses mentionné à l'article 8.
    Dans le cadre des épreuves relatives aux différents stages de formation définies au titre IV, des commissions d'évaluation peuvent être constituées en tant que de besoin par le directeur général de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme. Elles sont composées de techniciens qualifiés désignés parmi les membres du jury mentionné à l'article 25, titulaires du diplôme d'Etat d'alpinisme-guide de haute montagne ou du diplôme de guide de haute montagne du brevet d'Etat d'alpinisme.

  • Titre VII : VALIDATION DES ACQUIS DE L'EXPÉRIENCE


    Le candidat qui souhaite déposer une demande de validation des acquis de l'expérience en vue de l'obtention du diplôme d'Etat d'alpinisme-guide de haute montagne doit avoir :
    1° Satisfait aux épreuves de l'examen probatoire définies à l'article 5 ;
    2° Suivi toutes les séquences du cursus de formation définies au titre IV et avoir subi avec succès la totalité des épreuves définies en annexe II, à l'exception des séquences de formation et des épreuves suivantes :
    a) La formation générale commune aux métiers d'encadrement, d'enseignement et d'entraînement des sports de montagne ;
    b) Les épreuves suivantes d'évaluation théorique du stage « Alpinisme aspirant guide 3 » :


    - l'histoire et la géographie des massifs européens ;
    - la prévention et le secourisme en alpinisme ;


    c) Les épreuves suivantes d'évaluation théorique du module alpinisme du stage final :


    - langue vivante ;
    - histoire et géographie des grands massifs du globe ;
    - secourisme et survie en haute montagne ;
    - connaissance de la montagne, droit et responsabilité, législation sociale.

  • Annexes

    DOSSIER D'INSCRIPTION à L'EXAMEN PROBATOIRE

    Le dossier d'inscription à l'examen probatoire du diplôme d'Etat d'alpinisme-guide de haute montagne comprend les pièces suivantes :

    - une demande d'inscription établie sur un imprimé normalisé comportant une photographie d'identité ;
    - une photocopie recto verso de la carte nationale d'identité ou du passeport ;
    - pour les candidats de nationalité française âgés de moins de vingt-cinq ans, une photocopie de l'attestation de recensement et du certificat individuel de participation à l'appel de préparation à la défense ;
    - l'unité d'enseignement premiers secours civiques de niveau 1 ou son équivalent ;
    - un certificat médical de non-contre-indication à la pratique et à l'enseignement de l'alpinisme datant de moins de trois mois à la date de l'ouverture des épreuves ;
    - deux enveloppes, dont l'une de format 23 × 16 cm, affranchies au tarif d'un envoi de 20 à 50 grammes, portant mention du nom, du prénom et de l'adresse du candidat ;
    - une liste des courses et escalades réalisées, dont les courses obligatoires apparaissant sur la liste fixée et communiquée par l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme, après avis de la section permanente de l'alpinisme de la commission de la formation et de l'emploi du Conseil supérieur des sports de montagne.

    Cette liste est établie par le candidat suivant un modèle défini par l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme.

    ÉVALUATION DES STAGES

    II.1. Stage " Fondamentaux du métier aspirant guide 1 "

    Les épreuves d'évaluation pratiques et théoriques du stage " Fondamentaux du métier aspirant guide 1 " sont fixées comme suit :
    a) Epreuves pratiques :

    - techniques de progression et d'évolutions liées au milieu ;
    - maniement de cordes, assurance, rappel ;
    - sens de l'itinéraire, cartographie, orientation pratique ;
    - procédés d'autosauvetage ;
    - manœuvres spécifiques de secours ;
    - résistance et aptitude physique ;
    - gestion des risques liés au métier ;
    - pédagogie et communication ;

    b) Epreuves théoriques :

    - une épreuve écrite d'une durée de deux heures maximum portant sur la conduite d'une activité liée aux prérogatives d'exercice de l'aspirant guide 1 en été et aux connaissances générales, fondamentales et théoriques sur la montagne ;
    - une épreuve écrite d'une durée de deux heures maximum portant sur l'orientation et la navigation ;
    - deux évaluations orales ou écrites d'une durée maximale de vingt minutes chacune portant :
    - sur la prévention et le secourisme en alpinisme ;
    - sur la connaissance de la montagne.

