Arrêté du 8 février 2012 modifiant l'arrêté du 24 juillet 1991 relatif aux conditions d'utilisation des aéronefs civils en aviation générale et l'arrêté du 28 février 2006 relatif au certificat de navigabilité restreint d'aéronef de collection (CNRAC)

JORF n°0042 du 18 février 2012 page 2829
texte n° 11




Arrêté du 8 février 2012 modifiant l'arrêté du 24 juillet 1991 relatif aux conditions d'utilisation des aéronefs civils en aviation générale et l'arrêté du 28 février 2006 relatif au certificat de navigabilité restreint d'aéronef de collection (CNRAC)

NOR: DEVA1203233A
ELI: https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2012/2/8/DEVA1203233A/jo/texte


La ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement,
Vu la convention relative à l'aviation civile internationale, signée à Chicago le 7 décembre 1944, publiée par le décret n° 47-974 du 31 mai 1947, ensemble les protocoles qui l'ont modifiée, notamment le protocole du 24 septembre 1968 concernant le texte authentique trilingue de ladite convention, publiée par le décret n° 69-1158 du 18 décembre 1969 ;
Vu le règlement (CE) n° 216/2008 du Parlement européen et du Conseil du 20 février 2008 concernant des règles communes dans le domaine de l'aviation civile et instituant une Agence européenne de la sécurité aérienne et abrogeant la directive 91/670/CEE du Conseil, le règlement (CE) n° 1592/2002 et la directive 2004/36/CE ;
Vu le code des transports ;
Vu le code de l'aviation civile, et notamment les articles R. 133-1, R. 133-3 et R. 133-5 ;
Vu l'arrêté du 10 février 1958 portant réglementation de la voltige aérienne pour les aéronefs civils ;
Vu l'arrêté du 31 juillet 1981 modifié relatif aux brevets, licences et qualifications des navigants non professionnels de l'aéronautique civile (personnel de conduite des aéronefs) ;
Vu l'arrêté du 24 juillet 1991 modifié relatif aux conditions d'utilisation des aéronefs civils en aviation générale ;
Vu l'arrêté du 17 juillet 1992 relatif aux procédures générales de circulation aérienne pour l'utilisation des aérodromes par les aéronefs ;
Vu l'arrêté du 29 mars 1999 modifié relatif aux licences et qualifications de membre d'équipage de conduite d'avions (FCL 1) ;
Vu l'arrêté du 28 février 2006 modifié relatif au certificat de navigabilité restreint d'aéronef de collection (CNRAC) ;
Vu l'arrêté du 3 mars 2006 modifié relatif aux règles de l'air et aux services de la circulation aérienne ;
Vu l'arrêté du 2 juillet 2007 modifié fixant les conditions et les modalités de la formation spéciale exigée des pilotes d'avions et de planeurs pour la pratique de la voltige aérienne,
Arrête :


Au chapitre Ier de l'annexe de l'arrêté du 24 juillet 1991 susvisé, il est inséré, avant la définition du vol de démonstration, la définition suivante :
« Vol à sensations : vol dont les points de départ et de destination sont identiques, effectué pour l'agrément, aux fins de créer des sensations fortes aux passagers par des manœuvres de voltige.
Il ne constitue pas une activité de transport aérien public au sens du chapitre II du titre Ier du livre IV du code des transports. »


Il est ajouté un chapitre VIII à l'annexe de l'arrêté du 24 juillet 1991 susvisé :


« Chapitre VIII



« Vols à sensations
« 8.1. Généralités
« 8.1.1. Champ d'application


« Les dispositions du présent chapitre s'appliquent aux exploitants qui effectuent des vols à sensations au moyen d'avions :
« ― à titre onéreux ; ou
« ― recourant à la publicité, au démarchage, à des déclarations dans les médias ou sur internet ou à tout autre moyen visant à faire connaître leur activité auprès du public.
« Sont exclus de ce champ d'application les exploitants pratiquant la voltige aérienne sur des avions à piston dont la puissance maximale continue est strictement inférieure à 185 kW (soit inférieure ou égale à 250 cv).


