Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 28 septembre 2011, 10-12.278 10-12.279 10-12.280 10-12.281 10-12.282 10-12.283 10-12.284 10-12.285 10-12.286 10-12.287 10-12.288 10-12.289 10-12.290 10-12.291 10-12.292 10-12.293 10-12.294 10-12.295 10-12.296 10-

Références

Cour de cassation
chambre sociale
Audience publique du mercredi 28 septembre 2011
N° de pourvoi: 10-12278 10-12279 10-12280 10-12281 10-12282 10-12283 10-12284 10-12285 10-12286 10-12287 10-12288 10-12289 10-12290 10-12291 10-12292 10-12293 10-12294 10-12295 10-12296 10-12297 10-12298 10-12299 10-12300 10-12301 10-12302 10-12303 10-12304 10-12305 10-12306 10-12307 10-12308 10-12309 10-12310 10-12311 10-12312 10-12313 10-12314 10-12315 10-12316 10-12317 10-12318 10-12319 10-12320 10-12321 10-12322 10-12323 10-12324 10-12325 10-12327 10-12328 10-12329 10-12330 10-12331 10-12332 10-12333 10-12334 10-12335 10-12336 10-12337 10-12338 10-12339 10-12340 10-12341 10-12342 10-12343 10-12344 10-12345 10-12346 10-12347 10-12348 10-12349 10-12350 10-12351 10-12352 10-12353 10-12354 10-12355 10-12356 10-12357 10-12358 10-12359 10-12360 10-12361 10-12362 10-12363 10-12364 10-12365 10-12366 10-12367 10-12368 10-12369 10-12370 10-12371 10-12372 10-12373 10-12374 10-12375 10-12376 10-12377 10-12378 10-12379 10-12380 10-12381 10-12382 10-12383 10-12384 10-12385 10-12386 10-12387 10-12388 10-12389 10-12390 10-12391 10-12392 10-12393 10-12394 10-12395 10-12396 10-12397 10-12398 10-12399 10-12400 10-12401 10-12402 10-12403 10-12404 10-12405 10-12406 10-12407 10-12408 10-12409 10-12410 10-12411 10-12412 10-12413 10-12414 10-12416 10-12417 10-12418 10-12419 10-12420 10-12421 10-12422 10-12423 10-12424 10-12425 10-12426 10-12427 10-12428 10-12429 10-12430 10-12431 10-12432 10-12433 10-12434 10-12435 10-12436 10-12437 10-12438 10-12439 10-12440 10-12441 10-12442 10-12443 10-12444 10-12445 10-12447 10-12448 10-12449 10-12450 10-12451 10-12452 10-12453 10-12454 10-12455 10-12456 10-12457 10-12458 10-12459 10-12460 10-12461 10-12462 10-12463 10-12464 10-12465 10-12466 10-12467 10-12468 10-12469 10-12470 10-12471 10-12472 10-12473 10-12474 10-12475 10-12476 10-12477 10-12478 10-12479 10-12480 10-12481 10-12482 10-12483 10-12484 10-12485 10-12486 10-12487 10-12488 10-12489 10-12490 10-12491 10-12492 10-12493 10-12494 10-12495 10-12497 10-12498 10-12499 10-12500 10-12501 10-12502 10-12503 10-12504 10-12505 10-12506 10-12507 10-12508 10-12509 10-12510 10-12511 10-12512 10-12513 10-12514 10-12515 10-12516 10-12517 10-12518 10-12519 10-12520 10-12521 10-12522 10-12523 10-12524 10-12525 10-12526 10-12527 10-12528 10-12529 10-12530 10-12531 10-12532 10-12533 10-12534 10-12535 10-12536 10-12537 10-12538 10-12539 10-12540 10-12541 10-12542 10-12543 10-12544 10-12545 10-12546 10-12547 10-12548 10-12549 10-12550 10-12551 10-12552 10-12553 10-12554 10-12555 10-12556 10-12557 10-12558 10-12559 10-12560 10-12561 10-12562 10-12563 10-12564 10-12566 10-12567 10-12568 10-12569 10-12570 10-12571 10-12572 10-12573 10-12574 10-12575 10-12576 10-12577 10-12578 10-12579 10-12580 10-12581 10-12582 10-12583 10-12584 10-12585 10-12586 10-12587 10-12588 10-12589 10-12590 10-12591 10-12592 10-12593 10-12595 10-12596 10-12597 10-12598 10-12599 10-12600 10-12601 10-12602 10-12603 10-12604 10-12605 10-12606 10-12607 10-12608 10-12609 10-12610 10-12611 10-12612 10-12613 10-12614 10-12615 10-12616 10-12617 10-12618 10-12619 10-12620 10-12621 10-12622 10-12623 10-12624 10-12625 10-12626 10-12627 10-12628 10-12629 10-12630 10-12631 10-12632 10-12633 10-12634 10-12635 10-12636 10-12637 10-12638 10-12639 10-12640 10-12641 10-12642 10-12643 10-12644 10-12645 10-12646 10-12647 10-12648 10-12649 10-12650 10-12651 10-12652 10-12653 10-12654 10-12655 10-12656 10-12657 10-12658 10-12659 10-12660 10-12661 10-12663 10-12664 10-12665 10-12666 10-12667 10-12668 10-12669 10-12670 10-12671 10-12672 10-12673 10-12674 10-12675 10-12676 10-12677 10-12678 10-12679 10-12680 10-12681 10-12682 10-12683 10-12684 10-12685 10-12686 10-12687 10-12688 10-12689 10-12690 10-12691 10-12692 10-12693 10-12694 10-12695 10-12696 10-12697 10-12698 10-12699 10-12700 10-12701 10-12702 10-12703 10-12704 10-12705 10-12706 10-12707 10-12708 10-12709 10-12710 10-12712 10-12713 10-12714 10-12715 10-12716 10-12717 10-12718 10-12719 10-12749 10-12750 10-12751 10-12752 10-12753 10-12754 10-12755 10-12756 10-12757 10-12758 10-12759 10-12760 10-12761 10-12762 10-12763 10-12764 10-12831 10-12832 10-12834 