    Les évaluations des épreuves pratiques peuvent être organisées au moyen d'un contrôle continu ou d'épreuves ponctuelles.
    Les évaluations des épreuves pratiques sont évolutives en fonction du terrain, de l'environnement et des conditions nivologiques et météorologiques.
    Les modalités d'évaluation des épreuves sont fixées par le jury et communiquées aux candidats.

    II.2. Stage " Ski de montagne aspirant guide 2 "

    Les épreuves d'évaluation pratiques et théoriques du stage Ski de montagne aspirant guide 2 sont fixées comme suit :
    a) Epreuves pratiques :

    - techniques de progression et d'évolutions liées au milieu ;
    - pédagogie et communication ;
    - procédés spécifiques de secours ;
    - sens de l'itinéraire, orientation, cartographie en milieu hivernal ;
    - procédés d'autosauvetage ;
    - résistance et aptitude physique ;
    - gestion des risques liés au métier, conduite de groupe ;
    - aptitude à l'exercice de la profession : initiative, responsabilité ;

    b) Epreuves théoriques :

    - une épreuve écrite d'une durée maximale de deux heures portant sur la conduite d'une activité liée aux prérogatives d'exercice de l'aspirant guide 2 en hiver et aux connaissances générales, fondamentales et théoriques sur la montagne en hiver.

    Les évaluations des épreuves pratiques peuvent être organisées au moyen d'un contrôle continu ou d'épreuves ponctuelles.
    Les évaluations des épreuves pratiques sont évolutives en fonction du terrain, de l'environnement et des conditions nivologiques et météorologiques.
    Les modalités d'évaluation des épreuves sont fixées par le jury et communiquées aux candidats.

    II.3. Stage " Alpinisme aspirant guide 3 "

    Les épreuves d'évaluation pratiques et théoriques du stage " Alpinisme aspirant guide 3 " sont fixées comme suit :
    a) Epreuves pratiques :

    - techniques de progression et d'évolutions liées au milieu ;
    - maniement de cordes, assurance, rappel ;
    - sens de l'itinéraire, orientation, cartographie ;
    - procédés d'autosauvetage ;
    - procédés spécifiques de secours ;
    - résistance et aptitude physique ;
    - gestion des risques liés au métier ;
    - pédagogie, élaboration d'un programme d'écoles et de courses ;
    - aptitude à l'exercice de la profession : initiative, responsabilité ;

    b) Epreuves théoriques :

    - une épreuve écrite d'une durée maximale de deux heures sur la conduite d'une activité liée aux prérogatives d'exercice de l'aspirant guide 3 en été et aux connaissances générales, fondamentales et théoriques sur la montagne en été ;
    - trois épreuves orales ou écrites d'une durée maximale de vingt minutes chacune sur l'histoire et la géographie des massifs européens, la connaissance de l'environnement montagnard, la prévention et le secourisme en alpinisme.

    Les évaluations des épreuves pratiques peuvent être organisées au moyen d'un contrôle continu ou d'épreuves ponctuelles.
    Les évaluations des épreuves pratiques sont adaptées au terrain, à l'environnement et aux conditions nivologiques et météorologiques.
    Les modalités d'évaluation des épreuves sont fixées par le jury et communiquées aux candidats.

    II.4. Stage " Alpinisme hivernal aspirant guide 4 "

    Les épreuves d'évaluation pratiques et théoriques du stage " Alpinisme hivernal aspirant guide 4 " sont fixées comme suit :
    a) Epreuves pratiques :

    - techniques de progression et d'évolutions liées au milieu ;
    - maniement de cordes, assurance, rappel ;
    - sens de l'itinéraire, orientation, cartographie ;
    - procédés spécifiques de secours ;
    - résistance et aptitude physique ;
    - gestion des risques liés au métier ;
    - aptitude à l'exercice de la profession : initiative, responsabilité ;

    b) Epreuves théoriques :

    - une épreuve orale d'une durée maximale de 20 minutes sur les courses et activités réalisées entre les stages Fondamentaux du métier aspirant guide 1 et Alpinisme aspirant guide 4 , notamment celles réalisées dans le cadre du tutorat.