« 8.1.2. Organisation


« L'exploitant s'assure que son organisation est adaptée à son activité et que des procédures de supervision des opérations ont été définies.
« L'exploitant nomme un dirigeant responsable ayant l'autorité pour s'assurer que toutes les activités liées à l'exploitation et à la maintenance peuvent être financées et effectuées conformément à la réglementation en vigueur.
« L'exploitant désigne des responsables chargés de l'encadrement et de la supervision des domaines suivants : opérations aériennes, entretien, formation des équipages, opérations au sol et gestion de la sécurité.
« Une même personne peut cumuler plusieurs responsabilités.


« 8.1.3. Etude de sécurité


« Avant d'entreprendre son activité de vols à sensations et préalablement à la rédaction de son projet de manuel d'exploitation, l'exploitant s'assure par une étude de sécurité qu'il met en œuvre toutes les précautions raisonnables afin d'assurer un niveau de sécurité qu'il juge acceptable.
« L'exploitant met en œuvre un système de gestion de la sécurité (SGS), conformément au paragraphe A. 2 de l'annexe VII afin de maintenir ou d'améliorer le niveau de sécurité.


« 8.1.4. Déclaration d'activité


« L'exploitant informe les services compétents de son intention de commencer une activité de vols à sensations par le dépôt du manuel d'exploitation conformément au 8.2.4, accompagné de la déclaration de conformité prévue au 8.2.3. Il informe les services compétents lorsqu'il cesse son activité.


« 8.1.5. Suspension de l'activité


« Les services compétents peuvent suspendre les activités de vols à sensations s'ils constatent que le niveau de sécurité est insuffisant. Ils notifient par écrit cette décision à l'exploitant.


« 8.1.6. Information des passagers


« Avant chaque vol, l'exploitant informe les passagers, par écrit, que le vol ne répond pas au niveau de sécurité défini pour le transport aérien public. L'exploitant obtient confirmation de l'acceptation par le passager.
« L'exploitant informe les passagers sur l'utilisation des dispositifs de secours et d'urgence (en particulier, siège éjectable et parachute).


« 8.2. Manuel d'exploitation
« 8.2.1. Généralités


« Un exploitant ne peut utiliser un avion dans le cadre de vols à sensations ou pour la formation de pilotes à leur pratique que s'il a mis à la disposition du personnel intéressé un manuel d'exploitation.
« Le manuel d'exploitation est un document préparé par l'exploitant. Il est destiné à mettre à la disposition de l'exploitant et du personnel de l'exploitant les règles et procédures à suivre ainsi que toutes les informations et instructions nécessaires pour que les divers objectifs de l'exploitation soient atteints dans des conditions de sécurité satisfaisantes.


« 8.2.2. Rédaction et contenu


« L'exploitant s'assure que :
« ― le manuel d'exploitation contient toutes les consignes et informations nécessaires au personnel d'exploitation pour exercer ses attributions.
« ― le manuel d'exploitation est modifié ou révisé afin que les instructions et les informations qu'il contient soient à jour ;
« ― l'ensemble du personnel d'exploitation est informé des modifications apportées aux parties du manuel relatives à ses fonctions ;
« ― le contenu du manuel d'exploitation est précisé en annexe VII ;
« ― sous réserve de l'accord des services compétents, un manuel différent dans sa forme peut être fourni si l'exploitant le juge mieux adapté aux besoins de ses personnels ;
« ― le contenu du manuel d'exploitation, y compris l'ensemble des modifications ou révisions permet d'assurer la sécurité des pratiques opérationnelles et la conformité aux dispositions du présent chapitre de cette annexe. Il inclut les précautions mises en évidence par l'étude de sécurité ainsi qu'à toute autre consigne notifiée par les services compétents dans l'intérêt de la sécurité ;
« ― l'exploitant a mis en place une procédure interne de validation du contenu du manuel d'exploitation.


« 8.2.3. Déclaration de conformité


« Le dirigeant responsable ou son délégataire atteste par écrit de la conformité du manuel d'exploitation à toutes les dispositions du présent chapitre de cette annexe, ainsi qu'à toutes les consignes notifiées par les services compétents.


« 8.2.4. Dépôt du manuel d'exploitation


« Le manuel est déposé auprès des services compétents trente jours avant le début de l'activité.