10-12836 10-12849 10-12850 10-12885 10-12886 10-12887 10-12888 10-12889 10-12890 10-12891 10-12892 10-12893 10-12894 10-12895 10-12896 10-12897 10-12898 10-12899 10-12900 10-12901 10-12902 10-12903 10-12904 10-12905 10-12915 10-12950 10-12951 10-12952 10-12953 10-12954 10-12955 10-12956 10-12957 10-12958 10-12959 10-12960 10-12961 10-12962 10-12963 10-12964 10-12965 10-12966 10-12967 10-12968 10-12969 10-12970 10-12971 10-12972 10-12973 10-12974 10-12975 10-12976 10-12977 10-12978 10-12979 10-12980 10-12981 10-12982 10-12983 10-12984 10-12985 10-12986 10-12987 10-12988 10-12989 10-12990 10-12991 10-12993 10-12994 10-12995 10-12996 10-12997 10-12998 10-12999 10-13000 10-13001 10-13002 10-13003 10-13004 10-13005 10-13006 10-13007 10-13008 10-13009 10-13010 10-13011 10-13012 10-13013 10-13014 10-13015 10-13016 10-13018 10-13019 10-13020 10-13021 10-13022 10-13023 10-13024 10-13025 10-13026 10-13027 10-13028 10-13029 10-13030 10-13031 10-13032 10-13033 10-13034 10-13035 10-13036 10-13037 10-13038 10-13039 10-13040 10-13041 10-13043 10-13044 10-13045 10-13046 10-13047 10-13048 10-13049 10-13050 10-13051 10-13052 10-13053 10-13054 10-13055 10-13056 10-13057 10-13058 10-13059 10-13060 10-13061 10-13062 10-13063 10-13064 10-13065 10-13066 10-13067 10-13068 10-13069 10-13070 10-13071 10-13072 10-13073 10-13074 10-13075 10-13076 10-13078 10-13079 10-13080 10-13081 10-13082 10-13083 10-13084 10-13085 10-13086 10-13087 10-13088 10-13089 10-13090 10-13091 10-13092 10-13093 10-13094 10-13095 10-13096 10-13097 10-13098 10-13099 10-13100 10-13101 10-13102 10-13103 10-13104 10-13105 10-13106 10-13107 10-13108 10-13109 10-13110 10-13111 10-13112 10-13113 10-13114 10-13115 10-13116 10-13117 10-13118 10-13119 10-13120 10-13121 10-13122 10-13123 10-13124 10-13125 10-13127 10-13128 10-13129 10-13130 10-13131 10-13132 10-13133 10-13134 10-13135 10-13136 10-13137 10-13138 10-13139 10-13140 10-13141 10-13142 10-13143 10-13144 10-13145 10-13146 10-13147 10-13148 10-13149 10-13150 10-13151 10-13152 10-13153 10-13154 10-13155 10-13156 10-13157 10-13158 10-13159 10-13160 10-13161 10-13162 10-13163 10-13164 10-13165 10-13166 10-13167 10-13168 10-13169 10-13170 10-13171 10-13172 10-13173 10-13175 10-13176 10-13177 10-13178 10-13179 10-13180 10-13181 10-13182 10-13183 10-13184 10-13185 10-13186 10-13187 10-13188 10-13189 10-13190 10-13191 10-13192 10-13193 10-13194 10-13195 10-13196 10-13197 10-13198 10-13199 10-13201 10-13202 10-13203 10-13204 10-13205 10-13206 10-13207 10-13208 10-13209 10-13210 10-13211 10-13212 10-13213 10-13214 10-13215 10-13216 10-13217 10-13218 10-13219 10-13220 10-13221 10-13222 10-13223 10-13224 10-13226 10-13227 10-13228 10-13229 10-13230 10-13231 10-13232 10-13233 10-13234 10-13235 10-13236 10-13237 10-13238 10-13239 10-13240 10-13241 10-13242 10-13243 10-13244 10-13245 10-13246 10-13247 10-13248 10-13249 10-13250 10-13251 10-13252 10-13253 10-13254 10-13256 10-13257 10-13258 10-13259 10-13260 10-13261 10-13262 10-13263 10-13264 10-13265 10-13266 10-13267 10-13268 10-13269 10-13270 10-13271 10-13272 10-13273 10-13274 10-13275 10-13276 10-13277 10-13278 10-13279 10-13281 10-13282 10-13283 10-13284 10-13285 10-13286 10-13287 10-13288 10-13289 10-13290 10-13291 10-13292 10-13293 10-13294 10-13295 10-13296 10-13297 10-13298 10-13299 10-13300 10-13301 10-13302 10-13303 10-13304 10-13305 10-13306 10-13307 10-13308 10-13309 10-13310 10-13311 10-13312 10-13313 10-13314 10-13315 10-13316 10-13317 10-13318 10-13319 10-13320 10-13321 10-13322 10-13323 10-13324 10-13325 10-13326 10-13327 10-13328 10-13329 10-13330 10-13331 10-13333 10-13334 10-13335 10-13336 10-13337 10-13338 10-13339 10-13340 10-13341 10-13342 10-13343 10-13344 10-13345 10-13346 10-13347 10-13348 10-13349 10-13350 10-13351 10-13352 10-13353 10-13354 10-13355 10-13356 10-13357 10-13358 10-13359 10-13360 10-13361 10-13362 10-13363 10-13364 10-13365 10-13366 10-13367 10-13368 10-13369 10-13370 10-13371 10-13372 10-13373 10-13374 10-13375 10-13376 10-13377 10-13378 10-13379 10-13380 10-13381 10-13382 10-13383 10-13384 10-13385 10-13386 10-13387 10-13388 10-13389 10-13390 10-13391 10-13393 10-13394 10-13395 10-13396 10-13397 10-13398 10-13411 10-13412 10-13413 10-13414 10-13415 10-13416 10-13417 10-13418 10-13419 10-13420 10-13421 10-13422 10-13423 10-13424 10-13425 10-13426 10-13427 10-13428 10-13429 10-13430 10-13431 10-13432 10-13433 10-13483 10-13484 10-13485 10-13486
Non publié au bulletin Cassation partielle sans renvoi