    Les évaluations des épreuves pratiques peuvent être organisées au moyen d'un contrôle continu ou d'épreuves ponctuelles.
    Les évaluations des épreuves pratiques sont évolutives en fonction du terrain, de l'environnement et des conditions nivologiques et météorologiques.
    Les modalités d'évaluation des épreuves sont fixées par le jury et communiquées aux candidats.

    II.5. Stage final
    II.5.1. Module " raid à skis "

    Les épreuves d'évaluation pratiques et théoriques du module raid à skis du stage final sont fixées comme suit :
    a) Epreuves pratiques :

    - techniques de progression et d'évolutions liées au milieu ;
    - sens de l'itinéraire, orientation, cartographie ;
    - procédés de sauvetage ;
    - résistance et aptitude physique ;
    - gestion des risques liés au métier et conduite de groupe ;
    - aptitude à l'exercice de la profession : initiative, responsabilité ;

    b) Epreuves théoriques :

    - élaboration d'un programme de raid à skis : épreuve orale (20 minutes maximum)

    II.5.2 Module " alpinisme "

    Les épreuves d'évaluation pratiques et théoriques du module alpinisme du stage final sont fixées comme suit :
    a) Epreuves pratiques :

    - techniques de progression et d'évolutions liées au milieu ;
    - maniement de cordes, assurance, rappel ;
    - orientation, sens de l'itinéraire ;
    - organisation, direction et réalisation d'un sauvetage ;
    - manœuvres spécifiques de secours ;
    - gestion des risques liés au métier ;
    - pédagogie et communication ;
    - aptitude à l'exercice de la profession : initiative, responsabilité ;

    b) Epreuves théoriques :

    - une épreuve orale d'une durée maximale de vingt minutes sur les activités réalisées entre les périodes de formation réalisées à l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme ;
    - une épreuve de langue vivante d'une durée maximale de vingt minutes, qui consiste en un entretien dans l'une des langues suivantes : allemand, anglais, espagnol, italien ;
    - une épreuve écrite d'une durée maximale de deux heures sur la préparation, la conduite d'une activité liée aux prérogatives du guide de haute montagne et les connaissances fondamentales et générales sur la montagne ;
    - trois épreuves orales ou écrites d'une durée maximale de vingt minutes chacune : histoire et géographie des grands massifs du globe ; secourisme et survie en haute montagne, élaboration d'un programme d'écoles et de courses dans le respect du cadre réglementaire.

    CONVENTION DE MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE SOUS TUTORAT PÉDAGOGIQUE

    La mise en situation professionnelle sous tutorat pédagogique est intégrée à la formation conduisant au diplôme d'Etat d'alpinisme-guide de haute montagne. Cette mise en situation permet aux stagiaires d'aborder des contenus techniques et pédagogiques en cohérence avec l'ensemble du dispositif de formation mis en place par l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme.
    Cette convention a pour objet de définir les engagements respectifs de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme, du tuteur et du stagiaire.

    Article 1er

    L'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme, s'engage à assurer les meilleures conditions de mise en œuvre et de suivi des mises en situation professionnelle sous tutorat pédagogique.

    Article 2

    Le tuteur est un guide de haute montagne agréé, pour une période d'un an, par le directeur général de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme.

    Article 3

    Le stagiaire est en possession d'un livret de formation en cours de validité.

    Article 4

    La présente convention est établie entre :

    - l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme, représentée par son directeur général : , 35, route du Bouchet, BP 24, 74401 Chamonix Cedex, téléphone/fax : 04-50-55-30-30/04-50-53-47-44, courriel : ;
    - le guide de haute montagne, M./Mme/Mlle : , tuteur agréé , adresse : , courriel : , téléphone : , numéro de carte professionnelle : ; et
    - le stagiaire Mlle/Mme/M. : , adresse : , courriel : , téléphone : , né(e) le : , livret de formation délivré le : par le directeur général de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme.

