Arrêté du 6 mars 2014 portant organisation des secrétariats généraux pour l'administration du ministère de l'intérieur




Arrêté du 6 mars 2014 portant organisation des secrétariats généraux pour l'administration du ministère de l'intérieur

NOR: INTA1405129A
Version consolidée au 25 mai 2019


Le ministre de l'intérieur,
Vu le décret n° 2014-296 du 6 mars 2014 relatif aux secrétariats généraux pour l'administration du ministère de l'intérieur et modifiant diverses dispositions du code de la défense et du code de la sécurité intérieure ;
Vu l'arrêté du 14 novembre 2002 relatif à la compétence territoriale des secrétariats généraux pour l'administration de la police, pris pour l'application de l'article 1er du décret n° 2002-916 du 30 mai 2002 relatif aux secrétariats généraux pour l'administration de la police ;
Vu l'arrêté du 18 juillet 2013 relatif à l'organisation et aux attributions des échelons de commandement de la gendarmerie nationale en métropole ;
Vu l'arrêté du 6 décembre 2013 relatif aux missions et à l'organisation du service de l'achat, des équipements et de la logistique de la sécurité intérieure ;
Vu l'avis du comité technique spécial de la gendarmerie nationale en date du 28 janvier 2014 ;
Vu l'avis du comité technique des systèmes d'information et de communication en date du 3 février 2014 ;
Vu l'avis du comité technique paritaire du secrétariat général pour l'administration de la préfecture de police en date du 4 février 2014 ;
Vu l'avis du comité technique de la police nationale en date du 10 février 2014 ;
Vu l'avis du comité technique ministériel du ministère de l'intérieur en date du 12 février 2014,
Arrête :


I. ― Pour l'exercice de leurs attributions, les secrétariats généraux pour l'administration du ministère de l'intérieur, services déconcentrés du ministère de l'intérieur implantés au chef-lieu de chaque zone de défense et de sécurité, comprennent :
― une direction de l'administration générale et des finances ;
― une direction des ressources humaines ;
― une direction de l'équipement et de la logistique ;
― une direction de l'immobilier ;
― une direction des systèmes d'information et de communication ;
― une cellule de contrôle de gestion.
II. ― La direction de l'administration générale et des finances comprend les centres de services partagés intervenant pour le compte de tout ou partie des ordonnateurs secondaires de la zone de défense et de sécurité.
III. ― La direction des ressources humaines comprend un pôle d'expertise et de services.


Les préfets de zone de défense et de sécurité arrêtent l'organisation des directions mentionnées à l'article 1er en bureaux dans un délai de six mois à compter de la date d'entrée en vigueur du présent arrêté.


Les secrétariats généraux pour l'administration du ministère de l'intérieur peuvent comporter, dans le ressort territorial de la zone de défense et de sécurité concernée, des services, délégations, antennes ou autre implantation délocalisée dont la liste est fixée par arrêté du ministre de l'intérieur, sur proposition du préfet de zone de défense et de sécurité.


Les arrêtés prévus à l'article 2 du présent arrêté déterminent les services ou parties de service, mentionnés aux articles 6, 7, 9, 10, 11, 13, 16 et 17 de l'arrêté du 18 juillet 2013 susvisé, qui sont transférés aux secrétariats généraux pour l'administration du ministère de l'intérieur au sein des directions mentionnées à l'article 1er du présent arrêté, afin d'exercer les missions définies à l'article 2 du décret du 6 mars 2014 susvisé.

Article 5
A modifié les dispositions suivantes :
Article 6
A modifié les dispositions suivantes :


Les dispositions du présent arrêté entrent en vigueur le 1er mai 2014.


Les dispositions du présent arrêté ne s'appliquent pas à la zone de défense et de sécurité de Paris, à l'exception de celles du 1° de l'article 6.


Le secrétaire général du ministère de l'intérieur, le directeur général de la police nationale, le directeur général de la gendarmerie nationale et les préfets de zone de défense et de sécurité sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.


Fait le 6 mars 2014.


Manuel Valls