Avis n° 2012-14 de la Commission consultative des trésors nationaux

JORF n°0032 du 7 février 2013 page 2252
texte n° 122



Avis n° 2012-14 de la Commission consultative des trésors nationaux

NOR: MCCC1302491V
ELI: Non disponible


Saisie par la ministre de la culture et de la communication, en application de l'article R. 111-11 du code du patrimoine,
Vu le code du patrimoine, notamment ses articles L. 111-2, L. 111-4 et R. 111-11 ;
Vu les deux demandes de certificat d'exportation déposées le 28 septembre 2012, relatives à deux sculptures de Jean de Cambrai, Pleurant au capuchon rabattu et pleurant avec rosaire provenant du tombeau du duc Jean de Berry à Bourges, marbre, premier tiers du xve siècle ;
La Commission régulièrement convoquée et constituée, réunie le 19 décembre 2012.
Après en avoir délibéré,
Considérant que les biens pour lesquels les certificats d'exportation sont demandés sont deux remarquables pleurants, datant du premier tiers du xve siècle et issus d'un des plus grands monuments funéraires princiers réalisés en France à la fin du Moyen Age, celui de Jean de France (1340-1416), duc de Berry ; que le tombeau du duc, initialement situé dans la Sainte Chapelle de Bourges, qui comportait, sous la dalle avec le gisant du défunt, conformément à la manière de l'époque, un soubassement destiné à abriter un cortège de quarante pleurants, qui ont été réalisés en deux phases distinctes et dispersés à la Révolution ; que ces sculptures d'appliques, exécutées lors de la première campagne de travaux et relevant de la commande initiale du duc lui-même, s'avèrent d'une grande rareté, puisque, sur les vingt-sept actuellement localisés provenant du tombeau, il ne subsiste que trois autres exemplaires de la même campagne ; qu'il s'agit de productions de Jean de Cambrai, l'un des meilleurs sculpteurs de l'époque, entré au service du duc de Berry vers 1387 et mort en 1438, qui a fait preuve d'originalité dans son interprétation des tendances du « gothique international » et auquel encore peu d'œuvres sont attribuées avec certitude, en dehors des cinq pleurants et du gisant du tombeau du duc de Berry ; que ces pleurants, demeurés en bon état de conservation et détenus depuis longtemps dans la famille d'un collectionneur français, sont caractéristiques, notamment par le traitement rectiligne de la draperie et la rigueur dans la construction géométrique des volumes, de l'art magistral de ce sculpteur, capable de donner au marbre un poli exceptionnel ; qu'il apparaît important de maintenir sur le territoire ces témoins précieux de l'art funéraire médiéval, à la grande beauté formelle et à la provenance historique prestigieuse.
Qu'en conséquence, ces œuvres présentent un intérêt majeur pour le patrimoine national du point de vue de l'histoire et de l'art et doivent être considérées comme des trésors nationaux.
Emet un avis favorable au refus des certificats d'exportation demandés.


Pour la Commission :

Le président,

E. Honorat