    Article 5

    Le tuteur s'engage à aborder des contenus techniques et pédagogiques axés sur la gestion du risque au travers de la gestion du facteur humain et sur l'analyse de la commercialisation de la prestation.

    Article 6

    Le tuteur contribue à la préparation du stagiaire pour sa future activité de guide de haute montagne, dans le respect du cadre réglementaire et de la déontologie de la profession. Pendant toute la durée des mises en situation professionnelle sous tutorat pédagogique, il est physiquement présent aux côtés des publics dont il a la responsabilité et du seul stagiaire dénommé ci-dessus. Lors de ces mises en situation professionnelle sous tutorat pédagogique, le tuteur prend sous sa responsabilité le même nombre de clients que s'il était seul.

    Article 7

    Le stagiaire s'engage :

    - à transmettre au directeur général de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme, l'attestation de stagiaire obtenue auprès du service compétent ;
    - à respecter le règlement intérieur de la structure, à laquelle appartient le tuteur ;
    - à participer et à s'impliquer pleinement lors des mises en situation professionnelle sous tutorat pédagogique, dans le cadre défini par le tuteur.

    Article 8

    Le tuteur et le stagiaire doivent être assurés en responsabilité civile professionnelle.

    Article 9

    Pour tout litige entre les parties qui ne trouverait pas de règlement à l'amiable, le directeur général de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme, après consultation de la section permanente de l'alpinisme de la commission de la formation et de l'emploi du Conseil supérieur des sports de montagne, prend les mesures idoines.

    Article 10

    Pour être validée, la présente convention doit être transmise au directeur général de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme, au plus tard deux jours avant la mise en situation professionnelle sous tutorat pédagogique.
    Le tuteur
    Date
    Le stagiaire
    Date
    Le directeur général de l'Ecole nationale des sports de montagne, site de l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme.
    Date

    RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

    Le vocable " alpinisme " recouvre l'alpinisme et ses activités assimilées.

    Les compétences décrites ci-dessous sont acquises progressivement tout au long de la formation et s'appuient sur l'alpinisme. Ces compétences sont certifiées au cours et à l'issue des stages collectifs de formation organisés par l'Ecole nationale de ski et d'alpinisme. Elles sont confortées par des mises en situation pédagogiques professionnelles sous tutorat pédagogique, par des mises en situation progressives d'encadrement, d'enseignement, d'entraînement en autonomie, limitées aux prérogatives d'exercice acquises ainsi que par une pratique individuelle de perfectionnement.