« 8.2.5. Amendements et modifications


« Toute modification de l'activité ayant une incidence sur le manuel d'exploitation fait l'objet d'un amendement.
« L'amendement au manuel d'exploitation est fourni aux services compétents par l'exploitant quinze jours avant la date prévue pour la mise en œuvre de la modification, sauf lorsque la sécurité exige une action immédiate.
« L'exploitant révise le manuel en fonction de l'évolution de la réglementation.
« Les amendements et modifications sont accompagnés de la déclaration prévue au 8.2.3 signée par le dirigeant responsable ou son délégataire.


« 8.2.6. Contrôle


« Les services compétents peuvent imposer des modifications au manuel s'ils constatent que son contenu n'est pas conforme à la réglementation applicable ou lorsque cela est rendu nécessaire dans l'intérêt de la sécurité.


« 8.2.7. Utilisation


« L'exploitant et son personnel, notamment les équipages de conduite doivent se conformer aux consignes et procédures du manuel d'exploitation pour l'exécution de leurs missions.


« 8.3. Avions


« Les avions utilisés pour effectuer des vols à sensations doivent répondre aux conditions suivantes :
« ― l'avion est muni d'un titre de navigabilité en état de validité, reconnu par la France ;
« ― l'avion est exploité conformément aux limites et privilèges associés à ce titre ;
« ― en complément des équipements requis par le chapitre II de l'annexe au présent arrêté, tout avion utilisé dans le cadre de vols à sensations est équipé d'un dispositif scellé d'enregistrement des facteurs de charge couvrant le domaine de vol de l'appareil ;
« ― dans le cas d'avions munis de sièges éjectables, l'exploitant en précise les conditions d'entretien et de mise en œuvre.


« 8.4. Exécution des vols


« Le profil du vol est compatible avec le domaine de vol et les limitations spécifiées dans le manuel de vol de l'avion utilisé. Ce profil de vol est décrit dans un programme d'évolutions figurant dans le manuel d'exploitation.
« L'exploitant définit en liaison avec les services compétents en charge de la gestion des espaces aériens des zones d'évolution définies dans les plans horizontal et vertical adaptées à son activité.
« Sauf accord spécifique des services compétents, les évolutions au-dessus des agglomérations, des rassemblements de personnes ou d'animaux ne sont pas autorisées.
« Les évolutions créant des nuisances sonores excessives ne sont pas autorisées.
« Toute information utile au déroulement du vol est présente et accessible à bord de l'avion.


« 8.5. Compétence des personnels navigants


« a) Les personnels navigants effectuant des vols à sensations doivent avoir suivi les formations définies par l'exploitant, portées au manuel d'exploitation, pour l'exercice de ces activités. Les pilotes sont titulaires d'une licence comportant les privilèges de la licence de pilote professionnel avion ;
« b) Ils doivent avoir reçu une déclaration de niveau de compétence délivrée par une structure désignée par l'exploitant pour assurer cette formation. Cette formation tient compte des enseignements au sol et en vol requis par l'arrêté du 2 juillet 2007 susvisé ;
« L'exploitant définit les conditions de maintien de compétences nécessaires pour pratiquer une telle activité. Ces conditions prévoient une vérification en vol des compétences de chaque pilote ; cette vérification est réalisée au moins une fois par an ;
« c) L'exploitant est en mesure de justifier à tout instant de la formation initiale de chaque personnel navigant, de la délivrance de la déclaration de niveau de compétence et du maintien de ce niveau de compétence, et archiver les documents correspondants.


