Arrêté du 2 octobre 2006 prorogeant l'arrêté du 8 octobre 2003 relatif au titre professionnel de technicien(ne) horloger




Arrêté du 2 octobre 2006 prorogeant l'arrêté du 8 octobre 2003 relatif au titre professionnel de technicien(ne) horloger

NOR: SOCF0611982A
Version consolidée au 27 février 2020


Le ministre de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement,
Vu le code de l'éducation, et notamment les articles L. 335-5 et suivants et R. 338-1 et suivants ;
Vu l'arrêté du 9 mars 2006 relatif aux conditions de délivrance du titre professionnel du ministère chargé de l'emploi ;
Vu l'arrêté du 8 octobre 2003 relatif au titre professionnel de technicien(ne) horloger ;
Vu le référentiel d'emploi, d'activités et de compétences du titre professionnel de technicien(ne) horloger ;
Vu le référentiel de certification du titre professionnel de technicien(ne) horloger ;
Vu l'avis de la commission professionnelle consultative industrie du 30 juin 2006,
Arrête :


Après son réexamen par la commission professionnelle consultative industrie du 30 juin 2006, l'arrêté du 8 octobre 2003 susvisé est prorogé pour une durée de trois ans à compter de la date d'entrée en vigueur du présent arrêté.


Le délégué général à l'emploi et à la formation professionnelle est chargé de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié ainsi que son annexe au Journal officiel de la République française.


INFORMATIONS REQUISES POUR L'INSCRIPTION DU TITRE PROFESSIONNEL AU RÉPERTOIRE NATIONAL DES CERTIFICATIONS PROFESSIONNELLES


Intitulé :
Titre professionnel : technicien (ne) horloger.
Niveau : IV.
Code NSF : 251 r.

Résumé du référentiel d'emploi

Le (la) technicien (ne) horloger assure la maintenance et la remise en état de tous les systèmes d'horlogerie principalement dans le domaine des montres et chronographes dits " haut de gamme ". Il (elle) n'intervient le plus souvent que sur des montres pour lesquelles lui (elle) ou son entreprise a reçu une habilitation de la part de la marque de renom (suisse). Il (elle) établit des devis (faisabilité, coûts, délais), entretient des relations commerciales avec ses clients et fournisseurs, assure le suivi et la gestion de la documentation technique, assure des tâches techniques auxquelles s'ajoute souvent une tâche d'encadrement (de monteurs ou réparateurs).
Le (la) technicien (ne) horloger peut exercer son activité :
-comme artisan (à domicile ou en boutique d'horlogerie) ;
-comme salarié (atelier de réparation agréé d'une ou plusieurs marques, SAV d'une marque, atelier de montage de montres neuves).
Il (elle) exerce principalement dans un atelier de réparation en position assise devant un établi spécifique (attention visuelle permanente, utilisation d'une loupe et de petits outils spécifiques). Ses horaires sont réguliers et ses déplacements exceptionnels.

Capacités attestées et descriptif
des composantes de la certification

1. Assurer la gestion technique, commerciale et organisationnelle ainsi que l'encadrement d'une équipe au sein d'un atelier ou d'une entreprise horlogère
Accueillir un client, identifier et analyser sa demande d'intervention sur un produit " haut de gamme ", afin de lui proposer une solution techniquement et commercialement satisfaisante.
Elaborer un devis détaillé de remise en état d'une montre ou chronographe " haut de gamme " en respectant les exigences de la marque d'origine.
Assurer l'approvisionnement et la gestion des différents stocks (pièces horlogères, produits consommables et documents techniques), en tenant compte des préconisations des marques.
Assurer la maintenance des postes de travail, des outillages et des appareils de mesure en conformité aux exigences des marques horlogères.
Animer une équipe, en assurer la formation, et lui apporter un soutien technique.
2. Concevoir, définir, réaliser ou adapter des pièces ou sous-ensembles destinés à la remise en état de montres ou chronographes " haut de gamme "
Analyser, modifier ou réaliser le croquis ou le dessin coté de pièces de montres " haut de gamme ", en vue de leur fabrication.
Etablir une gamme de fabrication, l'expliquer et la faire appliquer.
Fabriquer ou modifier, en utilisant les outillages à main, les machines et moyens de contrôle spécifiques, des pièces unitaires dans le respect de la qualité imposée par la marque d'origine.

3. Assurer les opérations de maintenance et de mise au point
de tous types de montres ou chronographes " haut de gamme "

Assurer le démontage complet et le nettoyage de tout type de montre " haut de gamme ", en respectant les règles inhérentes à la qualité des pièces.
Localiser les fonctions ou organes défaillants d'un mouvement, analyser les causes, établir un diagnostic et prendre les mesures correctives adaptées.
Assurer le remontage de tout mouvement, tout en lubrifiant aux moments opportuns et dans le respect du plan d'huilage.
Effectuer l'ajustement précis de la marche, à l'aide d'appareils d'étalonnage, en respectant les normes de réglage propres à chaque type de montre.
Procéder aux réglages et mises au point des fonctions des systèmes à complications, en conformité avec les exigences du fabricant.
Collecter, analyser les problèmes techniques rencontrés. Prendre les mesures nécessaires et faire remonter l'information.
Effectuer des opérations d'emboîtage, en respectant les règles des contrôles finaux et d'étanchéité propres à chaque type de montre ou chronographe " haut de gamme ".

Secteurs d'activités ou types d'emploi
accessibles par le détenteur du titre

Secteur de l'horlogerie.
Code ROME :
44324-Maintenicien en microsystèmes horlogers et photo.
Réglementation de l'activité :
Néant.
Autorité responsable de la certification :
Ministère chargé de l'emploi.
Bases légales et réglementaires :
Loi n° 2002-73 du 17 janvier 2002 de modernisation sociale ;
Articles L. 335-5 et suivants et R. 338-1 du code de l'éducation ;
Arrêté du 9 mars 2006 relatif aux conditions de délivrance du titre professionnel du ministère chargé de l'emploi.


Fait à Paris, le 2 octobre 2006.


Pour le ministre et par délégation :

La chef de la mission

des politiques de formation

et de qualification,

C. Rigodanzo

NOTA :

Arrêté du 24 septembre 2009 art 1 : après son réexamen par la commission professionnelle consultative industrie, le titre professionnel de technicien horloger est prorogé pour une durée de cinq ans à compter de la publication du présent arrêté.