    UC 1 EC de programmer l'organisation d'un projet d'action en alpinisme.
    OI 11 EC de préparer la prise de décision.
    OI 111 EC d'identifier les attentes, les potentiels et les limites des publics au regard d'un projet d'action en alpinisme.
    OI 112 EC d'analyser ses propres attentes, potentiels et limites au regard du projet d'action en alpinisme.
    OI 113 EC d'intégrer les réalités sociales, éducatives, culturelles des publics pour adapter le projet d'action en alpinisme.
    OI 114 EC de mesurer les contraintes propres aux milieux de pratiques, notamment celles inhérentes à l'environnement spécifique.
    OI 115 EC d'évaluer, lors de la préparation du projet d'action, les dangers objectifs et subjectifs liés à l'alpinisme et d'en gérer les risques de manière appropriée, par la maîtrise, entre autres, de stratégies décisionnelles adaptées.
    OI 116 EC de déterminer l'impact des activités d'alpinisme sur l'environnement.
    OI 12 EC d'élaborer un projet d'action en alpinisme.
    OI 121 EC de définir les objectifs d'un projet d'action en alpinisme.
    OI 122 EC d'adapter les objectifs d'un projet d'action en alpinisme en fonction du contexte.
    OI 123 EC de synthétiser des éléments préparatoires à la prise de décision par un choix d'itinéraires approprié en fonction du contexte.
    OI 124 EC de fixer le budget prévisionnel afférent au projet d'action en alpinisme.
    OI 125 EC de concevoir des démarches d'évaluation du projet d'action en alpinisme.
    OI 13 EC de construire une démarche de communication adaptée au projet en alpinisme et à ses publics.
    OI 131 EC de transmettre l'information nécessaire à la prise de décision, tant en français qu'en langue étrangère.
    OI 132 EC d'exposer aux publics les alternatives envisageables au projet d'action en alpinisme.
    OI 133 EC de sensibiliser les différents publics au respect du milieu montagnard.
    UC 2 EC de coordonner la mise en œuvre d'un projet d'action en alpinisme.
    OI 21 EC d'animer une équipe de travail.
    OI 211 EC de composer une équipe d'intervenants, bénévoles ou professionnels, adhérente au projet.
    OI 212 EC d'animer les réunions au sein d'une équipe.
    OI 213 EC de mettre en œuvre les procédures de travail.
    OI 214 EC de faciliter les démarches participatives au sein de l'organisation.
    OI 22 EC de gérer les ressources financières et logistiques de la structure.
    OI 221 EC d'établir les budgets prévisionnels et les dossiers de financement.
    OI 222 EC d'organiser le fonctionnement financier de la structure.
    OI 223 EC de négocier avec les prestataires de la structure.
    OI 224 EC de contrôler les différentes procédures d'exécution budgétaire.
    OI 225 EC d'anticiper les besoins en termes de logistique.
    OI 226 EC de gérer l'utilisation des espaces de pratiques et des moyens matériels spécifiques à la pratique de l'alpinisme.
    OI 227 EC de gérer et d'organiser la maintenance technique de son propre matériel.
    OI 23 EC de promouvoir le projet d'action dans le respect du milieu montagnard.
    OI 231 EC de représenter la structure auprès des donneurs d'ordre, partenaires institutionnels associatifs ou commerciaux.
    OI 232 EC de participer aux actions des réseaux partenaires.
    OI 24 EC d'animer la démarche qualité.
    OI 241 EC de veiller au respect des procédures de travail existantes.
    OI 242 EC de veiller au respect de la déontologie professionnelle.
    OI 243 EC d'adapter le projet d'action en fonction de la modification des caractéristiques du milieu et/ou des capacités des publics.
    UC 3 EC de conduire une démarche de performance en alpinisme.
    OI 31 EC de concevoir le plan de performance en alpinisme.
    OI 311 EC d'analyser les facteurs de la performance en alpinisme.
    OI 312 EC de définir les objectifs d'une optimisation des progressions.
    OI 313 EC de choisir les indicateurs de réussite intermédiaire.
    OI 314 EC de contribuer à la définition d'une politique de détection des jeunes alpinistes.
    OI 315 EC d'organiser les échanges de pratique avec une équipe technique.
    OI 32 EC de planifier la préparation de la performance en alpinisme.
    OI 321 EC d'organiser la cohérence entre les différents temps de la préparation de la performance sportive.
    OI 322 EC d'optimiser les axes de la préparation physique des publics.
    OI 323 EC de définir la préparation psychologique des publics.
    OI 33 EC de gérer l'optimisation de la performance en alpinisme.
    OI331 EC de diriger une progression des publics.
    OI 332 EC de conduire les publics dans une perspective de progression en alpinisme.
    OI 333 EC de gérer l'entraînement des publics dans une perspective de progression en alpinisme.
    OI 334 EC de réguler le comportement et l'efficacité des publics dans une perspective de progression en alpinisme.
    OI 335 EC de mettre en œuvre des médiations d'ordre stratégique, technique, physique ou relationnel dans une perspective de progression en alpinisme.
    OI 34 EC d'organiser des actions formatives dans le cadre des différents réseaux.
    OI 341 EC de concevoir des actions de formation adaptées aux besoins des réseaux professionnels et fédéraux.
    OI 342 EC de coordonner la mise en œuvre des actions de formation décidées.
    OI 343 EC d'animer des actions de formation de formateurs.
    OI 344 EC d'évaluer des actions de formation.
    OI 345 EC de proposer de nouvelles perspectives de développement.
    UC 4 EC d'encadrer l'alpinisme en sécurité.
    OI 41 EC de réaliser les démonstrations techniques.
    OI 411 EC d'analyser les dangers objectifs et subjectifs lors des démonstrations techniques.
    OI 412 EC de gérer dans ce cadre les risques liés à l'activité et au milieu.
    OI 412 EC d'évaluer ses propres capacités à effectuer une démonstration technique.
    OI 413 EC d'expliciter les différents éléments de la démonstration technique.
    OI 414 EC de prévenir les comportements à risque.
    OI 42 EC d'assurer la sécurité des pratiquants et des tiers.
    OI 421 EC d'évaluer de façon permanente les dangers objectifs et subjectifs lors du déroulement du projet en alpinisme.
    OI 422 EC de gérer les risques liés à l'activité de manière appropriée, notamment par un comportement et un choix d'itinéraire adaptés, dans un but de protection des publics et des tiers.
    OI 423 EC de contrôler les situations de crise, par la maîtrise des comportements, de la communication, et des gestes à réaliser en cas d'incident ou d'accident.
    OI 424 EC d'organiser les situations de survie et de secours.
    OI 425 EC de s'intégrer, le cas échéant, dans un dispositif de secours organisé.
    OI 426 EC d'anticiper les risques juridiques et administratifs liés à l'alpinisme et aux milieux de pratiques.
    OI 427 EC d'assurer dans la limite de ses possibilités la sécurité passive des équipements fixes et/ou amovibles.
    OI 428 EC de conseiller les différents publics en matière d'équipement personnel ou collectif spécifique, fixe, ou amovible.