M. Bailly (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président
SCP Baraduc et Duhamel, SCP Delaporte, Briard et Trichet, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s)



Texte intégral

REPUBLIQUE FRANCAISE

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS


LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant :

Vu leur connexité, joint les pourvois n° C 10-12. 278 à D 10-12. 325, F 10-12. 327 à A 10-12. 414, C 10-12. 416 à J 10-12. 445, M 10-12. 447 à P 10-12. 495, R 10-12. 497 à R 10-12. 564, S 10-12. 566 à V 10-12. 593, X 10-12. 595 à U 10-12. 661, W 10-12. 663 à X 10-12. 710, Z 10-12. 712 à H 10-12. 719, Q 10-12. 749 à F 10-12. 764, D 10-12. 831 à E 10-12. 832, H 10-12. 834, J 10-12. 836, Y 10-12. 849 à Z 10-12. 850, G 10-12. 950 à C 10-12. 991, E 10-12. 993 à E 10-13. 016, H 10-13. 018 à H 10-13. 041, J 10-13. 043 à V 10-13. 076, X 10-13. 078 à Y 10-13. 125, A 10-13. 127 à A 10-13. 173, C 10-13. 175 à D 10-13. 199, F 10-13. 201 à F 10-13. 224, G 10-13. 226 à P 10-13. 254, R 10-13. 256 à R 10-13. 279, T 10-13. 281 à X 10-13. 331, Z 10-13. 333 à N 10-13. 391, Q 10-13. 393 à V 10-13. 398, J 10-13. 411 à G 10-13. 433, N 10-13. 483 à R 10-13. 486 ;

Attendu, selon les arrêts attaqués, que la société Métaleurop Nord, filiale à 99 % de la société Métaleurop SA, devenue depuis la société Recylex, exploitait à Noyelles-Godault une unité de production et de commercialisation de métaux non ferreux ; qu'envisageant de reconvertir cette unité dans le recyclage des métaux non ferreux, la société Métaleurop a préparé, en 2001 et 2002, un projet de restructuration de l'entreprise et de plan de sauvegarde de l'emploi ; qu'une procédure de redressement judiciaire ayant été ouverte le 28 janvier 2003 à l'égard de la société Métaleurop Nord, ensuite convertie le 10 mars 2003 en liquidation judiciaire, les liquidateurs judiciaires ont licencié le 21 mars suivant tous les salariés, pour motif économique ; que quatre cent soixante-dix salariés licenciés ont engagé des procédures prud'homales contre les sociétés Métaleurop Nord et Recylex, pour obtenir réparation d'un préjudice lié à la perte d'une chance de conserver leur emploi et des dommages-intérêts pour licenciement sans cause réelle et sérieuse ; qu'ils se sont ensuite désistés de leurs demandes en ce qu'elles étaient formées contre la société Métaleurop Nord ; que le 13 novembre 2003, une procédure de redressement judiciaire a été ouverte à l'égard de la société Recylex, un plan de redressement étant ensuite arrêté le 24 novembre 2005 ;

Sur le premier moyen des pourvois de la société Recylex et le second moyen des pourvois de l'AGS, réunis :

Attendu que la société Recylex et l'AGS font grief aux arrêts de juger que cette société avait la qualité de co-employeur des salariés de la société Métaleurop Nord et de reconnaître ces derniers créanciers à son égard d'une indemnité pour licenciement sans cause réelle et sérieuse, alors, selon le moyen de la société Recylex :

1°/ que la qualité de co-employeur peut être reconnue à une société juridiquement distincte d'une autre, employeur, quand est caractérisée entre elles une confusion d'intérêts, d'activités et de direction ; qu'à l'égard des salariés qui s'en prévalent pour en tirer des conséquences juridiques à leur profit, la condition de co-employeur commande que soit caractérisé un lien de subordination entre chacun des salariés pris individuellement et la société considérée par l'exécution d'un travail sous son autorité, la société devant exercer de manière effective le pouvoir de donner des ordres et des directives, d'en contrôler l'exécution et de sanctionner les éventuels manquements de ses subordonnés ; qu'ayant relevé qu'il n'était pas utilement discuté que la société employeur, la Métaleurop Nord, avait conservé pour l'essentiel la maîtrise de la gestion quotidienne des relations individuelles de travail, la cour d'appel, qui a jugé que la reconnaissance de la qualité de co-employeur à la société Métaleurop ne nécessitait pas la preuve d'un lien de subordination personnel avec chacun des salariés, a violé l'article L. 1221-1 du code du travail ;

2°/ que la qualité de co-employeurs de deux sociétés juridiquement distinctes ne peut être retenue que s'il est caractérisé entre ces sociétés une confusion d'intérêts, d'activités et de direction ; que la confusion devant être établie à ce triple point de vue sans pouvoir se déduire d'une simple communauté d'intérêts économiques, la cour d'appel, qui s'est bornée à constater une confusion des directions des deux entreprises sans faire ressortir une confusion de leurs intérêts et, qui plus est, de leurs activités par une imbrication excédant ce qui participe de la communauté organisée d'intérêts et d'activités entre une société mère et sa filiale, n'a pas mis la Cour de cassation en mesure d'exercer son contrôle sur la qualification de co-employeur de la société Métaleurop et a privé sa décision de base légale au regard de l'article L. 1221-1 du code du travail ;

et alors, selon le moyen de l'AGS, que la qualité d'employeurs conjoints d'un même salarié implique l'existence d'un lien de subordination entre chacun des prétendus employeurs et le salarié ; que des relations étroites entre sociétés ne suffisent pas à démontrer la qualité d'employeurs conjoints en l'absence d'exécution d'un travail sous l'autorité des employeurs qui doivent disposer du pouvoir de donner des ordres et des directives, d'en contrôler l'exécution et de sanctionner les manquements du subordonné ; qu'en retenant la qualité d'employeur de la SA Métaleurop sans l'avoir précisément caractérisée, la cour d'appel a violé l'article L. 1221-1 du code du travail ;

Mais attendu qu'ayant constaté qu'au-delà de la communauté d'intérêts et d'activités résultant de l'appartenance à un même groupe, qui se manifestait par la décision de restructuration de la filiale prise au niveau de la direction de la société mère, par l'existence de dirigeants communs et par la tenue de la trésorerie de sa filiale par la société Métaleurop laquelle assurait également le recrutement des cadres de Métaleurop Nord et la gestion de leur carrière, la société mère s'était directement chargée de négocier un moratoire à la place et pour le compte de sa filiale, que les cadres dirigeants de la Métaleurop Nord, recrutés par la société mère, étaient placés sous la dépendance hiérarchique directe d'un dirigeant de cette dernière, à laquelle ils devaient rendre compte régulièrement de leur gestion, et que la société Métaleurop décidait unilatéralement de l'attribution de primes aux cadres de direction de sa filiale, la cour d'appel a pu en déduire qu'il existait une confusion d'intérêts, d'activités et de direction entre les deux sociétés, se manifestant notamment par une immixtion dans la gestion du personnel de la filiale et qu'en conséquence la société Métaleurop était co-employeur du personnel de sa filiale, sans qu'il soit nécessaire de constater l'existence d'un rapport de subordination individuel de chacun des salariés de la société Métaleurop Nord à l'égard de la société mère ;