« 8.6. Organismes assurant la formation aux vols à sensations


« a) Les organismes assurant la formation aux vols à sensations doivent déposer un dossier de référence conforme à l'annexe II du présent arrêté. Ce dépôt vaut agrément pour assurer la formation qui y est décrite ;
« b) Les instructeurs chargés de la formation en vol des personnels navigants aux vols à sensations sont titulaires des qualifications requises pour dispenser l'instruction en vol relative à la licence exigée du personnel navigant en formation ;
« c) Le ministre chargé de l'aviation civile peut notifier à l'organisme le retrait de l'agrément obtenu au titre du présent paragraphe, notamment s'il constate :
« ― que la formation dispensée n'est pas conforme au dossier de référence déposé ;
« ― que les déclarations de niveau de compétence délivrées ne correspondent pas à la formation objet du dossier de référence déposé ;
« ― que les personnes auxquelles est délivrée une déclaration de niveau de compétence ne possèdent pas les compétences correspondant à l'objectif de la formation objet du dossier de référence déposé. »


L'annexe II à l'annexe de l'arrêté du 24 juillet 1991 susvisé est remplacée par les dispositions suivantes :


« A N N E X E I I



DÉCLARATION DE NIVEAU DE COMPÉTENCE


1. La déclaration de niveau de compétence doit être conforme au modèle suivant :


DÉCLARATION DE NIVEAU DE COMPÉTENCE


Organisme déclarant la compétence (raison sociale et adresse) :


 

 

 

 


Je soussigné
représentant l'organisme ci-dessus mentionné, reconnaît que
Monsieur, Madame, Mademoiselle
habitant
est apte à la pratique de :
Je déclare que cette reconnaissance d'aptitude a été faite conformément au dossier déposé sous la référence
Fait à, le,


Signature


2. Tout organisme souhaitant assurer la formation pour la pratique d'une activité particulière ou de vols à sensations doit préalablement déposer auprès des services compétents un dossier conforme au modèle suivant :


FORMULAIRE DE RÉFÉRENCE DE L'ORGANISME
ASSURANT LE NIVEAU DE COMPÉTENCE


Organisme (raison sociale et adresse) :


 

 

 

 



Je soussigné
atteste par le présent document que toute déclaration de compétence délivrée par l'organisme mentionné ci-dessus est garantie :
― soit au regard de l'expérience du candidat ;
― soit, si le candidat ne peut justifier d'une expérience suffisante, par le suivi d'un programme de formation adapté. Ce programme comprend les chapitres instruction au sol, instruction en vol, ainsi que les épreuves auxquelles doit satisfaire le candidat.
Je déclare que toute personne chargée de cette formation dispose d'un niveau de compétence suffisant.
Sont joints en annexe un dossier précisant :
A. ― Les conditions minimum d'expérience requises justifiant la délivrance d'une reconnaissance de compétence.
B. ― Le programme de formation et de maintien du niveau.
C. ― Les noms et compétences des personnes chargées d'assurer cette formation.
Fait à, le,


Signature


(Partie réservée à l'administration)


Référence dossier, le


(Visa de l'autorité administrative) »


Il est ajouté une annexe VII à l'annexe de l'arrêté du 24 juillet 1991 susvisé ainsi rédigée :


« A N N E X E V I I
« COMPOSITION DU MANUEL D'EXPLOITATION
POUR LES VOLS À SENSATIONS
« A. ― Généralités
« A. 1. Organisation et responsabilités


« Définition des fonctions du personnel de direction et d'encadrement.
« Un organigramme indique le nom de la personne qui occupe chaque poste nécessaire à la direction de l'exploitant et à l'encadrement du personnel, et notamment :
« ― noms et fonctions des principaux responsables de l'organisation ;
« ― dirigeant responsable ;
« ― responsables des opérations aériennes, de l'entretien, de la formation des équipages, des opérations au sol et de la gestion de la sécurité.
« Les liens hiérarchiques et fonctionnels de l'ensemble des personnes en rapport avec la sécurité des opérations aériennes doivent être décrits.
« L'exploitant indique la composition de la flotte et désigne l'organisme responsable de la gestion du maintien de la navigabilité et de la réalisation de l'entretien.


« A. 2. Description du SGS


« L'exploitant décrit son système de gestion de la sécurité (SGS) lui permettant de s'assurer qu'il a pris en compte dans son exploitation tous les risques inhérents aux conditions particulières des vols à sensations. Pour mettre en œuvre un tel système de gestion de la sécurité, l'exploitant :
« ― définit une politique et des objectifs en matière de gestion de la sécurité ;
« ― assure la gestion du risque, notamment en identifiant les dangers, en évaluant et minimisant les risques associés par la mise en œuvre d'actions appropriées ;
« ― s'assure du maintien de la sécurité, notamment par le suivi et l'évaluation régulière de ses performances en matière de sécurité, des changements pouvant les affecter, dans un souci d'amélioration continue ;
« ― met en place un système de recueil et d'analyse des événements en exploitation.