    FICHE DESCRIPTIVE D'ACTIVITÉS

    Le guide de haute montagne est un professionnel dont les compétences de haut niveau ont été certifiées. Il est en capacité, notamment en environnement spécifique, de conduire, d'instruire, en sécurité, en responsabilité et en autonomie, tous types de publics pratiquant l'alpinisme et ses activités assimilées, ci-après désignés sous le vocable alpinisme . Ses compétences, fondées sur des savoirs et savoir-faire liés au milieu montagnard, lui permettent d'exercer plusieurs types de fonctions :

    - des fonctions d'accompagnement, d'enseignement et d'entraînement à finalité éducative, de loisirs ou de performance sportive ;
    - des fonctions de conseiller technique et de consultant dans les activités de montagne ;
    - des fonctions liées au secours en montagne.

    Les activités professionnelles sont classées en quatre grands groupes d'activités non hiérarchisées entre elles :


    1. Gérer le risque, dans une logique de sécurité, lié à la discipline de l'alpinisme, notamment dans le cadre de l'environnement spécifique :

    Le guide de haute montagne :

    - analyse, au vu des spécificités de l'alpinisme, les attentes, les potentiels et les limites des publics dont il a la responsabilité ;
    - s'adapte aux réalités sociales, éducatives, culturelles des publics dont il a la responsabilité dans le but de réaliser un projet d'action en alpinisme ;
    - conçoit le projet d'action en alpinisme en s'adaptant, d'une part, à ses capacités physiques, techniques, psychologiques du moment et, d'autre part, à celles des publics dont il a la responsabilité ;
    - anticipe les contraintes propres à l'activité ainsi que les dangers objectifs et subjectifs des milieux d'évolution, notamment en termes de météorologie, nivologie, hydrologie et de terrain ;
    - intègre l'impact des activités sur l'environnement ;
    - veille au respect de la réglementation des milieux d'évolution ;
    - modifie le projet en alpinisme en fonction de l'évolution :
    - des caractéristiques physiques du milieu, notamment du milieu montagnard ;
    - d'une part, de ses capacités physiques, techniques et psychologiques et, d'autre part, de celles des publics dont il a la responsabilité ;
    - prévient les comportements à risque ;
    - donne l'alerte, gère les situations de survie et de secours et s'intègre en cas de nécessité à un dispositif de secours organisé ;
    - anticipe les besoins logistiques spécifiques à l'activité ;
    - s'assure de la fiabilité de son matériel et celui des publics dont il a la responsabilité.

