Arrêté du 27 avril 2007 portant création du titre professionnel de monteur(se) graphiste vidéo.




Arrêté du 27 avril 2007 portant création du titre professionnel de monteur(se) graphiste vidéo.

NOR: SOCF0753345A
Version consolidée au 23 septembre 2019

Le ministre de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement,

Vu le code de l'éducation, notamment ses articles L. 335-5, L. 335-6 et R. 338-1 et suivants ;

Vu l'arrêté du 11 septembre 2003 relatif au titre professionnel de canalisateur ;

Vu l'arrêté du 6 août 2004 relatif au titre professionnel de monteur(se) truquiste, option trucages évolués, option monteur(se) graphiste ;

Vu l'arrêté du 9 mars 2006 relatif aux conditions de délivrance du titre professionnel du ministère chargé de l'emploi ;

Vu l'avis de la commission professionnelle consultative gestion et traitement de l'information du 19 avril 2007 ;

Vu le référentiel d'emploi, d'activités et de compétences du titre professionnel de monteur(se) graphiste vidéo ;

Vu le référentiel de certification du titre professionnel de monteur(se) graphiste vidéo,

Le titre professionnel de monteur (se) graphiste vidéo est enregistré au répertoire national des certifications professionnelles pour une durée de cinq ans, au niveau III, et dans le domaine d'activité 323 t (code NSF).

Le titre professionnel de monteur (se) graphiste vidéo est composé des quatre unités constitutives suivantes :

1. Exploiter un poste de montage pour l'acquisition, la gestion, le montage, la sauvegarde et les sorties des médias.

2. Exécuter différents types de montage.

3. Corriger et améliorer des séquences vidéo et son.

4. Mettre en œuvre des techniques simples de trucage multicouches et d'animation pour réaliser des effets visuels.

Elles peuvent être sanctionnées par des certificats de compétences professionnelles (CCP) dans les conditions prévues par l'arrêté du 9 mars 2006 susvisé.

Le référentiel emploi, activités, compétences et le référentiel de certification sont disponibles sur le site http://www.emploi.gouv.fr/.

Les titulaires des certificats de compétences professionnelles obtenus antérieurement à la publication du présent arrêté modificatif sont réputés avoir obtenu les nouveaux certificats de compétences professionnelles selon le tableau figurant ci-dessous.


TITRE PROFESSIONNEL

monteur (se) graphiste vidéo

(arrêté du 27 avril 2007)

TITRE PROFESSIONNEL

monteur (se) graphiste vidéo

(présent arrêté)


Configurer un système de montage non linéaire pour l'acquisition, la gestion, le montage, et la sauvegarde des médias


Exploiter un poste de montage pour l'acquisition, la gestion, le montage, la sauvegarde et les sorties des médias


Exécuter différents types de montage


Exécuter différents types de montage


Corriger, retoucher et modifier des séquences vidéo et exécuter des montages trucages simples


Corriger et améliorer des séquences vidéo et son


Concevoir et réaliser des éléments graphiques et/ ou typographiques destinés à un montage vidéo


Mettre en œuvre des techniques simples de trucage multicouches et d'animation pour réaliser des effets visuels


L'annexe au présent arrêté comporte les informations requises pour l'inscription du titre professionnel au répertoire national des certifications professionnelles.

Le délégué général à l'emploi et à la formation professionnelle est chargé de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié, ainsi que son annexe, au Journal officiel de la République française.

  • Annexes
    • INFORMATIONS REQUISES POUR L'INSCRIPTION DU TITRE PROFESSIONNEL AU RÉPERTOIRE NATIONAL DES CERTIFICATIONS PROFESSIONNELLES.

      Intitulé : Monteur (se) graphiste vidéo.

      Niveau : III.

      Code NSF : 323 t-techniques de l'image et du son, métiers connexes du spectacle.

      Résumé du référentiel d'emploi

      Le (la) monteur (se) graphiste vidéo (MGV) met en forme des images et sons bruts afin d'agencer des séquences image et son conformes aux attentes d'un producteur, d'un journaliste ou d'un réalisateur et destinées à une diffusion télévisuelle, cinématographique ou via d'autres vecteurs de diffusion.

      Son travail s'insère dans le processus de production d'un produit audiovisuel : il (elle) travaille en aval de la phase prises de vue/ tournage et en amont de la postproduction sonore et de la diffusion/ exploitation du produit.

      A partir d'un cahier des charges ou des instructions, le (la) monteur (se) graphiste vidéo prend en charge le travail de montage d'un projet audiovisuel.

      Il (elle) prépare son poste de montage pour une exploitation efficace et y importe tous les médias nécessaires, en veillant à la compatibilité des médias ainsi qu'à la sauvegarde régulière de son travail.

