Arrêté du 27 juillet 2010 portant création d'une zone interdite temporaire dans la région du cap Nègre (Var)

JORF n°0175 du 31 juillet 2010 page 14181
texte n° 26




Arrêté du 27 juillet 2010 portant création d'une zone interdite temporaire dans la région du cap Nègre (Var)

NOR: DEFL1020227A
ELI: https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2010/7/27/DEFL1020227A/jo/texte


Le ministre d'Etat, ministre de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat, et le ministre de la défense,
Vu le code de l'aviation civile, et notamment les articles L. 131-3, L. 150-4 et R. 131-4 ;
Vu l'arrêté du 19 juin 2006 relatif au directoire de l'espace aérien,
Arrêtent :

Article 1


Pour les besoins liés à la protection de hautes autorités, il est créé, à titre temporaire, une zone interdite de survol dans la région du cap Nègre (Var), du 3 au 31 août 2010.

Article 2


Les caractéristiques et les conditions d'utilisation de cette zone interdite temporaire (ZIT) sont définies dans l'annexe au présent arrêté.


Les commandants de bord des aéronefs en infraction sont susceptibles de se voir appliquer les dispositions prévues aux articles L. 131-3 et L. 150-4 du code de l'aviation civile.

Article 4


Les dispositions du présent arrêté sont portées à la connaissance des usagers de l'espace aérien par la voie de l'information aéronautique.

Article 5


Le directeur des services de la navigation aérienne et le directeur de la circulation aérienne militaire sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

  • Annexe



    A N N E X E
    1. Généralités


    Pour les besoins liés à la protection de hautes autorités, il est créé, à titre temporaire, une zone interdite (zone P) dans la région du cap Nègre (Var).


    2. ZIT cap Nègre
    2.1. Limites latérales


    Ligne brisée joignant les points :
    43° 08 44,4'' N - 006° 26 23,4'' E ;
    43° 08 38,3'' N - 006° 26 34,9'' E ;
    43° 08 31,2'' N - 006° 26 20,3'' E ;
    43° 08 33,1'' N - 006° 26 18,0'' E ;
    43° 08 44,4'' N - 006° 26 23,4'' E.


    2.2. Limites verticales


    De la surface à 3 300 pieds (1 000 mètres) au-dessus de la surface.


    2.3. Dates et heures d'activation (UTC)


    Du mardi 3 août 2010 (00 h 00) au mardi 31 août 2010 (23 h 59).


    2.4. Nature et statut de la zone


    Zone interdite temporaire se substituant aux espaces aériens avec lesquels elle interfère.


    2.5. Conditions de pénétration


    CAG/CAM : contournement obligatoire, à l'exception des aéronefs des douanes, de la protection civile, des services de police et de la gendarmerie, et des aéronefs réalisant une opération de sécurité/sauvetage et ayant à intervenir dans le cadre de leurs missions, lorsque le contournement n'est pas compatible avec ces missions.


    2.6. Infractions


    Conformément au code de l'aviation civile (art. L. 131-3), l'aéronef qui s'engage dans la zone interdite sans y être autorisé doit, dès qu'il s'en aperçoit, atterrir sur l'aérodrome le plus proche situé en dehors de cette zone. S'il est aperçu en vol, il doit se conformer à la première injonction, ralentir son allure, descendre à l'altitude imposée et atterrir sur l'aérodrome indiqué.
    Les infractions aux dispositions prévues pour la zone interdite sont passibles (art. L. 150-4) d'une amende de 15 000 euros à 45 000 euros et/ou d'un emprisonnement de six mois à un an.
    En outre, l'autorité publique peut retenir sur place l'aéronef avec lequel une quelconque infraction aux dispositions du code de l'aviation civile a été commise, et le pilote est susceptible de poursuites judiciaires.


    3. Services rendus


    A l'intérieur de la zone, les organismes de la circulation aérienne habituels continuent d'assurer, aux usagers autorisés à pénétrer, les services associés aux classes des espaces auxquels cette zone se substitue.


Fait à Paris, le 27 juillet 2010.


Le ministre de la défense,

Pour le ministre et par délégation :

Le directeur

de la circulation aérienne militaire,

P. Adam

Le ministre d'Etat, ministre de l'écologie,

de l'énergie, du développement durable et de la mer,

en charge des technologies vertes

et des négociations sur le climat,

Pour le ministre et par délégation :

Le chef de la mission Ciel unique européen

et de la réglementation

de la navigation aérienne,

G. Mantoux