    - 2. Concevoir, coordonner et conduire un projet d'action en initiation, perfectionnement et entraînement en alpinisme pour tout public :

    Le guide de haute montagne :
    - propose un programme d'initiation, de perfectionnement et d'entraînement en alpinisme dans le cadre des objectifs du public dont il a la charge ;
    - participe à l'élaboration des projets pédagogiques pour tous types de structures éducatives, scolaires, fédérales, commerciales... ;
    - communique aux publics les contours du projet en alpinisme, ses limites et ses évolutions éventuelles ;
    - définit les démarches de progression technique, physique et psychologique adaptées aux objectifs et aux publics ;
    - précise les modes d'intervention à caractère technique ;
    - propose des démarches d'entraînement adaptées aux objectifs et aux publics, dans le cadre de l'alpinisme ;
    - conçoit les différentes démarches d'évaluation des publics en rapport avec le projet d'initiation, de perfectionnement et d'entraînement en alpinisme ;
    - élabore des prolongements possibles au projet d'alpinisme ;
    - construit une démarche de communication, tant en français qu'en langue étrangère ;
    - définit les moyens nécessaires au programme d'initiation, de perfectionnement et d'entraînement à l'alpinisme ;
    - veille au respect de la déontologie professionnelle ;
    - anime des réunions de travail ;
    - coordonne une équipe bénévole et /ou professionnelle ;
    - crée et gère la dynamique du groupe ;
    - s'assure du respect des procédures de qualité existantes ;
    - contrôle les budgets du projet d'action ;
    - prévient le dopage et les comportements à risque ;
    - procède aux choix techniques et stratégiques propres à l'activité ;
    - conduit les apprentissages techniques, par le biais notamment des activités d'animation et d'encadrement de tout public, notamment les scolaires, dans la pratique de l'alpinisme et de ses activités associées ;
    - réalise les gestes professionnels nécessaires à la sécurité des pratiquants ;
    - démontre, dans un souci permanent de sécurité, des techniques et des savoir-faire liés à l'alpinisme ;
    - assure la sécurité optimale des pratiquants et des tiers ;
    - entraîne à la pratique de l'alpinisme ;
    - analyse régulièrement le degré d'avancement des apprentissages et des performances ;
    - remédie aux difficultés, notamment d'ordre stratégique, technique, physique ou relationnel.

    3. Organiser des actions de formation des publics :

    Le guide de haute montagne :
    - conçoit des actions de formation adaptées aux besoins des publics dont il a la charge ;
    - coordonne la mise en œuvre des actions de formation ;
    - choisit les démarches formatives adaptées aux publics, notamment au regard de la spécificité du milieu ;
    - détermine les contenus de formation ;
    - précise l'organisation pédagogique aux stagiaires ;
    - crée les supports pédagogiques nécessaires ;
    - conçoit les différentes procédures d'évaluation des apprentissages ;
    - met en œuvre des actions de formation et de formation de formateurs ;
    - participe aux actions de tutorat, notamment dans le cadre de la formation du brevet d'Etat d'alpinisme ;
    - évalue l'impact de ses interventions ;
    - propose des prolongements pédagogiques ;
    - établit les comptes rendus et les bilans pédagogiques.

    4. Développer durablement les pratiques de l'alpinisme dans le respect du milieu montagnard et des dispositions réglementaires :

    Le guide de haute montagne :
    - explore le milieu montagnard ;
    - participe aux actions de développement de l'activité, notamment à l'aménagement du territoire montagnard en relation avec les donneurs d'ordre ;
    - contribue à la gestion et à l'usage des sites propres à la pratique de l'alpinisme, notamment des sites d'escalade, en étroite collaboration avec les pouvoirs publics, partenaires institutionnels et associatifs ou commerciaux ;
    - conçoit, gère et aménage des parcours acrobatiques en hauteur, via ferrata, fixes ou amovibles ou tout autre type de parcours utilisant les techniques de l'alpinisme ;
    - sensibilise les publics au respect du milieu montagnard ;
    - promeut l'alpinisme dans le respect du milieu montagnard ;
    - conseille les différents publics en matière d'équipement spécifique, personnel ou collectif, fixe ou amovible ;
    - formalise son expertise et ses bilans techniques.


Fait le 16 juin 2014.


Pour la ministre et par délégation :

Le sous-directeur de l'emploi et des formations,

B. Béthune