« B. ― Exploitation de l'aéronef
« B. 1. Limitations


« Ce chapitre précise notamment les limitations spécifiques liées au type d'activité exercé. Pour les autres limitations une référence au manuel de vol suffit.


« B. 2. Procédures normales


« Ce chapitre précise toutes les informations sur les procédures à suivre pour l'exécution sûre et répétitive des évolutions, notamment le profil des vols prévus (schémas synoptiques de trajectoires, code Aresti, décrivant le programme de voltige).
« Ce chapitre précise également les conditions d'accès des passagers, incluant, le cas échéant, les conditions médicales requises pour effectuer un vol.
« Il précise également le contenu du briefing fait avant chaque vol aux passagers pour présenter les informations nécessaires sur l'utilisation des systèmes de secours et la conduite à tenir en cas d'urgence.


« B. 3. Procédures anormales et d'urgence


« Ce chapitre précise notamment :
« ― le traitement des pannes survenant lors des évolutions ;
« ― les méthodes d'évacuation si des dispositifs particuliers sont prévus (siège éjectable en particulier) ;
« ― la conduite à tenir en cas d'incidents passagers (malaise, panique) ou de mauvais comportement.


« B. 4. Performances


« Ce chapitre contient notamment les paramètres assurant les performances minimales requises pour l'exécution des vols.


« B. 5. Préparation du vol


« Cette préparation vise à assurer la collecte de toutes les informations nécessaires à l'exécution sûre des évolutions.
« Ce chapitre précise notamment :
« ― les données et instructions nécessaires à la planification du vol avant le vol et en cours de vol ;
« ― la détermination du programme des évolutions et des conditions météorologiques minimales permettant les évolutions ;
« ― la méthode de détermination et vérification des conditions d'aptitude médicale requises pour les passagers et des conditions d'aptitude à utiliser les systèmes de secours ;
« ― les modalités d'arrimages des objets en cabine avant de débuter les évolutions.


« B. 6. Masse et centrage


« Ce chapitre contient notamment toutes les précautions particulières à prendre pour l'exécution du programme de vol et les limitations de masses applicables aux passagers.


« B. 7. Quantité et gestion carburant


« Ce chapitre prend en compte toutes limitations particulières liées aux évolutions.


« C. ― Membres d'équipage


« Ce chapitre :
« ― décrit les types de licences, qualifications, certificats et fonctions de chacun des membres d'équipage et, s'il y a lieu, les dérogations obtenues avec leurs références ;
« ― précise les formations et l'expérience minimale des pilotes pour exercer l'activité de vols à sensations ;
« ― définit les organisations chargées par l'exploitant d'assurer ces formations et de délivrer les déclarations de niveau de compétence correspondantes ;
« ― les programmes de maintien des compétences ou de remise à niveau des personnels navigant ainsi que les conditions de vérification de ces aptitudes. Il précise notamment les conditions d'expérience récente dans l'activité Il définit les organisations chargées par l'exploitant d'assurer ce maintien des compétences et la délivrance des attestations afférentes.
« Ce chapitre indique en outre :
« ― les limitations fixées par l'exploitant relatives aux temps de vol et à la durée des repos, et dérogations possibles à ces différentes limitations ;
« ― les règles applicables dans l'entreprise en ce qui concerne la restriction sur l'usage de boissons alcoolisées et les précautions à prendre pour l'usage de certaines médications, vaccinations ou des dons du sang. »


Au paragraphe 1 de l'article 19-1 du titre VI de l'arrêté du 28 février 2006 susvisé, il est ajouté un alinéa ainsi rédigé :
« g) Des vols à sensations, tels que définis dans l'arrêté du 24 juillet 1991 susvisé. »


La directrice de la sécurité de l'aviation civile est chargée de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.


Fait le 8 février 2012.


Pour la ministre et par délégation :

La directrice de la sécurité

de l'aviation civile,

F. Rousse