Arrêté du 24 mars 1982 relatif à l'aération des logements




Arrêté du 24 mars 1982 relatif à l'aération des logements
Version consolidée au 31 août 2016

Le ministre délégué auprès du ministre de l'industrie, chargé de l'énergie, le ministre de la santé et le ministre de l'urbanisme et du logement,

Vu le code de la construction et de l'habitation, notamment son article *R. 111-9 ;

Vu l'arr<^>eté du 22 octobre 1969 relatif aux conduits de fumée desservant les logements ;

Vu l'arr<^>eté du 6 octobre 1978 relatif à l'isolement acoustique des b<^>atiments d'habitation contre les bruits de l'espace extérieur ;

Vu l'arr<^>eté du 24 mars 1982 relatif aux équipements et caractéristiques thermiques des b<^>atiments d'habitation ;

Vu l'avis du conseil supérieur d'hygiène publique de France,

L'aération des logements doit pouvoir <^>etre générale et permanente au moins pendant la période où la température extérieure oblige à maintenir les fen<^>etres fermées. Toutefois, dans les b<^>atiments soumis à un isolement acoustique renforcé, en application de l'arr<^>eté du 6 octobre 1978, l'aération doit pouvoir <^>etre générale et permanente en toute saison.

La circulation de l'air doit pouvoir se faire principalement par entrée d'air dans les pièces principales et sortie dans les pièces de service.

L'aération permanente peut <^>etre limitée à certaines pièces dans les cas et suivant les conditions définis au chapitre II.

  • CHAPITRE Ier Aération générale et permanente.

    Le système d'aération doit comporter :

    - des entrées d'air dans toutes les pièces principales, réalisées par des orifices en façades, des conduits à fonctionnement naturel ou des dispositifs mécaniques ;

    - des sorties d'air dans les pièces de service, au moins dans les cuisines, les salles de bains ou de douches et les cabinets d'aisances, réalisées par les conduits verticaux à tirage naturel ou des dispositifs mécaniques. En installation collective de ventilation, si une pièce de service possède une sortie d'air mécanique, toutes les autres pièces de service doivent en posséder une.

    L'air doit pouvoir circuler librement des pièces principales vers les pièces de service.

    Une pièce à la fois principale et de service, telle qu'une chambre ayant un équipement de cuisine, doit comporter une entrée et une sortie d'air, réalisées comme indiqué ci-dessus.

    Les dispositifs de ventilation, qu'ils soient mécaniques ou à fonctionnement naturel, doivent être tels que les exigences de débit extrait, définies ci-dessous, soient satisfaites dans les conditions climatiques moyennes d'hiver.

    Les débits extraits dans chaque pièce de service doivent pouvoir atteindre, simultanément ou non, les valeurs données dans le tableau ci-après en fonction du nombre de pièces principales du logement :

    Tableau non reproduit.

    Dans les logements ne comportant qu'une pièce principale, la salle de bains ou de douches et le cabinet d'aisances peuvent avoir, s'ils sont contigus, une sortie d'air commune située dans le cabinet d'aisances. Le débit d'extraction à prendre en compte est de 15 mètres cubes par heure.

    En cas d'absence de cloison entre la salle de séjour et une chambre, la pièce unique ainsi créée est assimilée à deux pièces principales.

    En cas d'absence de cloison entre la salle de séjour et une chambre, la pièce unique ainsi créée est assimilée à deux pièces principales.

    Si, de construction, une hotte est raccordée à l'extraction de la cuisine, un débit plus faible est admis. Il est déterminé, en fonction de l'efficacité de la hotte, suivant des modalités approuvées par le ministre chargé de la construction et de l'habitation et le ministre chargé de la santé.

    Des cabinets d'aisances sont considérés comme multiples s'il en existe au moins deux dans le logement, même si l'un d'entre eux est situé dans une salle d'eau.

    • Modifié par Arrêté 1983-10-28 art. 1 JORF 15 novembre 1983

    Des dispositifs individuels de réglage peuvent permettre de réduire les débits définis à l'article 3, sous les conditions suivantes :

    En règle générale, le débit total extrait et le débit réduit de cuisine sont au moins égaux aux valeurs données dans le tableau suivant :

