Arrêté du 11 août 2011 portant création de la mention " patinage de vitesse " du diplôme d'Etat supérieur de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport spécialité " performance sportive "




Arrêté du 11 août 2011 portant création de la mention " patinage de vitesse " du diplôme d'Etat supérieur de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport spécialité " performance sportive "

NOR: SPOF1122660A
Version consolidée au 06 décembre 2019


La ministre des sports,
Vu le code du sport, notamment ses articles L. 212-1, L. 221-2, D. 212-51, A. 212-76 et suivants ;
Vu l'arrêté du 8 août 2011 portant création de la mention « patinage de vitesse » du diplôme d'Etat de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport spécialité « perfectionnement sportif » ;
Vu l'avis de la commission professionnelle consultative des métiers du sport et de l'animation en date du 28 juin 2011 ;
Sur proposition du directeur des sports,
Arrête :


Il est créé une mention " patinage de vitesse " du diplôme d'Etat supérieur de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport spécialité " performance sportive ".


La possession du diplôme mentionné à l'article 1er atteste, dans les disciplines de patinage de vitesse courte piste et longue piste, des compétences suivantes figurant dans le référentiel de certification :
― préparer un projet stratégique de performance ;
― piloter un système d'entraînement ;
― diriger un projet sportif ;
― évaluer un système d'entraînement ;
― organiser des actions de formation de formateurs ;
― conduire des actions de formation de formateurs.


Les exigences préalables requises pour accéder à la formation, prévues à l'article D. 212-60 du code du sport, sont les suivantes :

― justifier d'un niveau de performance réalisé en compétition officielle dans l'une des deux disciplines mentionnées à l'article 2 correspondant à la grille définie en annexe I ;

― réussir un test organisé par la Fédération française des sports de glace consistant à l'analyse d'une séquence vidéo réalisée lors d'une compétition internationale dans l'une des deux disciplines mentionnées à l'article 2 et d'en dégager des objectifs prioritaires d'entraînement pour le ou les patineurs de vitesse observés, suivie d'une présentation de quinze minutes et d'un entretien de trente minutes au maximum ;

― justifier d'une expérience d'entraîneur de patineurs de niveau national au minimum dans l'une des deux disciplines mentionnées à l'article 2 d'un volume de huit cents heures au cours de trois saisons sportives durant les cinq années précédant l'entrée en formation dans l'une des deux disciplines mentionnées à l'article 2.

Il est procédé à la vérification de ces exigences préalables au moyen d'attestations délivrées par le directeur technique national des sports de glace.

NOTA :

Conformément au I de l'article 6 de l’arrêté du 13 septembre 2018, ces dispositions s'appliquent aux sessions de formation qui seront ouvertes à compter de la date de publication dudit arrêté (23 septembre 2018).

Est dispensé de la vérification des exigences préalables définies à l'article 3 le candidat titulaire du diplôme d'Etat de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport spécialité "perfectionnement sportif", mention "patinage de vitesse" le candidat titulaire du brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport spécialité "patinage sur glace", le candidat titulaire du brevet fédéral quatrième degré ou le candidat titulaire du brevet fédéral cinquième degré délivrés par la Fédération française des sports de glace.

Est également dispensé des exigences préalables, à l'exception du test d'analyse d'une séquence vidéo mentionné à l'article 3, le sportif de haut niveau dans l'une des disciplines mentionnées à l'article 2 inscrit ou ayant été inscrit sur la liste ministérielle mentionnée à l'article L. 221-2 du code du sport.


Les exigences préalables à la mise en situation pédagogique sont les suivantes :
― être capable d'évaluer les risques objectifs liés à la pratique de la discipline ;
― être capable d'évaluer les risques objectifs liés au contexte de la discipline ;
― être capable d'anticiper les risques potentiels pour le pratiquant ;
― être capable de prévenir les comportements à risque ;
― être capable de maîtriser le comportement et les gestes à réaliser en cas d'incident ou d'accident ;
― être capable de mettre en œuvre une séance de perfectionnement sportif dans l'une des deux disciplines mentionnées à l'article 2.
Il est procédé à la vérification de ces exigences préalables par la mise en place d'une séance pédagogique d'une durée de vingt minutes suivie d'un entretien de dix minutes.