Que le moyen n'est pas fondé ;

Sur le second moyen des pourvois de la société Recylex :

Attendu que la société Recylex fait grief aux arrêts de la condamner au paiement de dommages-intérêts, pour licenciement sans cause réelle et sérieuse, alors, selon le moyen, que l'obligation de reclassement est une obligation de moyens qui n'incombe qu'à l'employeur et lui impose, avant de procéder à un licenciement économique, de rechercher un reclassement pour les salariés concernés au sein de l'entreprise ou du groupe auquel celle-ci appartient, l'effectivité de cette recherche conditionnant, si elle n'aboutit pas, le bien-fondé du licenciement que l'employeur prononce ; que l'obligation de reclassement ne pouvant, ainsi conçue, peser sur une société qualifiée de co-employeur qui n'a pas procédé elle-même à des licenciements économiques, cette dernière ne saurait rétrospectivement se voir reprocher de ne pas avoir entrepris une recherche de reclassement quand sa qualité de co-employeur n'a été retenue, à la demande des salariés licenciés, que postérieurement à la rupture de leur contrat de travail ; qu'en considérant cependant que la société Métaleurop, déclarée co-employeur des salariés de la société Métaleurop Nord licenciés par les mandataires-liquidateurs de celle-ci, avait manqué à l'obligation de reclassement pour mettre à sa seule charge l'indemnité allouée à chacun des salariés pour leur licenciement sans cause réelle et sérieuse, la cour d'appel a violé les articles L. 1233-4 et L. 1235-3 du code du travail ;

Mais attendu que le licenciement économique prononcé par l'un des co-employeurs mettant fin au contrat de travail, chacun d'eux doit en supporter les conséquences, notamment au regard de l'obligation de reclassement ; que la cour d'appel, qui a retenu qu'aucun reclassement n'avait été recherché au sein du groupe et qu'il n'était pas justifié d'une impossibilité de reclasser les salariés licenciés, en a exactement déduit que la société Recylex, en sa qualité de co-employeur, devait indemniser les salariés licenciés sans cause réelle et sérieuse, peu important que sa qualité de co-employeur n'ait été reconnue qu'après les licenciements ;

Que le moyen n'est pas fondé ;

Sur le moyen unique des pourvois incidents de MM. X... et B... :

Attendu qu'il n'y a pas lieu de statuer sur ces moyens, qui ne sont pas de nature à permettre l'admission des pourvois ;

Sur le premier moyen des pourvois de l'AGS, pris en sa première branche :

Attendu que l'AGS fait grief aux arrêts de retenir sa garantie au titre des créances indemnitaires des salariés contre la société Recylex, alors, selon la première branche du premier moyen, que l'AGS garantit les créances résultant de la rupture du contrat de travail intervenue soit pendant la période d'observation, soit dans le mois suivant le jugement qui arrête le plan de sauvegarde, de redressement ou de cession, soit dans les quinze jours suivant le jugement de liquidation, soit pendant le maintien provisoire de l'activité autorisé par le jugement de liquidation judiciaire et dans les quinze jours suivant la fin de ce maintien de l'activité ; que la cour d'appel a constaté que les salariés avaient été licenciés par les mandataires liquidateurs le 21 mars 2003 et que la société Métaleurop SA avait été admise au bénéfice du redressement judiciaire le 13 novembre 2003 ; qu'en disant néanmoins le CGEA IDF Ouest tenu à garantir la créance des salariés au titre de la rupture de leur contrat de travail, la cour d'appel n'a pas tiré les conséquences légales de ses propres constatations et violé l'article L. 3253-8 du code du travail ;

Mais attendu que les créances indemnitaires des salariés résultant d'un licenciement prononcé, sans cause réelle et sérieuse, avant l'ouverture de la procédure de redressement judiciaire de la société Recylex, co-employeur des salariés, la garantie de l'AGS était acquise en application du 1° de l'article L. 3253-8 du code du travail ;

Que le moyen est inopérant ;

Mais sur la seconde branche du premier moyen des pourvois de l'AGS :

Vu l'article L. 3253-8 du code du travail ;

Attendu qu'il résulte du dispositif des arrêts que la garantie de l'AGS est appliquée à l'indemnité allouée sur le fondement de l'article 700 du code de procédure civile ;

Qu'en statuant ainsi, alors que cette créance ne résulte ni de l'exécution, ni de la rupture des contrats de travail mais d'une procédure judiciaire, la cour d'appel a violé le texte susvisé ;

Et attendu que la Cour est en mesure, en cassant sans renvoi, de mettre fin au litige par application de la règle de droit appropriée ;

PAR CES MOTIFS :

CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu'ils appliquent la garantie de l'AGS aux indemnités allouées au titre de l'article 700 du code de procédure civile, les arrêts rendus le 18 décembre 2009, entre les parties, par la cour d'appel de Douai ;

Dit n'y avoir lieu à renvoi de ce chef ;

Dit que la garantie de l'AGS ne s'applique pas aux sommes allouées sur le fondement de l'article 700 du code de procédure civile ;

Condamne la société Recyclex aux dépens ;

Vu l'article 700 du code de procédure civile, condamne la société Recyclex à payer aux salariés la somme globale de 5 000 euros et à MM. C... et M..., ès qualités, la somme de 2 500 euros ;

Dit que sur les diligences du procureur général près la Cour de cassation, le présent arrêt sera transmis pour être transcrit en marge ou à la suite des arrêts partiellement cassés ;

Ainsi fait et jugé par la Cour de cassation, chambre sociale, et prononcé par le président en son audience publique du vingt-huit septembre deux mille onze.

