Nouvelle convention collective nationale des ouvriers employés par les entreprises du bâtiment visées par le décret du 1er mars 1962 (c'est-à-dire occupant jusqu'à 10 salariés) du 7 mars 2018 (Avenant du 7 mars 2018) - Textes Salaires - Auvergne Accord du 2 juin 2014 relatif aux salaires minimaux au 1er juillet 2014


Afficher les non vigueur Accord IDCC 1596
  • Textes Salaires
Auvergne Accord du 2 juin 2014 relatif aux salaires minimaux au 1er juillet 2014

En vigueur étendu


En application de l'article 12.8 de la convention collective nationale du bâtiment du 8 octobre 1990 concernant les ouvriers employés par les entreprises du bâtiment visées par le décret du 1er mars 1962, les organisations représentatives d'employeurs et de salariés se sont réunies le 2 juin 2014. Il a été décidé, par accord, d'augmenter les salaires mensuels minimaux des ouvriers du bâtiment de la région Auvergne à compter du 1er juillet 2014.



En vigueur étendu


Les parties signataires ont arrêté au 1er juillet 2014 la partie fixe à 403,15 € et la valeur du point à 6,20 €, sauf la position 150 qui est établie à 1 445,41 €.
Elles ont fixé le barème des salaires minimaux des ouvriers du bâtiment comme indiqué dans le tableau ci-après :
Base : 35 heures hebdomadaires.


(Voir tableau page suivante.)
(En euros.)

Catégorie professionnelle Coefficient Salaire mensuel minimal Taux horaire minimal
Niveau I


Ouvriers d'exécution :


– position 1 150 1 445,41 9,53
– position 2 170 1 457,15 9,61
Niveau II


Ouvriers professionnels 185 1 550,15 10,22
Niveau III


Compagnons professionnels :


– position 1 210 1 705,15 11,24
– position 2 230 1 829,15 12,06
Niveau IV


Maîtres ouvriers ou chefs d'équipe :


– position 1 250 1 953,15 12,88
– position 2 270 2 077,15 13,70



En vigueur étendu


Conformément aux articles L. 2231-6, L. 2262-1, L. 2262-8, D. 2231-2, D. 2231-3, D. 2231-7 et D. 2231-8 du code du travail, la présente décision sera déposée à la direction des relations du travail à Paris et remis au secrétariat-greffe du conseil de prud'hommes de Clermont-Ferrand. Une extension de cet accord sera demandée.