Est dispensé de la vérification des exigences préalables définies à l'article 5 le candidat titulaire de l'un des diplômes ou brevets fédéraux suivants :

- diplôme d'Etat de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport spécialité " perfectionnement sportif ", mention " patinage de vitesse " ;

- brevet d'Etat d'éducateur sportif premier degré, option " patinage sur glace ", spécialité " patinage de vitesse " ;

- brevet fédéral quatrième degré délivré par la Fédération française des sports de glace ;

- brevet fédéral cinquième degré délivré par la Fédération française des sports de glace.

NOTA :

Conformément au I de l'article 6 de l’arrêté du 13 septembre 2018, ces dispositions s'appliquent aux sessions de formation qui seront ouvertes à compter de la date de publication dudit arrêté (23 septembre 2018).

Les modalités de la situation d'évaluation certificative de l'unité capitalisable 1 (UC1) “ être capable de construire la stratégie d'une organisation du secteur ” et de l'unité capitalisable 2 (UC2) “ être capable de gérer les ressources humaines et financières d'une organisation du secteur ” figurent à l'article A. 212-57 du code du sport.

Les modalités de la situation d'évaluation certificative de l'unité capitalisable 3 (UC3) “ être capable de diriger un système d'entraînement en patinage de vitesse ” et de l'unité capitalisable 4 (UC4) “ être capable d'encadrer le patinage de vitesse en sécurité ”, mentionnées à l'article A. 212-57 bis du code du sport, figurent en annexe II au présent arrêté.

NOTA :

Conformément au II de l'article 6 de l’arrêté du 13 septembre 2018, ces dispositions s'appliquent à toute nouvelle demande d'habilitation déposée à compter de la date de publication dudit arrêté (23 septembre 2018).


Le brevet d'Etat d'éducateur sportif deuxième degré, option " patinage de vitesse ", est équivalent au diplôme d'Etat supérieur de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport spécialité " performance sportive ", mention " patinage de vitesse ". Le titulaire du brevet d'Etat d'éducateur sportif deuxième degré, option " patinage de vitesse ", obtient de droit les quatre unités capitalisables (UC) du diplôme d'Etat supérieur de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport spécialité " performance sportive ", mention " patinage de vitesse ".

Le titulaire :

- du diplôme d'Etat de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport spécialité "perfectionnement sportif", mention "patinage de vitesse" ; ou

- du brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport spécialité "patinage sur glace" ; ou

- du brevet d'Etat d'éducateur sportif du premier degré, option "patinage sur glace", spécialité "patinage de vitesse",

obtient de droit l'unité capitalisable quatre (UC4) "être capable d'encadrer le patinage de vitesse en sécurité" du diplôme d'Etat supérieur de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport spécialité "performance sportive", mention "patinage de vitesse".

Le titulaire du brevet fédéral cinquième degré assorti de la mention "patinage de vitesse" délivré par la Fédération française des sports de glace obtient de droit l'unité capitalisable trois (UC3) "être capable de conduire une démarche de performance sportive en patinage de vitesse" et l'unité capitalisable quatre (UC4) "être capable d'encadrer le patinage de vitesse en sécurité" du diplôme d'Etat supérieur de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport spécialité "performance sportive", mention "patinage de vitesse".


L'annexe de l'arrêté du 8 mai 1974 fixant les épreuves de l'examen spécifique du brevet d'Etat d'éducateur sportif du deuxième degré, option " patinage de vitesse ", est abrogée à compter du 31 décembre 2012.


Le directeur des sports est chargé de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

  • Annexe I

    CRITÈRES DE PERFORMANCE POUR L'ENTRÉE EN FORMATION

    Pour entrer en formation, le candidat doit justifier de la réalisation d'une performance chronométrée en compétition officielle dans l'une des distances figurant dans le tableau de la présente annexe, soit sur longue piste, soit sur courte piste. Les temps sont établis d'après le record du monde (RM) en cours à la date de la compétition servant de référence au candidat.


