Nouvelle convention collective nationale des ouvriers employés par les entreprises du bâtiment visées par le décret du 1er mars 1962 (c'est-à-dire occupant jusqu'à 10 salariés) du 7 mars 2018 (Avenant du 7 mars 2018) - Textes Salaires - Bretagne Accord du 3 décembre 2015 relatif aux indemnités de petits déplacements pour l'année 2016


Afficher les non vigueur Accord IDCC 1596
  • Textes Salaires
Bretagne Accord du 3 décembre 2015 relatif aux indemnités de petits déplacements pour l'année 2016

En vigueur étendu

Le régime de petits déplacements défini en application du titre VIII, chapitre Ier, des conventions collectives nationales du bâtiment du 8 octobre 1990, étendues par arrêtés ministériels des 8 et 12 février 1991, concernant les entreprises non visées par le décret du 1er mars 1962 (c'est-à-dire occupant plus de 10 salariés), d'une part, et concernant les entreprises visées par le décret du 1er mars 1962 (c'est-à-dire occupant jusqu'à 10 salariés), d'autre part, a pour objet d'indemniser les ouvriers travaillant dans les entreprises du bâtiment de Bretagne des frais supplémentaires qu'entraîne pour eux la fréquence des déplacements, inhérente à la mobilité de leur lieu de travail.
Le régime d'indemnisation des petits déplacements comporte les indemnités professionnelles suivantes :
– indemnité de repas ;
– indemnité de frais de transport ;
– indemnité de trajet,
qui sont versées aux ouvriers bénéficiaires.
Ces indemnités de remboursement de frais sont journalières, forfaitaires et fixées en valeur absolue ; leur montant est déterminé à l'échelon de la région.



En vigueur étendu

Le présent accord renvoie, point par point, aux dispositions contenues dans le chapitre VIII. 1 des conventions collectives du bâtiment du 8 octobre 1990 susvisé, sous réserve des adjonctions et précisions ci-après :
– zones circulaires concentriques : pour tenir compte des particularités propres à la première zone, celle-ci est divisée en deux sous-zones, de 0 à 4 km et de 4 à 10 km ;
– indemnité de repas.
L'ouvrier qui travaille dans la première sous-zone, de 0 à 4 km, et bénéficie en outre, en milieu de journée, d'un temps de pause au moins égal à 1 h 30 est réputé prendre son repas à sa résidence habituelle, sauf s'il s'avère qu'il en va autrement dans les faits, et cela pour des raisons tenant, notamment, à la localisation du chantier comme aux moyens de transport existants.



En vigueur étendu


Le montant des indemnités découlant des articles 1er et 2 ci-dessus est fixé comme suit du 1er janvier 2016 au 31 décembre 2016.
I. – Indemnité de repas : 9,55 €.


II. – Indemnité de frais de transport


(En euros.)

Zone Indemnité de transport
1 (0 à 4 km) 0,47
1 (4 à 10 km) 2,35
2 (10 à 20 km) 4,67
3 (20 à 30 km) 6,41
4 (30 à 40 km) 8,22
5 (40 à 50 km) 10,02


III. – Indemnité de trajet


(En euros.)

Zone Indemnité de trajet
1 (0 à 4 km) 0,44
1 (4 à 10 km) 1,43
2 (10 à 20 km) 1,98
3 (20 à 30 km) 2,96
4 (30 à 40 km) 4,14
5 (40 à 50 km) 4,95


Ces montants prenant effet au 1er janvier 2016 resteront en application jusqu'au 31 décembre 2016.



En vigueur étendu


Le présent accord fera l'objet d'une demande d'extension auprès du ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social.