Avis n° 2010-04 de la Commission consultative des trésors nationaux

JORF n°0166 du 21 juillet 2010 page 13495
texte n° 123



Avis n° 2010-04 de la Commission consultative des trésors nationaux

NOR: MCCC1018431V
ELI: Non disponible



Saisie par le ministre de la culture et de la communication en application de l'article 7 du décret n° 93-124 du 29 janvier 1993 modifié relatif aux biens culturels soumis à certaines restrictions de circulation,
Vu le code du patrimoine, notamment ses articles L. 111-2 et L. 111-4 ;
Vu le décret n° 93-124 du 29 janvier 1993 modifié relatif aux biens culturels soumis à certaines restrictions de circulation, notamment son article 7 ;
Vu la demande de certificat d'exportation déposée le 10 mars 2010 relative à deux pièces de surtout de table en forme de couvre-plats (Un renard et un coq/Une fouine et un pigeon) provenant du service d'argenterie Orléans-Penthièvre, argent martelé, fondu et ciselé, poinçons de maître : Antoine-Sébastien Durand, poinçons de charge et décharge : Paris, 1756-1757 ;
La commission, régulièrement convoquée et constituée, réunie le 19 mai 2010 ;
Après en avoir délibéré ;
Considérant que les biens pour lesquels le certificat d'exportation est demandé sont deux remarquables pièces de surtout de table en forme de couvre-plats en argent, réalisées en 1756-1757 par l'orfèvre parisien Antoine-Sébastien Durand, reçu maître en 1740 et actif jusqu'à 1776, l'un des créateurs les plus inventifs de la période Louis XV ; que ces pièces d'orfèvrerie d'un modèle unique et d'une grande richesse sont issues d'un service de table renommé résultant des talents conjugués des meilleurs orfèvres de l'époque ; qu'en effet ce service dit Orléans-Penthièvre, auquel elles appartenaient, résulte, telle que son histoire a pu être reconstituée, de deux campagnes de commandes, la première passée à Thomas Germain et Claude Ballin et la seconde à Durand et Edme-Pierre Balzac ; que l'ensemble ainsi constitué, détenu par le duc d'Eu et ensuite par le duc de Penthièvre (1725-1793) puis resté par la suite la propriété de la famille d'Orléans pendant près de deux siècles avant d'être dispersé au cours du xxe siècle, comprenait un nombre important d'éléments destinés au service des grands repas à la française du xviiie siècle, dont les grandes pièces de surtout formaient en partie la décoration fixe de la table jusqu'au dessert ; que le traitement des thèmes animaliers, qui s'apparentent aux peintures contemporaines de Desportes et d'Oudry, d'un grand réalisme, par la qualité de la fonte et de la ciselure, illustre la perfection d'exécution atteinte par Durand ; que ces précieux témoins de la grande orfèvrerie parisienne du règne de Louis XV, dont le parcours est bien documenté, représentent certainement une des dernières occasions de compléter ce prestigieux service, dont une partie des pièces est déjà conservée dans les collections publiques françaises ;
Qu'en conséquence ces œuvres présentent un intérêt majeur pour le patrimoine national du point de vue de l'histoire et de l'art et doivent être considérées comme des trésors nationaux,
Emet un avis favorable au refus du certificat d'exportation demandé.


Pour la commission :

Le président,

E. Honorat