MOYENS ANNEXES au présent arrêt

Moyens produits par la SCP Piwnica et Molinié, avocat aux Conseils pour l'AGS et l'UNEDIC, demanderesses aux pourvois n° C 10-12. 278 à D 10-12. 325, F 10-12. 327 à A 10-12. 414, C 10-14. 416 à J 10-12. 445, M 10-12. 447 à P 10-12. 495, R 10-12. 497 à R 10-12. 564, S 10-12. 566 à V 10-12. 593, X 10-12. 595 à U 10-12. 661, W 10-12. 663 à X 10-12. 710, Z 10-12. 712 à H 10-12. 719, Q 10-12. 749 à F 10-12. 764, D 10-12. 831 à E 10-12. 832, H 10-12. 834, J 10-12. 836, Y 10-12. 849 à Z 10-12. 850 et N 10-13. 483 à R 10-13. 486

PREMIER MOYEN DE CASSATION

Il est fait grief à l'arrêt attaqué d'avoir dit la SA Métaleurop coemployeur de chaque salarié, d'avoir dit sans cause réelle et sérieuse les licenciements prononcés par les liquidateurs, d'avoir fixé au passif du redressement judiciaire de la SA Recyclex, anciennement dénommée Métaleurop SA, la créance de chaque salarié à une certaine somme à titre de dommages intérêts pour licenciement sans cause réelle et sérieuse, outre une somme complémentaire au titre de l'article 700 du code du procédure civile et d'avoir dit que le CGEA AGS d'Ile de France Ouest garantira cette créance dans les conditions et limites légales et règlementaires de son intervention ;

AUX MOTIFS QUE par jugement du tribunal de grande instance de Béthune du 10 mars 2003, la société Métaleurop Nord SAS a été placée en liquidation judiciaire ; que le 21 mars 2003, Maîtres Theetten et Martin, désignés en qualité de mandataires liquidateurs, ont notifié les licenciements pour motif économique des différents salariés ; … ; que par jugement du tribunal de commerce de Paris en date du 13 novembre 2003, la SA Recyclex (anciennement Métaleurop SA) a été admise au bénéfice du redressement judiciaire ; que par jugement 24 novembre 2005, un plan de continuation a été adopté ; … que la garantie du CGEA AGS est engagée, dans les limites et conditions de son intervention, par l'effet de la loi et du règlement ; qu'en ce sens la portée de la décision à son égard est celle d'un simple constat ;

1/ ALORS QUE l'AGS garantit les créances résultant de la rupture du contrat de travail intervenue soit pendant la période d'observation, soit dans le mois suivant le jugement qui arrête le plan de sauvegarde, de redressement ou de cession, soit dans les quinze jours suivant le jugement de liquidation, soit pendant le maintien provisoire de l'activité autorisé par le jugement de liquidation judiciaire et dans les quinze jours suivant la fin de ce maintien de l'activité ; que la cour d'appel a constaté que les salariés avaient été licenciés par les mandataires liquidateurs le 21 mars 2003 et que la société Métaleurop SA avait été admise au bénéfice du redressement judiciaire le 13 novembre 2003 ; qu'en disant néanmoins le CGEA IDF Ouest tenu à garantir la créance des salariés au titre de la rupture de leur contrat de travail, la cour d'appel n'a pas tiré les conséquences légales de ses propres constatations et a violé l'article L. 3253-8 du code du travail ;

2/ ALORS QUE en tout état de cause, la garantie de l'AGS ne couvre pas les condamnations prononcées au titre de l'article 700 du code de procédure civile, la créance en cause étant née de la seule décision prononçant ladite condamnation ; qu'en disant que le CGEA AGS d'Ile de France Ouest garantira cette créance, la cour d'appel a violé l'article L. 3253-8 du code du travail.


Moyens produits par la SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat aux Conseils pour la société Recyclex, demanderesse aux pourvois n° G 10-12. 950 à C 10-12. 991, E 10-12. 993 à E 10-13. 016, H 10-13. 018 à H 10-13. 041, J 10-13. 043 à V 10-13. 076, X 13-13. 078 à Y 10-13. 125, A 10-13. 127 à A 10-13. 173, C 10-13. 175 à D 10-13. 199, F 10-13. 201 à F 10-13. 224, G 10-13. 226 à P 10-13. 254, R 10-13. 256 à R 10-13. 279, T 10-13. 281 à X 10-13. 331, Z 10-13. 333 à N 10-13. 391, Q 10-13. 393 à V 10-13. 398 et J 10-13. 411 à G 10-13. 433

PREMIER MOYEN DE CASSATION

Il est fait grief à l'arrêt attaqué d'avoir dit la société METALEUROP coemployeur des salariés de la société METALEUROP NORD, dit leur licenciement sans cause réelle et sérieuse et d'avoir fixé la créance de chacun des salariés sur la société METALEUROP ;