      Le (la) monteur (se) graphiste vidéo travaille à des projets de dimensions très variables. Il (elle) exécute des montages de sujets courts dans le cadre de la diffusion des informations (journaux télévisés) ou d'autres émissions d'actualité (sportives notamment). Il (elle) monte des sujets de durée variable dans le cadre de la communication interne d'une société ou pour de nouveaux services liés à la diffusion sur internet (web TV, web agency...). Il (elle) prend en charge des montages de films institutionnels ou documentaires. A terme, le (la) monteur (se) graphiste vidéo pourra prendre en charge le montage de sujets courts à visée commerciale : clips vidéo, spots publicitaires et autres produits de promotion, pour lesquels il (elle) exécute souvent des trucages et des effets visuels. Il (elle) pourra aussi être sollicité pour le montage de produits longs, tels celui d'un téléfilm.

      Le (la) monteur (se) graphiste vidéo exécute également toute une gamme d'interventions d'amélioration d'un montage réalisé (nettoyage, corrections, modifications techniques).

      Il (elle) réalise des effets visuels, des trucages et des montages (-trucages) en multicouches (appelés compositing). Pour ce faire, il (elle) utilise soit les possibilités techniques intégrées au progiciel de montage, soit un éditeur ou un programme spécifique, externe au progiciel de montage.

      Le (la) monteur (se) graphiste vidéo assure, seul (e) ou en équipe, le montage et certains trucages d'un projet audiovisuel. Il (elle) travaille sous la responsabilité d'un journaliste, d'un réalisateur, d'un producteur ou de tout autre responsable de production ou artistique. Il (elle) est responsable de la bonne conduite du projet et de la qualité technique des séquences montées. Il (elle) est garant (e) de la bonne exécution technique du projet lors du montage, de l'acquisition de tous les éléments nécessaires pour effectuer ce travail jusqu'à la sortie finale du projet monté et de la sauvegarde des éléments de travail.

      Il (elle) travaille en posture assise devant des écrans informatiques et des moniteurs vidéo, en général dans une pièce fermée et dans la pénombre. Le travail nécessite une bonne acuité visuelle et une bonne capacité distinctive des couleurs.

      En fonction de l'emploi exercé, les horaires de travail peuvent être très variables, de jour comme de nuit, ainsi que certains week-ends. Un nombre important de contrats de travail relève du régime de l'intermittence du spectacle.

      Capacités attestées et descriptif

      des composantes de la certification

      1. Exploiter un poste de montage pour l'acquisition, la gestion,

      le montage, la sauvegarde et les sorties des médias

      Configurer et exploiter un poste de montage (poste isolé ou en réseau).

      Installer et configurer des périphériques de contrôle, d'acquisition, de sortie, de stockage, de sauvegarde et de mise en réseau.

      Importer, gérer et sauvegarder tous les éléments d'un projet de montage, en fonction des flux de travail établis.

      2. Exécuter différents types de montage

      Exécuter des montages de sujets courts ou d'actualité.

      Exécuter le montage d'un sujet à visée commerciale : bande-annonce de programme, vidéogramme, spot publicitaire.

      Participer au montage d'un projet long : reportage, film documentaire, (télé) film de fiction.

      3. Corriger et améliorer des séquences vidéo et son

      Corriger et modifier des plans et séquences vidéo.

      Appliquer des fonctions de trucage intégrées au progiciel de montage.

      Monter et ajuster une ou plusieurs pistes son et préparer leur export pour un mixage ultérieur.

      4. Mettre en œuvre des techniques simples de trucage

      multicouches et d'animation pour réaliser des effets visuels

      Réaliser un montage multicouches simple en utilisant les fonctions intégrées du progiciel de montage.

      Réaliser un montage multicouches simple en utilisant un logiciel d'animation spécifique (compositing).

      Secteurs d'activités ou types d'emplois

      accessibles par le détenteur du titre

      Les différents secteurs d'activité concernés sont principalement :

      Sociétés de postproduction (vidéo) ;

      Laboratoires numériques ;

      Diffuseurs de programmes/ chaînes de télévision nationales, régionales ou locales, chaînes TV thématiques et d'information continue ;

      Services de communication institutionnelle intégrés à une entreprise ;

      Sociétés de production de contenus internet (web TV, web agency, crossmedia) ;

      Les types d'emplois accessibles sont les suivants : monteur/ monteuse-monteur/ monteuse vidéo-monteur/ monteuse graphiste-monteur/ monteuse-truquiste.

      Codes ROME :

      L-1507 Montage et postproduction.

      Autorité responsable de la certification :

      Ministère chargé de l'emploi.

      Bases légales et réglementaires :

      Code de l'éducation, les articles L. 335-5, L. 335-6 et R. 338-1 et suivants ;

      Arrêté du 9 mars 2006 modifié relatif aux conditions de délivrance du titre professionnel ;

      Arrêté du 8 décembre 2008 modifié relatif au règlement général des sessions de validation conduisant au titre professionnel du ministère chargé de l'emploi.

      La réglementation applicable à ce titre professionnel est mise en œuvre à compter du 12 mai 2012.

Pour le ministre et par délégation :

Par empêchement du délégué général à l'emploi

et à la formation professionnelle :

La chef de la mission des politiques

de formation et de qualification,

C. Rigodanzo