    Hommes :

    LONGUE PISTE COURTE PISTE
    500 m ou 1 000 m 5 000 m ou 10 000 m 500 m ou 1 000 m ou 1 500 m
    de 0 à + 14 % du RM de 0 à + 17 % du RM de 0 à + 14 % du RM


    Femmes :

    LONGUE PISTE COURTE PISTE
    500 m ou 1 000 m 1 500 m ou 3 000 m 500 m ou 1 000 m ou 1 500 m
    de 0 à + 14 % du RM de 0 à + 17 % du RM de 0 à 14 % du RM

    NOTA :

    Conformément au I de l'article 6 de l’arrêté du 13 septembre 2018, ces dispositions s'appliquent aux sessions de formation qui seront ouvertes à compter de la date de publication dudit arrêté (23 septembre 2018).

  • Annexe II

    SITUATION D'ÉVALUATION CERTIFICATIVE DES UC3 ET UC4 DU DIPLÔME D'ETAT SUPÉRIEUR DE LA JEUNESSE, DE L'ÉDUCATION POPULAIRE ET DU SPORT SPÉCIALITÉ “ PERFORMANCE SPORTIVE ” MENTION “ PATINAGE DE VITESSE ”


    L'épreuve certificative est évaluée dans les conditions prévues à l' article A. 212-26 du code du sport par au moins deux évaluateurs titulaires d'une qualification a minima de niveau II en patinage de vitesse et justifiant d'une expérience professionnelle en patinage de vitesse.

    Sont dispensés de ces exigences, les personnels techniques et pédagogiques relevant du ministère chargé des sports, les professeurs ou enseignants d'éducation physique et sportive du ministère de l'éducation nationale et les agents de catégorie A ou B de la filière sportive de la fonction publique territoriale.

    Epreuve certificative de l'UC3 :

    L'épreuve se déroule en organisme de formation.

    Avant l'épreuve et dans les conditions définies par le directeur régional et départemental de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRDJSCS), par le directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS) ou par le directeur de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DJSCS) le candidat transmet un dossier comprenant les document suivants :


    -un projet de formation de formateurs composé de huit séquences au minimum, dans le domaine du patinage de vitesse ;

    -un support vidéo de son choix d'une course d'un patineur de niveau national en patinage de vitesse.


    Dans les conditions définies par le DRDJSCS, DRJSCS ou par le DJSCS, le dossier du candidat est transmis aux évaluateurs au moins deux semaines avant l'épreuve.

    Le jour de l'épreuve, le candidat tire au sort et réalise l'une des deux modalités suivantes :


    -modalité n° 1 : en s'appuyant sur le support vidéo susmentionné, le candidat présente pendant 20 minutes au maximum, son analyse du patineur puis expose l'élaboration des futurs cycles d'entrainements définis avec son équipe d'encadrement. Cette analyse est suivie d'un entretien d'une durée de 30 minutes au maximum au cours desquelles le candidat justifie son analyse et ses choix tout en s'appuyant sur ses connaissances.

    -modalité n° 2 : le candidat présente pendant 20 minutes au maximum son projet de formation de formateurs susmentionné, à l'aide d'un support de son choix. Cette présentation est suivie d'un entretien de 30 minutes au maximum au cours desquelles le candidat analyse et évalue son projet de formation de formateurs en mobilisant les connaissances acquises et en justifiant les choix portant sur la progression et la pertinence du projet.


    Epreuve certificative de l'UC4 :

    L'épreuve se déroule en structure d'alternance pédagogique.

    Elle se compose d'une mise en situation professionnelle suivie d'un entretien selon les modalités suivantes :


    -conduite par le candidat d'une séance d'entraînement pour au moins deux patineurs de niveau national d'une durée comprise entre 45 minutes et 60 minutes maximum ;

    -entretien de 40 minutes au maximum portant notamment sur les choix de sécurité et de démarche de prévention pendant 10 minutes au maximum et sur les choix pédagogiques de la séance d'entraînement pendant 30 minutes au maximum.

    NOTA :

    Conformément au II de l'article 6 de l’arrêté du 13 septembre 2018, ces dispositions s'appliquent à toute nouvelle demande d'habilitation déposée à compter de la date de publication dudit arrêté (23 septembre 2018).


Fait le 11 août 2011.


Pour la ministre et par délégation :

Le sous-directeur de l'emploi

et des formations,

V. Sevaistre