Aux motifs que « deux personnes morales doivent se voir reconnaître la qualité d'employeurs conjoints d'un même salarié dès lors qu'il existe entre elles une confusion d'intérêts, d'activité et de direction ; que la société METALEUROP disposait d'un établissement à Noyelles-Godault, constitué en société distincte, la SAS METALEUROP NORD en juin 1994, dont le capital était propriété de la SA METALEUROP à hauteur de 99 % ; que cette dernière souligne que sa filiale était une société disposant de moyens humains, financiers et industriels propres lui permettant de réaliser son objet social quand bien même son activité s'inscrivait dans le cadre de la stratégie globale du groupe auquel elle appartenait ; qu'elle précise que son propre rôle était de définir les stratégies globales et d'apporter son assistance technique aux sociétés opérationnelles, notamment METALEUROP NORD mais aussi METALEUROP COMMERCIAL, cette dernière ayant pour objet d'assurer l'approvisionnement des filiales de production et la commercialisation de leurs produits dans le cadre de mandats ; qu'elle en déduit que, s'il existe bien une communauté d'intérêts, d'activité, voire même de direction, celle-ci procède naturellement de l'appartenance à un même groupe et l'on ne saurait pour autant en déduire une confusion d'intérêts, d'activité et de direction ; que cette communauté d'intérêts, d'activité et de direction est en effet attestée par nombre des éléments produits ; qu'ainsi, à s'en tenir à la période postérieure au 1er juillet 2002 marquée par l'abandon de l'organisation de la production en business units, M. Robinson, président du directoire de la SA METALEUROP annonce-t-il, lors de la réunion de cet organisme du 18 juillet 2002, la restructuration « de l'usine de Noyelles-Godault » en vue de modifier son approvisionnement vers une majorité de produits à recycler ; qu'ainsi encore, M. D..., directeur des ressources humaines de la SA METALEUROP, devient-il président de la SAS METALEUROP NORD le 1er août 2002 sans abandonner ses prérogatives au sein du groupe et reste co-président de la SAS après la nomination de M. E... au poste de président, le 1er octobre 2002, alors même que les statuts de cette dernière ne prévoient pas une telle fonction ; qu'ainsi enfin, le contrat de prestation de services conclu entre la SA METALEUROP et la SAS METALEUROP NORD le 21 septembre 1995 prévoit-il que le département trésorerie de la maison mère assurera le paiement des fournisseurs comme l'encaissement des clients métaux et que celle-ci participera activement au recrutement de ses cadres ainsi qu'à la gestion de leur carrière ; que, cependant, plusieurs autres faits imposent de retenir que les interventions de la SA METALEUROP dans le fonctionnement de la SAS METALEUROP NORD dépassaient le cadre de la simple communauté induite par les règles normales de fonctionnement d'un groupe de sociétés ; qu'ainsi, par un courrier de la SA METALEUROP, sous la signature de M. Jean des Courtis, alors président du directoire de la SA METALEUROP, à Monsieur le trésorier payeur général du Pas de Calais, M. Jean des Courtis a transmis les éléments financiers de la SAS METALREUOP NORD et fait part des projets de restructuration de l'entreprise susceptibles d'entraîner un retour à l'équilibre, voire même des profits en 2004, avant de souligner que le point le plus critique réside dans la situation actuelle de la trésorerie qui pèse sur l'ensemble du groupe ; qu'il concluait en renouvelant une demande de moratoire de 36 mois dont pourrait bénéficier la SAS METALEUROP NORD concernant ses dettes sociales et fiscales dues et à venir ; que si le contrat de prestation de service du septembre 1995 prévoit que la maison mère effectuera pour le compte de sa filiale « certaines prestations comptables et fiscales nécessaires » et qu'elle « assistera Metaleurop Nord dans ses relations avec les commissaires aux comptes et l'administration fiscale », une telle demande, directement formulée par la SA METALEUROP sans qu'il soit fait état de la moindre demande ni même d'une concertation entre les deux sociétés dépasse largement le cadre de l'assistance qu'elle devait à sa filiale aux termes de cette convention ; que par ailleurs, s'agissant du contrat de travail de M. E..., engagé par la SAS METALEUROP NORD en qualité de directeur technique et des achats à effet du 20 septembre 2002, avant d'être nommé président de la société le 1er octobre, les salariés soulignent que ce cadre dirigeant a été engagé par la SA METALEUROP pour exercer des fonctions au sein de la SAS METALEUROP NORD sans que celle-ci ait été consultée, comme M. G... ou M. H..., alors directeur des ressources humaines de METALEUROP NORD, qui a été nommé directeur de l'établissement relevant de l'autorité de cette dernière ; que, toutefois, dans la mesure où aux termes de la convention de service la maison mère assurait le recrutement des cadres de sa filiale, cette seule observation est sans portée ; que, en revanche, même recrutés par la maison mère, les cadres en cause étaient bien les salariés de la filiale ; qu'aussi, le fait qu'ils restent sous la dépendance hiérarchique directe d'un dirigeant de la maison mère induit une confusion de direction entre les deux entreprises ; qu'à cet égard, le contrat de travail de M. E... précise, dans son article premier, qu'il dépendra hiérarchiquement de M. Robinson, président directeur général de la SA METALEUROP ; que cette situation n'est pas isolée ; que M. H... atteste ainsi que, engagé par METALEUROP NORD en mai 1997 en qualité de directeur des ressources humaines, il a été nommé directeur d'établissement à partir d'octobre 2000 avec pour responsabilité les ressources humaines, la sécurité, la préservation de l'environnement et la qualité ; qu'il précise : « j'étais rattaché au président de Metaleurop SA auquel je rendais compte régulièrement » ; qu'également, par un courrier de M. I..., alors directeur de la business unit lead en date du 20 mars 2002, celui-ci a donné délégation à M. J..., nommé directeur de production de METALEUROP NORD le 26 septembre 2002 « pour toute dépense inférieure à 50. 000 € ; que la SA RECYLEX fait valoir que cette délégation était nulle et de nul effet car M. I... n'était pas habilité à la donner, seul le président de METALEUROP NORD étant en droit de conférer un tel pouvoir ; que le maintien de l'identité juridique des deux sociétés rendait en effet la démarche de M. I... parfaitement incongrue, mais celle-ci n'en établit pas moins une pratique qui précisément ne coïncidait pas avec les formes juridiques ; que le fait que cette situation ait pu être énoncée et fonctionner sans que les directions de METALEUROP NORD ni de METALEUROP SA ne s'en émeuvent et sans que le principal intéressé, cadre dirigeant de la SAS METALEUROP NORD bénéficiant de la possibilité d'engager des dépenses par l'effet d'une délégation émanant de son supérieur, cadre dirigeant de la SA METALEUROP, ne s'en étonne, est particulièrement révélateur de la confusion des directions des deux entreprises ; qu'à cela s'ajoute l'annonce du versement d'une prime exceptionnelle par courrier du 12 décembre 2001 à un nombre indéterminé de cadres et de non cadres de la SAS METALEUROP NORD ; que cette annonce était ainsi rédigée : « Voici près de 8 mois, nous avons démarré ensemble une grande aventure (…). Nous avons pu mesurer votre fort engagement dans la mise en oeuvre de l'un ou l'autre de ces projets et nous tenons à vous marquer notre reconnaissance de ces efforts importants. Aussi, malgré la situation difficile de l'entreprise que vous connaissez, nous tenons à respecter les engagements pris en février dernier et avons le plaisir de vous faire bénéficier d'une prime exceptionnelle brute de 15. 000 F. Cette prime vous sera versée avec votre salaire de décembre 2001. Nous savons pouvoir compter sur vous pour continuer à contribuer fortement à parachever rapidement l'oeuvre entreprise » ; que ce courrier était signé par M. Jean des Courtis, alors président du directoire de la SA METALEUROP, avec simple copie à M. H..., alors directeur du site de Noyelles-Godault ; que la décision d'allouer une prime exceptionnelle à des salariés qui ne seraient pas les siens mais ceux de sa filiale, de la leur annoncer personnellement avec simple copie à l'un des dirigeants de la dite filiale va bien au-delà de la prise en charge prévue par la convention de service de « l'établissement de la paie du personnel cadre à partir des informations fournies par Metaleurop Nord » et caractérise une confusion d'action et de direction ; qu'il convient d'observer que Mme K..., salariée non cadre de METALEUROP NORD, a reçu le même courrier (avec mention d'une prime de 10. 000 F) portant toutefois, en sus de la signature déjà évoquée, celle de M. de L..., alors cadre dirigeant de METALEUROP NORD qui, au contraire de M. des Courtis dont le patronyme était dactylographié, a rajouté le sien à la main, au-dessus de sa signature ; que cela révèle, d'une part, que si METALEUROP SA ressentait encore la nécessité de soumettre au contrôle au moins formel d'un dirigeant de METALEUROP NORD les décisions concernant les salariés non cadres, elle s'estimait parfaitement affranchie de cette obligation concernant les cadres, alors même que la décision prise d'intervenir directement sur la rémunération des cadres excède le domaine de la convention de mandat ; que, d'autre part, le seul fait que la société mère ait jugé utile de soumettre son initiative à la ratification d'un dirigeant de la filiale témoigne d'une lecture pointilleuse des formes prévues par le mandat existant entre les deux sociétés, mais ne rend pas compte de l'objet même de ces conventions qui est largement dépassé en ce que la décision ainsi annoncée n'est pas de simple gestion ; qu'à ces différents éléments, la SA RECYLEX, qui soutient s'être bornée à remplir son rôle d'actionnaire dans des conditions conformes à l'organisation classique d'un groupe de sociétés et, par ailleurs, son rôle de prestataire de services dans le cadre de conventions régulières et d'usage courant dans de tels groupes, oppose que quelques pièces ne sauraient valoir démonstration de l'existence d'un lien de subordination individuel, propre à chacun des salariés agissant à son encontre pour la voir déclarer co-employeur, dans la mesure où elles n'affectent, au plus, que des situations individuelles ; qu'elle verse aux débats d'autres éléments qui révèlent que METALEUROP NORD conservait pour l'essentiel la maîtrise de la gestion quotidienne des relations individuelles de travail ; que ces points ne sont pas utilement discutés ; que, toutefois, la preuve que le salarié en cause doit rapporter n'est pas celle de la maîtrise totale de la relation de travail par la SA METALEUROP, ni même nécessairement du lien de subordination personnel qui le rattachait à cette dernière, mais d'une confusion d'intérêts, d'action et de direction entre la SA METALEUROP et la SAS METALEUROP NORD ; que, dans le contexte revendiqué de communauté d'activité et d'intérêts ainsi que l'intrication de leur personnel de direction, les quelques éléments analysés ci-dessus qui démontrent que la SA METALEUROP effectuait seule, pour sa filiale, une démarche auprès du trésorier payeur général, essentiel pour l'avenir de celle-ci, qu'elle imposait aux cadres dirigeants de cette dernière une dépendance hiérarchique directe envers ses propres dirigeants, sans égard pour l'autorité qui revenait aux dirigeants de sa filiale, qu'elle créait les conditions de la transmission du pouvoir d'engager des dépenses de l'un de ses dirigeants à l'un de ceux de sa filiale, qu'elle prenait la décision d'allouer une prime exceptionnelle et l'annonçait seule aux cadres de la filiale, imposent de retenir que la réalité de l'activité quotidienne des deux structures, qui restaient pour autant parfaitement identifiées, se confondait pour ce qui concerne l'exercice du pouvoir de direction, leurs intérêts et leurs actions » ;