    NOMBRE DE PIÈCES PRINCIPALES : 1

    Débit total minimal en m3/h : 35

    NOMBRE DE PIÈCES PRINCIPALES : 2

    Débit total minimal en m3/h : 60

    NOMBRE DE PIÈCES PRINCIPALES : 3

    Débit total minimal en m3/h : 75

    NOMBRE DE PIÈCES PRINCIPALES : 4

    Débit total minimal en m3/h : 90

    NOMBRE DE PIÈCES PRINCIPALES : 5

    Débit total minimal en m3/h : 105

    NOMBRE DE PIÈCES PRINCIPALES : 6

    Débit total minimal en m3/h : 120

    NOMBRE DE PIÈCES PRINCIPALES : 7

    Débit total minimal en m3/h : 135

    NOMBRE DE PIÈCES PRINCIPALES : 1

    Débit minimal en cuisine en m3/h : 20

    NOMBRE DE PIÈCES PRINCIPALES : 2

    Débit minimal en cuisine en m3/h : 30

    NOMBRE DE PIÈCES PRINCIPALES : 3

    Débit minimal en cuisine en m3/h : 45

    NOMBRE DE PIÈCES PRINCIPALES : 4

    Débit minimal en cuisine en m3/h : 45

    NOMBRE DE PIÈCES PRINCIPALES : 5

    Débit minimal en cuisine en m3/h : 45

    NOMBRE DE PIÈCES PRINCIPALES : 6

    Débit minimal en cuisine en m3/h : 45

    NOMBRE DE PIÈCES PRINCIPALES : 7

    Débit minimal en cuisine en m3/h : 45

    Lorsque l'aération est assurée par un dispositif mécanique qui module automatiquement le renouvellement d'air du logement, de telle façon que les taux de pollution de l'air intérieur ne constituent aucun danger pour la santé et que puissent <^>etre évitées les condensations, sauf de façon passagère, les débits définis par le tableau ci-dessus peuvent <^>etre réduits.

    L'emploi d'un tel dispositif doit faire l'objet d'une autorisation du ministre chargé de la construction et de l'habitation et du ministre chargé de la santé, qui fixe les débits minimaux à respecter.

    En tout état de cause, le débit total extrait est au moins égal à la valeur donnée par le tableau suivant :

    NOMBRE DE PIÈCES PRINCIPALES : 1

    Débit total minimal en m3/h. : 10

    NOMBRE DE PIÈCES PRINCIPALES : 2

    Débit total minimal en m3/h. : 10

    NOMBRE DE PIÈCES PRINCIPALES : 3

    Débit total minimal en m3/h. : 15

    NOMBRE DE PIÈCES PRINCIPALES : 4

    Débit total minimal en m3/h. : 20

    NOMBRE DE PIÈCES PRINCIPALES : 5

    Débit total minimal en m3/h. : 25

    NOMBRE DE PIÈCES PRINCIPALES : 6

    Débit total minimal en m3/h. : 30

    NOMBRE DE PIÈCES PRINCIPALES : 7

    Débit total minimal en m3/h. : 35

    Les entrées d'air, complétées par la perméabilité des ouvrants, doivent permettre d'obtenir les débits définis à l'article 3.

  • CHAPITRE II Aération permanente pouvant &lt;^&gt;etre limitée à certaines pièces.

    Pour les maisons individuelles isolées, jumelées ou en bande, situées dans les zones climatiques H 2 et H 3 définies en annexe de l'arr<^>eté du 24 mars 1982 relatif aux équipements et caractéristiques thermiques des b<^>atiments d'habitation, la construction et les équipements peuvent satisfaire aux dispositions réduites suivantes :

    a) La cuisine comporte une sortie d'air réalisée par un conduit vertical à tirage naturel ou par un dispositif mécanique ;

    b) Les autres pièces de service comportent :

    - soit une sortie d'air réalisée par un conduit vertical à tirage naturel ou par un dispositif mécanique ;

    - soit une ouverture extérieure obturable ;

    c) Chaque pièce principale possède une entrée d'air réalisée par un orifice en façade, un conduit à fonctionnement naturel ou un dispositif mécanique.

    Les sorties d'air de la cuisine et, éventuellement, des autres pièces de service doivent permettre d'obtenir les débits fixés par l'article 3 et ils peuvent <^>etre réduits comme indiqué à l'article 4.

  • CHAPITRE III Dispositions communes aux deux modes d'aération : définis aux chapitres Ier et II.

    En cas d'installation d'appareils à combustion dans un logement, le système d'aération doit pouvoir assurer les débits nécessaires à leur bon fonctionnement.

    Les conduits de sortie d'air par tirage naturel peuvent <^>etre individuels, c'est-à-dire ne desservir qu'une pièce, ou collectifs, c'est-à-dire desservir plusieurs pièces.

    Un conduit collectif doit comporter un conduit collecteur et des raccordements individuels de hauteur d'étage, chacun de ces derniers ne desservant qu'une pièce. Un conduit collectif qui dessert des cuisines ne peut desservir des locaux d'autre nature.

    Les dévoiements éventuels de ces conduits à tirage naturel doivent répondre aux dispositions définies à l'article 17 de l'arr<^>eté du 22 octobre 1969 relatif aux conduits de fumée desservant des logements.