Alors, d'une part, que la qualité de co-employeur peut être reconnue à une société juridiquement distincte d'une autre, employeur, quand est caractérisée entre elles une confusion d'intérêts, d'activités et de direction ; qu'à l'égard des salariés qui s'en prévalent pour en tirer des conséquences juridiques à leur profit, la condition de co-employeur commande que soit caractérisé un lien de subordination entre chacun des salariés pris individuellement et la société considérée par l'exécution d'un travail sous son autorité, la société devant exercer de manière effective le pouvoir de donner des ordres et des directives, d'en contrôler l'exécution et de sanctionner les éventuels manquements de ses subordonnés ; qu'ayant relevé qu'il n'était pas utilement discuté que la société employeur, la METALEUROP NORD, avait conservé pour l'essentiel la maîtrise de la gestion quotidienne des relations individuelles de travail, la Cour d'appel, qui a jugé que la reconnaissance de la qualité de co-employeur à la société METALEUROP ne nécessitait pas la preuve d'un lien de subordination personnel avec chacun des salariés, a violé l'article L. 1221-1 du Code du travail ;

Alors, d'autre part, que la qualité de co-employeurs de deux sociétés juridiquement distinctes ne peut être retenue que s'il est caractérisé entre ces sociétés une confusion d'intérêts, d'activités et de direction ; que la confusion devant être établie à ce triple point de vue sans pouvoir se déduire d'une simple communauté d'intérêts économiques, la Cour d'appel, qui s'est bornée à constater une confusion des directions des deux entreprises sans faire ressortir une confusion de leurs intérêts et, qui plus est, de leurs activités par une imbrication excédant ce qui participe de la communauté organisée d'intérêts et d'activités entre une société mère et sa filiale, n'a pas mis la Cour de cassation en mesure d'exercer son contrôle sur la qualification de co-employeur de la société METALEUROP et a privé sa décision de base légale au regard de l'article L. 1221-1 du Code du travail.