    Le débouché du conduit, situé en toiture, doit <^>etre tel que l'évacuation de l'air s'effectue correctement à l'extérieur, sans refoulement vers les logements (ce qui suppose que la dépression créée par le vent au sommet du conduit s'oppose utilement aux dépressions créées en façade). Par ailleurs, la disposition des conduits de ventilation, par rapport à des conduits de fumée éventuels, doit <^>etre telle qu'elle ne favorise pas les siphonnages par les souches.

    Le rejet de l'air par un dispositif mécanique doit être tel que l'évacuation de l'air s'effectue correctement à l'extérieur, sans refoulement ni renvoi vers les logements.

    Dans les installations mécaniques collectives :

    - si l'extraction de l'air d'un même logement est réalisée par plusieurs extracteurs distincts, ceux-ci ne doivent pouvoir fonctionner que simultanément ;

    - si l'extracteur est à transmission par courroie, il doit comporter une courroie supplémentaire de secours.

    Lorsque l'évacuation de l'air est faite par un dispositif mécanique, les conduits de fumée et foyers situés dans les logements, fonctionnant par tirage naturel doivent être tels que la dépression créée dans un logement par l'évacuation mécanique de l'air ne puisse entraîner d'inversion de tirage, notamment lors de l'allumage de certains foyers.

    Les conduits de fumée situés dans les logements ne peuvent <^>etre raccordés à un dispositif mécanique que si :

    - l'évacuation de l'air de ventilation est également obtenue par un dispositif mécanique ;

    - Les deux dispositifs mécaniques sont communs ou ne peuvent fonctionner que simultanément ;

    - en cas de panne du dispositif mécanique servant à l'évacuation des fumées ou des gaz br<^>ulés, celle-ci est assurée par tirage naturel à moins que la combustion ne soit automatiquement arr<^>etée. Dans ce dernier cas, le réallumage ne peut intervenir qu'en toute sécurité.

    Lorsque l'évacuation de l'air de la cuisine est faite par un dispositif mécanique collectif, il convient qu'en cas de panne de celui-ci, les produits de combustion d'appareils à gaz ou hydrocarbures liquéfiés, non raccordés, qui pénètrent dans le circuit d'extraction puissent cheminer vers l'extérieur par tirage naturel. S'il n'en est pas ainsi, notamment lorsque le circuit d'évacuation est descendant, il doit exister un système d'alarme fonctionnant automatiquement en cas de panne.

    Qu'il s'agisse de conduit à tirage naturel ou de dispositif mécanique, une évacuation des produits de combustion d'appareils à gaz ou à hydrocarbures liquéfiés, raccordés, peut servir de sortie d'air, à condition qu'une plaque scellée indique qu'on ne peut y raccorder un appareil utilisant un autre combustible.

    Aucun dispositif mécanique individuel, tel qu'une hotte de cuisine équipée d'un ventilateur, ne peut <^>etre raccordé à une installation collective de sortie d'air, qu'elle soit mécanique ou à tirage naturel.

    Les caractéristiques et l'emplacement des entrées d'air doivent <^>etre tels qu'il n'en résulte ni inconfort pour les occupants ni désordre pour la construction et les équipements.

    Ces dispositifs peuvent <^>etre autoréglables ou réglables par l'occupant, mais non obturables.

    Est considéré comme répondant aux exigences du présent article un système de distribution d'air, éventuellement traité avant son introduction dans le logement.

    Les dispositifs d'entrée et de sortie d'air doivent pouvoir <^>etre facilement nettoyés.

    Les dispositifs mécaniques doivent pouvoir <^>etre facilement vérifiés et entretenus.

    Les dispositions du présent arr<^>eté sont applicables :

    - à toutes constructions ayant fait l'objet d'une demande de permis de construire ou de prorogation de permis de construire six mois après sa publication ;

    - à toutes constructions dont la mise en chantier intervient dix-huit mois après sa publication.

    L'arr<^>eté du 22 octobre 1969 relatif à l'aération des logements est abrogé à la date d'application du présent arr<^>eté.

Article 19

Le présent arrêté sera publié au Journal officiel de la République française.

Le ministre de l'urbanisme et du logement,

ROGER QUILLIOT

Le ministre délégué auprès du ministre de l'industrie,

chargé de l'énergie,

EDMOND HERVÉ

Le ministre de la santé,

JACK RALITE

NOTA : Il convient de lire "Vu l'arrêté du 5 avril 1988 relatif aux équipements et caractéristiques thermiques des bâtiments d'habitation" au lieu de "Vu l'arrêté du 24 mars 1982 relatif aux équipements et caractéristiques thermiques des bâtiments d'habitation" dans les visas de cet arrêté.