SECOND MOYEN DE CASSATION

Il est fait grief à l'arrêt attaqué d'avoir dit la société METALEUROP coemployeur des salariés de la société METALEUROP NORD, dit leur licenciement sans cause réelle et sérieuse et d'avoir fixé la créance de chacun des salariés sur la société METALEUROP ;

Aux motifs que « dès lors qu'il existe des co-employeurs, le licenciement opéré par l'un d'entre eux les engage tous ; qu'ainsi, la SA RECYLEX ne peut s'abriter derrière la faute éventuelle de la SAS METALEUROP NORD en la personne de ses mandataires liquidateurs ; que si le motif économique du licenciement est établi compte tenu de la fermeture de l'établissement qui a entraîné la disparition de la totalité des emplois du site, il est constant que les mandataires liquidateurs, qui ont procédé au licenciement dès leur désignation, n'ont pas cherché à reclasser les salariés au sein du groupe, ou à tout le moins n'ont pas obtenu de réponses à leurs demandes ; qu'ils soutiennent en effet avoir sollicité la SA METALEUROP aux fins de tenter de reclasser les salariés ; que cette affirmation ne procède que d'une déclaration mais, qu'ils aient omis de procéder à cette recherche sans que le co-employeur s'en inquiète, ou que ce dernier se soit abstenu de répondre aux sollicitations qui lui étaient présentées, caractérise également un manquement à l'obligation de reclassement ; qu'il incombe en effet à l'employeur qui procède à un licenciement économique de rechercher toute solution de reclassement, le manquement à cette obligation de moyens rendant le licenciement sans cause réelle et sérieuse ; que la SA RECYLEX invoque le fait que le groupe dans son ensemble était dans une situation critique et qu'il n'existait en son sein aucun poste de reclassement possible compte tenu de la mise en oeuvre d'un licenciement économique au second semestre 2002 suivi d'un autre au premier semestre 2003 ; que, cependant, ces déclarations ne prouvent en rien l'impossibilité de reclasser le salarié considéré au sein du groupe au mois de mars 2003 ; que la seule affirmation de l'existence de difficultés économiques au sein de l'entreprise ne saurait dégager l'employeur de son obligation de rechercher un poste de reclassement, au besoin après adaptation, formation ou aménagement de poste ; que, par ailleurs, la permutabilité des emplois ne saurait être mise en doute dans la mesure où il existait au moins une autre société de production au sein du groupe ; que l'absence de toute recherche concernant les emplois disponibles au sein du groupe interdit à la SA RECYLEX de se prévaloir d'une impossibilité absolue de reclassement qui découlerait de la situation générale de l'entreprise ; qu'il convient en conséquence de dire le licenciement sans cause réelle et sérieuse » ;

Alors que l'obligation de reclassement est une obligation de moyens qui n'incombe qu'à l'employeur et lui impose, avant de procéder à un licenciement économique, de rechercher un reclassement pour les salariés concernés au sein de l'entreprise ou du groupe auquel celle-ci appartient, l'effectivité de cette recherche conditionnant, si elle n'aboutit pas, le bien-fondé du licenciement que l'employeur prononce ; que l'obligation de reclassement ne pouvant, ainsi conçue, peser sur une société qualifiée de co-employeur qui n'a pas procédé elle-même à des licenciements économiques, cette dernière ne saurait rétrospectivement se voir reprocher de ne pas avoir entrepris une recherche de reclassement quand sa qualité de co-employeur n'a été retenue, à la demande des salariés licenciés, que postérieurement à la rupture de leur contrat de travail ; qu'en considérant cependant que la société METALEUROP, déclarée co-employeur des salariés de la société METALEUROP NORD licenciés par les mandataires liquidateurs de celle-ci, avait manqué à l'obligation de reclassement pour mettre à sa seule charge l'indemnité allouée à chacun des salariés pour leur licenciement sans cause réelle et sérieuse, la Cour d'appel a violé les articles L. 1233-4 et L. 1235-3 du Code du travail.


Moyens produits par la SCP Masse-Dessen et Thouvenin, avocat aux Conseils pour MM. X... et B..., demandeurs aux pourvois incidents n° J 10-13. 089 et J 10-13. 112

PREMIER MOYEN de CASSATION (concernant Monsieur X...)

Le moyen fait grief à l'arrêt attaqué d'avoir réduit à 20. 000 euros la somme allouée au titre de dommages et intérêts

AUX MOTIFS QUE Paulo José X... demande une somme de 30. 000 euros à titre de dommages et intérêts ; S'agissant du licenciement de près de 500 personnes, son avocat a précisé à l'audience que la demande était portée à 40. 000 euros pour chacun des salariés encore au chômage en 2005 ; Toutefois les éléments de la cause ne permettent pas de déterminer si M. X... se trouvait dans cette situation ; Compte tenu de son ancienneté de 10 ans, de son âge, de son salaire moyen, il convient de lui allouer 20. 000 euros à titre de dommages et intérêts.

ALORS QUE, les juges ne peuvent dénaturer les éléments de preuve qui leur sont soumis ; qu'il résulte des constatations de l'arrêt que la Cour d'appel a fixé les dommages et intérêts de manière systématique sur le seul critère de l'ancienneté qu'en allouant à Monsieur X... l'indemnité prévue pour les salariés ayant de 5 à 10 ans d'ancienneté, alors même qu'il ressortait du certificat de travail du salarié qu'il bénéficiait d'une ancienneté bien supérieure à 10 ans, la Cour d'appel a dénaturé ce certificat et violé l'article 1134 du Code civil.

SECOND MOYEN de CASSATION (concernant Monsieur El Hassane B...)

Le moyen fait grief à l'arrêt attaqué d'avoir réduit à 15 000 euros la somme allouée au titre de dommages et intérêts

AUX MOTIFS QUE M. B... demande une somme de 30. 000 euros à titre de dommages et intérêts ; S'agissant du licenciement de près de 500 personnes, son avocat a précisé à l'audience que la demande était portée à 40. 000 euros pour chacun des salariés encore au chômage en 2005 ; Toutefois les éléments de la cause ne permettent pas de déterminer si M. B... se trouvait dans cette situation ; Compte tenu de son ancienneté de 4 ans, de son âge, de son salaire moyen, il convient de lui allouer 15. 000 euros à titre de dommages et intérêts.

ALORS QUE, les juges ne peuvent dénaturer les éléments de preuve qui leur sont soumis ; qu'il résulte des constatations de l'arrêt que la Cour d'appel a fixé les dommages et intérêts de manière systématique sur le seul critère de l'ancienneté ; qu'en allouant à Monsieur B... l'indemnité prévue pour les salariés ayant moins de 5 d'ancienneté, alors même qu'il ressortait du certificat de travail du salarié qu'il bénéficiait d'une ancienneté bien supérieure à 5 ans, la Cour d'appel a dénaturé ce certificat et violé l'article 1134 du Code civil.




Analyse

Décision attaquée : Cour d'appel de Douai Décembre